Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
16 juin 2011 4 16 /06 /juin /2011 21:28

3669

 

Voici selon le Dr Christian Tal Schaller, quelques symptômes de la paix intérieure :

 

1 Tendance à penser et à agir spontanément, guidé par son intuition personnelle plutôt que conditionné par les expériences et les peur du passé.

 

2 Une grande capacité à apprécier chaque moment.

 

3 Un manque total d’intérêt pour juger les autres.

 

4 Un manque total d’intérêt pour interpréter les actions des autres.

 

5 Un manque total d’intérêt pour se juger soi-même.

 

6 Un manque total d’intérêt pour tout ce qui est conflictuel.

 

7 Une perte totale de la capacité de se faire du souci.

 

8 Des épisodes fréquents et intenses d’appréciation de la vie en général et de soi-même en particulier.

 

9 Des sentiments très agréables d’unité avec les autres et avec la nature.

 

10 Des sourire à répétition, de cette sorte de sourire qui vient du cœur et passe à travers les yeux.

 

11 Un tendance croissante à laisser les choses se produire plutôt qu’à essayer de les forcer à se produire.

 

12 Une capacité de plus en plus grande à aimer les autres aussi bien que soi-même et une envie d’aimer de plus en plus forte.

 

Si vous présentez un ou plusieurs des symptômes mentionnés ci-dessus, sachez que vous éprouvez des symptômes de la paix intérieure et que votre état est probablement irréversible.

   www.lapetitedouceur.org

 

 

 

Partager cet article

Repost0
14 juin 2011 2 14 /06 /juin /2011 21:17

JOLIE ROSE

 

Lâcher prise, c’est renoncer à tout contrôler, à vouloir le bien de l’autre, c’est renoncer à prouver quoi que se soit, c’est accepter que l’autre est l’autre et que moi-même, je suis qui je je suis et non pas qui j’avais rêvé d’être.

 

Lâcher prise, c’est faire confiance, c’est signer un chèque en blanc sur l’avenir, sur cette vie et sur ce qui lui fait suite.

 

Lâcher prise c’est cesser de faire le procès de la vie qui nous donne pas ce que nous attendions.

 

En fait, lâcher prise, c’est commencer à être vraiment heureux, car le bonheur, c’est comme un sillage, il suit fidèlement celui qui ne le poursuit pas. Si l’on s’arrête pour le contempler, pour le saisir, il s’évanouit aussitôt.

 

A partir du moment où l’on peut lâcher prise, où l’on ne désire plus être heureux à tout prix, on découvre que le bonheur, c’est cette capacité de garder les mains ouvertes plutôt que de les laisser agrippées sur ce que nous croyons nous être indispensable.

 

Rosette Poletti et Barbara Dobbs.

   www.lapetitedouceur.org

 

 

 

Partager cet article

Repost0
13 juin 2011 1 13 /06 /juin /2011 20:51

chapelet de coeurs

 

Il transcende la peur et l’isolement, vous escorte au-delà des hauts fonds des mouvements de l’âme vers le rivage illimité de l’être.

 

L’amour ne dure pas seulement grâce aux paroles et aux émotions, mais grâce aux actions qui vous amènent, au-delà des intérêts égocentriques, au-delà de la raison et des motifs, à accueillir à bras ouverts tous les gens, toutes les choses et toutes les situations.

 

La bienveillance commence par des petites choses, dans des moments de prise de conscience et d’humilité, au cœur de votre âme qui à soif de communier dans l’amour qui se trouve juste de l’autre côté de la porte qui donne sur votre cœur.

 

Vous n’êtes pas venu ici pour rencontrer votre essence divine.

Vous êtes venu ici pour devenir cette essence divine.

 NOUVEAU SUPER BEAU MAIN ET ROSE

 

       Dan Millman

 Petites douceurs pour le coeur,

 ( tome 1) de Nicole Charest

 

Partager cet article

Repost0
6 mai 2011 5 06 /05 /mai /2011 21:47

SUPER BOUGIE FLEUR

 

Dans le regard 

  

Il y a de cela bien des années, un vieillard attendait sur le bord d’une rivière, qu’on l’aide à traverser.

Après plusieurs jours, il aperçu enfin un groupe de cavaliers.

Il laissa passer le premier, le deuxième, le troisième, puis le quatrième sans les interpeller.

