Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
17 août 2015 1 17 /08 /août /2015 08:13
Partager cet article
Repost0
17 août 2015 1 17 /08 /août /2015 07:55
En tant qu'individu…

 

 

 

En tant qu'individu nous nous identifions à notre corps physique, à nos émotions, nos pensées, nos croyances, notre mémoire, notre savoir, etc... Cela crée le sentiment du "moi" limité et séparé.

 

 

 

Nous allons alors nous demander qui nous sommes réellement et notre pensée qui est limitée et qui est à la source de ce "moi" va adopter des stratagèmes pour découvrir qui se tient réellement derrière la pensée.

 

 

Seulement, tant que nous écouterons notre pensée, nous tournerons en rond dans cet espace limité. Bien sûr nous adopterons de nouvelles croyances en nous disant : Ceci est bien et ceci n'est pas bien pour mon chemin spirituel et notre ego se vêtira alors d'une plus belle image mais ce n'en sera pas moins une image faite de nos constructions mentales et nos conditionnements.

 

 

 

Alors ayant tourné et tourné en rond dans cet espace limité arrive un jour où nous cessons d'alimenter les pensées, simplement en nous donnant l'autorisation de ne pas les juger, de ne pas tenter de les capturer ou de les chasser, de ne pas les analyser ni les contrôler.

 

 

 

Le penseur s'efface alors en douceur, la pensée devient plus subtile et s'évapore laissant se révéler le silence infini de la conscience.

 

 

Nous sommes tellement habitués à entendre le vacarme perpétuel du mental que nous n'avons plus conscience qu'en arrière plan existe un monde infini de tranquillité.

 

 

C'est un peu comme le bruit de la ville, nous finissons par ne plus y prêter attention et dès que nous allons en montagne nous prenons à nouveau conscience du silence et du calme, pourtant même en ville le silence est sous-jacent au vacarme.

 

 

Tout le monde à un moment ou un autre a déjà ressenti ce calme infini mais lorsqu'il survient, la pensée se remet aussitôt en route pour tenter de capturer cet instant, cette douce sensation, afin de pouvoir la vivre le plus longtemps possible ou de pouvoir la revivre plus tard, alors cela nous échappe instantanément car nous sommes revenus dans le cadre limité du mental.

 

 

Lorsque nous sommes simplement là, pleinement attentifs, sans rien attendre, sans tenter de retenir cet instant ou d'y échapper, sans analyse, sans contrôle, alors l'observateur s'efface, le penseur s'efface, celui qui est attentif s'efface.

 

 

 

Ne reste plus que l'observation elle-même, l'attention éclairée de la conscience.

 

 

La beauté lumineuse de ce qui Est, rayonne alors de toute sa Splendeur.

 

 

Alors oui, en cet instant, cet instant présent et éternel, hors du temps, nous réalisons que de toute éternité nous sommes cela, cela a toujours été et sera toujours, non pas dans un continuum temps mais hors du temps.

 

 

Sur le plan de la forme et de l'identité, je suis un individu soumis aux lois du changement et sur le plan de l'absolu je suis cela, alors nous pouvons dire que le chemin ou que le fait d'atteindre un état de réalisation est une illusion, un concept, une idée créée par la pensée.

 

Est-ce que vous y croyez ?

 

Hahahahaha….est-ce que votre pensée est en train de dire : Ceci me semble bien ou juste, ceci pourrait me servir et cela je le laisse de côté ?

 

Voyez comment fonctionne la pensée plutôt que de croire ou de ne pas croire ce que je viens d'écrire.

 

 

www.eternelpresent.ch

En tant qu'individu…
En tant qu'individu…
Partager cet article
Repost0
3 août 2015 1 03 /08 /août /2015 08:58
Partager cet article
Repost0
3 août 2015 1 03 /08 /août /2015 08:34

 

 

J’ai reçu cette émouvante histoire de ma sœur de cœur, je la partage avec vous chers abonnés (es) et chers visiteurs (ses).

