Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
21 juin 2012 4 21 /06 /juin /2012 21:34

0 COMMENT SE DEBARRASSER DE SES PEURS

 

Certaines personnes ont dans l’idée que pour éliminer ses peurs il faut être plus fort qu’elles.

 

Cela n’est pas faux, mais ce n’est qu’une partie de la vérité occultant la plus importante : la nature de la force à maintenir.

 

La connaissance de l’origine des peurs

 

Les peurs sont le résultat karmique de comportements et d’attitudes agressives, malsaines ou négatives qui par effet retour, ont conduit l’âme à expérimenter la peur, cela pouvant aller jusqu’à une peur permanente et tenace.

 

Ainsi, face à nos propres formes pensées, notre âme nous transmet une impression latente de peur compte tenu que celles-ci engendrèrent par le passé des situations dangereuses et possiblement effrayantes.

 

Quelle est l’impasse à la maîtrise des peurs ?

 

La chose la plus important à comprendre et à éviter, est le fait de vouloir les dominer par une force brutale, par exemple en agressant ses peurs comme un danger en pensant que cela les feraient disparaître.

 

Ceci est impossible par la loi du karma, d'attraction et de rétroaction, et obligera au contraire à subir les attitudes que l’on aura donné, et dans ce cas, elles seront créatrices d’épouvantes à moyen terme.

 

Il y aura toujours quelqu’un ou quelque chose de plus agressif et plus fort que vous, il y aura toujours un résultat négatif à une volonté de domination par la force sombre.

 

Il faut donc éviter la volonté brutale en soi pour se débarrasser de ses peurs.

 

Les solutions

 

Pour faire disparaître ses peurs, il faut dissoudre peu à peu de son environnement intérieur la création de peur lié à ses propres agressions potentielles, par une volonté inébranlable de bien, de paix et d’amour envers tout et tout le monde.

 

Par exemple quelqu’un de méchant, d’abject et de fourbe vous agresse… Vous n’avez pas peur, mais si vous réagissez violemment, vos corps subtils se transformeront, se coloreront d’énergies sales et brutales qui engendreront en vous plus tard les mécaniques de la peur compte tenu des potentialités à l’intérieur de vous d’être le co-créateur de situations effrayantes.

 

C’est pourquoi il faut, face cet agresseur ou toute autre agression, et quelques soit son ou ses attitudes, lui vouloir profondément du bien, et l’aimer.

Cela est difficile voir très difficile, car les énergies sombres s’opposent à l’intérieur de nous à ces transformations intérieures.

 

C’est donc une nécessité dans tous les cas même les plus choquants de rester en paix et en amour dans une volonté constante de bien ; et peu à peu, vos énergies internes, vos corps subtils (éthérique, astral, causal…) se modifieront et le monde s’apaisera en vous et autour de vous par intrication vers le bonheur et la sécurité absolue.

 

Chaque obstacle est comme une opportunité pour travailler sa force intérieure de paix, pour devenir plus fort, plus brillant, plus doux, plus divin.

 

 

* Paix, amour et bonheur pour tous les êtres *

 

 

Auteur

Tomtom333

 

choix-realite.org

 

 

Partager cet article
Repost0
20 juin 2012 3 20 /06 /juin /2012 21:15

0 POUR POEME LA PETITE ESPERANCE

 

 

C'est la petite lumière qui brille au fond de ton coeur

 

Et que nul au monde ne saurait éteindre.

 

 

 

Si ton coeur est brisé, malheureux, éperdu

 

Si ta vie est triste, monotone et sans saveur,

 

Si l'angoisse parfois, et souvent te saisit,

 

La petite espérance set là au fond de ton coeur,

 

Qui va te permettre de remonter la pente.

 

 

 

Elle est le doux printemps qui surgit après l'hiver.

 

Elle est ta bonne étoile qui scintille dans le ciel

 

Elle est le souffle du vent qui chasse les nuages...

 

 

 

Si tu te crois sans force, sans idée, sans espoir,

 

Tout au fond d'une impasse, dans le noir d'un tunnel.