Enfin, comme il n’en restait plus qu’un, le vieillard le regarda bien en face et lui demanda : »Monsieur, me transporteriez-vous sur l’autre rive ? » Sans un moment d’hésitation, le cavalier répondit : « Certainement, mon ami, montez derrière moi ! »

 

Le gentilhomme le mena donc sur l’autre rive, mais avant de le quitter, le cavalier, quelque peu intrigué, ne put se retenir de lui poser cette question :

 

« Monsieur, je n’ai pu m’empêcher de remarquer que vous avez laissé passer tous les autres, sans même essayer d’attirer leur attention.

Pourquoi m’avoir demandé à moi et non pas à eux ? »

 

Le vieillard répondit aussitôt :  « J’ai regardé leurs yeux et je n’y ai décelé aucun amour.

Je savais que je demanderai en vain.

Mais quand j’ai croisé votre regard, j’y ai perçu de la compassion, de l’amour et de la bonne volonté.

J’ai su que vous me transporteriez avec plaisir sur l’autre rive. »

 

Si vous aviez été ce cavalier, le vieillard aurait-il sollicité votre aide pour se rendre sur l’autre rive ?

          Zig Ziglar

 

Citation ou texte prit dans le livre de Nicole Charest 

            (Petites douceurs pour le cœur, tome 1)

 

 

 

 

Partager cet article

Repost0
5 mai 2011 4 05 /05 /mai /2011 21:42

2 NOUVELLE FLEUR

 

DESIDERATA

 

« Va paisiblement ton chemin à travers le bruit et la hâte,

Et souviens-toi que le silence est paix.

Autant que faire se peut et sans courber la tête,

Soi ami avec tes semblables.

Exprime ta vérité calmement et clairement.

Ecoute les autres, même les plus ennuyeux ou les plus ignorants ;

Eux aussi ont quelque chose à dire.

 

«  Fuis l’homme à la voix haute et autoritaire ; il pèche contre l’esprit.

Ne te compare pas aux autres par crainte de devenir vain ou amer,

Car toujours, tu trouveras meilleur ou pire que toi.

 

« Jouis de tes succès mais aussi de tes plans.

Aime ton travail aussi humble soit-il,

Car c’est un bien réel dans un monde incertain.

Sois sage en affaires,  car le monde est trompeur.

Mais n’ignore pas non plus que vertu il y a,

Que beaucoup d’hommes poursuivent un idéal

Et que l’héroïsme n’est  chose  si rare.

 

« Sois toi-même et, surtout, ne feins pas l’amitié.

N’aborde pas non plus l’amour avec cynisme,

Car, malgré les vicissitudes et les désenchantements,

Il est aussi vivace que l’herbe que tu foules.

 

« Incline-toi devant l’inévitable passage des ans,

Laissant sans regrets la jeunesse et ses plaisirs.

Sache que, pour être fort, tu dois te prépare,

Mais ne succombe pas aux craintes chimériques

Qu’engendrent souvent fatigue et solitude.

Par-delà une sage discipline, sois bon avec toi-même.

 

« Tu es bien fils, fille de l’univers, tout comme les arbres et les étoiles.

Tu y a ta place.

Quoique tu en penses, il est clair que l’univers  continue

 

Sa marche comme il se doit.

 

« Sois donc en paix avec Dieu, quel qu’Il puisse être pour toi.

Et, quelles que soient ta tâche et tes aspirations, dans le bruit et la confusion de la vie, garde ton âme en paix.

 

« Malgré les vilenies, les labeurs, les rêves déçus, la vie a encore sa beauté. Sois prudent. Essaie d’être heureux ! »

Max Ehrmann

 

Citation ou texte prit dans le livre de Nicole Charest 

            (Petites douceurs pour le cœur, tome 1)

 

 

 

Partager cet article

Repost0
4 mai 2011 3 04 /05 /mai /2011 21:44

 

 

            larmes

 

Les oiseaux larmes

 

Les larmes sont une sorte d’oiseaux qui habitent

Le cœur des êtres.

Quelquefois, elles apparaissent en bandes,

Mais souvent une seule d’entre elles

 Vient se poser sur le bord d’une paupière.

