Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
3 novembre 2015 2 03 /11 /novembre /2015 08:57

 

 

 

http://www.matinmagique.com/

 

 

 

 

 

 

 

 

Au bon endroit, au bon moment

 

 

À propos du gros problème que vous vivez présentement…

 

Comment vous sentiriez-vous si un petit ange descendait du ciel et vous annonçait que non,

il ne s’agit pas d’une erreur, d’un châtiment ou d’une épreuve inutile

 que vous étiez en fait destiné à le vivre pour une raison mystérieuse,

mais très importante?

Oui, et si malgré l’inconfort, vous aviez la certitude d’être au bon endroit,

au bon moment?

 

 

Cette façon de voir les choses est incroyablement relaxante, je trouve;

je ne sais pas pour vous, mais elle m’apporte une paix et un alignement

que je ne penserais normalement obtenir que par la résolution du problème.

Rien n’est plus douloureux que de se sentir en suspens dans un univers hostile

qui nous attaque aléatoirement…

Et à l’inverse, on pourrait traverser à peu près n’importe quoi avec sérénité

si on avait la certitude qu’il y a un sens derrière notre expérience.

On ne le réalise généralement pas, mais ce qui nous affecte le plus profondément

n'est pas l'épreuve qu'on traverse, mais le sentiment d'être mal aimé par la vie,

ainsi que la guerre intérieure qui s'ensuit.

 

 

Ainsi, je ne suis pas un petit ange,

mais voici ce que j’ai envie de vous dire aujourd’hui :

 Tout ce que vous vivez est non seulement utile,mais nécessaire,  

et votre vie est censée être exactement telle qu’elle est en ce moment.

Exactement telle qu’elle est.

Je n’ai pas la preuve que ce défi a été

«placé sur votre route» –

ou même qu’il y a quelque chose, quelque part, qui place des choses sur notre chemin

 , mais je sais que toutes ces imperfections font partie de l’expérience humaine,

et que c’est apparemment pour une expérience humaine imparfaite qu’on est ici.

 

Et je n’ai pas la preuve, non plus, que ce moment difficile pourrait être à l’origine

des plus belles libérations et transformations de votre vie…

mais je sais que cela devient toujours vrai à partir du moment où on le choisit.

 

 

 

Au bon endroit, au bon moment

 

 

 

 

CITATION

 

«Je suis une amoureuse de la réalité.

 

Lorsque je m’oppose à ce qui est,

je perds, mais seulement 100 % du temps.»

 

– Byron Katie

Partager cet article
Repost0
8 septembre 2015 2 08 /09 /septembre /2015 09:07
Il y a deux bonheurs

 

 

 

Le bien-être qui vient à nous naturellement, tout cuit dans le bec, est si délicieux. Qu’il soit causé par des événements heureux, par une bouffée d’endorphines, ou par la position des astres, on aime tant qu’il tombe directement du ciel comme un beau fruit mûr. On n’a ainsi rien à faire… Juste à y mordre à pleines dents et à le savourer allègrement.

 

 

C’est de ce type de bonheur dont on parle généralement, bien sûr. C’est celui qu’on cherche, celui qu’on attend parfois impatiemment.

 

 

Il y en a un autre type, cela dit. Celui qui vient non pas des événements, mais de notre volonté. Celui qui nous habite non pas parce qu’il est tombé du ciel, mais parce qu’on l’a choisi et créé. Il n’est causé par rien en particulier – du moins, par rien d’autre que la décision pure et simple de se sentir aussi bien que possible dès maintenant, et de faire tous les petits mouvements intérieurs possibles jusqu’à ce qu’on y soit arrivé. On le cultive en choisissant de jolies pensées… en laissant glisser ce qui pourrait nous irriter… en refusant d’attendre que les problèmes se résolvent pour lâcher prise et relaxer.

