Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
8 juin 2014 7 08 /06 /juin /2014 08:42

 

 

 

L'état de perception

 

 

 

Tout problème, pour être bien compris, exige évidemment une certaine intelligence ; Et cette intelligence ne peut pas être celle d'un esprit spécialisé ; Elle ne naît que lorsqu'on perçoit passivement tout le processus de la conscience, c'est-à-dire lorsqu'on est conscient de soi-même, sans choisir entre ce qui est bien et ce qui est mal. Lorsque vous êtes passivement en état de perception, vous voyez qu'à travers cette passivité – laquelle, loin d'être paresse ou sommeil, est extrême vivacité - le problème a un tout autre sens ; En effet, il n'y a plus d'identification avec lui, donc pas de jugement et par conséquent il commence à révéler son contenu. Si vous êtes capable de faire cela constamment, continuellement, chaque problème peut être résolu en profondeur et non plus en surface. Là est la difficulté, car la plupart d'entre nous sont incapables d'être passivement lucides, de laisser le problème raconter son histoire sans que nous l'interprétions. Nous ne savons pas nous examiner sans passion. Nous en sommes incapables parce que nous voulons que notre conflit, en sa résolution, produise un résultat ; Nous voulons une réponse, nous poursuivons une fin ; Ou bien nous essayons de traduire le problème selon notre désir ou notre souffrance ; Ou encore nous avons déjà une réponse sur la façon dont il faut le traiter. Ainsi nous abordons un problème qui est toujours neuf d'un point de vue qui est toujours vieux. La provocation est neuve, mais notre réponse est vieille et notre difficulté est d'aborder la provocation d'une façon adéquate, c'est-à-dire pleinement. Le problème est toujours une question de relations - avec des choses, des personnes, des idées - : il n'y en a pas d'autre ; Et pour correspondre exactement aux exigences perpétuellement changeantes de ces rapports, il faut voir ceux-ci à la fois clairement et passivement. Cette passivité n'est pas une question de détermination, de volonté, de discipline ; Être conscient du fait que nous ne sommes pas passifs : voilà le début. Comprendre que c'est telle réponse particulière que nous voulons à tel problème, c'est déjà nous comprendre en relation avec ce problème ; Et au fur et à mesure que nous nous connaissons dans nos rapports avec lui, voyant quelles réactions il éveille en nous, quels préjugés, quels désirs, quelles ambitions, cette prise de conscience nous révèle le processus même de notre pensée, de notre nature intérieure ; Et en cela est une libération.

 

 

 

 

 

L'important est évidemment de ne pas choisir, car tout choix engendre des conflits. C'est lorsque mon esprit est confus que je choisis ; S'il n'y a pas de confusion, il n'y a pas de choix. Une personne simple et claire ne choisit pas entre faire ceci ou cela : ce qui est, est. Une action basée sur une idée est évidemment issue d'un choix ; Une telle action n'est pas libératrice ; Au contraire, elle n'engendre que de nouvelles résistances, de nouveaux conflits, conditionnés par l'idée.

 

 

 

 

 

L'important est d'être conscient d'instant en instant, sans accumuler les expériences qui en résultent ; Car aussitôt que l'on accumule, on n'est plus conscient qu'en fonction de cette accumulation, de cette image, de cette expérience. Autrement dit, la perception étant conditionnée par l'accumulation, on cesse d'observer, on traduit. Traduction veut dire choix ; Le choix engendre un conflit ; Et dans l'état de conflit il n'y a pas de compréhension.

 

 

 

 

 

La vie étant relations et celles-ci n’étant pas statiques, notre perception doit être souple, agilement passive et non agressivement active. Ainsi que je l’ai dit, cette lucidité passive n'est le fruit d'aucune forme de discipline ; Elle consiste à être conscient, d'instant en instant, de nos pensées et de nos sentiments, et non seulement à l'état de veille, car nous verrons, au fur et à mesure que nous nous approfondirons en nous-mêmes, que nous commencerons à rêver, à rejeter à la surface toutes sortes de symboles que nous traduirons sous formes de rêves. Ainsi nous ouvrons la porte à ce qui est caché en nous, qui devient le connu ; Mais pour trouver l'inconnu il nous faut aller au-delà de la porte et c'est la notre difficulté. La réalité n'est pas une chose que l'esprit puisse connaître, car l'esprit est le résultat du connu, du passé ; Donc l'esprit doit se comprendre et comprendre son fonctionnement, sa vérité et alors seulement est-il possible à l'inconnu « d'être ».

