Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
16 mars 2017 4 16 /03 /mars /2017 22:06

 

 

 

 

Diane Gagnon

 

Auteur, Coach, Conférencière

 

 

 

 

 

 

 

Nous voulons tous réussir, que ce soit dans notre vie, au travail, dans nos projets, nos relations, l’éducation de nos enfants, nos rêves. Bref, dans tout ce qui nous tient à cœur, je ne connais personne qui dit « je ne veux pas réussir! »

 

 

Et pourtant, il y a souvent un écart tellement grand entre ce que nous énonçons comme souhait et les pensées que nous entretenons au sujet de la réalisation de ce souhait. C’est ce qui crée l’auto-sabotage.

 

 

Ainsi, nous pouvons désirer fortement être en amour, mais au fond de nous subsiste une fausse croyance que nous ne sommes pas dignes d’être aimés. Comme notre subconscient croit nos pensées bien plus que nos paroles, il nous place en situation où nous aurons effectivement un semblant de preuve que l’autre ne nous aime pas, que nous ne sommes effectivement pas dignes d’être aimés.

 

 

 

Certaines blessures du passé laissent des cicatrices profondes dont nous ne sommes pas toujours conscients. Si elles n’ont pas été soignées adéquatement, elles constituent des obstacles à notre bonheur présent. Ainsi, des blessures de rejet et d’abandon dans notre enfance minent notre estime de soi et nous amènent à croire que nous ne sommes pas aimables, ou alors nous cherchons à être aimés pour autre chose que ce que nous sommes profondément. Parfois, leurs racines sont ancrées si profondément en nous que lors que l’amour ou le bonheur se présente, nos mécanismes de défense que nous avons développés étant enfant se réactivent automatiquement : nous avons peine à croire que nous sommes aimés. Nous irons jusqu’à faire de l’auto sabotage pour prouver nos fausses croyances.

 

 

Nous voulons être reconnus pour un talent particulier, pour nos efforts, pour nos compétences, pour ce que nous avons d’unique à offrir, mais au moment même où nous y arrivons presque, un événement survient, un accident, une maladie, un faux pas, une erreur inexplicable, qui fait avorter notre réussite. Nous portons sans doute dans notre inconscient une fausse pensée datant de notre enfance qui nous rappelle peut-être que nous sommes bons à rien, ou nés pour un petit pain, ou alors une fausse croyance héritée de nos parents énonce que ceux qui réussissent trop bien doivent avoir été malhonnêtes ou méprisants pour arriver è leurs fins.

 

 

Ainsi, nous pouvons avoir gagné un bon montant d’argent qui nous permettrait de nous sortir de nos difficultés financières mais au moment où nous nous apprêtons à souffler un peu surgit un imprévu important qui viendra, encore une fois, bousiller notre aisance financière inaccessible. Et nous nous retrouverons aussi coincés financièrement qu’avant cette entrée d’argent.

 

 

Au fond de nous, nous entretenons nos rêves de succès mais nos pensées ne sont pas alignées avec nos rêves. Elles conditionnement ainsi, à notre insu, notre pourcentage de chances de réussite tant que nous ne sommes pas conscients de ces pensées. C’est ainsi que nous nous auto-sabotons constamment.

 

 

L’auto-sabotage existe à tous les niveaux. Tout cela se fait inconsciemment bien entendu. Regardez autour de vous : quels sont les éléments de votre vie où vous avez l’impression que l’abondance est absente? Santé, amour, amitié, argent, carrière, talents, renommée…? Chaque zone de notre vie qui se trouve dans le manque est alimentée par une fausse croyance, une pensée erronée à propos de cet élément.

 

 

 

Notre responsabilité consiste à identifier ces fausses croyances, à les mettre en lumière, au grand jour, afin de nous en débarrasser une fois pour toutes. Il s’agit d’être complètement honnête avec soi-même et de noter tout ce que nous disons et pensons à propos de chacun des éléments de notre vie qui nous posent difficulté. Qu’est-ce que nous nous disons dans notre tête quand nous voyons quelqu’un qui a largement réussi là où nous n’avons pas encore connu de succès? Sommes-nous jaloux? Envieux? En colère? Pourquoi? Avons-nous l’impression que nous sommes moins bons? Que l’autre a dû faire des choses pas nettes pour y arriver? Que ce n’est pas juste? Toutes ces réponses nous en dirons beaucoup sur nos véritables croyances face à ce que nous souhaitons. C’est ainsi que nous les débusquons pour nous en débarrasser.