Le chameau qui pleure ...+ Vidéo

 

 

 

Extraordinaire d'émotion et de sensibilité

 

 

Nous sommes en Mongolie au 21ième siècle. Une chamelle se désintéresse totalement du petit qu'elle vient de mettre bas. Trop de souffrance ?... La caméra filme alors la terrifiante distance qui s'installe entre la chamelle et son rejeton, les tétées empêchées, la fragilité et le rejet.

 

 

Devant les larmes du chameau abandonné, les hommes constatent leur impuissance et s'en remettent à la tradition : - Ils font venir un violoniste, qui, en costume traditionnel, devra tenter d'émouvoir la chamelle, et permettre la réconciliation entre la mère et l'enfant.

 

 

La séquence de rite est tout simplement hallucinante : - Cette séance de musicothérapie en plein désert relève du mystique, et les hommes sont les témoins patients et concentrés d'une nature impérieuse, qui les dépasse et qu'ils respectent. Tout dans le film provoque l'émotion, ou l'émerveillement, sentiments préservés de tout larmoiement par la distance documentaire.

 

 

Et malgré quelques mouvements de caméra un peu intempestifs dans les gros plans, les réalisateurs réussissent à enchanter leurs spectateurs, tout en livrant un regard intelligent et extrêmement pertinent sur une civilisation tout entière, qui fait le grand écart entre les traditions et les mirages du progrès.

 

 

L'Histoire du chameau qui pleure traite avec simplicité de la fragilité de l'enfance, du sentiment d'abandon qui taraude l'existence, et d'un instinct maternel pas toujours évident, tant chez l'animal que chez l'homme.

 

Voici la vidéo A regarder jusqu'au bout, très émouvant avec le son si possible.

 

 

Le chameau qui pleure ...+ Vidéo
Le chameau qui pleure ...+ Vidéo
Partager cet article
Repost0
20 juillet 2015 1 20 /07 /juillet /2015 04:38
Pensée de Charlie Chaplin!

 

 

 

 

Le jour où je me suis aimé pour de vrai!

 

 

J’ai compris qu’en toutes circonstances, j’étais à la bonne place, au bon moment.

Et alors, j’ai pu me relaxer.

Aujourd’hui je sais que cela s’appelle…

l’Estime de soi.

 

 

 

Le jour où je me suis aimé pour de vrai.

J’ai pu percevoir que mon anxiété et ma souffrance émotionnelle n’étaient rien d’autre qu’un signal lorsque je vais à l’encontre de mes convictions.

Aujourd’hui je sais que cela s’appelle…

l’Authenticité.

 

 

 

Le jour où je me suis aimé pour de vrai.

J’ai cessé de vouloir une vie différente et j’ai commencé à voir que tout ce qui m’arrive contribue à ma croissance personnelle.

Aujourd’hui, je sais que cela s’appelle…

La Maturité.

 

 

 

Le jour où je me suis aimé pour de vrai.

J’ai commencé à percevoir l’abus dans le fait de forcer une situation ou une personne, dans le seul but d’obtenir ce que je veux, sachant très bien que ni la personne ni moi-même ne sommes prêts et que ce n’est pas le moment…

Aujourd’hui, je sais que cela s’appelle…

Le Respect.

 

 

 

Le jour où je me suis aimé pour de vrai.

J’ai commencé à me libérer de tout ce qui n’était pas salutaire, personnes, situations, tout ce qui baissait mon énergie.

Au début, ma raison appelait cela de l’égoïsme.

Aujourd’hui, je sais que cela s’appelle…

L’Amour propre.

 

 

 

Le jour où je me suis aimé pour de vrai.

J’ai cessé d’avoir peur du temps libre et j’ai arrêté de faire de grands plans, j’ai abandonné les mégaprojets du futur.

Aujourd’hui, je fais ce qui est correct, ce que j’aime quand cela me plait et à mon rythme.

Aujourd’hui, je sais que cela s’appelle…

La Simplicité.

 

 

 

Le jour où je me suis aimé pour de vrai.

J’ai cessé de chercher à avoir toujours raison, et je me suis rendu compte de toutes les fois où je me suis trompé.