 

 

 

~

 

 

 

« L'état de perception » - Chapitre 12 de : La Première et Dernière Liberté

 

par Krishnamurti

 

traduction de Carlo Suares

 

préface par Aldous Huxley

 

 

 

 

 

http://www.choix-realite.org/7126/se-connaitre

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
6 juin 2014 5 06 /06 /juin /2014 08:22

 

 

 

 

 

Nous connaître veut dire connaître nos rapports avec le monde ; Non seulement avec le monde des idées et des hommes mais aussi avec la nature et avec les objets que nous possédons. Car c'est cela notre vie : la vie est un état de relation avec le tout. Et pour comprendre ces relations, est-il nécessaire d'être un spécialiste ? Evidemment pas. Il suffit d'être assez lucide pour aborder la vie en tant que totalité. Comment être lucide ? C'est cela notre problème : comment être en état de perception aiguë ? Comment aborder la vie intégralement, non seulement dans nos relations avec le monde extérieur, mais aussi dans nos rapports avec ce que l'esprit fabrique sous formes d'idées, d'illusions, de désirs, etc. ? Comment être conscient de tout ce processus des relations ? Car c'est de cela qu'est faite notre vie ; Il n'y a pas de vie sans relation. Baser la connaissance de soi sur la perception claire et totale du processus des relations est le contraire de l'isolement.

 

 

 

 

 

Comment être lucide ? Comment sommes-nous conscients de quoi que ce soit ? Des relations que nous avons avec les hommes, avec les arbres, avec les chants des oiseaux ? De celles que suscite en nous la lecture d'un journal ? Sommes-nous conscients de nos réactions profondes aussi bien que des réponses superficielles de l'esprit ? Nous sommes d'abord conscients d'une réaction à un stimulus, ce qui est évident : je vois un arbre et il y a réaction, puis sensation, contact, identification, désir. C'est le processus habituel et nous pouvons l'observer tel qu'il se produit sans avoir besoin de l'étudier dans des livres.

 

 

 

 

 

Par l'identification nous éprouvons du plaisir ou de la souffrance. Notre « capacité » consiste alors à adhérer au plaisir et à éviter la souffrance. Si une chose nous intéresse, si elle nous donne du plaisir, il y a immédiatement une «capacité», il y a une prise de conscience et si cette chose nous fait souffrir, la « capacité » se développe de l'éviter. Or, tant que pour nous connaître, nous développons notre « capacité » de le faire, je pense que nous devons échouer, car il ne peut être question de « capacité » dans la connaissance de soi. Il ne s'agit pas d'une technique à mettre au point, à perfectionner, à aiguiser en y mettent le temps. Cette perception de soi peut être constamment mise à l'épreuve au cours de nos relations avec les choses les plus simples, dans la façon dont nous parlons, dont nous nous comportons. Examinez-vous sans identification, sans comparaisons, sans condamnation ; Observez simplement et vous verrez une chose extraordinaire avoir lieu : non seulement vous mettez fin à une activité qui est inconsciente (et la plupart de nos activités le sont) mais vous devenez conscient des mobiles de cette action, sans enquête, sans analyse.

 

 

 

 

 

La personne lucide est celle qui voit le processus total de sa pensée et de son action ; Mais cette vision ne peut se produire que lorsqu'il n'y a aucune condamnation. En effet, condamner c'est ne pas comprendre ; C'est une façon d'éviter de comprendre. Je crois qu'en général nous le faisons exprès : nous condamnons immédiatement et croyons avoir compris. Si nous ne condamnons pas nos actes mais les regardons, leur contenu, leur vraie signification s'ouvrira, au contraire, à nous. Faites-en l'expérience et vous verrez qu'il en est ainsi. Soyez simplement en état de perception, sans aucun sens de justification. Cela peut vous paraître négatif, mais cela ne l'est pas. Au contraire, cette approche a un caractère de passivité qui est action directe ; Vous vous en rendez compte en l'essayant.

 

 

 

 

 

Après tout, si vous voulez comprendre quelque chose, vous devez vous mettre dans un état d'esprit passif ; Vous ne spéculez pas indéfiniment dessus, émettant mille idées et mille questions ; Car pour recevoir le contenu de la chose vous devez être sensitif ; Vous devez l'être à la façon d'une plaque photographique. Si je veux vous comprendre, je dois être dans un état passif de perception et alors vous commencez à me raconter toute votre histoire. Il ne s'agit évidemment pas là de capacité ou de spécialisation. Au cours de ce processus, nous commençons à nous comprendre nous-mêmes, non seulement dans les couches les plus en surface de notre conscience, mais dans les couches profondes, ce qui est bien plus important, car c'est là que sont nos mobiles, nos intentions, nos désirs confus et secrets, nos angoisses, nos craintes, nos appétits. Peut-être les dominons-nous extérieurement, mais intérieurement ils sont en ébullition. Tant que nous ne les comprenons pas par la conscience que nous en avons, il n'y a évidemment pas la liberté, pas de bonheur, pas d'intelligence.

