Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
30 novembre 2018 5 30 /11 /novembre /2018 09:46

 

Texte de Diane Gagnon –

                            

Auteur, Coach, Conférencière

 

De toutes les choses dont nous sommes appelés à devenir conscients, la dépendance affective est certes parmi celles qui se cache le plus efficacement!

 

En effet, combien d’entre nous sommes prêts à admettre que nous sommes dépendants affectifs? Possible même qu’en lisant ce début de texte, vous vous disiez « mais moi je ne suis pas dépendant affectif! »

 

Ah non?

 

Faites-vous beaucoup de choses pour faire plaisir aux autres, au risque de vous épuiser?

 

Vous laissez-vous facilement charmer par les belles paroles, les petites attentions, les compliments?

 

Êtes-vous blessé lorsqu’on vous fait un reproche?

 

Êtes-vous irrités lorsque l’on vous contredit?

 

Craignez-vous l’abandon?

 

Avez-vous l’impression que ce n’est pas « correct » de refuser d’aider quelqu’un même quand vous n’en pouvez-plus?

 

Faites-vous toujours passer les besoins des autres avant les vôtres?

 

Avez-vous de la difficulté à être heureux seul? Croyez-vous que seule la Vie à deux est intéressante?

 

Sentez-vous que vous avez constamment besoin de plaire aux autres?

 

Faites-vous souvent des choses contre votre gré pour ne pas déplaire?

 

Craignez-vous de passer pour une personne égoïste, paresseuse, méchante ou désagréable?

 

Êtes-vous de ceux qui ne se fâchent à peu près jamais, malgré une grande frustration intérieure?

 

Est-ce que vous vous emballez rapidement et facilement pour quelqu’un ?

 

Avez-vous l’impression d’aimer l’autre plus que l’autre vous aime?

 

Craignez-vous constamment de faire quelque chose qui va déplaire à l’autre et briser la relation?

 

Aimez-vous aider, sauver l’autre?

 

Avez-vous besoin d’être souvent rassuré? Vous inquiétez-vous pour l’autre ou pour la relation facilement?

 

Avez-vous l’impression que l’autre n’en fait pas assez pour vous?

 

Avez-vous souvent peur que l’autre se fatigue de vous?

 

Vous arrive-t-il de ne pas vous sentir à la hauteur de l’autre, de ne pas comprendre pourquoi l’autre vous aime, ou même de ne pas croire qu’il ou elle vous aime vraiment?

 

Pensez-vous constamment à l’autre?

 

Vous sentez-vous frustré ou jaloux si l’autre a des intérêts ailleurs?

 

Avez-vous besoin de connaitre l’emploi du temps de l’autre?

 

Tolérez-vous parfois l’intolérable?

 

Avez-vous besoin que l’autre vous rassure en vous complimentant, en vous regardant, en vous définissant?

 

Est-ce que l’une de vos relations vous fait souffrir?

 

Avez-vous besoin d’augmenter votre estime de soi?

 

Avez-vous déjà eu une ou plusieurs relations toxiques dans votre vie?

 

Attirez-vous des manipulateurs pervers narcissiques dans votre environnement?

 

Car oui, si vous avez répondu oui à plusieurs de ces questions, il est possible que vous soyez une proie de choix pour les manipulateurs pervers narcissiques qui utilisent chacun de ces points pour vous attirer dans leurs filets.

 

Évidemment, il y a différents degrés de dépendance affective et à mon avis, peu de gens en sont complètement exempts. Et une certaine interdépendance entre nous est saine et fait partie de toute relation. Mais si certaines de vos relations vous font souffrir plus qu’elles vous font du bien, peut-être êtes-vous plus dépendants que vous ne le croyez ou que vous voulez bien le voir.

 

Ce n’est pas un jugement, ce n’est pas un défaut : il s’agit de l’une de nos plus grandes blessures dont nous devons prendre soin. Et elle est d’importance car c’est elle le plus souvent qui détruit le plus nos relations. Car avec elles viennent la jalousie, le besoin de contrôler, le sentiment du « jamais assez », l’étouffement, les mauvais choix, la peur, le sentiment d’incompétence, la mauvaise image de soi, les conflits, les crises, etc…

 

 

C’est possible d’aider cette blessure à guérir, en travaillant sans relâche sur notre estime de soi. Mais pour cela, il faut d’abord admettre que nous sommes dépendants affectifs. Et c’est l’étape la plus difficile pour la majorité d’entre nous. Oui, c’est douloureux d’admettre que nous pouvons être dépendants affectifs, mais beaucoup moins que de le rester toute notre vie.