 

 

Oh, ce type de bonheur n’est pas aussi éclatant que le premier; parfois, il prend simplement la forme d’un léger apaisement, d’une petite vague de joie ou de sérénité. Il est plus graduel, donc plus difficile à remarquer. Il peut également sembler moins spécial, car on préfère généralement recevoir de gros cadeaux bien emballés. Mais il a une profondeur incomparable… La profondeur de tous ces trésors qui ont été créés non pas par chance, ou par défaut, mais par l’affirmation courageuse de notre valeur et de notre intention de rayonner.

 

 

http://matinmagique.com/mm28.html

 

 

 

 

 

Il y a deux bonheurs
Il y a deux bonheurs
Partager cet article
Repost0
3 juin 2015 3 03 /06 /juin /2015 08:38
«Je baignais dans le chagrin…»

 

 

 

 

 

Il y a peu de temps, j’ai vécu une période difficile : ma fille, qui a toujours eu le triste talent de faire souffrir son entourage, m’a fait subir une machination qui m’a bouleversée, lors d’un séjour chez elle. Ce n’était pas la première fois, mais disons que cette fois-ci, elle avait fait fort. J’étais déchirée, écœurée, démunie.

 

 

 

De retour chez moi, j’ai vécu une situation à laquelle je ne m’attendais pas : chaque matin, dès mon réveil, je baignais dans le chagrin. Un chagrin bien installé, comme s’il s’était invité à mon insu. Tout ce qui me rendait heureuse en me levant, tous mes bonheurs quotidiens se sont colorés de tristesse. Même si je ne pleurais pas physiquement, j’avais l’impression de voir le monde à travers des lunettes de larmes. Le chagrin inondait chaque recoin de mon être, chaque petite pièce de ma maison intérieure. Comme une rivière qui sort de son lit.

 

 

 

Ce n’était pas tenable, j’allais m’y noyer. Je me suis demandé : comment cohabiter avec ce chagrin qui s’invite partout, dans chacune de mes actions?

 

 

 

Je me suis mise à penser à mon chagrin comme on penserait à une personne. Il était comme une sorte d’invité. Un invité un peu envahissant, certes, mais un invité quand même, digne de respect. Alors j’ai ressenti de l’amour pour ce chagrin, et j’ai voulu en prendre soin, pour lui et pour moi. Une idée m’est venue : pour que mon «invité» et moi puissions cohabiter en bon «voisinage», il fallait que je lui aménage une pièce dans ma maison intérieure. Une pièce rien qu’à lui, une pièce dans laquelle il se sent bien.

 

 

 

Cette pièce, je l’ai appelée : «la chapelle à chagrin». Le mot «chapelle» était important; il n’était pas question de reléguer mon chagrin à la cave ni aux oubliettes. Non, il n’était pas question de l’oublier ou de l’enterrer, mais de le visiter, de l’honorer, quand je m’en sentais l’envie et la force. Il lui fallait donc un lieu ravissant, un lieu accueillant où je pouvais venir pleurer en sa compagnie. J’ai imaginé la chapelle petite et ronde, en pierres blanches, avec des hortensias bleus à l’entrée. C’était coquet :-) J’ai dit à mon chagrin : «Bienvenue chez toi!».

 

 

 

J’ai respecté mon engagement. Régulièrement, je suis allée le visiter. Régulièrement, je suis allée lui rendre hommage en «déposant» un hortensia bleu sur l’autel. Régulièrement, je me rendais dans cet endroit intérieur, où j’avais érigé cette chapelle, et je pleurais ce que j’avais besoin de pleurer. Puis, je «refermais la porte» de l’édifice, et je m’en retournais à ma vie.

 

 

 

Au bout de quelques mois, eh bien, il s’est passé quelque chose d’incroyable : j’ai senti le chagrin s’en aller de mon cœur comme une mer qui se retire. Il s'était installé chez lui, dans la chapelle. Les lunettes de larmes sont tombées. Et j’ai pu reprendre ma vie normalement. Vivre à nouveau des matins heureux, remplis de chants d’oiseaux, des matins aux odeurs de café et de pain grillé.