 

S’envolant de nous, de nos cils qui bordent les paupières,

Ces oiseaux-larmes entraînent sous leurs ailes,

Cette douleur de taille,

 

Comme des pierres, qui rend le cœur lourd à porter.

 

Mais pour se rendre jusqu’à nos yeux,

D’où ils s’échappent, ils doivent lutter contre les

Vents de l’indifférence et de l’orgueil ;

Ceux-là qui, quelquefois,

Attrapent les oiseaux dans un grand filet

Et les gardent prisonniers jusqu’à ce qu’ils restent étouffés,

Comme une boule nouée au creux de la gorge.

 

 Ne capturons jamais d’oiseaux-larmes,

Ce sont des messagers du monde de notre cœur.

Ils ont quelque chose à dire,

À montrer aux autres.

Les oiseaux-larmes chantent la beauté de notre être.

 

Lorsqu’une larme jaillit des yeux d’un être et perle tendrement

Pour se laisser glisser sur la joue en la caressant,

Cueillez-la d’un baiser.

Elle donnera à vos lèvres des paroles d’amour…

 

« Les larmes qu’on pleure pas

Dans notre âme retombent toutes.

  Et de leurs patientes gouttes

Martèlent le  cœur triste et las. »

 

E. Biau  et  P. Miliet

 

 

Citation ou texte prit dans le livre de Nicole Charest 

                          (Petites douceurs pour le cœur, tome 1)

 

 

Partager cet article

Repost0
3 mai 2011 2 03 /05 /mai /2011 21:27

2 FLEUR-copie-1

 

Votre avenir vous appartient !

 

Vous êtes en soi votre propre atout le plus précieux.

Il n’y a rien en ce monde que vous puissiez entreprendre

Par vous-même.

Personne ne peut vous interdire de rêver,

vous seul pouvez empêcher que vos rêves ne deviennent réalité.

 

Ce que vous accomplissez n’est pas limité par vos seules capacités,

Mais également par le désir que vous avez de réussir.

 

 

 

 

Il n’est pas de monde en dehors de celui que vous vous créez,

Et vos seules barrières sont celles que vous élevez autour de vous

Et à l’intérieur desquelles vous choisissez de vivre.

 

Imaginez-vous dans la peau de cette personne

Que vous aimeriez vraiment être, faisant ce que vous souhaitez faire

De tout votre cœur,

Et  avancez chaque jour d’un pas vers ce but.

Et même si parfois, il vous paraît trop dur de continuer, tenez bon.

Un beau matin, vous vous réveillerez pour découvrir que

Vous  êtes devenu la personne que vous rêviez de devenir,

Ayant accompli ce que vous vouliez du plus profond de votre cœur,

Simplement parce que vous avez eu le courage de croire

Coûte que coûte en vos rêves et en vous-même.

 

            Citation ou texte prit dans le livre de Nicole Charest

              (Petites douceurs pour le cœur, tome 1)

 

Partager cet article

Repost0
2 mai 2011 1 02 /05 /mai /2011 21:39

COEUR DU MESSAGE

 

 

  LE RISQUE D’AIMER

 

Aimer est un mot galvaudé.

Aimer, c’est s’intéresser vraiment à quelqu’un, lui être attentif.

 

C’est le respecter tel qu’il est, avec ses blessures, ses ténèbres et sa pauvreté,

mais aussi avec ses potentialités, ses dons peut-être cachés...

 

C’est croire en lui, en ses capacités de grandir, c’est vouloir qu’il progresse.

 

C’est avoir pour lui une espérance folle :

« Tu n’e pas foutu ; tu es capable de grandir et de faire de belles choses ;

j’ai confiance en toi. »

 

C’est se réjouir de sa présence et de la beauté de son cœur,

 même si elle est encore dissimulée.

 

C’est accepter de créer avec lui des liens profonds et durables,

 malgré sa faiblesse et

Sa vulnérabilité, ses propensions à la révolte et à la dépression.

 

Si souvent, je peux lui faire du bien et avoir aussi

le sentiment d’être quelqu’un de bien.

A travers lui, c’est moi que j’aime.

C’est une image de moi-même que je cherche.

 

Mais si la personne commence à me déranger,

à me mettre en cause, alors je met des barrières pour me protéger.

C’est facile d’aimer quelqu’un quand cela m’arrange ou

 parce

que cela me donne le sentiment d’être utile, de réussir.