 

www.dianegagnon.com

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost0
22 décembre 2016 4 22 /12 /décembre /2016 22:01

 

 

 

 

Diane Gagnon - Auteur,

 

Coach, Conférencière

 

CÉLÉBRONS DIFFÉREMMENT!

Ecoutez ce sublime Ave Maria en lisant le texte.

 

 

 

 

 

 

Plus nous avançons sur le chemin de la conscience,

plus nous réalisons que ce qui sonne faux ou obligé ne nous

ressemble plus.

 

Et si, au lieu de vouloir que tout soit parfait, on créait un peu de magie pour nous et pour les autres en ces temps de réjouissances et tout au long de l’année?

 

Nous sommes le magicien de notre propre vie mais nous pouvons aussi créer de la magie dans la vie des autres.

 

Dans cette période des Fêtes déjà bien amorcée, nous mettons tant d’efforts à tout préparer comme il faut, à recevoir à souper comme si notre vie en dépendait, à exiger que les autres fassent comme nous leur demandons, à vouloir tout contrôler, à mettre toute son énergie pour que les choses, et parfois aussi les gens, soient exactement comme on voudrait qu’ils soient. Bref, à vouloir que tout soit parfaitement parfait!

 

Si, à la place de ce besoin inutile de contrôle, nous consacrions nos efforts à créer de la magie dans nos actions, dans nos relations? À poser le petit geste qui fait toute la différence? À offrir un sourire gratuit, à écrire un petit mot plein de reconnaissance ou d’amour? À organiser des chasses aux trésors plutôt qu’à trouver le cadeau parfait? À écrire une véritable lettre d’amour et de reconnaissance à ceux qui nous sont chers? À parler d’amour plutôt que de matériel?

 

Si, plutôt que d’entretenir des conversations superficielles, nous apprenions à mieux connaître les gens que nous croyons connaître depuis longtemps, avec des questions différentes, une écoute différente, une ambiance spontanée plutôt que toute planifiée?

 

Que croyons-nous que les autres vont retenir : la propreté de notre maison, les repas, les cadeaux? Ou la magie du moment, le plaisir, la folie des fous rires, les échanges nourrissants, les confidences échangées, l’amour partagé?

 

Vos plus beaux souvenirs sont-ils liés à un objet reçu ou à un moment vécu?

 

Semons de la magie dans notre vie et dans celle des autres!

 

Prêtons attention aux autres. Choisissons la qualité du moment plutôt que le prix du cadeau!

 

Rebranchons-nous sur l’amour que nous portons plutôt que de consacrer nos énergies à vouloir bien paraître ou à tolérer ce qui ne nous convient pas.

 

Ne nous imposons pas des rencontres qui minent notre estime de soi ou notre bien-être : recherchons plutôt des occasions de retrouver ceux que nous aimons, qui nous font du bien, ceux dont nous avons le goût de prendre soin parce que cela se fait sans obligation mais dans le don de soi.

 

Ayons un geste envers les personnes qui sont seules, celles qui ont perdu des êtres chers, celles qui souffrent en silence : s’il est un temps où elles ont besoin de nous, c’est bien maintenant.

 

Cette année, célébrons différemment :

 

dans la simplicité de l’amour!

 

https://www.facebook.com/DianeGagnon.Auteur.Coach

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost0

Présentation

  • : cheminphilosophique
  • : Je suis passionnée de philosophie, je partage avec vous ces textes et citations qui font partie de moi.
  • Contact

Bienvenue sur mon blog!

Entrer chez moi, c'est découvrir mes idéaux, mes créations personnelles et d'autres thèmes qui me passionnent.
 

Bonne visite !

 

 

Ce blog a été créé le 22-08-2010 par mon adorable petit-fils Maxime


 

1 NOUVELLE SEPARATION

 

***

hobbies

 

  compteur pour blog