 

 

Il serait sage aussi de revisiter les blessures qui ne sont pas encore cicatrisées sur certains de ces sujets. Notre enfance, notre éducation, les événements que nous avons vécus jeunes ont façonné nos croyances et alimentent souvent nos pensées de limites inconscientes et inutiles qui nous empêchent de réussir, d’être heureux : donnons-nous les soins appropriés pour faire en sorte que nos blessures cicatrisent un jour. Ou allons chercher l’aide dont nous avons besoin afin de créer l’espace dans notre cœur pour y laisser entrer le bonheur.

 

 

Plus nous vivrons en pleine conscience de ce que nous portons, de ce que nous pensons et de ce que nous croyons, plus nous pourrons poser les actions justes pour nous. L’auto-sabotage ne survit pas à la conscience!

 

 

https://www.facebook.com/DianeGagnon.Auteur.Coach/

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


 

 


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


 

 


 

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
6 mars 2017 1 06 /03 /mars /2017 17:51

 

 

 

 

Diane Gagnon –

 

Auteur, Coach, Conférencière

 

 

 

 

 

Avant de mettre le texte de Diane Gagnon, je voulais vous dire combien j’ai été navrée pour mon silence.

 

 

Je n’avais plus de connexion, comme tout le quartier, à cause de travaux dans le centre extérieur où il y a tous les fils et autres.

C’est avec grand plaisir que je reprends contact avec vous chers abonnés et cher visiteurs.

 

Micheline

 

 

 

 

 

Ce qui nous rend humain, ce qui fait de nous une meilleure personne, plus authentique, plus vraie, moins en quête d'approbation, c'est notre vulnérabilité. Mais la vulnérabilité n'est pas signe de faiblesse : c'est un signe d'une grande force, c'est le reflet de notre humilité, de notre capacité à nous reconnaître pleinement dans ce que nous sommes.

 

 

C'est ce qui nous rapproche des autres. Et c’est ce qui leur permet de nous approcher plus facilement. C'est ce qui démontre le mieux notre solidité intérieure car la peur d'être jugé disparaît. La peur et la honte qui se cachent sous les masques que nous développons au fil des ans ne peuvent survivre à la vulnérabilité. Car la vulnérabilité nous permet de nous connecter aux autres alors que la peur et la honte nous en éloignent.

 

 

La vulnérabilité demande du courage. Elle est une preuve de maturité émotionnelle. Elle ne se mesure pas, elle est présente ou elle est absente. Nous ne pouvons pas l’afficher, nous ne pouvons pas l’inscrire sur notre CV, nous ne pouvons que la vivre.

 

 

 

Elle est à la source de nos connexions authentiques avec les autres, de la fluidité de nos communications, ce qui qui donne un sens à notre vie. Nous avons besoin de notre relation à l’autre pour vivre. Les communications superficielles, formatées, de convenance ne répondent plus à notre élan intérieur. Nous n’en pouvons plus des masques et des rôles que nous devons jouer pour répondre aux conventions sociales archaïques.

 

 

Pour développer des relations authentiques avec les autres, nous devons accepter d’être vus, tels que nous sommes. Et pour être vus, nous devons nous montrer tels que nous sommes.

 

 

Accepter notre vulnérabilité, c’est accueillir notre parfaite imperfection. C’est renoncer à être ce que nous croyons devoir être pour laisser toute la place à être qui nous sommes pleinement. C’est se délester du perfectionnisme extrême, des luttes de pouvoir et de notre insécurité. Nous développons ainsi de la compassion et de la bienveillance pour nous-mêmes et, partant, pour les autres.

 

 

Nous créons ainsi des relations solides, vraies, respectueuses, qui favorisent le développement du potentiel de chacun, dans l’harmonie et l’unité, dans la joie d’ÊTRE, ensemble.

