Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
28 août 2012 2 28 /08 /août /2012 21:06

deux moineaux sur branche

 

Où se trouve-t-il? dites vite!

Oh j'aimerai tant le saisir!

Est-il au chemin que j'évite

Ou sur la sente du plaisir?

Réside-t-il dans la richesse.

Dans l'harmonie et les atours,

Ou dans un regard de tendresse

Et l'ouvrage de tous les jours ?

 

Est-il en de lointains voyages,

Dans la gloire et son étendard,

Dans les encens et les hommages

Ou l'enthousiasme de l'Art ?

Est-il au sein de la nature

Mystérieux comme un écrin.

Ou dans la grande ville obscure

Où l'or qui brille est souverain ?

 

Ivre de beau, de poésie,

Est-il dans la fleur qui se tend,

Dans ub violon qui s'extasie

Ou peut-être en l'oubli du Temps !

Est-il le feuit de quelque folie

Ou d'un souvenir ébloui,

D'une espérance trop jolie,

Ou de quelque Idéal inouï ?

 

Gilbert Chanel

Partager cet article
Repost0
17 août 2012 5 17 /08 /août /2012 21:07

0 MASSAÏS

 

Chères amies, chers amis,

À tout moment, une grosse entreprise spécialisée dans les chasses commerciales pourrait signer le contrat qui chassera de leurs terres ancestrales jusqu’à 48 000 membres de la fameuse ethnie Masaï, afin de permettre à de riches émirs du Moyen-Orient de chasser lions et léopards. Les observateurs nous disent que le président de Tanzanie pourrait donner son accord d’un moment à l’autre, mais si nous nous mobilisons maintenant, nous pouvons stopper la vente de la plaine du Serengeti.

La dernière fois que cette même entreprise a contraint des Masaï à quitter leurs terres pour le plaisir de riches chasseurs, plusieurs personnes ont été battues par la police, des maisons ont été réduites en cendres et des troupeaux sont morts de faim. Mais suite à la controverse médiatique, le président Kikwete avait annulé le contrat et rendu leurs terres aux Masaï. Cette fois, la presse n’est pas encore au rendez-vous mais nous pouvons changer le cours des choses et amener Kikwete à annuler ce contrat si nous unissons nos forces et nos voix.

Si nous sommes 150 000 à signer, nous envahirons les médias en Tanzanie et dans le monde entier, de sorte que le président Kikwete comprenne qu’il doit mettre un terme à ce contrat meurtrier. Signez la pétition et envoyez-la à tous vos contacts:

avaaz.org

Les Masaï sont des chasseurs semi-nomades qui vivent en Tanzanie et au Kenya depuis des siècles, jouant un rôle essentiel dans la préservation des écosystèmes fragiles. Mais pour les familles royales des Émirats Arabes Unis, ils sont juste un obstacle à l’établissement de concessions pour leurs luxueuses chasses aux animaux sauvages. Un contrat visant à évincer les Masaï de leurs terres pour faire de la place aux riches chasseurs aura de graves conséquences tant pour la nature que pour les communautés qu’il détruirait. Alors qu'auprès des élites favorisées le président Kikwete tente de présenter l'accord comme bon pour le développement, la grande majorité des gens veulent juste garder la terre que le président pourrait saisir un simple par décret.

Le président Kikwete sait que ce contrat susciterait la controverse auprès des touristes prêts à visiter la Tanzanie -- le tourisme y est une source importante de revenus -- et c’est pour cette raison qu’il essaie de détourner l’attention du grand public. En 2009, un accaparement de terres similaire, par la même entreprise, a entraîné une couverture médiatique avait provoqué un tollé médiatique qui avait permis de l’empêcher. Si nous pouvons générer le même niveau de pression médiatique, alors ce contrat pourrait lui aussi être annulé.

Une pétition signée par des milliers d’entre nous peut attirer l’attention des antennes des grands médias internationaux en Afrique de l’Est et en Tanzanie et ainsi compromettre cet accord controversé. Signez la pétition pour appeler Kikwete à enterrer cet accord:

avaaz.org

Les représentants de la communauté Masaï ont demandé à Avaaz de tirer la sonnette d’alarme au niveau mondial pour sauver leurs terres. À chaque fois, la réponse de notre extraordinaire communauté a pu transformer des causes perdues en succès durables. À nous de protéger les Masaï et de sauver ces animaux sauvages que l’on préfère voir en photos qu’en trophées!