 

 

:-) Depuis, la chapelle est vide. Mais il me plaît de savoir que j’ai en moi un lieu sacré où je peux accueillir les bouleversements de la vie avec toute l’attention qu’ils méritent, tout en me protégeant de leurs éclats.

 

Ludivine, France

 

http://matinmagique.com/miracles.html

 

 

 

 

«Je baignais dans le chagrin…»

 

 

CITATION

 

 

«Parfois, ne pas obtenir ce qu'on désire est

 

un merveilleux coup de chance.» 

 

Dalaï-Lama

 

Partager cet article
Repost0
14 mai 2015 4 14 /05 /mai /2015 08:05
On ne deviendra jamais …

 

 

On ne deviendra jamais la meilleure version de nous en écoutant la voix dans notre tête qui nous dit qu’on doit absolument s’améliorer. La partie de nous qui nous répète qu’on est défectueux, ou brisé n’est jamais celle qui nous aidera à nous réparer. Oh, elle prétend avoir notre évolution à cœur, bien sûr… mais c’est un piège.

Juste une autre façon de nous garder sous son emprise, de nous étouffer.

 

 

Comment pourrait-on prendre du mieux en confiant notre guérison à la partie de nous qui est souffrante? Comment pourrait-on grandir en confiant notre croissance à la partie de nous qui se croit si petite? C’est un non-sens. Ce serait comme remettre notre liberté entre les mains de notre gardien de prison.

 

 

La réalité est qu’on se déploie sous la lumière – tout comme les plantes! –, non pas dans la noirceur et l’oppression. On grandit en se connectant à la partie de nous infiniment pure et sacrée que rien ne peut briser ou diminuer. On guérit en pénétrant dans cet espace intérieur qui n’a et n’aura jamais besoin d’être guéri.

 

 

En fin de compte, on pourrait dire que plus on se libère de l’urgence de changer, plus on s’épanouit.

 

 

http://www.matinmagique.com

 

On ne deviendra jamais …

 

 

 «La liberté qui est en nous est plus forte

 

que les prisons à l'intérieur desquelles

 

nous sommes.»

 

 

Faraj Bayrakdar  

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
5 mai 2015 2 05 /05 /mai /2015 19:28
«J'ai enfin dit OUI à mon âme…»

 

 

Chère âme, chère flamme divine en moi longtemps étouffée, je te demande pardon. Je suis désolée de t'avoir ignorée toutes ces années, rejetant mon incarnation ici sur Terre et te rejetant par le fait même. J'ai cessé de te célébrer et de te nourrir dès ma jeune adolescence, lorsque j'ai pris conscience de toutes les souffrances d'ici bas. Mes propres résistances et souffrances m'ont fait appréhender la Vie, ne trouvant ma place nulle part et appelant désespérément «à la maison». La joie n'a fait que de brefs passages et j'étais aveuglée par la grande noirceur de mes perceptions. La vie de mon enfance, qui avait un délicieux goût de miel et de velours m'est rapidement apparue âcre et acide. C'est vrai, j'ai très souvent eu cette impression bizarre de ne pas être sur la bonne planète, traînant avec moi une grande nostalgie et une tristesse au plus profond de mon cœur. Je ne croyais pas avoir ma place en ce monde et je me suis brisée à force d'essayer d'entrer dans les moules déjà existants.

 

 

Aujourd'hui, je comprends que mon moule n'existait pas. J'avais à le créer, à le sculpter selon mes désirs et aspirations pour devenir qui je suis vraiment : une artisane de paix (et puis, je suis devenue sculpteure sur pierres et bois de mer, à ma grande surprise!) À l'époque de plus grande noirceur, pendant laquelle j'ai jeté les gants sur mes batailles intérieures et extérieures, une étincelle de ta lumière a rejoint mon regard. Chère âme, tu te révèles à moi à travers la Vie, la nature, les gens qui m'entourent, qui m'aident et qui m'inspirent, ainsi qu'à travers les événements qui colorent mon chemin. Plus je lâche prise, plus tu chantes, tu ris, tu joues! Je t'aime, mon âme, souffle du Divin. Je t'invite à m'habiter complètement. Merci à ce merveilleux corps qui m'a été donné et que j'ai, d'une grande inconscience, maltraité pendant toutes ces années. Je désire t'honorer, te laisser t'exprimer dans toute ta splendeur et ta créativité, e t partager ta lumière et ton Amour au monde. Chers corps et âme, je désire désormais vous offrir douceurs, cadeaux et amour. Merci de m'inspirer à vous combler.