Aujourd’hui, j’ai découvert …

L’Humilité.

 

 

 

Le jour où je me suis aimé pour de vrai.

J’ai cessé de revivre le passé et de me préoccuper de l’avenir.

Aujourd’hui, je vis au présent, là où toute la vie se passe.

Aujourd’hui, je vis une seule journée à la fois.

Et cela s’appelle…

La Plénitude.

 

 

 

Le jour où je me suis aimé pour de vrai.

J’ai compris que ma tête pouvait me tromper et me décevoir.

Mais si je la mets au service de mon cœur, elle devient une alliée très précieuse !

Tout ceci, c’est…

Le Savoir vivre.

 

 

Nous ne devons pas avoir peur de nous confronter.

 

Du chaos naissent les étoiles.

 

Charlie Chaplin.

 

http://cartespostales.chezmaya.com/v2/component/zoo/item/pensee-de-charlie-chaplin.html

 

 

 

 

 

 

Pensée de Charlie Chaplin!
Pensée de Charlie Chaplin!
Partager cet article
Repost0
13 juillet 2015 1 13 /07 /juillet /2015 09:07

 

 

 

 

 

 

Bonjour chers abonnés (es) et chers visiteurs(es)

 

Juste une info avant le texte de cette semaine.

 

Je vous souhaite de bonnes vacances si vous partez .

 

Pour ceux et celles qui ne partent pas ,

 

il y aura , jusqu'à  fin août qu'un article par semaine

 

et ce sera le lundi .

 

Avec toute mon amitié

 

Micheline

 

 

 

Tu es sur une barque…

 

 

 

Tu es sur une barque, naviguant sur le fleuve de la vie.

 

Sur ta droite défile un paysage magnifique, il y a là des arbres majestueux, des fleurs, des pétales qui s'envolent avec la douce brise, des oiseaux et des papillons, toutes sortes d'animaux qui courent, sautent, gambadent allègrement, le ciel est bleu azur et il y règne une profonde quiétude.

 

 

Sur ta gauche, le paysage est tout autre, tout n'est que désolation et tristesse, il y a eu là de multiples tremblements de terre et tout a brûlé.

 

Le ciel est obscurci par d'épais nuages noirs et le tonnerre gronde.

 

Parfois tu débarques et poses tes pieds sur l'une ou l'autre de ces rives mais ta barque est toujours là à t'attendre et tu as toujours le choix de remonter et de continuer à naviguer au centre de ta vie en laissant simplement défiler les deux rives sans en être affecté.

 

Aucune des deux rives ne peut disparaître, elles sont la réalité de notre monde, elles sont la dualité du monde physique mais néanmoins nous pouvons être en paix sur notre barque tant que nous les acceptons autant l'une que l'autre.

 

Ne cherche pas à extirper la tristesse, la tristesse est là, vouloir l'extirper est un signe de refus, de résistance à ce qui est présent, de lutte et de conflit, ce qui engendre un climat intérieur de profond malaise en plus de la tristesse qui elle, est toujours là.

 

Nous pouvons être profondément triste et en paix.

 

Etre en paix, ne signifie pas forcément être heureux.

 

Nous pouvons être en paix et ressentir de la tristesse, mais si nous sommes en paix avec cette tristesse, que nous acceptons qu'elle se manifeste en nous, alors cette tristesse sera perçue comme un nuage qui traverse notre ciel intérieur et si aucune résistance ne vient l'entraver alors elle ne fera que passer.

 

Comment la lumière arrive à se faire un passage dans un coeur aussi triste ?

 

La vie trouve toujours son chemin pour se manifester, comme après un tremblement de terre ou tout a brûlé, il n'y a plus rien et pourtant après quelques temps apparaissent à nouveau des jeunes pousses, des herbes, des fleurs, les insectes reviennent et les animaux aussi et bientôt la vie reprend ses droits comme si de rien n'était.

 

Il en va de même pour la lumière, elle trouve toujours son chemin pour se manifester, même lorsqu'une montagne s'écroule, la lumière trouve toujours un passage au travers des failles et des fissures.