 

Si tu n'as plus le goût à rien, ni même celui de vivre...

 

La petite espérance est encore là au fond de ton coeur

 

Qui te donne du courage quand tout semble fini.

 

 

 

Elle est la goutte d'eau pure qui jaillit de la source.

 

Le jeune bourgeon qui permet à l'arbre de reverdir

 

La clarté du jour, là-bas au bout de la nuit.

 

 

 

Merci d'être toujours là ma petite espérance

 

Tout au fond de mon coeur

 

Ma merveilleuse lampe magique, où je puise tous mes rêves

 

Toi qui ne connais pas le mot fin.

 

Yvette De France

http://www.yvettedefrance.com/poemes/menu_poe_fichiers/la_petite_esperance.htm

 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
18 juin 2012 1 18 /06 /juin /2012 21:43
2 NOUVELLE FLEUR
 
 
La chose la plus utile que vous puissiez faire lorsque vous faites face à une épreuve, c’est de conserver une attitude positive.
 
Il y a toujours quelque chose de bien dans toutes les circonstances, même si vous ne pouvez le voir immédiatement.
 
En gardant la foi, vous élevez l’énergie de tous ceux qui vous entourent, de même que la situation elle-même.
 
 Un état d’esprit positif permet au corps de se détendre, ce qui, en retour, vous permet de réfléchir clairement et de faire preuve de créativité pendant les moments plus difficiles.
 
En voyant les choses avec optimisme, vous inspirez les autres, et cela peut empêcher l’énergie d’entrer dans le cycle d’une spirale descendante. Veillez à demeurer optimiste aujourd’hui, peu importe la situation.
 
 
 
 
 
 
Vidéo: "L'espoir " de "lapetite douceur" Nicole Charest

 
 
 
 
 
 
 
Partager cet article
Repost0
17 juin 2012 7 17 /06 /juin /2012 21:21
0 AMOUR UNIVERSEL
 
Dans toutes les langues du monde, le mot « amour » fait partie de ceux qui sont le plus souvent dits et écrits. Par ailleurs, il s’applique à des notions multiples et couvre un vaste domaine de sentiments. C’est ainsi que l’on parle de l’amour que l’on ressent pour un conjoint ou une conjointe, ses enfants et autres proches, mais également pour les animaux, la nature, un pays, la musique, la littérature, le sport… Nous voyons donc que le verbe « aimer » couvre un large champ sémantique et que, selon ce à quoi il s’applique, exprime un niveau ou un degré d’amour différent pour des êtres, des choses ou des centres d’intérêt divers.
 
La grande majorité des êtres humains ont en commun d’aimer ceux avec qui ils partagent leur vie. De même, beaucoup ressentent de l’amour à l’égard de la nature, ce qui ne veut pas dire pour autant qu’ils la respectent. Nombreux également sont ceux qui aiment tel artiste, tel acteur, telle personnalité politique, tel sport… En revanche, il y en a beaucoup moins qui ont l’amour de la littérature, de l’art ou du mysticisme. Il y a donc des “amours communs” et des “amours particuliers”, les premiers n’excluant pas les seconds, et inversement. À titre d’exemple, aimer la nature n’empêche nullement d’aimer la littérature. Dans quelque domaine que ce soit, l’amour ne devrait d’ailleurs jamais être exclusif.
 
On peut se demander s’il existe une hiérarchie dans ce que l’être humain peut ou doit aimer. Je pense que oui. C’est ainsi qu’il y a une grande différence entre l’amour du prochain et l’amour du sport. Le premier se rapporte à un idéal qui prend sa source dans notre âme et qu’elle aspire à vivre, même si nous n’en avons pas conscience objectivement. Le second s’apparente plutôt à une passion que l’ego, au sens positif du terme, prend plaisir à satisfaire. Vu sous cet angle, il me semble que plus ce que l’on aime est universel et intemporel, plus cet amour est noble, élevé et constructif. Il en est ainsi de l’amour de l’homme pour l’homme, de l’amour de l’homme pour la nature, et de l’amour de l’homme pour Dieu, en tant qu’Energie Conscience à laquelle tout être doit l’existence. En fait, ce sont ces trois niveaux d’amour qui manifestent le plus ce que les mystiques appellent « Amour universel ».
 