Avec espoir et détermination,

Sam, Meredith, Luis, Aldine, Diego, Ricken et toute l’équipe d’Avaaz

Pour plus d’informations:

Des Maasai expulsés et incarcérés pour faire place à des concessions de chasse (Survival France)
survivalfrance.org

Chassés de leurs terres, les Masaï sont menacés (Rue89)
rue89.com

La culture Masaï en péril, vous ne partirez plus en safari (Courrier International)
courrierinternational.com

Voices of Loliondo: Short film from Loliondo on impact of eviction on Maasai (en anglais)
vimeo.com est un réseau citoyen mondial de 15 millions de membres qui mène des campagnes visant à ce que les opinions et les valeurs des peuples influent sur les décisions mondiales. (Avaaz signifie "voix" dans de nombreuses langues). Nos membres sont issus de tous les pays du monde; notre équipe est répartie sur 19 pays et 5 continents et travaille dans 14 langues.

Auteur
  • Equipe D’avaaz
Source

http://www.avaaz.org/fr/sauvons_la_terre_des_masai/?fpla

 

 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
8 août 2012 3 08 /08 /août /2012 21:30

2 FLEUR

 

Ô que la nature est belle lorsqu’elle déploie ses merveilles

Je suis stupéfaite de voir toute la majesté qu’elle m’adresse

Marchant dans ses chemins elle semble me donner la main

Me conduisant discrètement vers d’autres endroits tout aussi surprenants

Où fleurs nouvelles en ombelles multicolores

Et arbres bourgeonnants dont, notre beau et majestueux saule

Ployant comme s’il me révérait avec gratitude mes petites incertitudes

Qui m’étourdirent soudainement l’esprit, jusqu'à enivrer toutes mes pensées

Des plus beaux souvenirs qui ont paré mon cœur, telle une princesse de contes de fées.

Et qui me le ravissent encore et encore maintenant

Tout en me redonnant mon cœur d’enfant.

Lire la suite

http://www.le-monde-de-renee.com/poemes/poemes.html

 

Partager cet article
Repost0
7 août 2012 2 07 /08 /août /2012 21:18

0 COMME DANS LA NATURE MAYA

 

Souvent, on se sous-estime en nous comparant

D’abord on oublie que nous sommes tous différents

Il faut nous regarder, nous sommes uniques

Comme en font foi, nos empreintes génétiques

 

Nous sommes très nombreux sur la terre

Et chacun de nous à lui seul est un univers

Dans notre manière d’entendre, ou de toucher

Tout comme dans celle d’aimer, de nous aimer

 

Nous croyons parfois, être un peu ressemblants

Mais nous sommes pourtant bien différents

On ne fait pas du tout, le même portrait

On n’a pas non plus, les mêmes traits

 

On ne possède pas la même constitution

C’est à des choses différentes que nous réagissons

Et que dire de la couleur de nos cheveux

De la façon qu’on regarde avec nos yeux

 

Notre vérité n’est pas du tout la même

Nos besoins non plus ne sont pas les mêmes

Le bonheur est différent pour chacun de nous

Tout comme nos goûts qui ont été créés pour nous

Mais ce qui compte, est que le bonheur soit en nous

Et qu’on en répande, un peu tout autour de nous

 

Texte Claude Marcel Breault

 

 

www.chezmaya.com

 

 

 

Partager cet article
Repost0
6 août 2012 1 06 /08 /août /2012 21:28

POUR LE FEMME CHEZ MAYA

 

 

À la femme, le ciel a presque tout donné

Même un plus grand cœur pour aimer

On débute notre vie dans ses bras

Et l’on souhaite la terminer comme ça

 

Oui, c’est plein d’amour une femme

Même si parfois, trop plein de larmes

Ses qualités on pourrait les multiplier

Et dire que son amour est désintéressé

 

Sa beauté n’est pas dans sa façon de s’habiller

Mais dans ses yeux, qui sont la porte d’entrée

Si le ciel lui a donné toute cette beauté

Il voulait qu’elle soit toujours belle à regarder

 

Du premier coup, il l’avait si bien dessinée

Qu’il avait décidé de ne plus jamais y toucher

Toutes les femmes que je connais sont belles

Elles aiment tout, sauf qu’on ne veuille pas d’elles

 

Elles nous charment toujours avec leur sourire

Si bien que loin d’elles on ne veuille plus partir

On en a créé au moins une pour chacun de nous

Ceux qui n’en veulent pas c’est tant mieux pour nous

 

On aime une femme, et souvent toute notre vie

C’est une femme aussi, qui nous avait donné la vie

 

Claude Marcel Breault

 

www.chezmaya.com

 

Partager cet article
Repost0
19 juin 2012 2 19 /06 /juin /2012 21:34

0 BON ETE

La fête de la musique et ses sons éclectiques

Nous annonce bruyamment Le début du bon temps

 

Elle veut donner l'indice Des fins de sacrifices,

 

L'arrivée des vacances Et des grandes transhumances,

 

 

Celui des belles sandales, Des plongeons et des bals,

 

Des gaies nuits satinées Et des grasses matinées.