 

Tes blessures et ta souffrance sont les failles par lesquelles se manifeste la lumière en ton cœur.

 

Nous ne sommes jamais aussi près du lâcher prise et de la véritable paix que lorsque nous portons de grandes blessures et une grande souffrance car ces failles-là sont un passage direct vers la paix intérieure.

 

C'est ainsi que bon nombre d'entre nous ont trouvé la clef qui ouvre la porte de l'Eternel Présent.

 

www.eternelpresent.ch

 

 

 

 

Tu es sur une barque…
Partager cet article
Repost0
8 juillet 2015 3 08 /07 /juillet /2015 07:28
Le mental

 

Le mental est un outil fabuleux pour fonctionner dans le monde, il doit être à notre service et pas nous au sien.

 

Qu'y a t-il entre deux pensées ?

 

Pourquoi nous est-il si difficile d'être ?

 

Le mental crée des pensées sans cesse car il n'aime pas l'inconnu que ce vide silencieux lui laisse entrevoir.

 

C'est le même processus qui se passe lorsque nous sommes avec quelqu'un et que personne ne dit mot.

 

La plupart des gens commencent à ressentir un malaise dans cette non communication et le mental cherche par tous les moyens à fuir cela.

 

Or, si nous nous laissons simplement aller à ressentir ce moment de silence, la communication passe par d'autres circuits.

 

Nous nous sentons juste bien d'être là, en ce moment, sans toujours avoir besoin de mettre des mots qui nous coupent de ce que nous ressentons.

 

Le mental a toujours besoin de combler le silence et entretient sans cesse une activité de fond. Cette activité mentale est fatigante mais nous nous en rendons même pas compte.

 

C'est comme quand nous sommes dans un lieu très bruyant, nous nous habituons au fond sonore mais lorsque le silence se fait, tout d'un coup nous ressentons un calme et un bien être.

 

Le mental cherche toujours à garder le contrôle, car au fond c'est bien lui qui a créé au fil du temps ce que nous "pensons" être, notre ego, le sens du "moi".

 

Toutes nos opinions, nos croyances, nos valeurs, nos jugements, nos peurs, tout cela le mental l'a créé au travers de nos conditionnements sociaux, éducatifs, culturels et religieux.

 

Toutes les expériences vécues, bonnes ou mauvaises ont été analysées, passées au crible, filtrées et classées par le mental. Cela a créé et crée notre identité à laquelle nous nous identifions sans cesse.

 

Se placer en tant qu'observateur de nos pensées, nous fait prendre un peu de recul face aux événements, aux émotions, aux situations de la vie quotidienne.

 

Observez comment le mental réagit face aux différentes situations.

 

Placez-vous en observateur curieux. Remarquez comme le mental est prompt à réagir, juger, étiqueter, analyser, créer des peurs inutiles et résister à ce que la vie vous offre dans l'instant présent.

 

Observez sans entrer dans le jeu du mental, n'analysez pas ce que vous observez, n'essayez pas de chasser vos pensées. C'est un accueil total de ce qui est, c'est un lâcher-prise sur ce qui est présent à l'instant en vous. Prenez conscience de la différence entre l'agitation de la pensée et le calme de la présence.

 

Le mental a une forte tendance à résister à ce qui est, il lui est très difficile de lâcher prise. Prenons un exemple concret :

 

Un individu fait la queue à un guichet et il y a beaucoup de monde. Il s'impatiente, il aimerait que ça aille plus vite. Son mental crée de la résistance face à cette situation. Il aimerait que cela se passe différemment, son mental résiste à ce qui est. Cette résistance crée en lui de la négativité, une sensation de mal être et de stress l'envahit et cela rend la situation bien plus pénible encore.

 

Pourquoi fait-il ça ?

L'individu n'en est même pas conscient. Choisirait-il consciemment de se créer du stress et de la négativité ? Non, c'est le mental inconscient qui crée cette résistance Inconsciemment, le mental croit qu'en résistant de la sorte cela fera changer les choses. Or, nous savons très bien que cela ne change rien de s'énerver. Nous nous faisons du mal à nous-mêmes en refusant d'accepter la réalité.