Comme vous le savez, tous les sages, et pas seulement Jésus, ont exhorté les hommes à s’aimer les uns les autres. Pourquoi ? Ni par principe, ni par sensiblerie, mais parce qu’ils savaient que là se trouvent non seulement la raison d’être de l’humanité, mais également la voie que tout être humain doit suivre s’il veut se réaliser et connaître le bonheur auquel il aspire. Vous noterez d’ailleurs que tout individu, excepté s’il souffre d’une maladie mentale, a besoin d’aimer et d’être aimé. S’il en est ainsi, c’est parce que ce besoin, pour ne pas dire ce désir, fait partie de sa nature profonde, de son âme. Cela étant, chacun de nous est imparfait, et les autres aussi, de sorte qu’aimer tout le monde est quasiment impossible pour le commun des mortels. Tout en essayant de tendre vers cet idéal, l’essentiel est déjà de ne haïr personne et de ne faire de mal à quiconque. À défaut de tous nous aimer mutuellement, imaginez ce que serait le monde si aucun parmi nous ne se laissait aller à la haine ou à la malveillance…
 
Une remarque pour clore ces quelques explications : je regrette que notre époque actuelle accorde tant de place au sexe et si peu à l’amour. Au risque de sembler trop pudique ou même trop prude, la sexualité débridée qui s’étale à la télévision, dans la presse “people” ou sur Internet, rabaisse l’amour humain à son plus bas niveau. Naturellement, cela ne veut pas dire qu’il est inconvenant, immoral et encore moins coupable d’aimer physiquement, mais de là à en faire un objet d’exhibition, de luxure et même de bestialité…
 
 
 
 
Vidéo: "Que l'Amour soit ton Bouclier"

 
 
 
 
Partager cet article
Repost0
15 juin 2012 5 15 /06 /juin /2012 21:24

0 ENVOLE DE L AME

Voici l'Envol de l'Âme de Janmot (1814-1892),

visible au Musée des Beaux Arts de Lyon.

 

 

 

 

Notre âme mérite davantage de liberté...  

 

 

 

Elle ne doit pas être enfermée dans un corps qui ne fournit pas assez de place pour son développement, son expansion ou sa libre expression!

 

 

 

Et voici la traduction inédite d'un texte de Spencer Lewis toujours d'actualité: 

 

 

 

""Je demande avec la plus sérieuse sincérité que mes lecteurs se joignent à moi tous les soirs, quand il est possible, en communion silencieuse avec notre être intérieur. 

 

 

 

Asseyez-vous dans une pièce silencieuse et peu éclairée, et dégagez de votre corps les pensées des choses matérielles.

 

 

 

Perdez conscience de votre corps de votre environnement et laissez l'âme en vous dominer et s'étendre.

 

 

 

Concentrez votre pensée sur votre être profond, cette grande force qui réside à l'intérieur de vous et voyez et ressentez son contact avec les forces infinies des pensées de l'univers.

 

 

 

Graduellement vous ressentirez une harmonisation avec la conscience cosmique et vous serez conscient de sa paix, de son harmonie, de son amour, de sa bienveillance et de sa perfection.

 

 

 

Vous laissez votre corps, le manteau, la cape, la coquille, s'écarter de votre âme et vous serez libéré des limitations de la matière et vous ressentirez votre âme en dehors de votre corps vous entourer comme une aura.

 

 

 

Son expansion sera régénératrice, euphorisante, et d'une divine magnificence. 

 

 

 

Les plus merveilleuses sensations que vous avez jamais expérimentées viendront à vous et ainsi vous pourrez laisser parler votre âme, vous mettre en résonance avec elle, et vous mettre en communion avec votre Être intérieur.

