Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
19 septembre 2020 6 19 /09 /septembre /2020 08:00

 

 

Texte de Diane Gagnon - Auteur,

 

 Coach, Conférencière

 

 

 

 

 

On me demande souvent comment faire à nouveau confiance après une trahison, après une déception.

 

Inconsciemment, il semble que nous ayons besoin de notre colère ou de notre méfiance pour faire payer l’autre de ce que, croit-on, il nous a fait subir. Lorsque nous agissons ainsi, nous infantilisons la relation car nous sommes alors dans une dynamique parent-enfant, où la punition sert à faire passer un message d’éducation, parfois avec succès, parfois non.

 

Pourtant, lorsqu’on y regarde de plus près, lorsqu’on est vraiment authentique avec soi-même, nous savons, au plus profond de nous, que cette situation qui nous a fait souffrir nous a aussi servi à apprendre quelque chose d’important que nous devions absolument apprendre à cette étape de notre vie. L’autre est un messager de ce qui devait être mis en lumière pour nous. Ne tirons pas sur le messager!

 

Chaque situation, chaque personne est différente. Même la personne qui nous a trahi change. Nous pouvons faire le choix de nous éloigner de ce qui ne nous convient plus si nous avons appris ce que cet enseignement portait. Nous pouvons aussi comprendre que cette étape était utile même pour la survie de la relation. Ou nous pouvons conclure que cette relation a rempli sa mission et n’a désormais plus sa raison d’être.

 

L’important c’est d’accueillir la situation et d’en tirer l’enseignement, la mise en lumière de ce que nous savions déjà, de ce que nous portions déjà mais qui avait besoin de devenir plus fort, plus solide en nous.

 

Puisque rien ne nous est inutile, sachons reconnaître le message dans ce que nous vivons : lorsque nous accueillons ce message avec ouverture et désir sincère d’avancer, la leçon est déjà apprise!

 

De coup, ce n’est pas refaire confiance qui pose problème. C’est de savoir où nous en sommes dans notre vie en ce moment, ce que nous avons appris et ce que nous voulons désormais. Si notre intention est claire quant à la Vie que nous voulons vivre et au genre de relation que nous souhaitons, alors le choix de la juste décision apparaît de lui-même, sans forcer.

 

Quand nous accueillons ce que notre âme réclame, le chemin à suivre apparaît clairement.

 

www.dianegagnon.com

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost0
12 septembre 2020 6 12 /09 /septembre /2020 08:40

 

 

Texte de Diane Gagnon

 

Auteur, Coach, Conférencière

 

 

 

 

Dans ce climat d’incertitude, d’intolérance, de flou, de peur, d’incohérences actuelles, il est de notre devoir de nous protéger des influences négatives qui peuvent nous perturber et nous éloigner de notre Paix intérieure.

Ne laissons pas la peur s’immiscer dans notre subconscient car elle ira jusqu’à torturer chaque cellule de notre corps.

Ne laissons pas la colère, la haine, la violence et l’intolérance nous faire oublier nos qualités d’humanité. Cessons de juger en manquant de jugement.

Ne laissons pas les événements faire table rase de l’oasis de Paix que nous nous sommes créé dans notre demeure et dans notre for intérieur.

Ne cédons pas à la panique ambiante même si notre ego aimerait tout savoir tout le temps tout ce qui va se passer.

Protégeons-nous des énergies négatives, qu’elles proviennent des autres ou de nos propres pensées. Ayons un peu plus de discipline pour ne pas perdre notre temps à chercher à tout savoir ce qui se passe en ce moment ou ce qui arrivera bientôt. La Vie se chargera bien de nous indiquer ce que nous avons besoin de savoir pour vivre notre vie quotidienne.

Ne cherchons pas à régler d’avance ce que nous ne savons même pas si cela se produira. Quand nous agissons ainsi, nous nous créons un stress additionnel que nous aurions pu éviter en nous concentrant sur ce moment présent, le plus important..

Prenons du temps pour nous, malgré la crise externe. Gardons-nous des moments de douceur, de paix, de lecture inspirante, de repos. Prenons soin de nous, de notre enfant intérieur qui est peut-être affolé de la perte de repères que nous vivons. Changeons nos activités s’il le faut pour nous adapter à ce changement d’énergie. Il est plus important de préserver notre énergie et notre paix que de poursuivre quelque chose qui ne répond plus à nos nouveaux besoins.

Soyons doux pour nous et pour nos proches, dans le confort douillet de notre foyer, préservons ce que nous avons de plus cher en y consacrant tout notre amour, plus que jamais. Prenons soin les uns des autres, sans nous laisser happer par l’ambiance actuelle.

Tout ce qui nous perturbe devrait être éloigné de nous chaque fois que cela est possible. Oui, nous serons peut-être moins informés, mais nous serons plus en paix. Qu’est-ce qui compte le plus?