 

 

https://www.facebook.com/DianeGagnon.Auteur.Coach/

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
27 février 2017 1 27 /02 /février /2017 21:58

 

 

 

 

 

Diane Gagnon –

 

Auteur, Coach, Conférencière

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Vous arrive-t-il de vous laisser définir par les autres? Cela nous arrive plus souvent que l’on croit, quand on laisse le commentaire d’une autre personne s’insinuer dans notre cerveau jusqu’à venir modifier notre propre perception de nous-mêmes.

 

Ainsi, parce qu’un jour où nous avons osé dire non, notre conjoint nous a dit que nous n’étions pas généreuse, peut-être nous sommes-nous mis en tête que nous n’étions pas si généreuses que cela, finalement et que nous avons tout fait depuis pour démontrer à quel point nous étions généreuses.

 

 

Peut-être que l’un de nos parents nous a traité de « bon à rien » et que toute notre vie nous avons tenté de prouver à ce parent que nous n’étions pas un bon à rien, faisant ainsi de son jugement une épée de Damoclès constamment au-dessus de notre tête afin que nous n’ayons de cesse de faire nos preuves à tout un chacun.

Peut-être que le commentaire d’un ami en colère à l’effet que nous étions déséquilibrés nous a fait douter toute notre vie de notre équilibre mental. Ou que dans un moment de grand chagrin une ancienne amoureuse nous ait dit que nous étions incapables d’aimer et que cela a teinté toutes les relations suivantes, nous limitant dans notre authenticité de peur d’être à nouveau traités de personne sans cœur.

Ce que les autres pensent de nous leur appartient. Ne nous laissons jamais définir par le regard ou les paroles de l’autre.

 

Nous sommes des êtres à part entière et nous n’avons certes pas besoin d’être confinés au regard réducteur d’une personne en souffrance. Apprenons à bien nous connaître, de manière à accueillir nos défauts comme nos qualités mais ne laissons pas les autres définir nos défauts et nos qualités.

 

Ne nous laissons pas mettre dans de petites boîtes par les autres car nous sommes tous nés pour être libres et responsables de notre propre évolution. Si ce que les autres ont à nous dire nous sert à évoluer, alors nous pouvons l’accueillir tout en remettant en question la véracité du commentaire de sorte que nous ne croyons pas n’importe quoi. Mais si l’autre nous réduit, cela parle plus de lui-même que de nous.

 

 

https://www.facebook.com/DianeGagnon.Auteur.Coach/

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
16 février 2017 4 16 /02 /février /2017 22:27

 

 

 

 

 

Diane Gagnon –

 

Auteur, Coach, Conférencière

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Qu’il nous est difficile souvent d’accepter les choix des autres, surtout quand ils sont différents de ceux que nous aurions faits à leur place!

 

 

 

Nous voulons tous être libres de choisir et de décider pour nous-mêmes et même si nous demandons parfois conseil aux autres, nous avons toujours le dernier mot en ce qui a trait aux choix que nous faisons, aux décisions que nous prenons pour nous-mêmes.

 

 

 

De ce fait, nous devons aussi respecter la liberté de l’autre de faire les choix qu’il veut, de prendre ses propres décisions, même si nous nous croyons mieux éclairés que lui pour certains choix.

 

 

Le chemin de l’autre n’est pas notre chemin. Nous n’avons pas marché avec ses souliers, ni traversé ses déserts, ni franchi ses montagnes. Nous n’avons pas vécu son passé ni son présent. Alors pourquoi nous permettons-nous de juger si son choix est approprié ou non?

 

 

Qu’il s’agisse de nos enfants, notre conjoint, nos parents, nos amis, notre patron, apprendre le détachement c’est aussi respecter le choix que l’autre fait pour lui. Si ce choix a un impact négatif sur nous, il nous reviendra alors de faire un choix pour nous, mais jamais à la place de l’autre.

 

 

 

Nous ne savons jamais ce qui est mieux pour l’autre, car nous ne sommes pas lui. Nous avons tous besoin de créer notre chemin à notre manière, peu importe ce qu’en diront les autres. L’inverse est donc aussi vrai : l’autre avance sur son chemin en choisissant ce qu’il croit bon pour lui en ce moment. Nous ne faisons pas d’erreurs : nous faisons des apprentissages. Tout nous sert. Tout sert l’autre. Ne nous croyons pas plus grands que la Vie pour prétendre savoir ce qui est le mieux pour l’autre : seule la Vie le sait!