 

 

 

Vous recevrez alors beaucoup de suggestions, vous penserez ou entendrez beaucoup de mots d'encouragement, d'espoir, d'amour, de bienveillance et de compassion, qui pourront être des réponses immédiates.""

 

http://www.lebistrotdelarosecroix.com/

Partager cet article
Repost0
14 juin 2012 4 14 /06 /juin /2012 21:27
0 FLAMME
 
Bienheureux ceux qui savent rire d'eux-mêmes. Ils n'ont pas fini de se réjouir.
 
Bienheureux ceux qui ont appris à distinguer une montagne d'une taupinière. Il leur sera épargné bien des tracas.
 
Bienheureux ceux qui sont capables de se reposer et de dormir sans avoir à s'excuser. Ils deviendront sages.
 
Bienheureux ceux qui peuvent se taire et écouter. Ils apprendront des choses nouvelles.
 
Bienheureux ceux qui ont la faculté de s'émerveiller. Ils conserveront longtemps leur âme d'enfant.
 
Bienheureux ceux qui ont compris l'importance de la communication. Ils préserveront la vitalité de leurs relations.
 
Bienheureux ceux qui sont assez humbles pour ne pas se prendre au sérieux. Ils seront appréciés de leur entourage.
 
Heureux êtes-vous si vous savez regarder sérieusement les choses anodines et légèrement les choses sérieuses.
 
Heureux êtes-vous encore si vous savez aborder simplement les choses complexes et attentivement les choses simples.
 
Heureux êtes-vous enfin si vous savez voir clairement les choses difficiles et profondément les choses claires.
 
Vous irez certainement très loin dans la vie, car la vie saura vous remercier de l'avoir aimée, ainsi elle vous entraînera à son tour.
 
Source : Lettres à l'intime de soi - Jacques Salomé
 
 
 
 
 
Vidéo: "Nos zones d'ombre" de Nicole Charest
 

 
  
  
 
 
Partager cet article
Repost0
13 juin 2012 3 13 /06 /juin /2012 21:23
0 TUBE FLEURS
 
 
Dieu nous donne la laine et les aiguilles
 
 
Il nous dit :
 
 "Tricote de ton mieux, une maille à la fois".
 
 
 
 
 
Une maille est une journée sur l'aiguille du temps.
 
Dans un mois 30 ou 31 mailles, dans 10 ans  3650 mailles….
 
 
 
Quelques unes sont à l'endroit, d'autres à l'envers.
 
 Il y a aussi des mailles échappées, mais on peut les reprendre.
 
 
 
 La laine que Dieu nous donne pour tricoter notre vie
 
Est de toutes les couleurs.
 
 
Rose comme les joies… Noire comme les peines…
 
 Grise comme les doutes… vertes comme les espérances…
 
 Rouge comme les affections… Bleue comme les désirs…
 
 Blanche comme le don total à Dieu
 
 
 
Seigneur, donne moi le courage de terminer mon tricot
 
 Afin que tu le trouves digne de l'exposition éternelle.
 
Auteur inconnu
 
 
Vidéo: "Lumière du monde"
 

 
 
 
 
 
Partager cet article
Repost0
11 juin 2012 1 11 /06 /juin /2012 21:17

1 NOUVELLE FLEUR

 

Par la quête de : " Qui suis-je ? ", le mental devient silencieux. La pensée " Qui suis-je ? " détruit toute autre pensée, et, de la même façon que le bâton utilisé pour remuer le bûcher funéraire, elle finira par être elle-même détruite. Puis la réalisation du Soi surviendra.

Lorsque d'autres pensées émergent, il ne faut pas les entretenir mais rechercher plutôt : " A qui cette pensée apparaît-elle ? " Peu importe combien de pensées se présentent. Pour chaque pensée qui émerge, il faut se poser la question avec assiduité : " A qui cette pensée est-elle apparue ? " La réponse sera alors " à moi ".