 

 

Elle annonce l'interlude De nos tristes habitudes

 

Et des heures sans couleur Bercés par le labeur.

 

 

Notre folle testostérone Elle aussi fanfaronne :

 

 « Enfin l'été revient, Ah que çà fait du bien ! »

 

 

De nombreux collégiens Et quelques lycéens,

 

Sans attendre ce signal, Ont déjà mis les voiles.

 

 

Si le soleil urbain Accepte son turbin,

 

Les rues osent s'égayer De tenues bariolées.

 

 

Gentiment au début Puis parfois plein d'abus,

 

Lâches bermudas bouffants Côtoient robes au vent.

 

Chacun range au vestiaire Ses vieux habits d'hiver

 

Et retrouve, telles qu'hier, Ses chères tenues légères.

 

 

Il est alors urgent, Pour les plus négligents,

 

De vouloir sans retard Perdre un peu de leur lard.

 

 

Si brûle la canicule Où seul l'air chaud circule,

 

Alors même les plus prudes Peu à peu se dénudent.

 

Bientôt le Tour de France Va donner la cadence

 

Des doux mois de plaisirs Dans d'autres airs qu'on respire.

 

 

Sur toutes les autoroutes, On roulera coûte que coûte,

 

Laissant avec dédain Les décors citadins.

 

 

Toutes ces autos fumantes S'arrêteront contentes

 

D'avoir rejoint rivages, Campagnes ou frais alpages.

 

Certains trouveront cool De retrouver la foule

 

Dans des campings bondés Ou des sites dégradés

 

 

Quand d'autres seront enclins A fuir le monde malin

 

En cherchant des lieux calmes Pour recharger leur âme.

 

 

Comme l'été c'est le temps, Des feux de la Saint Jean

 

Jusqu'aux premières vendanges, Des fêtes qui mettent aux anges,

 

 

Chacun voudra y vivre Des veillées qui enivrent

 

Dont seuls les orages noirs Rappelleront l'illusoire.

 

 

Sur les plages des rivières, Des lacs ou bien des mers

 

Fleuriront les maillots Pour flirter avec l'eau.

 

 

Quand les plus courageux S'agiteront furieux,

 

D'autres plus molassons Farnienteront sans façon.

 

A l'ombre de parasols Ou sous des palmes molles

 

S'abriteront les murmures De bonheurs sans brûlure.

 

 

Munis de noires lunettes Et casquette sur la tête,

 

Se tenteront les visites De quelques jolis sites.

 

 

Au terrasses des cafés Se goûteront les bienfaits

 

De glaces ou de boissons Avec ou sans glaçons.

 

 

Et pendant ces beaux jours, Jailliront des amours

 

Dont les promesses ne durent…

Que ce que l'été dure.

 

Ampaza le 15/07/05

 

www.robertcasanova.fr/QUATRESAISONS/cestlete.html

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
16 juin 2012 6 16 /06 /juin /2012 20:58
0 FETE DES PERES
 
 
Tu sais papa, il y a quelque chose que je veux te dire.
 
 
À deux mois.
Tu m'embrassais tous les jours.
Tu étais fier de ton fiston.
Mais moi, je ne pouvais pas t'embrasser, j'étais trop petit.
 
À 2 ans.
Tu jouais avec moi tous les jours.
Tu étais fier de m'apprendre des trucs.
Je me collais sur toi et tu m'embrassais.
 
À 12 ans.
Tu t'intéressais à tout ce que je faisais.
Tu m'emmenais à la patinoire du coin.
Je grandissais aux côtés de ton expérience.
Tu me donnais une petite tape dans le dos, je te regardais avec admiration.
 
À 16 ans.
Je te présentais ma première blonde, tu l'aimais autant que moi.
Tu étais fier de moi.
Tu me serrais fort les épaules en disant que tu m'aimais,
mais j'étais gêné que tu le fasses en présence de mes amis.
 
À 21 ans.
Lors de mon mariage, tu ne portais plus à terre.
Fiston quittait la maison.
Tu m'as embrassé, à l'église.
Je me souviens, j'en étais tout rouge.
On a pris un verre ensemble ce soir-là et tu me rappelais ma «jeunesse».
 