 

 

 

 

 

L'intelligence n'est pas une affaire de spécialisation, mais, est au contraire, la perception du processus total de notre être. Faut-il se spécialiser pour se voir ? C'est ce que vous faites constamment, pourtant. Il y a le prêtre, le docteur, l'ingénieur, l'industriel, l'homme d'affaires, le professeur ; Nous avons la mentalité inhérente à toute cette spécialisation. Pour réaliser la plus haute forme d'intelligence - qui est la vérité, qui est Dieu, qui ne peut pas être décrite- nous croyons qu'il nous faut devenir des spécialistes. Nous étudions, nous tâtonnons, nous explorons ; Et, avec la mentalité de spécialistes, ou le concours de spécialistes, nous nous étudions afin de développer en nous une capacité, laquelle nous permettrait de mettre à nu nos conflits et nos misères.

 

 

 

 

Notre problème est – dès que nous sommes tant soit peu conscients – le suivant : les conflits, les misères et les chagrins de notre vie quotidienne peuvent-ils être résolus par d’autres que nous-mêmes ? Et s’ils ne le peuvent pas, comment devons-nous les aborder ?

 

Partager cet article
Repost0
4 juin 2014 3 04 /06 /juin /2014 08:15

00 A PROPOS DE L EGO

 

 

 

Comme cela est expliqué dans l’enseignement de l’A.M.O.R.C., tout être humain possède un ego, c’est-à-dire un “moi“ objectif, apparent, auquel il s’identifie à l’état de veille et à travers lequel les autres le perçoivent dans la vie quotidienne. En psychologie, ce “moi“ correspond au “je“, qui devient “il“ ou “elle“ pour autrui. Combiné à notre corps physique, tel qu’il nous apparaît et tel qu’il apparaît aux autres, il forme notre individualité. Autrement dit, il fait de chacun de nous un individu à la fois conscient de lui-même et distinct des autres.

 

 

 

En raison même de sa nature, l’ego a tendance à se distinguer, à attirer l’attention sur lui, à se mettre en évidence pour ne pas dire en scène, à se montrer à son avantage, à rechercher la considération et les honneurs, à plaire, etc. Parallèlement, il a tendance également à se centrer sur lui-même, à ne voir que son intérêt propre, à ne se préoccuper que de lui, à être exclusif, etc. Comme vous l’aurez compris, c’est cette tendance qui explique pourquoi les hommes que nous sommes sont enclins à être orgueilleux et égocentriques. Or, ces deux inclinaisons sont deux défauts majeurs que nous devons apprendre à maîtriser, car ils créent des rapports de force entre les individus et nuisent à la société.

 

 

 

À partir du moment où l’on admet que l’orgueil et l’égocentrisme sont des défauts de la nature humaine, on devrait s’employer à les sublimer, non seulement dans son intérêt propre, mais également dans celui des autres. Or, la société actuelle les cultive et les encourage, ce qui explique en grande partie l’engouement que suscitent la “starisation“ et la “pipolisation“. Pratiquement aucun domaine n’y échappe : la politique, le sport, l’art, le cinéma, la chanson, le journalisme, les jeux télévisés, etc. C’est à qui passera à la radio ou à la télévision pour acquérir la célébrité, la notoriété et même la gloire, ou pour l’entretenir à n’importe quel prix, y compris en se rendant ridicule.

 

 

 

On rapporte que le roi David aurait déclaré il y a près  de 3000 ans : « Vanité, vanité ; tout est vanité. » Que dirait-il s’il revenait aujourd’hui en ce monde ? Alors que l’homme est sur terre pour apprendre à transcender son ego et à exprimer dans son comportement les vertus de l’âme qui l’anime, dont l’humilité et la modestie, on l’incite à tout faire pour être admiré, adulé et vénéré. Sans le vouloir vraiment, les médias en général et la télévision en particulier ont enfanté une nouvelle religion, fondée sur le culte de l’ego : “l’égocultisme“. Malheureusement, cette nouvelle religion, largement relayée par Internet, ne peut rien apporter de bon à l’humanité, car elle est fondée sur des valeurs fausses qui éloignent l’homme de lui-même, de l’autre et, si on croit en Lui, de Dieu.