 

 

https://www.facebook.com/DianeGagnon.Auteur.Coach/?fref=nf

 

 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
9 février 2017 4 09 /02 /février /2017 22:08

 

 

 

Diane Gagnon –

 

Auteur, Coach, Conférencière

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Qui d’entre nous ne se sent pas parfois coupable de quelque chose ?

 

 

 

Nous avons l’impression d’avoir trop parlé, ou de ne pas avoir dit ce qu’il fallait lorsque le moment était venu. Nous avons l’impression de ne pas en avoir fait assez, ou d’en avoir fait trop. Nous nous sentons coupables de ne pas avoir été à la hauteur, ou au contraire d’avoir éclipsé les autres parce que nous étions à notre meilleur. Nous nous sentons coupables de nous être emportés, ou d’avoir eu des jugements hâtifs envers les autres.

 

 

 

Bref, nous nous sentons coupables du pire et du meilleur, quelle que soit la circonstance, peu importe avec qui.

 

 

 

Cette culpabilité que nous traînons avec nous peu importe où nous allons nous coûte cher! Beaucoup plus que ce que nous croyons!

 

 

Elle nous prive de notre bien-être en ressassant le passé et en nous volant le moment présent. Elle traîne avec nous comme de la gomme à nos souliers. Elle emporte notre joie de vivre et nous prive des moments magiques de la vie. Même quand il nous arrive quelque chose de beau, d’extraordinaire, nous nous sentons parfois coupables de notre bonheur face à ceux qui semblent moins heureux que nous!

 

 

 

La culpabilité est le pire ennemi de notre évolution, de notre paix intérieure, de notre bien-être, de notre estime de soi, de notre bonheur. Elle est une voleuse de l’instant présent. Elle triche sur tous les plans en nous faisant nous sentir mal d’être ce que nous sommes.

 

 

 

La culpabilité est une prison qui nous prive de nos ailes et qui freine tous nos mouvements.

 

 

 

Et si d’aventure ce sont d’autres personnes qui nous font sentir coupables, alors c’est la totale! Nous rampons sous le poids de notre culpabilité comme si nous étions le pire criminel du monde!

 

 

 

Pourtant, nous n’avons pas à nous sentir coupable DE QUOI QUE CE SOIT! Nous avons fait une erreur? Alors demandons pardon et tentons de la réparer. Aucune culpabilité ici, juste le sens des responsabilités d’une personne qui s’assume totalement.

 

 

Tout le reste, toute la culpabilité que nous ressentons ou que l’on essaie de nous faire sentir, c’est de la bouillie pour les chats (et pardon aux chats pour cette expression!)!

 

 

Avons-nous fait de notre mieux? Oui, alors tout est parfait! Non? Alors réparons et tout est parfait! Il n’est pas possible de réparer? Alors demandons pardon et apprenons la leçon. Tout est encore parfait!

 

 

 

Il ne sert à rien de traîner de la culpabilité pour quoi ce soit dans notre vie : c’est l’ego qui aurait voulu être parfait, selon ses propres critères jamais adéquats et qui nous tape sur la tête parce que nous n’avons pas fait comme IL le voulait.

 

 

 

La prochaine fois que nous sous sentirons coupables de quoi que ce soit, ayons le réflexe de nous en débarrasser immédiatement, comme nous retirerions tout de suite le chewing gum collé à notre semelle. Jamais nous ne continuerions à marcher en espérant qu’il s’efface de lui-même : nous nous arrêtons, nous le détachons, et puis nous continuons notre chemin. Faisons de même avec le sentiment de culpabilité : arrêtons-nous, débarrassons-nous-en et continuons notre route dans la paix.

 

Quel beau cadeau à se faire que de se débarrasser du sentiment de culpabilité, beaucoup trop cher pour nos propres moyens!