Nous avons le devoir de nous protéger de tout ce qui limite notre Joie, notre Paix, notre Liberté. Et ça commence avec nous-mêmes, avec ce que nous choisissons de laisser entrer ou pas dans notre champ énergétique. Parfois, il faut même se protéger de nous, afin de ne pas céder à la tentation de lire tout ce qui passe devant nous : soyons sélectifs, choisissons ce qui nous élève.

Plus que jamais, nous devons choisir avec soin nos pensées, nos lectures, nos activités, notre entourage, ce que nous écoutons et regardons. Coupons le plus possible ce qui nous semble faux, mensonger, anxiogène, incohérent, injuste, paniquant. Il en viendra quand même jusqu’à nous de ces choses indésirables, mais au moins nous limiterons les dégâts pour nous-mêmes et pour tous ceux qui nous sont chers. Et pendant ce temps, nous pourrons nous solidifier intérieurement pour faire face à la musique, le moment venu.

www.dianegagnon.net/boutique

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost0
29 août 2020 6 29 /08 /août /2020 08:42

 

 

Bonjour à chacun de vous, j’espère que vous avez passez de bonnes vacances malgré les obligations pour vous protéger et les autres personnes pour rentrer chez-vous en bonne santé.

 

Texte de Diane Gagnon

                           

Auteur, Coach, Conférencière

 

 

Actuellement, c’est presque le monde entier qui éprouve de la peur. Peur de mourir ou peur d’être privé de liberté, peur pour la santé de nos aînés ou peur pour l’avenir de nos enfants. Je n’entrerai pas dans ce premier niveau de débat. Je veux seulement vous parler de la peur, de nos peurs, individuelles et collectives.

 

Nos peurs personnelles sont généralement issues de nos traumatismes antérieurs, de l’héritage de notre éducation, de notre perméabilité aux peurs des autres. Bien souvent, même avant cette crise, beaucoup d’entre nous vivions dans la peur, la plupart du temps sans même nous en rendre compte. Toutes ces blessures que nous n’avons pas soignées ont laissé des traces : la peur qu’elles se répètent et de revivre le même trauma nous habite sans que nous en soyons conscients. Ce n’est qu’au moment où une réaction démesurée de notre part face à un événement somme tout anodin que nous sommes alors placés en face de cet engramme émotionnel jamais disparu et qui demande à être vu pour de bon.

 

D’autres fois, nous avons hérité des peurs de nos parents, de nos ancêtres même, comme la peur de perdre ce que nous possédons, la peur que notre bonheur ne dure pas, la peur d’être jugé, etc.

 

Enfin, il y a toutes ces peurs actuelles qui sont présentes en grand nombre partout sur la terre et qui peuvent nous envahir facilement, pour peu que nous prêtions légèrement attention à ce qui les crée. Les égrégores de peur sont énormes actuellement et si nous n’avons pas instauré, ou plutôt recouvré la paix en nous, nous serons facilement affectés par les peurs des autres, de nos proches, de nos connaissances ou de celles que nous pouvons lire, entendre et ressentir. La peur fait ressortir le pire de nous; elle amène des comportements que nous n’avons pas en temps normal. Elle détruit nos relations et notre santé. Les peurs des uns et des autres s’attirent entre elles.

 

Pourtant, de même que nous ne pouvons pas attirer quelqu’un qui ne vibre pas au même diapason que nous, de même nous ne pouvons éprouver ces peurs en nous si nous ne sommes pas en résonnance avec les peurs extérieures. Il nous faut donc élever nos vibrations pour ne plus nous retrouver aux mêmes bas niveaux que ceux de la peur. Oui c’est tout un défi! Mais préférons-nous vivre dans la peur ou vivre dans l’Amour? Nous savons déjà que la peur et l’Amour ne peuvent pas cohabiter, alors faisons en sorte d’amener plus d’Amour dans nos vies.

 

Toute peur s’estompe lorsqu’on la regarde bien en face. Déjà, soigner nos propres peurs est une étape fondamentale. Si nous libérons nos blessures de leurs poids émotionnel, alors nous libérons nos états de peur qui les concernent. Pour cela, parfois de l’aide professionnelle peut être requise. Mais quelle liberté une fois que nos principales peurs nous ont quittés! Déjà, nous élevons notre niveau vibratoire.

 

Si nous nous abstenons de lire ou d’écouter ce qui nous ramène à la peur, nous éviterons de nous stresser davantage. Nous informer est nécessaire, mais nous ne sommes pas tenus de tout lire, tout regarder. Si nous remplaçons tout ce temps perdu à nous promener sur les réseaux à lire ce qui fait peur par de la lecture inspirante, des balades en nature, des exercices physiques, des discussions passionnantes et positives avec nos proches, nous élèverons encore davantage tout ce qui vibre en nous.

 

En faisant chaque jour des techniques de respiration, de la méditation, du yoga ou tout ce qui nous ramène au calme, comme en étant simplement assis et en ne faisant rien d’autre que de contempler l’environnement, nous ramènerons le calme en nous. En nous reconnectant à notre Joie profonde, en cultivant soigneusement cette grande Paix qui nous habite et en nous rappelant que tout ceci passera, nous pourrons alors vibrer à un niveau bien supérieur à celui de la Peur. Ainsi, elle ne pourra plus nous atteindre, à moins que nous cessions d’être vigilants et de prendre soin de notre corps, de notre esprit, de notre âme.