 

 

 

Est-ce à dire qu’il faut combattre notre ego et nous employer à le détruire ? Non, d’autant qu’il fait partie de nous-mêmes et qu’il est donc impossible de l’annihiler. Nous devons plutôt apprendre à le maîtriser et à le canaliser vers des objectifs utiles et constructifs. La meilleure manière d’y parvenir est précisément d’éveiller l’humilité et la modestie, ce qui suppose d’accorder plus d’importance à l’être qu’au paraître. Cela est d’autant plus difficile que la société actuelle, comme je l’ai dit précédemment, encourage le culte du «moi je». Pourtant, c’est l’un des objectifs à atteindre pour quiconque aspire à l’état de sagesse.

 

 

Serge Toussaint

Grand Maître de l’Ordre de la Rose-Croix

 

 

http://www.blog-rose-croix.fr/a-propos-de-lego/

 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
2 juin 2014 1 02 /06 /juin /2014 07:44

00 A PROPOS DE L HARMONIE

 

Dans la mythologie grecque, Harmonie était la fille d’Arès, dieu de la guerre, et d’Aphrodite, déesse de l’amour, deux divinités de nature opposée. Elle épousa Cadmos, fondateur de Thèbes. On rapporte que les dieux assistèrent exceptionnellement au mariage de ce mortel et de cette déesse, et leur offrirent des cadeaux somptueux, dont une lyre en bois précieux à Cadmos, et un magnifique collier à Harmonie. Selon la légende, celui-ci lui fut dérobé et passa aux mains de multiples personnes, qui toutes connurent des destins tragiques. D’une manière allégorique, on peut voir en cela l’illustration du fait que celui ou celle qui rompt l’harmonie en subit tôt ou tard les conséquences, ce qui fait penser à la notion de karma.

 

 

Indépendamment de son origine étymologique, le mot « harmonie » est défini généralement comme « le rapport heureux entre les parties d’un tout (formes, couleurs, sons, rythmes, etc.), en particulier d’une œuvre artistique ». Cette définition résume à elle seule ce que l’art devrait être à travers la sculpture, la peinture, la musique, etc. Or, force est de constater que nombre d’œuvres supposées artistiques ne le sont que de nom, tant elles révèlent une absence totale d’harmonie, au point même que certaines sont disharmonieuses, disgracieuses, discordantes, etc. Vu sous cet angle, l’art me semble indissociable de deux notions complémentaires : l’esthétique et la beauté.

 

 

Une autre définition du mot «harmonie» me paraît intéressante : « État des relations entre des personnes ou dans un groupe humain, qui résulte de l’accord des pensées, des sentiments, des volontés. » En application de cette définition, l’absence totale d’harmonie se traduit alors par la discorde et tout ce qu’elle peut générer en termes d’oppositions, de conflits et même de guerres. Si l’on en juge par l’état actuel du monde, nous devons malheureusement reconnaître qu’il est bien loin d’être harmonieux et que les relations entre les individus, que ce soit d’ailleurs à l’intérieur d’un même pays ou entre pays différents, sont plutôt chaotiques. Mais restons confiants : au-delà des apparences, l’humanité évolue graduellement vers l’unité…

 

 

S’il est important de cultiver l’harmonie entre les individus, il est primordial également de la réaliser en nous-mêmes, et ce, sur les quatre plans de notre être : sur le plan physique, en accordant le soin voulu à notre santé ; sur le plan mental, en nous efforçant d’avoir de bonnes pensées ; sur le plan émotionnel, en nous évertuant à entretenir de beaux sentiments ; sur le plan spirituel, en œuvrant à l’évolution de notre âme et en prenant le temps de nous harmoniser régulièrement avec l’idée que nous nous faisons de Dieu. Ce n’est qu’en réalisant l’harmonie sur chacun de ces quatre plans que nous pouvons connaître la paix intérieure, la paix profonde si chère aux Rosicruciens.

 

 

 

Mais que serions-nous sans la nature ? Non seulement nous lui devons la vie, mais c’est en elle également que réside notre survie. En cela, elle est effectivement la mère de tous les êtres vivants qui peuplent notre planète, mais une mère à laquelle nous sommes liés tout au long de notre existence et dont nous dépendons au quotidien. À l’instar de l’univers, elle est régie par des lois dites naturelles, lesquelles sont fondamentalement constructives. Or, le bien-être auquel nous aspirons dépend également de notre aptitude à respecter ces lois et à vivre en harmonie avec elles. Cela suppose de les étudier, ce que font les membres de l’A.M.O.R.C. à travers leur enseignement.