 

Le facteur temps du mental est une source de souffrance. Nous ramenons le passé dans l'instant présent en repensant et ressassant sans cesse des événements qui ne se sont pas déroulés tels que nous aurions souhaité et nous nous projetons dans le futur en nous demandant comment nous allons faire pour vivre avec ceci ou sans cela.

 

Il existe un sentier silencieux qui se faufile entre deux pensées et qui ouvre sur l'espace infini de la conscience et voilà que notre présence se révèle, elle est comme un océan limpide et clair d'où coule une source inépuisable d'amour.

 

Alors les pensées s'inclinent et s'écartent pour laisser couler la lumière de la conscience dans toutes les parties de notre être, jusque dans les moindres cellules de notre corps.

 

Cet Amour qui coule en nous soigne toutes les blessures et nous libère des chaînes du passé et du futur.

 

Texte de Totem –

 

www.eternelpresent.ch

 

Le mental
Le mental
Partager cet article
Repost0
22 juin 2015 1 22 /06 /juin /2015 07:50
Soyons conscient de la lumière que nous partageons.

 

 

SOYONS CONSCIENT DE LA LUMIÈRE QUE NOUS PARTAGEONS. NOUS SOMMES LA LUMIÈRE DU CHANGEMENT, LA LUMIÈRE DE L'AMOUR.

 

Être Éveillé c'est ÊTRE CONSCIENT de sa LUMIÈRE.

 

Nous sommes la lumière que nous reflétons.

 

Prendre conscience de ce que nous publions sur notre page. Cela ne fait que refléter votre lumière, votre personnalité, vos croyances, vos blessures, vos souffrances et vos peurs. Toutes les informations que vous partagez que ce soit sur votre page, groupe, site, blog, ne font que refléter votre propre lumière.

 

 

Prenez conscience de ce que vous partagez en tant que lumière, nous sommes tous des êtres de lumière. Votre partage de lumière définit votre réalité, votre vibration, votre dimension, votre fréquence, votre création consciente, la manifestation de votre verbe.

 

 

Nous sommes le changement, je ne suis pas là pour vous juger, juste pour vous faire prendre connaissance de ce que vous reflétez par votre lumière. Vous croyez peut-être que vous n'êtes pas responsable, que vous êtes victime de toutes ces souffrances, de toutes ces blessures, que ce monde vous reflète. Elles sont le résultat de vos croyances, de votre personnalité car vous avez oublié que cette réalité est votre création.

 

 

Mes paroles peuvent être dure à entendre, posez-vous cette question : En mon âme et conscience, est-ce que je transmets la lumière de l'amour ou mes croyances, mes propres blessures, mes propres souffrances et peurs ?

 

 

Ce que je partage comme l'expression de ma propre lumière apporte-elle la libération des croyances, des blessures, des souffrances ou des peurs ? Que nos partages soient le reflet de notre lumière de l'amour, qu'elle apporte la libération à ceux et celles qui sont dans leur personnalité, dans leurs croyances, dans leurs blessures, souffrances et peurs à retrouver la lumière de l'amour en tout leur être. Soyons des phares de lumière, des soleils. Tout en étant le changement, nous apportons le changement tant attendu, la lumière de l'amour, là où tout est Un et Amour.

 

 

Si vous êtes blessé par le contenu de ce message, ce n'est que votre personnalité, vos croyances qui en sont touchées, en ce qui concerne votre véritable nature divine, elle sait que l'unique vérité passe par la libération des croyances, en transcendant la personnalité afin qu'elle redevienne semblable à un enfant qui s'émerveille dans la lumière de l'amour.

 

Par Régis Raphaël Violette / Raphaël Juste Être Amour Éveilleur de Conscience, Guérisseur de l'âme.