 

Et si de plus, nous cultivons notre compassion, notre solidarité les uns envers les autres, notre soutien mutuel, notre entraide, notre écoute, si nous partageons notre sagesse les uns avec les autres, alors la peur n’aura plus de place pour survivre et l’Amour triomphera. Cela vous semble trop simpliste? Et pourtant l’Amour est tellement puissant! Si on s’y consacrait, tous ensemble, nous pourrions modifier la trajectoire de l’Histoire. La Conscience que nous sommes est éternelle, rien ne peut l’affecter. Pas même la Peur.

 

https://www.facebook.com/DianeGagnon.Auteur.Coach

 


 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost0
5 juillet 2020 7 05 /07 /juillet /2020 09:35

 

Bonjour à chacun de vous Chers (es) visiteurs (es)

Je vous souhaite de très belles vacances.

Je mettrai un texte le 31 août pour la reprise.

Merci de faire partie de ma route de vie.

   

 

 

Texte de Diane Gagnon

 

Auteur, Coach, Conférencière

 

 

 

 

Oui ça parle en silence. Le Vie nous parle constamment, mais tout particulièrement dans le silence.

 

Chaque fois que nous cessons de courir pour tenter de combler un sentiment de vide intérieur et que nous nous déposons calmement, la Vie nous parle : ce sentiment de vide que nous croyons avoir est en fait rempli de la plus pure Conscience qui soit. Il nous fait peur parce que lorsque notre mental roule trop rapidement, il est plus difficile de nous en rapprocher. Pourtant, ce vide est plein d’Amour, de Vie et il nous habite tous. C’est en allant à la rencontre de soi que nous pourrons nous apprivoiser.

 

Chaque fois que nous sommes dans la nature, ça parle en silence. Le bruissement des feuilles, les chants des oiseaux, les craquements des branches, le chant du ruisseau, tout est là pour que nous redécouvrions une nouvelle musique, un nouveau chez-soi ici, dans la nature. Notre âme a tant besoin de ces moments de ressourcement pour intégrer les apprentissages de plus en plus nombreux que nous vivons. Si nous écoutons la symphonie de la nature, nous pourrons y connecter la musique de notre âme, en douceur, pour notre plus grand bien-être physique et psychologique.

 

Chaque fois que nous ne faisons rien, ça parle en silence. Ces arrêts sur image, sans pensées et sans stress, nous indiquent à quel point nous nous sommes éloignés de nous-mêmes. Ils nous enseignent aussi le chemin à suivre pour redécouvrir notre vraie nature. Ne rien faire, le non-effort, l’observation attentive de ce qui vibre en nous sont autant de soins que nous pouvons consacrer à notre âme afin de la faire rayonner davantage.

 

Chaque fois que nous sommes là pour l’autre, nous parlons en silence. La qualité de notre écoute et de notre silence en disent bien plus sur l’affection que nous lui portons que tous les mots que notre ego a envie de lancer pour se montrer important. Un geste affectueux, une épaule réconfortante, un regard de tendresse font bien plus pour l’âme que des centaines de conseils qui ne parlent toujours que de notre expérience à nous et qui peuvent parfois nier l’expérience de l’autre, malgré de bonnes intentions initiales.

 

Chaque fois que nous portons attention à notre respiration consciemment, que nous méditons, que nous nous recueillons, ça parle en silence au fond de notre cœur. Ces grandes connexions avec la Vie, avec la Conscience, nous offrent toutes les réponses dont nous avons besoin. Elles nous permettent de reconnecter avec notre puissance intérieure, avec la Source en nous qui nous guide pas à pas dans chacune de nos actions quotidiennes.

 

Quand nous écoutons cette petite voix au fond de notre cœur, c’est notre intuition qui parle en silence. C’est elle qui nous indique toujours la Vérité. C’est elle qui nous guide et qui nous aide à choisir ce qui est bon pour nous. Toujours droite, elle n’a que faire de ceux qui tentent de l’effrayer, de l’étouffer. Plus nous l’écoutons, plus elle prend sa place dans notre vie. Notre intuition est un maître toujours à notre disposition.

 

Chaque fois que nous choisissons de nous élever au-dessus de la mêlée, et de choisir ce qui nous élève plutôt que ce qui nous tire vers le bas, ça parle en silence. Lorsque nous refusons de participer à des débats stériles, des argumentations énergivores, quand nous passons outre face aux jugements injustes et aux provocations agressives, quand nous ne laissons pas la peur nous dominer, nous choisissons d’élever notre taux vibratoire plutôt que de le rabaisser. Choisissons avec soin ce que nous fréquentons, ce que nous lisons afin de nourrir notre cœur et notre esprit avec ce qui nous renforcent plutôt qu’avec ce qui nous affaiblit. Nous avons le devoir d’entretenir la flamme qui nous anime et de ne pas nous exposer à des courants qui peuvent anéantir notre Foi, notre Amour. S’élever en silence parle plus fort que d’argumenter avec ceux qui n’ont pas conscience de ce qu’ils font.