 

 

Serge Toussaint

Grand Maître de l’Ordre de la Rose-Croix

 

 

http://www.blog-rose-croix.fr/a-propos-de-lharmonie/

 

 

Partager cet article
Repost0
31 mai 2014 6 31 /05 /mai /2014 08:47

00 LOGO PETITE DOUCEUR DU COEUR

 

Lorsque vous souffrez, quand vous êtes malheureux, restez complètement avec ce qui est, au Présent. Le malheur ou les problèmes ne peuvent survivre dans le Présent.

 

 

La souffrance est déclenchée lorsque vous apposez mentalement à une situation l’étiquette d’indésirable ou de mauvaise. Vous avez du ressentiment face à une situation, et ce ressentiment la personnalise et amène un « moi » réactif.

 

 

On a l’habitude de nommer et de cataloguer, mais on peut rompre avec cette manie. Commencez une pratique de « non-étiquetage » par de petites choses. Si vous ratez l’avion, cassez une tasse ou glissez dans la boue, pouvez-vous vous retenir d’appliquer à cette expérience l’étiquette de « mauvaise » ou de « pénible » ? Pouvez-vous immédiatement accepter l’instant tel qu’il est ?

 

 

Le fait de donner à une chose l’étiquette de « mauvaise » provoque en vous une contraction émotionnelle. Lorsque vous la laissez être, sans la qualifier, un pouvoir énorme est soudain mis à votre disposition.

 

 

La contraction vous sépare de ce pouvoir, du pouvoir de la Vie même.

 

 

Dépassez le bien et le mal en vous empêchant de donner à quoi que ce soit l’étiquette mentale de « bon » ou de « mauvais ». Lorsque vous dépassez l’habitude d’étiqueter, la force de l’univers passe par vous. Lorsque vous êtes en relation non réactive avec des expériences, ce que vous auriez appelé « mauvais » reçoit un redressement rapide, sinon immédiat, par la force de la Vie même.

 

Observez ce qui a lieu lorsque vous n’utilisez pas l’étiquette de « mauvaise » et que vous choisissez plutôt une acceptation intérieure, un « oui » intérieur, et laissez cette chose être telle qu’elle est.

 

— Source : Eckart Tollé, Quiétudes

 

 

  

« Quelle que soit votre situation dans la vie, comment vous sentiriez-vous si vous l’acceptiez telle quelle – dès maintenant ? »

 

http://www.lapetitedouceur.org/article-pratiquez-le-non-etiquetage-122309431.html

 

 

Partager cet article
Repost0
29 mai 2014 4 29 /05 /mai /2014 08:59

00 A PROPOS DE LOI D ATTRACTION

 

Depuis quelques années, on entend parler, à travers des livres et des sites Internet, de la « loi d’attraction ». Les explications données varient en fonction des auteurs, et selon les cas, ont une connotation plutôt religieuse, plutôt new âge ou plutôt spiritualiste, voire mystique. Il ne m’appartient pas de commenter ces explications, chacun étant libre d’y adhérer ou non, tout ou partie. Cela étant, et contrairement à ce que pensent de nombreuses personnes qui semblent découvrir l’existence de cette loi, elle n’a rien de nouveau dans son essence. Ce qui l’est, c’est sa dénomination.

 

 

Au regard de la philosophie rosicrucienne, ce que l’on appelle « loi d’attraction » est la synthèse d’une loi (le karma) et d’une faculté (la création mentale). Le karma, appelé également « loi de compensation », opère de telle manière que chacun récolte (attire) tôt ou tard ce qu’il a semé, en positif comme en négatif. Cela veut dire que notre destin est en grande partie conditionné par ce que nous pensons, disons et faisons au quotidien, ce qui implique notre libre arbitre. Si je précise « en grande partie », c’est parce qu’il nous arrive d’être confronté à des épreuves qui ne sont pas karmiques, mais qui sont dues au fait qu’il est impossible de vivre sur Terre sans jamais être éprouvé. À l’inverse, on peut connaître des moments de bonheur qui ne résultent pas de notre comportement, mais d’un heureux concours de circonstances.

 

 

Quant à la création mentale, il s’agit de la faculté qui consiste, au moyen de la visualisation, à créer mentalement ce que nous souhaitons voir se réaliser (attirer) dans notre vie. La méthode à suivre est enseignée aux membres de l’A.M.O.R.C. dès le début de leurs études, de sorte qu’ils l’utilisent régulièrement pour orienter leur vie aussi positivement que possible. Cela étant, il serait mensonger de laisser supposer qu’il suffit de vouloir que telle ou telle chose de positif nous arrive pour que cela se produise effectivement. En effet, il faut le mériter karmiquement. Par ailleurs, on doit agir en conséquence, car chacun connaît l’adage « Aide-toi ; et le ciel t’aidera ».