 

Merci d'être.

 

À moi de «faire» maintenant.

 

Alexandra Poulin Baie St-Paul, Canada

 

http://www.matinmagique.com

 

 

 

«J'ai enfin dit OUI à mon âme…»

 

 

Un exercice qui permettra de nombreux développements

 

L'exercice de la bougie est spécialement adapté et à conseiller à tous ceux qui éprouvent de la difficulté à calmer leur effervescence mentale.

 

Le principe consiste à allumer une bougie et à se concentrer dessus durant quelques minutes en confiant à la flamme toutes les pensées parasites.

 

L'exercice terminé on respectera la flamme en l'éteignant sans souffler dessus...

Partager cet article
Repost0
10 mars 2015 2 10 /03 /mars /2015 09:15
Citation ou pensée  +     texte : Une graine
Citation ou pensée  +     texte : Une graine

Une graine peut avoir tout le potentiel au monde, mais si elle repose dans un petit sachet, sur une étagère, elle ne peut simplement pas se développer. Ce n’est pas triste, ce n’est pas pessimiste, c’est juste la réalité. Elle pourrait avoir tout ce qu’il faut en elle pour se transformer en un chêne majestueux, ou pour devenir le rosier le plus magnifique à avoir fleuri sur cette Terre… mais si elle dort sur une étagère, elle n’est qu’une graine sur une étagère.

 

 

Je crois que l’on peut tous sentir le potentiel qui nous habite, une puissance incroyable qui bouillonne en nous. Et parfois, on est déçu de constater qu’il y a un décalage entre ce que l’on sent et ce que l’on vit quotidiennement… On peut avoir l’impression que cette magie est emprisonnée en nous et refuse de se libérer. Et on attend. On attend qu’un déclic se fasse, que le «nous profond» se déploie. On attend sans réaliser qu’il n’y a rien à attendre, qu’il n’y a en fait qu’une décision courageuse à prendre : celle de se lancer complètement dans le monde, le vrai monde, exactement tel qu’il est. Car c’est la responsabilité de la vie de nous donner les graines de potentiel, mais seulement nous pouvons les prendre de l’étagère et les semer.

 

 

http://www.matinmagique.com

 

 

Partager cet article
Repost0
21 février 2015 6 21 /02 /février /2015 08:57

 

 

 

 

Je ne sais pas si vous avez déjà vu les choses ainsi, mais chaque fois que l’on cultive du stress, c’est comme si on affirmait : «le résultat que je souhaite obtenir est plus important que ma paix d’esprit». Oui, pendant cette seconde où l’on accepte d’être tendu – cette seconde, qui est en fait notre vie, je nous le rappelle –, on établit que l’on est moins important que l’objet de notre anxiété, que notre bien-être a moins de valeur que ce dernier. Oh, on se raconte parfois toutes sortes d’histoires, ou on tente de se convaincre que notre état est justifié, mais ça revient toujours essentiellement à cela, en réalité.

 

 


N’est-ce pas bouleversant, quand on prend le temps d’y penser?

 


 

C’est une perspective à laquelle je me ramène souvent, personnellement, quand je commence à me contracter. Car je ne sais pas si c’est également votre expérience, mais on dirait qu’il suffit parfois de prendre conscience du mal qu’on se fait pour arrêter. Oui, plus on voit le vrai visage de notre stress, moins on est prêt à l’accepter. Plus on voit la raideur sous-jacente à nos choix d’actions ou de pensées, plus on réveille la partie de nous qui refuse d’être écrasée.

 

 

Votre mantra du jour (si, bien sûr, vous l’acceptez) : «je suis plus important que le résultat».