 

Le silence est plein d’Amour, de Vie, de Joie. Il nous indique en permanence quelles sont les voies de notre âme. Il est le gardien de notre paix intérieure, de notre bonheur. On peut le trouver même parmi le chaos. Il est à la fois le réconfort de notre âme et le protecteur de notre Amour. Tout nous parle en silence! Il est temps que nous écoutions ce que ce silence a à nous dire.

 

 

Oui ça parle en silence. Le Vie nous parle constamment, mais tout particulièrement dans le silence.

 

Chaque fois que nous cessons de courir pour tenter de combler un sentiment de vide intérieur et que nous nous déposons calmement, la Vie nous parle : ce sentiment de vide que nous croyons avoir est en fait rempli de la plus pure Conscience qui soit. Il nous fait peur parce que lorsque notre mental roule trop rapidement, il est plus difficile de nous en rapprocher. Pourtant, ce vide est plein d’Amour, de Vie et il nous habite tous. C’est en allant à la rencontre de soi que nous pourrons nous apprivoiser.

 

Chaque fois que nous sommes dans la nature, ça parle en silence. Le bruissement des feuilles, les chants des oiseaux, les craquements des branches, le chant du ruisseau, tout est là pour que nous redécouvrions une nouvelle musique, un nouveau chez-soi ici, dans la nature. Notre âme a tant besoin de ces moments de ressourcement pour intégrer les apprentissages de plus en plus nombreux que nous vivons. Si nous écoutons la symphonie de la nature, nous pourrons y connecter la musique de notre âme, en douceur, pour notre plus grand bien-être physique et psychologique.

 

Chaque fois que nous ne faisons rien, ça parle en silence. Ces arrêts sur image, sans pensées et sans stress, nous indiquent à quel point nous nous sommes éloignés de nous-mêmes. Ils nous enseignent aussi le chemin à suivre pour redécouvrir notre vraie nature. Ne rien faire, le non-effort, l’observation attentive de ce qui vibre en nous sont autant de soins que nous pouvons consacrer à notre âme afin de la faire rayonner davantage.

 

Chaque fois que nous sommes là pour l’autre, nous parlons en silence. La qualité de notre écoute et de notre silence en disent bien plus sur l’affection que nous lui portons que tous les mots que notre ego a envie de lancer pour se montrer important. Un geste affectueux, une épaule réconfortante, un regard de tendresse font bien plus pour l’âme que des centaines de conseils qui ne parlent toujours que de notre expérience à nous et qui peuvent parfois nier l’expérience de l’autre, malgré de bonnes intentions initiales.

 

Chaque fois que nous portons attention à notre respiration consciemment, que nous méditons, que nous nous recueillons, ça parle en silence au fond de notre cœur. Ces grandes connexions avec la Vie, avec la Conscience, nous offrent toutes les réponses dont nous avons besoin. Elles nous permettent de reconnecter avec notre puissance intérieure, avec la Source en nous qui nous guide pas à pas dans chacune de nos actions quotidiennes.

 

Quand nous écoutons cette petite voix au fond de notre cœur, c’est notre intuition qui parle en silence. C’est elle qui nous indique toujours la Vérité. C’est elle qui nous guide et qui nous aide à choisir ce qui est bon pour nous. Toujours droite, elle n’a que faire de ceux qui tentent de l’effrayer, de l’étouffer. Plus nous l’écoutons, plus elle prend sa place dans notre vie. Notre intuition est un maître toujours à notre disposition.

 

Chaque fois que nous choisissons de nous élever au-dessus de la mêlée, et de choisir ce qui nous élève plutôt que ce qui nous tire vers le bas, ça parle en silence. Lorsque nous refusons de participer à des débats stériles, des argumentations énergivores, quand nous passons outre face aux jugements injustes et aux provocations agressives, quand nous ne laissons pas la peur nous dominer, nous choisissons d’élever notre taux vibratoire plutôt que de le rabaisser. Choisissons avec soin ce que nous fréquentons, ce que nous lisons afin de nourrir notre cœur et notre esprit avec ce qui nous renforcent plutôt qu’avec ce qui nous affaiblit. Nous avons le devoir d’entretenir la flamme qui nous anime et de ne pas nous exposer à des courants qui peuvent anéantir notre Foi, notre Amour. S’élever en silence parle plus fort que d’argumenter avec ceux qui n’ont pas conscience de ce qu’ils font.

 

Le silence est plein d’Amour, de Vie, de Joie. Il nous indique en permanence quelles sont les voies de notre âme. Il est le gardien de notre paix intérieure, de notre bonheur. On peut le trouver même parmi le chaos. Il est à la fois le réconfort de notre âme et le protecteur de notre Amour. Tout nous parle en silence! Il est temps que nous écoutions ce que ce silence a à nous dire.