 

 

Conformément aux explications précédentes, la loi d’attraction désigne plutôt le principe selon lequel tout être humain peut “attirer” dans sa vie des événements conformes à ses désirs les plus chers, mais ce, dans les limites du karma positif et négatif qu’il se crée lui-même par les choix qu’il fait. Cela suppose, non seulement d’utiliser le pouvoir créateur de la pensée, mais également de s’évertuer à bien penser, bien parler et bien agir au quotidien. Quiconque parvient à concilier ces deux exigences a toutes les chances de vivre heureux, sachant que le bonheur est une quête de chaque instant.

 

 

Dans son expression la plus élevée, la loi d’attraction correspond à la loi d’amour. Dans la matière, c’est cette loi qui conduit les atomes à s’attirer pour former des molécules, qui s’attirent à leur tour pour former les substances matérielles. Dans les règnes végétal et animal, elle suscite l’attirance entre les polarités mâle et femelle, afin que les espèces puissent se reproduire. Elle œuvre également à travers le règne humain, où elle génère, non seulement l’attraction entre les sexes, mais également et peut-être surtout entre les personnalités, et même les âmes. En fait, elle est sur Terre l’expression de l’Amour universel, cette Force extraordinaire qui est à l’origine de toute la Création et qui, au-delà des apparences, l’anime et la maintient.

 

Serge Toussaint


Grand Maître de l’Ordre de la Rose-Croix


http://www.blog-rose-croix.fr/a-propos-de-loi-dattraction/

 

 

 

Partager cet article
Repost0
27 mai 2014 2 27 /05 /mai /2014 08:24

00 MEDITATION POUR LA PAIX DANS LE MONDE

 

 

Méditation pour la Paix dans le Monde Et le Bonheur de tous ses Êtres vivants.

 

 

En collaboration avec une fidèle lectrice (déjà à l’initiative de la méditation pour réconforter les Philippins), nous vous invitons à partager une méditation pour la paix dans le monde et le bonheur pour chaque être y vivant, quel que soit le règne auquel il appartient le :


Vendredi 30 mai 2014 à 21h (heure de Paris, 15h pour Montréal)

 

Merci de diffuser cette information le plus largement possible (blogs, sites, réseaux sociaux…) afin que nous soyons très nombreux à nous réunir « dans le cœur » pour cet objectif auquel nous sommes tous très attachés :

 

RÉALISER LA PAIX DANS LE MONDE MAINTENANT

 

 

Regroupés de la sorte, nous avons ainsi un immense pouvoir, ne l’oublions pas. NOUS SOMMES UN, et avec l’aide du Divin, tout est possible, quelque soit le nom que nous donnons au Divin en chacun de nous. Pour certains, cette force intérieure sera Dieu, Bouddha, Mahomet tout simplement, pour d’autres la Source, le Grand Tout, le Sans Nom etc., mais là, n’est pas l’essentiel.

 

Que nous ayons une religion ou pas, cela n’a pas d’importance, ce qui compte est uniquement notre désir de faire disparaître les tensions à l’échelle mondiale sur notre belle planète bleue MAINTENANT !

 

Nous savons tous, que plus nombreux nous serons à concentrer nos énergies par la pensée, plus le résultat sera fort et positif. Ne dit-on pas que la foi soulève des montagnes ?

 

Réalisons et Croyons à notre méditation :

 

Sentons-nous très à l’aise et heureux de participer à cette méditation qui va avoir un impact très important sur les problèmes cruciaux que connaissent encore de trop nombreux pays actuellement (Nigeria, Mali, Ukraine, Syrie, les Balkans, Égypte, etc.)

 

Installons-nous quelques instants avant l’heure indiquée toutes et tous bien disponibles, confortablement installés afin que nos corps soient parfaitement détendus et prenons pour cela quelques profondes inspirations et expirations.

 

Fusionnons en notre centre cardiaque les rayons incandescents du Grand Soleil Central et l’énergie lumineuse du centre de la Terre. Imaginons alors que partent de notre cœur grand ouvert les rayons d’un magnifique Soleil d’Amour et de Lumière, en dirigeant ce beau spectacle de Lumière arc-en-ciel vers tous les êtres souffrant encore actuellement sur notre Planète abîmée par les pensées négatives de juste quelques hommes.

 

Afin de concrétiser certaines pensées :

 

Ayons une pensée d’Amour pour ces adolescentes kidnappées au Nigeria ainsi qu’à leur famille respective, afin qu’un dénouement rapide et heureux leur permette de retrouver toutes la liberté.