 

http://www.choix-realite.org/7621/soyons-conscient-de-la-lumiere-que-nous-partageons-nous-sommes-la-lumiere-du-changement

 

 

 

 

 

Soyons conscient de la lumière que nous partageons.

CITATION

 

La vie vous donnera toutes les expériences qui seront utiles

 

pour l’évolution de votre conscience.

 

Comment savoir que c’est l’expérience dont vous avez besoin ?

 

Parce que c’est l’expérience que vous rencontrez en ce moment.

 

Eckart Tolle

Partager cet article
Repost0
17 juin 2015 3 17 /06 /juin /2015 08:32
L’instant présent

 

 

Que c'est beau et doux, juste là, maintenant, cet instant présent. D'instant en instant, le présent se manifeste et je m'émerveille de ressentir cela, de ressentir la vie qui m'anime et m'autorise à participer à la belle aventure faisant partie de la création tout entière, de l'univers et des étoiles.

 

 

Le passé s'efface, à chaque instant il se dissout, laissant sa marque dans nos différents corps sous forme de souvenirs, d'émotions et d'expériences vécues. Le futur n'existe que sous la forme d'une projection de notre pensée présente. Tout ce que vous faites, vous le faites dans le présent.

 

 

Tout ce que vous pensez, vous le pensez dans le présent. L'instant présent c'est comme de marcher de pierre en pierre pour traverser le grand fleuve de la vie. Il n'y a que la pierre où l'on a posé son pied qui est vraiment réelle et qui nous porte. Celles qui sont derrière nous, sont déjà sous l'eau et celles qui sont devant, n'ont pas encore émergé.

 

 

La vie est magique, le merveilleux c'est de voir cela à chaque instant. Bien souvent on se surprend à s'évader dans le monde de la pensée pour rêver à d'autres cieux, à d'autres mondes ou à un monde meilleur, au passé ou au futur, mais le merveilleux c'est ce qui se déroule à l'instant à l'intérieur de chacun et autour de nous, car c'est en ce moment même que la vie se crée et se déploie en silence.

 

Etre un avec la vie, c'est aller avec elle, être totalement présent avec ce qu'elle nous offre à l'instant. La vie est mouvement, rien n'est statique, tout est en constante évolution et en perpétuel changement, c'est à nous d'aller au rythme de la vie et d'accompagner les changements, sans craintes ni impatience, les changements se feront de toutes façons, c'est inéluctable. Soyons confiants car c'est de cette façon que l'on attire vers soi le meilleur.

 

Soyons doux et bienveillants envers nous-mêmes et envers les autres. Soyons patients.

 

Parfois nous rencontrons des difficultés, la vie devient difficile et nous pouvons nous sentir accablés par des obstacles qui se présentent devant nous. Nous pouvons nous sentir démotivés et ressentir la tristesse faire monter les larmes mais à l'intérieur de chacune de ces larmes réside une perle qui est comme un joyau.

 

Une théorie à été développée par des chercheurs ayant étudié le cerveau, il s'agit de la théorie du regard. Cette théorie met en lumière le fonctionnement du cerveau lorsque nous conduisons une voiture. Nous sommes sur la route et un obstacle se présente devant nous, si nous regardons uniquement l'obstacle alors le cerveau transmet toutes les informations nécessaires à notre corps pour nous conduire tout droit vers l'obstacle.

Par contre si notre regard se porte là où nous souhaitons passer, le cerveau met tout en œuvre afin que nos gestes soient le mieux adaptés pour nous y conduire en évitant l'obstacle. Pouvons-nous adapter cette théorie du regard sur notre vie ?

Pouvons-nous dans ce cas imaginer que ce soit le Grand Cerveau de l'Univers qui mette tout en œuvre afin de guider nos pas vers la vie que nous rêvons ? Chaque être humain possède des trésors en grand nombre qui ne demandent qu'à se révéler, il ne tient qu'à nous de poser notre regard sur ce vers quoi nous souhaitons véritablement aller.

 

La plupart d'entre-nous traversons la vie comme des somnambules, certains réalisent qu'ils sont en train de rêver et d'autres reçoivent un choc et se réveillent.