 

www.dianegagnon.com

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost0
5 juin 2020 5 05 /06 /juin /2020 09:02

 

Texte de Diane Gagnon

 

Auteur, Coach, Conférencière

 

 

 

Toute notre vie est une question de choix, ceux que nous avons faits dans le passé, ceux que nous faisons aujourd’hui et ceux que nous ferons dans l’avenir.

 

Pourtant, nous sommes exactement là où nous devons être en ce moment.

 

Chaque instant, nous faisons les choix qui nous semblent les meilleurs pour nous. Nous choisissons ce que nous allons manger, nous choisissons avec qui nous avons envie de partager du temps, nous choisissons bien souvent notre emploi. Nous choisissons aussi de croire ce que nous voulons, parfois en suivant la masse des gens, parfois en se forgeant notre propre opinion. Mais parfois aussi en écoutant la musique de notre cœur, ce cœur qui ne se trompe jamais.

 

Nous choisissons aussi de nous conformer ou de nous tenir debout. Nous choisissons nos valeurs, une fois adultes la plupart du temps, et nous choisissons celles que nous garderons, ou pas, de nos parents et de notre éducation.

 

Nous choisissons nos réactions aux événements de la vie; en fait nous choisissons de réagir ou de répondre, selon notre niveau de conscience et de présence.

 

Si certains aspects de ce que nous vivons en ce moment ne nous conviennent pas, ou nous rendent malheureux, c’est qu’il est temps de faire des choix différents, de sortir de la norme parfois, de sortir de nos choix inconscients et de nous mettre à faire des choix qui nous rendront heureux.

 

Mais au final, n’est-ce pas la Vie qui nous guide à chaque instant vers les choix que nous devons faire afin de vivre les expériences qui nous apprendront à mieux aimer, qui nous feront évoluer, qui répondront à l’appel de notre âme?

 

Plus nous sommes à l’écoute de ce qui se passe en nous, plus les choix à faire apparaissent clairement, facilement, sans embûches, sans efforts. Tout se met en place avec fluidité, les synchronicités se multiplient à une vitesse vertigineuse et les événements se déroulent dans une succession parfaite de miracles successifs. Quand nous éliminons la peur de notre processus décisionnel et que nous laissons l’intuition monter avec cet élan du cœur qui ne ment pas, la Vie se charge de créer exactement ce qu’il faut pour que notre route soit dégagée et magnifique.

Encore aujourd’hui, j’ai été un témoin privilégiée de ces miracles qu’une lumineuse personne que je coache a fait advenir dans sa vie en écoutant sa propre vérité, en honorant son unicité. Et je remercie l’Univers de toujours, toujours répondre « Présent » aux appels de notre âme!

 

Mettons-nous à l’écoute de ce qui vit en nous, suivons les élans de notre cœur, entendons notre unique vérité intérieure, éliminons la peur de notre système, faisons confiance à la Vie, pleinement, et admirons les miracles se déployer sous nos yeux. Et je remercie l’Univers de toujours, toujours répondre « Présent » à l’appel de notre âme!

 

Les véritables choix de notre cœur créent les miracles de notre vie!

 

www.dianegagnon.com

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost0
30 mai 2020 6 30 /05 /mai /2020 08:10

 

Diane Gagnon –

 

 Auteur, Coach, Conférencière

 

 

 

Sans doute sommes-nous beaucoup à prononcer cette phrase ces temps-ci! « Ah que j’ai hâte » que le confinement soit levé, hâte de revoir nos familles, hâte d’aller dîner dans un resto, de prendre un café avec nos amis, de retourner travailler ou à l’école, hâte de reprendre notre boulot, hâte que l’argent se remette à rentrer, hâte de revoir nos aînés, hâte de ne plus avoir peur d’attraper le virus, hâte au retour à plus de normalité. Et on pourrait allonger la liste à l’infini.

 

Et pourtant, chaque fois que nous avons hâte à quelque chose, nous ne sommes déjà plus dans le moment présent et nous refusons la réalité actuelle. On tombe dans le piège en toute inconscience! Ce que nous avons à vivre, c’est maintenant qu’il faut le vivre, même si nous pouvons trouver ça long! « Ah que j’ai hâte ! » Cette petite phrase en apparence anodine nous prive du seul maintenant que nous ayons.

 

En nous projetant sans cesse dans le futur, dont nous ignorons totalement les grandes lignes et les détails, nous ignorons notre présent, le seul moment où tout est possible. Comme la Vie sait ce qu’elle fait, la durée de ces restrictions doit correspondre au temps dont nous avons besoin pour comprendre et intégrer ce qui nous est enseigné. Nous avons besoin de ce temps d’introspection pour réapprendre à vivre au présent justement.