 

Adressons notre réconfort aux réfugiés et habitants de Serbie et de Bosnie, aux mineurs de Turquie et leurs familles. Soutenons les Thaïlandais dans leurs efforts à retrouver une vie sociale apaisée.

 

Profitons-en également pour avoir une pensée compatissante d’espoir pour tous les otages, qui encore à l’heure actuelle, restent prisonniers à travers le monde et attendent leur libération.

 

Souhaitons à tous les êtres vivant sur notre planète, la Paix, la Santé et…la nourriture en suffisance pour ceux qui en sont hélas, à ce jour encore privés. Cela est primordial.

 

En ces temps de transformations, de grands changements, envoyons tous ensemble notre Amour à tous ceux qui désirent le recevoir et l’acceptent volontiers, dans tous les pays, sur tous les continents, pour tous les peuples, et tous les règnes affligés.

 

Imaginons la fin de tous les conflits.

 

Si le besoin s’en fait sentir, à nouveau quelques inspirations/expirations pourraient être utiles …

 

Pour terminer la méditation, imaginons alors tout cet Amour, cette Lumière partant de nos cœurs et descendre jusqu’à celui de notre Mère-Terre Gaïa pour la remercier, elle qui nous aime tant.

 

Un immense merci à toutes les personnes qui auront la gentillesse de se joindre à nous pour cette méditation.

 


Que la Lumière ne nous quitte plus jamais et que la Joie nous inonde pour toujours.

 

Manuella et Jean-Marc

 

 

http://nouveaumonde.clicocila.fr/meditation-pour-la-paix-dans-le-monde/#more-5156

 

 

 

Partager cet article
Repost0
25 mai 2014 7 25 /05 /mai /2014 08:22

 


 

00POUR TEXTE FETE DES MERES

 

 

Pour toutes celles qui ont encore la chance d'avoir leur maman
Pour toutes les mamies
Pour celles qui n'ont plus leur maman

NOTRE DEVOIR

De penser à elles en ce jour!
Ne pas les oublier
Leur dire qu'elles sont divines
Uniques
Leur souhaiter une bonne fête des mères

CE MOT SI CHER DANS NOTRE BOUCHE
MAMAN!!

Un mot qui ne doit jamais s'user
N'oublions pas qu'elles nous ont donné le jour
Qu'elles ont souffert en silence pour nous mettre au monde
Qu'elles nous ont porté 9 mois pour nous donner la vie
Qu'elles nous offrent leur amour
Qu'elles resteront à tout jamais notre maman
Le jour de leur fête "fête des mères" ne doit jamais s'oublier aucune excuse n'est permise
Nous devons leur prouver notre amour
Même si nous nous trouvons au bout du monde! Nous pouvons leur téléphoner
Leur envoyer des fleurs et surtout leur dire
JE T'AIME JE T'ADORE MAMAN CHERIE


RHOLIANE

http://www.frizou.org/blog/1/1/preview.php?id=406&cat_id=&p=&search=#ontitle

 

 

 

 


 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
23 mai 2014 5 23 /05 /mai /2014 09:24

00 1 er TEXTE MATIN MAGIQUE

 

On a tous appris que l’on gagne à accueillir les épreuves aussi sereinement que possible si on veut être en harmonie avec la vie. Et de toute façon, on sait que l’on ne peut jamais être vraiment certain qu’une chose est aussi négative qu’elle le semble… Même ce que l’on craint le plus au monde peut s’avérer être le plus beau des cadeaux, en fin de compte.

 

 En théorie, c’est tout simple et mignon. Mais au quotidien, il peut être assez difficile de se le rappeler, n’est-ce pas?

 

 

Depuis quelque temps, il y a un petit processus que je fais spontanément pour me reconnecter à ces vérités, quand j’ai l’impression que la planète ne tourne pas dans la bonne direction. C’est vraiment tout simple (et mignon…), et j’ai pensé le partager avec vous aujourd’hui.

 

Allons-y…

 

Pour commencer, pensez à une mauvaise surprise que vous avez eue récemment, un élément de votre vie qui ne va pas comme vous le voulez et qui vous amène à vous contracter. Cela n’a pas besoin d’être spectaculaire, il peut s’agir d’un simple bouchon de circulation.

 

 

Ensuite, pensez à une chose que vous voulez profondément… Une vision absolument délicieuse qui vous fait vraiment, vraiment vibrer. Il peut s’agir d’un objectif traditionnel, mais aussi d’un objectif plus «intérieur» – comme le fait d’être profondément serein et comblé.

 

 

Puis, voici ce que je vous propose : imaginez une façon par laquelle l’événement indésirable identifié tout à l’heure pourrait vous mener à l’aboutissement de ce magnifique désir. Même s’il n’y a apparemment aucun rapport entre les deux.

