Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
18 février 2013 1 18 /02 /février /2013 22:04

superbe fleur dans le flou

 

 

“La vérité, qu'est ce que la vérité ? s'il te plaît dis moi ce qu'est la vérité.”

 

Alors que nous cherchons désespérément une réponse à nos inquiétudes, une réponse qui pourrait éteindre nos souffrances et nos blessures trop visibles. Nous souhaitons, non pas comprendre et éclairer, mais cacher. Cacher nos peurs pour continuer à survivre dans un monde confus.

 

Nous perdons rapidement cette impulsion à comprendre la question fondamentale sur notre véritable nature, notre véritable identité. Nous sommes prêt à nous nier nous-mêmes plutôt que de regarder ce que nous pensons déjà savoir et par peur que ce que nous trouvions donne tords à l'histoire à laquelle nous sommes attaché.

 

Pour éviter cette recherche, nous nous contentons très rapidement d'une théorie, une méthode ou d'une définition déjà prête qu'il suffirait d'assimiler et de répéter avec assiduité. Nous courrons en fait après un pansement, un antibiotique, un somnifère pour fuir notre douleur du moment.

 

Nous cherchons des sécurités psychologiques qui nous protégerons de l'amertume, du cynisme et de la destruction vers laquelle ce même comportement nous entraîne inexorablement Ce que nous cherchons en disant « S'il te plaît dis moi ce qu'est la vérité. » c'est d'une drogue efficace pour endormir notre pensée, notre moi qui nous fait tant souffrir.

 

Le chemin de la recherche de vérité nous entraîne sur un chemin périlleux et long ou les frustrations sont grandes et les peurs surgissant dans notre expérience, nous fait réagir en sautant d'une sécurité à une autre.

 

Toutes ces sécurités dans la forme sont fictives et ne servent qu'au mental qui gagne du temps linéaire dans son monde d'illusions. Un pas est fait quand nous lâchons toutes les sécurités mentales dans une solitude et un silence intérieur total pour observer nos réactions, le processus qui s'agrippe aux formes et fausses sécurités, une perception attentive qui perce la surface de l'effet des peurs pour regarder en profondeur les causes.

 

Une seule attention sincère sans peurs et sans jugements à un pouvoir de guérison est infiniment plus grande qu'un discours habile de la pensée. Ce silence guérisseur donne une grande énergie en vous et à ceux qui vous entourent.

 

La fatigue que crée cette recherche incessante et mal comprise, en tombant dans les pièges et les lourdeurs émotionnelles ou intellectuelles peut durer de longues années, voir plusieurs vies, voir la durée d'une civilisation à l'échelle de l'humanité.

 

Mais peut aussi durer le temps d'un battement d'ailes, le paradoxe de la difficulté et de la simplicité lié l'un dans l'autre.

 

Quel que soit le chemin de l'activité mentale, il n'y a pas de chemin qui mène à la vérité, et la recherche continue tant qu'il y a recherche. C'est un jeu avec soi-même, « Je ne sais pas qui je suis vraiment, alors je vais chercher. »

 

Dans la grande fatigue, s'arrêter et s’asseoir, s'accepter tel que l'on est sans jugement, au point où l'on en est là maintenant, « je suis assez, je ne suis pas assez ». Dans le silence de pensées et d'opinions sur l'avancée de cette recherche, il est possible de sentir qu'en fait.

Tout va bien là maintenant, ce n'était pas si sérieux.

 

Dans ce silence, dans cette conscience sans pensée contrôlée ou affolée, dans ce souffle de paix. Émerge soudainement une nouvelle pensée inspirée, une nouvelle impulsion du cœur qui donne la réponse avec les mots filtrés par la couleur de l'individualité.

 

Le premier et dernier pas tourné vers la vérité, source de la véritable intelligence.

 

Auteur : Michaël

 

http://www.choix-realite.org/

Partager cet article
Repost0
17 février 2013 7 17 /02 /février /2013 21:53

0 UN BEL ENTRETIEN AVEC DIEU

 

J'ai demandé à Dieu qu'il retire

Mes habitudes et mes manies...

NON Me dit-il...

Ce n'est pas à moi de les retirer,

Mais à toi de les abandonner.

 

 

J'ai demandé à Dieu

Qu'il guérisse l'enfant handicapé

Pour qu'il soit complet....

NON

Son esprit est entier,

Son corps est seulement temporaire.

 

 

J'ai demandé à Dieu qu'il m'accorde

La patience …

NON

La patience est un sous-produit de tribulations

Elle n'est pas accordée, Elle est apprise.

 

 

J'ai demandé à Dieu

Qu'il me donne le bonheur...

 

NON

Je te donne des bénédictions;

Le bonheur dépend de toi…

 

 

J'ai demandé à Dieu qu'il m'épargne la douleur…

NON

Les souffrances t'éloignent de la matière,

Et t'approchent de plus en plus de moi.

 

 

J'ai demandé à Dieu

Qu'il fasse agrandir et mûrir mon âme...

NON!

NON!