 

 

https://www.facebook.com

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
9 janvier 2017 1 09 /01 /janvier /2017 22:35

 

 

 

 

 

Texte de Diane Gagnon - Auteur,

 

Coach, Conférencière

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Combien d’entre nous avons souhaité obtenir l’aide dont nous avions besoin au moment opportun?

 

 

Parfois, nous nous sentons tellement démunis, tellement seuls au monde que nous paierions cher pour obtenir de l’aide! Nous aimerions qu’un prince charmant ou une princesse magique fasse son apparition dans notre vie pour venir nous aider à régler tous nos problèmes!

 

 

 

Alors nous souhaitons une intervention divine, un miracle dans notre vie, une intercession de quelqu’un qui pourra nous aider à régler nos difficultés…

Mais avons-nous demandé de l’aide?

 

 

 

Sérieusement, avons-nous pensé à demander de l’aide? À demander l’intervention divine? À demander que quiconque puisse nous aider d’une quelconque manière?

 

 

Et si nous avons VRAIMENT demandé de l’aide, sommes-nous prêts à l’accueillir? À recevoir cette aide tant espérée? À accepter que nous soyons en état de vulnérabilité et que quelqu’un d’autre détienne une quelconque ascendance sur nous en nous apportant l’aide dont nous avons si désespérément besoin?

 

 

 

Souvent l’aide dont nous avons besoin nous provient de manières inattendues, de la part de personnes que nous ne connaissons pas, ou de celles dont nous n’attendions pas d’aide, justement.

 

 

 

Mais pourtant la réponse de la Vie est toujours là, présente. Sauf que la plupart du temps, c’est NOUS qui ne VOULONS pas de cette aide, sous la forme qui nous est proposée ou de la part de la personne qui nous l’offre. Souvent, nous sommes le pire obstacle à la réception de l’aide dont nous avons tant besoin!!

 

 

Nous avons besoin d’aide? Alors demandons-la, clairement. Et surtout, acceptons-la, lorsqu’elle nous est offerte, peu importe par qui elle arrive. La vie a le sens de l’humour, ne l’oublions jamais! Parfois l’aide nécessaire nous provient de personnes dont nous ne soupçonnions pas l’importance dans notre vie!

 

 

 

Pour avoir de l’aide, il faut avoir à la fois le courage de la demander et l’humilité de la recevoir.

 

 

https://www.facebook.com/DianeGagnon.Auteur.Coach

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
5 janvier 2017 4 05 /01 /janvier /2017 22:32

 

 

 

Diane Gagnon - Auteur,

 

Coach, Conférencière

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Nous avons trop souvent tendance à chercher ce qui ne va pas chez l’autre et nous croyons avoir raison sur toute la ligne. Ou à l’inverse, il nous semble que les autres réussissent mieux que nous et que nous ne valons pas grand-chose.

 

 

Aucune de ces deux attitudes n’est favorable à notre

épanouissement, à notre croissance, à notre bonheur.

 

 

Et si au lieu de chercher le mauvais en l’autre et en soi, nous nous efforcions plutôt de trouver le divin en l’autre et en nous-mêmes ?

 

 

Nous sommes tous issus de la même source originelle, nous sommes tous unis quelque part. Nous portons tous cette étincelle divine en nous, peu importe l’origine ethnique, la religion, la nationalité. Nous portons tous en nous cette petite flamme de bonté, d’amour, de compassion qui ne demande qu’à ce que nous la laissions briller, que nous lui fassions de la place pour qu’elle ait enfin assez d’oxygène pour monter plus haut et éclairer notre vie.

 

 

Cherchons le divin d’abord en nous, trouvons et ravivons notre flamme intérieure. Pour ce faire, soyons nous-mêmes, pleinement, faisons ce qui nous rend heureux, fuyons ce qui nous fait du mal, soyons bons pour nous et traitons avec égard, respect, petits soins et douceur.

 

 

Chaque fois que nous laissons notre flamme intérieure grandir, elle alimente aussi celle des autres. Elle éclaire les autres pour que ceux-ci trouvent la leur et la laisse s’exprimer à leur tour.

 

 

Trouver le divin en soi, c’est aussi trouver le divin chez l’autre ; accueillir qui il est dans son essence véritable, l’encourager à faire ce qui le rend heureux, lui laisser l’oxygène pour que sa flamme à son tour prenne de l’expansion.