 

Sur ce, si l'on se demande :

 " Qui suis-je ? ", le mental retourne à sa source, et la pensée qui avait surgit devient silencieuse. Ainsi, grâce à une pratique régulière, le mental acquerra la capacité de rester dans sa source. Lorsque le mental, sous sa forme subtile, passe par le cerveau et les organes sensoriels, les noms et les formes grossières apparaissent. Lorsqu'ils demeurent dans le Cœur, les noms et les formes disparaissent. Ne pas permettre à l'activité mentale de s'extérioriser et la maintenir dans le Cœur est ce qu'on appelle : " intériorité " (antar-mukha).

 

 Laisser le mental quitter le Cœur est appelé : " extériorisation " (bahir-mukha). Ainsi, lorsque le mental demeure dans le Cœur, le " je " qui est la source de toute pensée s'évanouira, et le Soi, à jamais présent, brillera. Quoi que l'on fasse, il faut agir sans l'ego " je ". Lorsqu'on se conduit de la sorte, la nature de tout ce qui apparaît alors, est celle de Siva (Dieu).

 

Ramana Maharshi

 

http://sunyata-eveilsauvagecom.blogspot.fr

 

 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
10 juin 2012 7 10 /06 /juin /2012 21:33

0 A PROPOS DE LA CROISSANCE

 

 

En cette période de crise, on parle beaucoup de la nécessité de relancer la croissance et, par là même, de relancer l’économie. Comment ? En incitant les gens à consommer davantage, de façon à devoir produire davantage et à induire du travail, condition nécessaire pour maintenir les emplois existants et en créer de nouveaux. En vertu de ce principe, pour ne pas dire de ce dogme, la plupart des politiciens, tous partis confondus, font de la relance de l’économie une priorité. Bien que n’étant pas spécialiste en économie, je ne suis pas convaincu que sa relance dépende de la croissance, au sens de consommer davantage et de doper la production ou, ce qui revient au même, de produire davantage et de booster la consommation.

 

Est-il normal qu’une société permette aux citoyens de consommer ce qui est nécessaire à leur bien-être matériel ? Bien sûr que oui. C’est même un devoir qu’elle a envers eux. Est-il pour autant judicieux de les inciter à consommer au-delà de leurs besoins réels ? Je pense que non. Or, tout est fait de nos jours pour les inciter à consommer « coûte que coûte » et à se procurer nombre de choses aussi inutiles qu’artificielles. Rien n’est négligé dans ce but : crédits attractifs, promotions en tous genres, publicités quasi-mensongères, etc. Ce faisant, on conditionne les gens à rechercher le bonheur dans l’avoir et, pour nombre d’entre eux, à s’endetter au-delà du raisonnable. Par ailleurs, on en fait des consommateurs perpétuellement insatisfaits, car il n’y a pas de limite au désir de posséder.

 

En caricaturant quelque peu, on peut dire que dans la plupart des pays, les consommateurs se divisent en deux grandes catégories : ceux qui ont les moyens de consommer et ceux qui, malheureusement, ne les ont pas. Plutôt que d’inciter les premiers à consommer toujours plus et à faire de l’avoir l’idéal de leur vie, on devrait leur apprendre à consommer raisonnablement et à donner dans ce domaine l’exemple de la modération. Pour ce qui concerne les seconds, il faudrait naturellement faire en sorte qu’ils puissent se procurer ce qui leur est nécessaire pour vivre confortablement sur le plan matériel. C’est là, me semble-t-il, le véritable enjeu de l’économie.

 

Je pense également que l’on devrait revoir totalement le concept de production. De nos jours, on produit pour produire, afin de maintenir les emplois. Dans nombre de domaines, il y a même surproduction, en ce sens que l’on sait parfaitement que tous les articles produits (à la chaîne) ne seront jamais achetés et constituent des stocks qui ne cessent de croître. C’est le cas, par exemple, dans l’électroménager, l’ameublement, l’habillement, etc., sans parler de l’alimentation, où l’on s’autorise un gaspillage véritablement indécent (chaque année, des millions de tonnes de viande périmées sont incinérées). Si cette politique de surproduction devait se généraliser à l’échelle du monde, il faudrait l’équivalent de plusieurs planètes comparables à la Terre pour obtenir ne serait-ce que les matières premières nécessaires. Assurément, on ne peut continuer dans cette voie.