 

http://www.matinmagique.com

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
5 février 2015 4 05 /02 /février /2015 10:15

 

 

Ce n’est pas votre faute si vous vous sentez coincé, si vous avez l’impression de stagner, ou si vous n’arrivez pas à découvrir ce que vous voulez. Ce n’est pas votre faute si vous mangez compulsivement, si vous buvez compulsivement, ou si vous vous accrochez à votre partenaire de vie comme à une bouée. Ce n’est pas votre faute si vous ne mettez pas en pratique la moitié des choses que vous savez, si vous n’exprimez pas le quart des forces que vous possédez, ou si vous n’utilisez à peu près aucun des outils qui pourraient vous aider à briller.


Évidemment, je sais bien que vous êtes responsable de votre vie et que vous pourriez toujours choisir autrement. Mais je persiste à dire que ce n’est pas votre faute. Car sous la partie de vous qui pourrait choisir autrement et qui n’y arrive pas, il y a une essence pure, lumineuse et totalement innocente qui est plus proche du vrai vous que tous ces comportements. Trouvez-la. C’est elle qui vous libérera.

 

http://www.matinmagique.com

 

 

Partager cet article
Repost0
17 janvier 2015 6 17 /01 /janvier /2015 09:27

 

 

Il y a un moment sacré où chacun d’entre nous établira qu’il est assez. Oui, il y a un jour où nous statuerons une fois pour toutes que nous sommes infiniment précieux et profondément dignes d’être aimés. Ce jour-là, nous ouvrirons notre grand portail intérieur et nous laisserons l’amour entrer avec fluidité. Oh, et nous nous permettrons enfin d’imaginer, puis éventuellement de vivre, ces douces visions qui nous font vibrer.

 

 

On croit que ce jour magique viendra lorsqu’on sera plus accompli.

Ou lorsque quelqu’un viendra nous sauver.

Ou lorsqu’on aura assez «travaillé sur nous»…

Ou, lorsqu’on sera à la hauteur de ces merveilleux idéaux que nous avons toujours cultivés.

 Et c’est là que nous sommes complètement, mais complètement à côté.

Car ce jour ne viendra jamais parce que nous serons plus beaux, plus fins, ou plus évolués…

 Non, il viendra simplement, tout simplement, lorsqu’on l’aura décidé.

 

http://www.matinmagique.com

 

 

 

Partager cet article
Repost0
20 novembre 2014 4 20 /11 /novembre /2014 09:44

 


 

 

 

 

 

 

On peut rarement être complètement sûr de réussir. On veut tous se créer un quotidien à notre image, exprimer nos couleurs, réaliser certains rêves, etc., mais effectivement, on peut rarement être certain que notre vision deviendra réalité.

 


Il y a presque toujours des éléments que l’on ne peut contrôler.

 

 

 

 

 

Une chose, par contre, repose complètement entre nos mains et ne pourra jamais nous être enlevée : on peut décider de se ranger pleinement de notre côté. Oui, on peut prendre la décision d’arrêter d’être un obstacle sur notre propre chemin – de débloquer les barrières intérieures qui nous empêchent d’avancer et de laisser la magie entrer. D’être la première personne à nous dire oui, et la dernière à nous abandonner.

 

 

 

 

 

Ce n’est pas dramatique si on ne réussit pas, en réalité. Ce qui serait dommage, vraiment dommage, est de ne pas avoir réellement essayé.

 

 

 

http://www.matinmagique.com

 

 

 

 


 

 

 

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : cheminphilosophique
  • : Je suis passionnée de philosophie, je partage avec vous ces textes et citations qui font partie de moi.
  • Contact

Bienvenue sur mon blog!

Entrer chez moi, c'est découvrir mes idéaux, mes créations personnelles et d'autres thèmes qui me passionnent.
 

Bonne visite !

 

 

Ce blog a été créé le 22-08-2010 par mon adorable petit-fils Maxime


 

1 NOUVELLE SEPARATION

 

***

hobbies

 

  compteur pour blog