 

Des prises de consciences importantes nous sont offertes, une révision de nos choix de vie, de nos valeurs, de nos priorités, de nos besoins véritables, de l’importance de certaines personnes dans notre vie. Si nous sommes toujours dans l’expectative de ce qui s’en vient peut-être le mois prochain - ou peut-être pas, rien n’est sûr - alors on se prive du seul moment à notre disposition pour se reconnecter à soi. Ce moment exceptionnel de retour à soi qui nous est offert ne se présentera peut-être plus jamais dans notre vie. Ne le gâchons pas à avoir hâte à ce qui n’existe pas encore. Soyons présents au présent, soyons présents à nous et profitons de ce temps qui semble s’étirer pour approfondir notre spiritualité et notre lien avec notre âme.

 

www.dianegagnon.com

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost0
10 mai 2020 7 10 /05 /mai /2020 08:20

 

 

Diane Gagnon - Auteur,

 

Coach, Conférencière

 

 

 

Dans le même ordre d’idée que mon texte d’hier, je poursuis! Cette période de crise mondiale nous offre quand même des occasions exceptionnelles d’ouverture spirituelle. Si nous le voulons bien, car beaucoup résistent encore à voir autre chose dans cette situation.

 

Après des semaines de confinement et de restrictions, nous pouvons lire toutes sortes de discussions sur les réseaux sociaux, de commentaires, de jugements, de peurs, d’opinions aussi diamétralement opposées que possible. Nos tentatives pour tenter de discerner le vrai du faux peuvent être extrêmement anxiogènes. Certains décident de porter le flambeau de leurs certitudes, et c’est parfait ainsi. D’autres se laissent submerger par leurs peurs, et c’est tout à fait compréhensible. Des clans d’opinions opposés s’affrontent, se jugent, se dénoncent, s’engueulent même. Mais tout cela peut aussi nous servir à voir comment nous nous sentons, face à nous-mêmes dans ces oppositions marquées.

 

Peut-être aussi avons-nous eu ce genre de discussions, avec nos amis, notre famille, où nos perceptions déterminaient le degré de nos convictions et de notre détermination à faire valoir nos opinions. Peut-être même des conflits sont-ils nés de ces divergences de points de vue.

 

Mais à quoi cela nous sert-il, au final? Qu’est--ce que nous sommes en train de défendre? Nos opinions? Nos convictions? Nos idées? Notre image? Nos croyances?

 

En fait, nous défendons… notre ego! Nous défendons cet espace en nous qui veut toujours avoir raison, qui veut toujours tout savoir en premier, qui cherche toujours à avoir le dernier mot. Mais au détriment de quoi? De notre paix intérieure, de la douceur de nos relations, de la solidité de nos liens interpersonnels, de notre santé psychologique, émotive, de notre estime de soi.

 

Peut-être est-il temps de constater que finalement, nous n’avons rien à défendre. Nous n’avons pas besoin de défendre quoi que ce soit. Car chaque fois que nous tentons de faire valoir notre point de vue, d’imposer notre vision, de partager ou de protéger nos croyances, nous sommes dans notre mental, nous laissons notre ego gérer notre vie, nos relations, nos discussions, nos pensées, même!

 

Au point de vue spirituel, nous n’avons strictement rien à défendre. Chacun est libre de penser, de croire, de faire ce qu’il veut. Nous aussi. À quoi bon perdre de l’énergie pour tenter d’imposer notre point de vue? Peut-être, oui, peut-être certains combats valent-ils d’être menés. Peut-être est-ce la mission de certaines personnes, auxquelles j’exprime toute ma gratitude. Mais je ne crois pas que ce soit le lot pour nous tous. Que ressentez-vous face à ces combats? Avez-vous vraiment besoin d’y participer? Sans doute que, pour beaucoup d’entre nous, le fait de trouver, de vivre et de rester dans notre paix intérieure, a-t-il beaucoup plus d’impact et de poids que tous les combats que nous pourrions mener.

 

Nous avons tous probablement entendu parler de ces moines qui méditent sans arrêt, leur vie durant pour la paix dans le monde. Certains pourraient trouver cela vain et inutile, mais d’autres pourraient y voir une forme d’abnégation et de dévouement extraordinaires. Reste que, profondément, je crois que si chacun d’entre nous peut se remettre en contact avec sa paix intérieure, s’y loger, y rester et émaner à partir de celle-ci, nous pourrions contribuer de merveilleuse façon à la paix dans le mode et dans le cœur des gens.

 

www.dianegagnon.com

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost0
25 avril 2020 6 25 /04 /avril /2020 07:58

 

Texte de Diane Gagnon –

 

Auteur, Coach, Conférencière

 

 

 

 

 

 

Nous déplorons tous la présence de tant de violence dans notre monde. Nous dénonçons haut et fort tous ces crimes inadmissibles, quels qu’ils soient. Nous sommes outrés de notre sentiment d’impuissance face à autant d’agressivité, de haine, de colère, de jugements, de rejets.