 

 

C’est ainsi que nous éclairerons le monde.

 

En trouvant le divin en soi et en chacun de nous.

 

 

https://www.facebook.com/DianeGagnon.Auteur.Coach

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
19 décembre 2016 1 19 /12 /décembre /2016 22:31

 

 

 

 

 

Texte de Diane Gagnon - Auteur,

 

Coach, Conférencière

 

 

 

 

 

 

Vous cherchez une raison de vivre ? Alors soyez fier de vous !

 

 

 

 

Vous cherchez une bonne raison de vivre ? La Vie vous semble difficile ? Vous avez l’impression qu’un problème ou un drame n’attend pas l’autre ?

 

 

Alors soyez fier de vous car vous êtes toujours debout, contre vents et marées, contre toutes attentes. Vous êtes solide malgré les tempêtes. Vous persévérez malgré les déceptions, les peines, les deuils.

 

 

Vous continuez à aimer, même si de grandes amours ont quitté votre quotidien. Vous continuez à aimer malgré les trahisons, malgré les égarements, malgré les blessures.

 

 

Vous continuez à vivre votre quotidien, malgré la lourdeur parfois, malgré le manque de sens à certains moments, malgré votre désir de vivre plus grand.

 

 

Vous continuez à être aimable, malgré les peurs d’être encore rejeté, malgré la solitude difficile à supporter à certains moments, malgré l’indifférence ressentie parfois.

 

 

Vous continuez à gagner votre vie, de la meilleure manière que vous puissiez en ce moment, malgré vos rêves d’un avenir meilleur, malgré votre impression occasionnelle de ne pas être à la bonne place, malgré votre désir de faire autre chose.

 

 

Vous continuez à faire face aux difficultés, malgré votre envie de tout lâcher parfois, parce qu’au fond de vous subsiste encore la foi d’un lendemain meilleur et plus lumineux.

 

 

 

Vous continuez à vivre, parce que vous êtes vivant, parce la Vie ne vous lâchera pas, malgré votre croyance de temps à autre qu’elle semble vous avoir abandonné.

 

 

Vous continuez à vivre, parce que vous êtes un million de fois plus fort que vous ne le pensez, parce que vous avez une mission à remplir sur cette terre, parce que, sans le savoir, vous la remplissez chaque jour du mieux que vous pouvez.

 

 

Vous continuez à inspirer d’autres personnes à votre insu, qui admirent votre courage, votre force, votre résilience, votre détermination, même si vous n’avez pas l’impression de faire preuve de ces qualités. Les autres les voient, eux.

 

 

 

Vous avez des millions de bonnes raisons de vivre, car le monde a besoin de votre lumière unique, exceptionnelle, humble ou grandiose, peu importe : chaque étincelle compte dans la grande lumière de la Vie.

 

 

Maintenant, vous pouvez relire ce texte pour vous motiver chaque jour, en remplaçant tous les « malgré » par des « grâce à ».

 

 

 

Vous êtes vivant, c’est le plus important. Des jours meilleurs vous attendent : n’abandonnez jamais, vous êtes beaucoup plus prêt de la Joie que vous ne le pensez.

 

 

 

Vous êtes un être humain fait pour aimer et être aimé : et vous êtes aimé beaucoup plus que vous ne le croyiez. Il ne vous reste qu’à apprendre à vous aimer, vous.

 

 

Moi je vous aime, qui que vous soyez xxx

 

 

https://www.facebook.com/DianeGagnon.Auteur.Coach

 

 

 

 

      

 

 

 

Partager cet article
Repost0
25 octobre 2016 2 25 /10 /octobre /2016 08:30

 

 

 

Diane Gagnon –

 

 

Auteur, Coach, Conférencière

 

 

 

 

 

AVANCER

 

 

Lors de certaines prises de conscience importantes pour nous, on dirait parfois que le travail à accomplir nous semble tellement grand que nous avons tendance à nous décourager devant l’ampleur de la tâche. Lorsque la lumière surgit dans notre âme, et que nous voyons tout ce que nous devons corriger, améliorer, mettre en place ou décider pour s’aligner enfin sur notre Vie, la lourdeur des changements à apporter nous apparaît parfois si considérable que nous ne savons plus par quel pied commencer!