À 25 ans.
Quand le petit est né, tu devenais grand-papa et tu rajeunissais.
Tu es retombé en enfance en recommençant tous tes trucs avec «mon» fiston.
Tu m'as encore embrassé quand le petit est né, je m'en souviens, c'était à l'hôpital.
 
À 30 ans.
Tu as emmené mon fiston à la patinoire du coin quand je devais travailler.
Le soir, à la maison, en le regardant, tu lui as dit combien tu étais fier de moi et tu m'as embrassé.
Je m'en souviens, on était dans la cuisine.
 
À 35 ans.
Un peu vieilli par l'âge, tu m'as téléphoné quand j'ai perdu mon boulot
et tu pleurais pour moi, même si tu n'y pouvais rien.
Tu m'as dit, je m'en souviens, quoiqu'il arrive, que tu m'aimais.
 
 
 
Papa, il y a quelque chose que je veux te dire, à mon tour.
J'aurais dû te le dire depuis très, très longtemps.
Tu sais papa, je t'aime.
Je veux te le crier.
Je veux t'embrasser.
 
Papa, j'aimerais aujourd'hui t'embrasser pour ta fête.
 
Ton Fils.
 
 
 
Vidéo: Mon vieux ( Bonne fête des pères 2012 )
 

 
 
Partager cet article
Repost0
30 avril 2012 1 30 /04 /avril /2012 21:54

0 PREMIER MAI BOUQUET

 

Cloches naïves du muguet,

Carillonnez ! car voici Mai !

 

Sous une averse de lumière,

Les arbres chantent au verger,

Et les graines du potager

Sortent en riant de la terre.

 

Carillonnez ! car voici Mai !

Cloches naïves du muguet !

 

Les yeux brillants, l’âme légère,

Les fillettes s’en vont au bois

Rejoindre les fées qui, déjà,

Dansent en rond sur la bruyère.

 

Carillonnez ! Car voici Mai !

Cloches naïves du muguet !

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
15 avril 2012 7 15 /04 /avril /2012 21:46

 
0000 FLEUR
 
 
Le baiser de la pluie au jardin qui s'éveille
Met un souffle tremblant au coeur des amoureux
La rose toute émue au printemps s'émerveille
Le vent se fait léger, docile, langoureux.
Oh ! La tranquillité du jardin sous la pluie
Il pleut de l'eau de rose au délicat parfum
Et la fleur doucement s'ouvre avec harmonie
Pour préparer sans bruit le bonheur de chacun.
Dans le ciel bleu d'avril se déchire un nuage
Je me sens rajeunie ouverte à l'avenir
Car rien ne compte plus, le temps ni même l'âge
Je vis allègrement avec le souvenir.
Marie-Antoinette Cordina, Tours, FRANCE
 
 
 
 
Vidéo : "Paroles de femmes"
 
 
 
 
 

 
 
 
 
 
Partager cet article
Repost0
19 mars 2012 1 19 /03 /mars /2012 22:27
0 COQUELICOT
 
 
Un papillon,
Un concentré d'émotions.
Un petit être fragile,
Affublé de deux ailes graciles.
 
Au petit matin,
Quand l'aurore se montre enfin,
Ses ailes saupoudrées de rosée
Se déploient... le voilà prêt à s'envoler.
 
En un instant, un coup de vent
Virevolte et l'emporte dans son élan.
Débute alors une journée de labeur,
Durant laquelle il butine de fleur en fleur.
 
Laissez-vous émerveiller
Par ses reflets bleutés,
Ils vous permettent de vous évader
Et vous invitent à rêver...
Rêver à un doux après-midi d'été.
 
Mais pour l'heure, l'été n'est toujours pas là,
Il vous faudra, à regret, encore patienter quelques mois.
Petit papillon ne fait pas la pluie et le beau temps, il annonce simplement l'arrivée du printemps.
 
Poème publié le 05/04/2009 à 17h02.
Thèmes : Ailes, Aurore, Elan, Eté, Fleur, Fragile, Labeur, Papillon, Patienter, Printemps, RÊVER, Rosée
 
 
 
Vidéo: "La valse du printemps"

 
 
 
 
 
Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : cheminphilosophique
  • : Je suis passionnée de philosophie, je partage avec vous ces textes et citations qui font partie de moi.
  • Contact

Bienvenue sur mon blog!

Entrer chez moi, c'est découvrir mes idéaux, mes créations personnelles et d'autres thèmes qui me passionnent.
 

Bonne visite !

 

 

Ce blog a été créé le 22-08-2010 par mon adorable petit-fils Maxime


 

1 NOUVELLE SEPARATION

 

***

hobbies

 

  compteur pour blog