 

Et pourtant, nous entretenons nous-mêmes des sentiments agressifs ou colériques à l’égard de certaines personnes. Nous gardons rancune, refusant de pardonner, nous justifiant de l’inadmissibilité de certains gestes commis à notre encontre.

 

Mais pire encore, nous nous faisons constamment violence envers nous-mêmes : nous condamnant pour quelques gestes commis dans un moment de souffrance; exigeant plus de nous que ce que nous pouvons nous donner; nous poussant souvent au-delà de nos limites physiques ou mentales; nous obligeant à accepter ce qui semble inacceptable aux yeux des autres; nous jugeant nous-mêmes de ne pas être à la hauteur de ce que nous croyons devoir être.

 

Avant de condamner la violence des autres, si nous commencions plutôt par cesser de nous faire violence jour après jour? Si nous nous comportions plutôt comme si nous étions notre meilleur ami? Si nous tentions d’être bons envers-nous-mêmes, acceptant que nos limites actuelles ne correspondent peut-être pas à ce que nous voudrions qu’elles soient mais que c’est le mieux que nous puissions faire actuellement?

 

La violence dans le monde ne pourra pas cesser tant que nous nous ferons violence à nous-mêmes. Pour changer le monde, commençons par nous changer nous-mêmes. Pour amener plus d’amour en ce monde, commençons par nous aimer mieux et davantage; commençons par nous pardonner à nous-mêmes cette dureté que nous avons à notre égard. Faisons l’éloge de la douceur en l’appliquant d’abord à la manière dont nous nous traitons, dont nous nous jugeons, dont nous prenons soin de nous.

 

Pour un monde meilleur, commençons par être meilleurs vis-à-vis nous-mêmes. Tout part de nous. Tour commence par nous. Semons plus d’amour en nous aimant davantage. C’est ce que nous pouvons tous faire à notre échelle dès maintenant. Pas de justification, pas de « oui mais », pas de « mais si… ». Aimons-nous mieux : cela fera déjà une différence majeure.

 

www.dianegagnon.com

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost0
11 avril 2020 6 11 /04 /avril /2020 09:24

 

Texte de Diane Gagnon

 

Auteur, Coach, Conférencière

 

 

 

Plusieurs d’entre vous me disent apprécier mes « pensées positives » contenues dans mes textes. Pourtant, ce ne sont pas des pensées positives que je vous livre ici jour après jour. C'est la Vie qui est positive et dont je vous parle!

 

Si c’était des pensées positives, cela ressemblerait à de la pensée magique, à des phrases toutes faites pour encourager, à des mots qui sonnent creux et que l’on retrouve partout sans substance réelle. Et bien que les pensées positives, les mots d’encouragement et les phrases d’espoir puissent être inspirantes, elles ont besoin de l’expérience pour se matérialiser et devenir porteuses d’occasion de croissance.

 

Ainsi, lorsque j’écris que la Vie sait toujours ce qu’elle fait, qu’il y a des cadeaux dans toute situation, que la résistance fait souffrir mais que l’accueil fait grandir, il ne s’agit pas de pensées positives mais d’expériences réelles et vécues que je vous partage, expériences vécues aussi évidemment par beaucoup d’entre vous et par de nombreuses personnes à travers le monde et à travers les âges.

 

Dans notre propre chaire, nous pouvons ressentir toute la souffrance de refuser ce qui se passe car nous aurions voulu un autre dénouement à une situation. Mais dans notre propre chaire aussi et dans notre âme, nous pouvons vivre toute la libération que nous apporte l’ouverture à ce qui est, sans y opposer notre déni.

 

Dans notre vie, nous avons probablement tous vécu des événements difficiles, des expériences que nous considérions comme douloureuses mais qui, au final et avec le recul, se sont avérées de vraies bénédictions, soit en nous protégeant d’un désastre encore pire, soit en nous offrant une occasion exceptionnelle de grandir, de guérir, soit en nous permettant de faire un virage bénéfique majeur dans notre vie. Ainsi, nous savons au fond de notre cœur que la Vie sait toujours mieux que nous ce dont nous avons besoin à chaque instant et qu’elle nous offre toujours exactement ce qui est nécessaire à notre évolution en ce moment.

 

Nous pouvons réévaluer l’ensemble des expériences de notre vie et y trouver le cadeau que chacune d’entre elles nous a laissé.

 

Chaque fois que la souffrance est présente, demandons-nous à quoi nous résistons. Bien sûr que nous préférerions tous que ce virus n’existe pas. Mais puisqu’il existe, c’est qu’il est aussi porteur de messages importants pour l’humanité qui est touchée, et pour chacun d’entre nous aussi. Bien sûr que nous aurions préféré que notre couple traverse les années en nageant dans le bonheur, mais si nous avons connu une rupture, c’est que quelque chose de mieux nous attend, ou qu’une période d’introspection et nécessaire à notre évolution spirituelle.