 

 

Pourtant dans tous les cas, il ne s’agit que de poser un premier geste, de faire un premier pas, d’amorcer un simple repositionnement pour que notre réalignement trouve son orientation et que tout se mette en place pour que nos prochains pas soient parfaitement en lien avec le précédent.

 

 

Notre plus grande peur à ce moment-là est de faire LE premier pas, car nous craignons de ne pas faire le bon! Pourtant, tout premier pas, aussi malhabile soit-il, demeure un premier pas. Et c’est toujours le plus important car c’est celui qui nous met en mouvement. C’est celui qui nous permet de passer de l’état de stagnation à celui d’ouverture, de passer du stade de victime à celui de responsabilisation pleine et entière de notre bien-être.

 

 

 Chaque nouvelle tranche de vie, chaque évolution,

 

chaque avancée commencent toujours par un premier pas.

 

 

 

 Quel que soit l’importance de la décision que nous devons prendre, l’essentiel est de faire UN premier pas, question de montrer à la Vie que nous sommes d’accord pour que les choses changent dans notre vie. Le reste, nous le ferons en harmonie avec la Vie pour que nous devenions enfin ce que notre âme aspire à être, une fois émancipée.

 

 

 

https://www.facebook.com/DianeGagnon.Auteur.Coach

 

 

 

 

 

 

 

AVANCER
Partager cet article
Repost0
22 septembre 2016 4 22 /09 /septembre /2016 22:16

 

 

 

 

 

Diane Gagnon - Auteur,

 

Coach, Conférencière

 

 

 

 

À LA CROISÉE DES CHEMINS

 

 

 

 

 

On s’est à peu près tous retrouvés un jour ou l’autre à la croisée des chemins, ce moment où on a l’impression que la prochaine décision que nous prendrons changera à jamais le cours de notre vie.

 

Ce moment où nous sommes devant un ensemble de circonstances et où il nous est impossible d’avancer sans réfléchir au prochain pas, celui qui changera tout. Où des choix que nous estimons déchirants doivent être faits pour orienter notre vie.

 

Or, pour peu que nous en soyons le moindrement conscients, ou que nous voulions vraiment le voir, c’est à chaque jour que nous sommes à la croisée des chemins, presqu’à chaque moment de notre vie!

 

Qui nous dit que la décision banale que nous nous apprêtons à prendre, comme où nous irons acheter notre café ce matin, ne changera pas notre vie pour toujours? Le trajet que nous prendrons pour aller au travail aujourd’hui sera peut-être porteur d’un évènement marquant qui nous fera remettre en question des aspects importants de notre vie.

 

Le fait que nous gardions les yeux baissés ou que nous les levions au moment où nous croiserons quelqu’un ce midi changera peut-être à jamais la trajectoire de notre destinée. Nous rencontrerons peut-être quelqu’un tout à l’heure, ou nous entendrons une phrase qui nous marquera pour toujours et qui influencera profondément nos décisions futures.

 

Parmi les centaines de décisions que nous prendrons aujourd’hui, il y en a certainement qui changeront notre vie, même si elles nous paraissent banales et sans importance.

 

Notre vie n’est pas immuable, il n’y a jamais de véritable statu quo : tout est en mouvement et c’est la beauté de la chose, parce que ça nous incite fortement à être présents au moment présent!

 

https://www.facebook.com/DianeGagnon.Auteur.Coach

 

 

 

 

 

 

 

 

À LA CROISÉE DES CHEMINS
Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : cheminphilosophique
  • : Je suis passionnée de philosophie, je partage avec vous ces textes et citations qui font partie de moi.
  • Contact

Bienvenue sur mon blog!

Entrer chez moi, c'est découvrir mes idéaux, mes créations personnelles et d'autres thèmes qui me passionnent.
 

Bonne visite !

 

 

Ce blog a été créé le 22-08-2010 par mon adorable petit-fils Maxime


 

1 NOUVELLE SEPARATION

 

***

hobbies

 

  compteur pour blog