 

Aimer, c’est bien autre chose.

 

C’est être assez dépouillé de moi-même pour

que mon cœur puisse battre au rythme du cœur de l’autre ;

Que sa souffrance devienne ma souffrance ; c’est compatir.

Aimer l’autre, c’est lui révéler qu’il est beau.

 

                                                               Jean Vanier

 

          Citation ou texte pris dans le livre de Nicole Charest

                 (Petites douceurs pour le coeur, tome 1)

 

 

 

Partager cet article

Repost0
29 avril 2011 5 29 /04 /avril /2011 21:24

        

FLEUR POUR POEME MARIE CLAIRE

 

                  

           « Des chemins »

 

« Pourquoi grand-maman a des chemins sur son visage ? »

 demanda Guillaume…

 

Je ne sais pas quelle fut la réponse de ses parents,

mais la question de Guillaume, elle, est une trouvaille.

Une trouvaille d’enfant qui fait réfléchir les adultes que nous sommes.

 

Là où nous ne voyons que des rides, symboles d’usure,

marques du temps qui ne pardonne pas …,

Guillaume, avec son cœur d’enfant de quatre ans, découvre des chemins,

chemins de joies et de peines qui ont laissé leurs traces,

des chemins qui racontent une histoire,

des chemins riches d’une vie donnée.

 

Oui, maman ou grand-maman, ne sois pas gênée

de ces chemins sur ton visage, ils nous disent que tu as aimé,

 que tu as su donner et accueillir la joie, que tu as ri de bon cœur.

 

Ils nous disent aussi les heures d’efforts et de travail,

tes heures d’inquiétudes et de veilles.

Ils nous disent que tu as vécu .

 

 

Ces chemins sur ton visage, maman, grand-maman

ils sont la beauté de ton âge !

 

Ce sont les chemins de la vie.

 

Merci d'avoir vécu, aimé et donné . 

 

                                     Citation prise dans le livre de Nicole Charest

                                            (Petites douceurs pour le coeur, tome 1)

 

 

 

  

     

Partager cet article

Repost0
28 avril 2011 4 28 /04 /avril /2011 21:46

COEUR

 

                            ETRE

  

            Beaucoup de personnes ont peur d’être elles-mêmes,

                         ou de le devenir. 

ou de               

  

Ellest              Elles ont peur de perdre des amis, des êtres chers.

Elles              Elles ont peur de perdre leurs femmes, leurs maris.

  

Si vo              Si vous essayez d’être vous-même, il y a des êtres qui vous entourent qui,

 peut              peut-être , partiront.

Ceu             Ceux-là,   ce sont les faux, qui se collent à vous pour en tirer quelque chose.

  

Les vr           Les vrais resteront, ils n’attendent rien de vous.

Ils se          Ils se contentent de votre rayonnement, de ce que vous êtes vraiment.

  

Si vo         Si vous apprenez à être une personne qui se suffit à elle-même et

 qui              qui ne s’accroche pas aux autres, ils resteront encore plus,

car il                     car ils n’auront jamais peur d’être exploités par vous.

 

N’ou          N'oublions pas aussi que, lorsqu’on enchaîne les autres,

                                     s'enchaînent aussi

on s

chaîne

Pour                  Pour être soi-même, il faut d’abord laisser l’autre l’être.

Fie             Fiez-vous à votre intuition, laissez-la vous guider,

elle                       Elle ne vous trompera jamais.

Et                  Et si un  jour vous échouez dans une démarche,

 dite                       dites-vous que c’est grâce à cette expérience

qu                       que vous deviendrez encore plus vous-même.

 

                         Texte prit dans le livre de Nicole Charest

 

                        (Petites douceurs pour lecoeur, tome  1)

 

 

 

 

Beauu  

Partager cet article

Repost0

Présentation

  • : cheminphilosophique
  • : Je suis passionnée de philosophie, je partage avec vous ces textes et citations qui font partie de moi.
  • Contact

Bienvenue sur mon blog!

Entrer chez moi, c'est découvrir mes idéaux, mes créations personnelles et d'autres thèmes qui me passionnent.
 

Bonne visite !

 

 

Ce blog a été créé le 22-08-2010 par mon adorable petit-fils Maxime


 

1 NOUVELLE SEPARATION

 

***

hobbies

 

  compteur pour blog