 

Ce n’est pas de la pensée positive que de savoir que chaque événement sert notre évolution, que chaque personne rencontrée nous reflète un aspect de nous que nous devons démasquer, que chaque irritation nous indique une blessure à guérir, un nœud à dénouer. Cela, c’est l’expérience de la Vie, celle que chacun d’entre nous est appelé à faire jour après jour, en toute conscience, avec le plus d’humilité possible car nous sommes ici sur terre pour évoluer et d’apprendre à redécouvrir qui nous sommes vraiment. C’est le chemin sur lequel nous avançons inlassablement, peu importe les événements que nous rencontrons. C’est la Foi que nous avons envers la grande sagesse de la Vie. Sagesse que nous développons à notre tour petit à petit.

 

C’est l’expérience de Vie qui nous fait grandir, qui nous ouvre le cœur et qui assure notre évolution spirituelle. Et c’est en l’incarnant pleinement que nous avons le plus d’impact autour de nous.

 

www.dianegagnon.com

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost0
21 mars 2020 6 21 /03 /mars /2020 10:31

 

Diane Gagnon -

 

Auteur, Coach, Conférencière

 

 

La Vie a de bien drôles de façons de nous mettre face à nos choix, à nos contradictions, même à nos tentatives de fuite!

 

Puisque beaucoup sont confinés à la maison ou en isolement prolongé, nous voici obligés de faire face à NOTRE réalité, celle qui se passe dans notre foyer. Nous voilà confrontés à regarder en face quelle est devenue la nature de nos relations avec nos enfants, nos parents peut-être et surtout notre conjoint/e.

 

Pas de sortie possible pour se changer les idées, pas de réception avec nos amis, pas de discussions au boulot, pas d’apéro du jeudi soir au bar, pas de cinéma, pas de restos, pas de boutiques à faire… Nous sommes plus que jamais obligés de regarder ce qui se passe dans notre cour.

 

 

On pourrait appeler ça l’épreuve du feu : c’est un test qui mesure la solidité d’une chose, d’une relation, d’une situation. Combien de temps allons-nous tenir avant que tout saute? Si nous avions l’habitude de nous voiler le visage face à notre relation conjugale qui fait semblant de vivre depuis toutes ces années, alors nous trouverons l’épreuve du feu très éprouvante. Si nos relations avec nos ados survivent mieux lorsque l’un de nous est absent, alors nous serons appelés à redéfinir notre rôle de parent en présence. Si, malgré l’amour que nous portons à nos enfants, nous aimions mieux faire autre chose que d’être avec eux à temps plein, alors cette épreuve de feu nous obligera à réévaluer nos valeurs, nos choix, nos priorités.

 

Nous ne pourrons pas fuir cette fois, nous devrons regarder en face ce qu’est devenue notre vie. Nous devrons mesurer les conséquences de nos choix antérieurs et redéfinir ce que nous voulons vivre à partir de maintenant.

 

 

Certains couples survivent depuis quelques années parce qu’ils sont devenus experts de la fuite de l’intimité. La Vie les oblige maintenant à ne plus fuir, à affronter ce qui ne marche plus, à tenir cette conversation que l’on tente d’éviter depuis des années, à apporter les changements nécessaires, à prendre les meilleures décisions pour les deux parties afin que le Bonheur et l’Amour puissent avoir une chance de revenir dans leur vie, ensemble ou pas.

 

C’est tout un défi que de se voir ainsi en huis clos forcé, de cesser de faire semblant que tout va bien, d’apprendre à se parler autrement, de tenter de se redéfinir ensemble ou séparément.

 

Certains pourront profiter de cette situation unique pour raviver la flamme qui vacille entre eux depuis trop longtemps. D’autres prendront la décision de chercher ensemble des solutions, réalisant tout à coup que l’on tient à l’autre, mais qu’il y a des ajustements à faire pour que le bien-être revienne. D’autres enfin, cesseront de fuir leur réalité et affronteront la décision qu’ils repoussent depuis tant d’années. Nous avons tous droit au bonheur, mais pour cela, il faut accueillir notre réalité actuelle afin de faire de meilleurs choix lorsque c’est possible. Le temps des mensonges, de la fuite et des cachotteries est terminé. La Vérité est appelée au grand jour, dans toutes les sphères de notre vie.

 

 

Cette épreuve du feu laissera des traces indélébiles, mais je suis persuadée qu’elle favorisera de meilleurs choix pour tous dans un avenir rapproché. Se choisir, c’est encore le choix qui nous offre le plus de possibilités d’être heureux. Ne passons pas à côté de cette ultime opportunité.

 

www.dianegagnon.com

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost0

Présentation

  • : cheminphilosophique
  • : Je suis passionnée de philosophie, je partage avec vous ces textes et citations qui font partie de moi.
  • Contact

Bienvenue sur mon blog!

Entrer chez moi, c'est découvrir mes idéaux, mes créations personnelles et d'autres thèmes qui me passionnent.
 

Bonne visite !

 

 

Ce blog a été créé le 22-08-2010 par mon adorable petit-fils Maxime


 

1 NOUVELLE SEPARATION

 

***

hobbies

 

  compteur pour blog