 

De mon point de vue, il devient urgent de moins produire, mais de mieux produire, c’est-à-dire de remettre l’homme au centre de la production et de faire en sorte que celle-ci respecte la nature. Cela suppose de mettre fin au machinisme excessif qui sévit dans les pays dits développés et qui s’instaure dans les pays en voie de développement. Alors que les machines auraient dû se limiter à aider l’homme dans les travaux les plus pénibles, elles en sont venues à le remplacer à des fins de rentabilité et de profit. La sagesse voudrait que l’on ″démachinise″ la production et qu’on la ré humanise, ce qui entraînerait la création de nombreux emplois, sans parler de tous ceux qui pourraient être créés en relation avec l’écologie. Beaucoup diront qu’il est devenu impossible de revenir en arrière. Je n’en suis pas certain ; et aurons-nous encore longtemps le choix ?

http://www.amorc.fr/dotclear/index.php?

 

 

Partager cet article
Repost0
9 juin 2012 6 09 /06 /juin /2012 21:23

 

0 COEUR

 

Un jour, un paysan se présenta à la porte d'un couvent et frappa énergiquement. Quand le frère portier ouvrit la lourde porte de chêne, le paysan lui montra, souriant, une magnifique grappe de raisin.

« Cher frère portier, dit le paysan, sais-tu à qui je veux offrir cette grappe de raisin, la plus belle de ma vigne? »

— Sans doute au Père Abbé ou à quelque moine du couvent!

— Non, à toi!

— À moi? Le frère portier en devint tout rouge de joie.

— C'est vraiment à moi que tu veux la donner?

— Bien sûr, parce que tu m'as toujours reçu avec amitié et tu m'as aidé quand je te le demandais. Je voudrais que cette grappe de raisin t'apporte un peu de joie. »

Et la joie simple et franche qu'il voyait sur le visage du frère portier l'illuminait lui aussi tout autant. Le frère portier posa la grappe bien en vue et passa la matinée à l'admirer. C'était vraiment une grappe étonnante. Et puis, à un moment donné, lui vint une idée : « Pourquoi ne pas porter cette grappe au Père Abbé, pour lui donner un peu de joie à lui aussi? »

Il prit la grappe et l'apporta au Père Abbé. Celui-ci fut sincèrement heureux. Mais il se souvint qu'il y avait dans le couvent un vieux frère malade et il pensa : « Je vais lui apporter la grappe. Ça lui donnera un peu de réconfort. »

Ainsi la grappe émigra de nouveau. Mais elle ne resta pas longtemps dans la cellule du frère malade. Celui-ci, en effet, pensa que la grappe ferait aussi la joie du frère cuisinier, qui passait ses journées à suer derrière ses marmites, et il la lui fit parvenir.

Mais le frère cuisinier la remit au frère sacristain, afin qu'il ait, lui aussi, un peu de joie. Ce dernier la porta à un autre. Et ainsi de suite, jusqu'à ce que la grappe revint au frère portier, pour lui donner un peu de joie... Ainsi se referma le cercle. Un cercle de joie!

L'amour est l'unique trésor qui se multiplie quand on le divise; c'est l'unique cadeau qui augmente au fur et à mesure qu'on en soustrait une part.

Texte pris sur le blog Émergence du cœur

http://www.lapetitedouceur.org/200-articles-blog.html

 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : cheminphilosophique
  • : Je suis passionnée de philosophie, je partage avec vous ces textes et citations qui font partie de moi.
  • Contact

Bienvenue sur mon blog!

Entrer chez moi, c'est découvrir mes idéaux, mes créations personnelles et d'autres thèmes qui me passionnent.
 

Bonne visite !

 

 

Ce blog a été créé le 22-08-2010 par mon adorable petit-fils Maxime


 

1 NOUVELLE SEPARATION

 

***

hobbies

 

  compteur pour blog