 

 

Par exemple, si vous venez de constater que votre enfant n’a pas de bons résultats scolaires et que cela vous donne l’impression que la vie s’est tournée contre vous, prenez une grande respiration, puis imaginez comment cette situation pourrait vous aider à concrétiser un de vos désirs profonds – celui de vivre de votre passion, disons. (Toujours par exemple : peut-être qu’en allant rencontrer les professeurs à l’école, vous tisserez des liens avec un autre parent, qui s’avérera avoir de bons outils à vous conseiller pour commencer à exercer cette nouvelle profession.)

 

 

Il faut parfois être assez créatif, et le trajet imaginaire entre la mauvaise surprise et l’aboutissement de notre rêve peut certainement sembler tiré par les cheveux, parfois. Ce n’est pas si important. Le but de cet exercice est de nous ouvrir l’esprit – de «casser» cette partie de nous qui peut être si rigide et si compacte. Il sème un petit doute, et ainsi, il nous libère de la certitude-béton que la mauvaise surprise est fondamentalement mauvaise. Et à partir de ce moment, il y a assez d’espace pour que la paix puisse commencer à s’installer.

 

 

On pourrait arriver au même résultat  simplement en imaginant diverses conséquences positives qui pourraient découler de la mauvaise surprise (ou en imaginant les conséquences beaucoup plus négatives qu’elle nous permet peut-être d’éviter sans qu’on le réalise), mais en ce qui me concerne, je remarque que connecter les événements indésirables à ce que je désire le plus au monde est souvent plus percutant. C’est même devenu un réflexe… En général, je n’ai plus vraiment besoin d’imaginer le trajet entre la mauvaise surprise et la concrétisation de mon rêve pour me libérer de cette impression de négativité. Le simple fait de savoir qu’il y a quelques trajets possibles – et il y en a toujours – est assez pour m’apaiser.

 

 

La vie est si douce lorsqu’on abandonne l’idée qu’elle puisse être contre nous…

 

http://matinmagique.com/mx22.html

    

 

Partager cet article
Repost0
21 mai 2014 3 21 /05 /mai /2014 08:33

 

 

00 LOGO PETITE DOUCEUR DU COEUR

 

 

Lorsque différentes espèces d’arbres sont soumises aux mêmes conditions difficiles (par exemple, un sol très pauvre), certaines se

  développent alors que d’autres dépérissent.


Il en va de même pour les êtres humains.


 Dans les mêmes conditions, quelques-uns évoluent alors que d’autres régressent.

Pourquoi ?

Simplement parce que certains renoncent à blâmer quelqu’un ou quelque chose pour leurs difficultés ;  alors que d’autres blâment

  leurs conditions difficiles.


Et ceci leur donne une excuse pour ne rien faire.

 

 

 

Lorsque vous blâmez une source externe pour vos problèmes ou votre stagnation, vous renoncez à votre capacité de réagir.

 Le blâme vous empêche d’assumer votre responsabilité de corriger la situation.


Vous renoncez ainsi à votre pouvoir de surmonter la difficulté. Il y a toujours quelque chose à faire.

 Parfois,la seule solution possible est de changer notre état d’âme. Mais c’est déjà un grand pas dans la bonne direction.

 

 

Tant que quelqu’un ou quelque chose est responsable de ce que vous ressentez, vous renoncez à votre pouvoir de changer votre vie.

 Vous abdiquez votre confiance en vous et vous devenez esclave du monde extérieur.

Reconnaissez plutôt que vous avez la capacité de vous transformer intérieurement malgré les conditions et contraintes externes.


 Il faut comprendre une fois pour toutes que les conditions ne sont

jamais déterminantes.

 


Bien sûr, on ne peut pas les ignorer ou les négliger tout à fait, mais pour avancer, faut savoir que les choses importantes à votre développement ne dépendent que de vous.

 

 

  • Denis St-Pierre / Site Évolution 101

     

     

     

    « On blâme aisément les circonstances, mais on s’en sert rarement pour s’améliorer. »

     

    www.lapetitedouceur.org

     

     

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : cheminphilosophique
  • : Je suis passionnée de philosophie, je partage avec vous ces textes et citations qui font partie de moi.
  • Contact

Bienvenue sur mon blog!

Entrer chez moi, c'est découvrir mes idéaux, mes créations personnelles et d'autres thèmes qui me passionnent.
 

Bonne visite !

 

 

Ce blog a été créé le 22-08-2010 par mon adorable petit-fils Maxime


 

1 NOUVELLE SEPARATION

 

***

hobbies

 

  compteur pour blog