Parfois nous prenons la voiture et arrivés à destination nous réalisons que nous ne nous sommes pas rendu compte du trajet, nous n'avons pas vu le temps passer et encore moins le paysage. Nous avons voyagé comme des somnambules et il en est de même pour notre vie.

 

A chaque fois que vous remarquez cela, que vous remarquez que vous êtes absent de "l'ici et maintenant", ramenez votre attention sur le présent car c'est dans cet infime segment du temps que vous vivez.

 

Texte de Totem –

www.eternelpresent.ch

L’instant présent
Partager cet article
Repost0
12 juin 2015 5 12 /06 /juin /2015 20:42
Quand ça remue dans l'Aura…

 

 

 

 

Que se passe t-il lorsque le souffle subtil de la Rose+Croix se heurte au libre-arbitre de la volonté de ceux qui ne sont pas encore prêts à adhérer à la démarche d'investigation des Rosicruciens?

 

 

Parfois il n'y a rien de visible...

 

 

Un travail intérieur peut se poursuivre, comme si l'aura recevait une influence détergente qui tôt ou tard faciliterait un éveil mystique ou la prise de ces décisions éclairées qui changent la vie.

 

 

Mais parfois l'ego occupe trop de place...

 

 

Certes, le chercheur qui n'éprouve pas suffisamment l'envie de dissoudre son ego peut adhérer à certains idéaux inspirés du rosicrucianisme.

 

 

Mais il peut être tenté de le faire sans grand discernement en adhérant à tout ce qui lui est présenté sous une étiquette rosicrucienne.

 

 

S'il se soumet sans tout comprendre, il devient alors ce que les rosicruciens d'autrefois nommaient un "mimus", c'est à dire quelqu'un qui a tendance à mimer ce ou celui qu'il considère comme rosicrucien.

 

 

Naturellement les Rosicruciens avancés se gardent bien d'entretenir autour d'eux une cour de "mimus"...

 

 

Tout au contraire, avec bienveillance, ils font en sorte de soulever des cas particuliers obligeant les "mimus" à abandonner leur comportement stéréotypé pour les pousser à exprimer davantage de sincérité dans la recherche d'une écoute de leur Être intérieur.

 

 

Mais parfois l'ego du "mimus" ne supporte pas la remise en question.

 

 

Refusant égotiquement la démarche d'investigation (investigo = non vêtu) et fuyant l'action détergente (détergerer = frotter nettoyer) il devient un "momus"...

 

 

Le "momus" est rebelle.

 

 

Il a une aura bien particulière qui véhicule des charges agressives et, lorsque le vent rosicrucien ne souffle pas d'une manière suffisamment puissante pour évacuer ces charges, celles-ci se trouves activées et le "momus" s'exprime en devenant un adversaire qui critique et rejette tout.

 

Mais chacun possède sa place...

 

Le "momus" qui est sous influence "sethienne" (de Seth, l'adversaire indispensable d'Osiris) contribue involontairement à l'œuvre rosicrucienne...

 

 

Les rosicruciens représentent Seth par le gardien extérieur du Temple, celui qui teste les profanes (de profanum = devant le temple), et maintient les "étrangers" à l'extérieur.

 

 

Les égyptiens nommaient d'ailleurs Seth le Dieu des étrangers...

 

 

 

 

 

http://www.lebistrotdelarosecroix.com/article-rehabilitons-les-insultes-rosicruciennes-du-17eme-siecle-84708092.html

 

 

 

 

 

Quand ça remue dans l'Aura…
Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : cheminphilosophique
  • : Je suis passionnée de philosophie, je partage avec vous ces textes et citations qui font partie de moi.
  • Contact

Bienvenue sur mon blog!

Entrer chez moi, c'est découvrir mes idéaux, mes créations personnelles et d'autres thèmes qui me passionnent.
 

Bonne visite !

 

 

Ce blog a été créé le 22-08-2010 par mon adorable petit-fils Maxime


 

1 NOUVELLE SEPARATION

 

***

hobbies

 

  compteur pour blog