Tu dois grandir et mûrir toi-même

Mais je te taillerai pour te rendre fructueux.

 

 

J'ai demandé à Dieu

Toutes les choses que je peux aimer dans la vie...

Mais...

NON

Je te donnerai la vie,

Afin que tu puisses y aimer toutes les choses.

 

 

Je demande à Dieu

Qu'il m'aide à AIMER les autres,

Autant que Lui m'aime!...

 

 

Alors satisfait et très content Dieu me dit :

Ahhhh!...

Finalement ton vœux est bon!

 

 

Tu peux être UNE PERSONNE

Pour tout le monde,

Mais tu es sûrement LE MONDE

Pour une seule personne.

 

 

CE JOUR EST LE TIEN,

PRENDS EN SOIN...

 

 

QUE DIEU TE BÉNISSE ...

 

http://www.frizou.org

Partager cet article
Repost0
16 février 2013 6 16 /02 /février /2013 21:50

LA CONSCIENCE SERGE TOUSSAINT

 

 

- 2/ 3 de masculinité et 1/3 de féminité donne tendance à être séduit par des perso tendances dominantes (hommes ou femmes)  

 

-  2/3 de masculinité et 1/3 d’androgynie : tendance à vivre en s’économisant et en se préservant,  on préfère servir pour être protégé.

 

-2/3 de féminité et 1/3 de masculinité : âme au caractère féminin mais séducteur, besoin d’être approuvé et de vivre en groupe pour relier les uns aux autres. 

 

-2/3 de féminité, 1/3 d’androgynie : force de caractère porté vers le maternage, tempérament détourné des plaisirs matériels et des satisfactions terrestres,  dévouement à une cause.

 

-2/3 d’androgynie et 1/3 de masculinité : âme jeune, qui a besoin d’encadrement, de repères ou âme d’un guide spirituel capable d’innocence et d’humilité joyeuse

 

-2/3  d’androgynie et 1/3 de féminité :  détachement des problèmes matériels au point de manquer d’autonomie  dans l’expression de soi ou  fort besoin de prendre en charge et de materner les autres comme des enfants pour donner un sens à sa vie.

 

Androgynie totale : capacité d’aimer les hommes ou les femmes sans préférence particulière, sans choix prédéterminé mais la tendance peut également se vivre en choisissant de s’extraire du jeu de la séduction pour se consacrer à d’autres choses (chasteté)

 

Ces particularités ne sont pas celles du corps ! On doit donc ajouter les tendances féminines, masculines, bisexuées ou peu sexuées des corps.

 

On ajoute encore des possibilités de variations en ouvrant l’âme et le corps à une histoire, à une éducation plus ou moins stricte,  à des situations qui mettent les émotions et les tendances à nu (guerres, grands dégâts climatiques, peur de mourir, de vivre, de choisir, d'être seul ou d'être accompagné)

 

 

 

Toutes ces choses trouvent encore un « étage » avec les tendances spirituelles de chaque âme : certaines viennent mettre à l’épreuve leur Sagesse, ou leur Volonté de dépassement des acquis ou de partage et d’Amour.

 

L’âme peut choisir de privilégier la relation à son corps, dans ce cas, elle recherche les sensations physiques, les « émotions fortes »  et fait des excès : de table, dans ses usages d’excitants ou dans ses expériences sexuelles. Ou bien elle cherche à raffiner son corps en lui transmettant des sentiments spirituels, dans ce cas, elle va essayer d’attirer le corps à plus de restriction, l’habituer à plus d’équilibre entre les plaisirs terrestres sensuels  et les besoins d’évasion spirituelle, de subtilité intérieure et de clarté mentale.

 

Ne jugez pas les gens sur leurs choix ou leurs orientations  de vie.

 

L’Univers est vaste, la conscience l’est tout autant et la liberté est le droit de concrétiser ses choix.

 

Encadrer, légiférer, donner des limites c’est bien, tant que cela permet à chacun d’être en accord avec les possibilités  de son âme et que le Respect est préservé.  Lila

 

http://www.lilaluz.net

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
15 février 2013 5 15 /02 /février /2013 22:05

LA CONSCIENCE SERGE TOUSSAINT

 

 

 

 

 

L’âme n’est ni féminine, ni masculine, ni androgyne : elle est les 3 et ses concepts de féminité, masculinité et androgynie ne sont pas les mêmes que pour la société actuelle. L’âme fait l’amour, donne de l’amour ou bien du non-amour et de l’indifférence à travers le Cœur et l’énergie de l’aura.  L’âme n’a PAS de sexe mais elle est sexuée, bisexuée  ET asexuée selon les besoins de ses expériences et ce qu’elle cherche à montrer dans son parcours de vie.

 

Elle fait l’Amour en partageant, en mélangeant son énergie, ses émotions, ses sentiments, son histoire avec son ou ses partenaires. La relation de partage  de l’âme n’est pas d’ordre sexuel mais lorsque le corps est guidé par l’âme elle peut ressentir les mêmes émotions que le corps.

 

En d’autres mots l’âme a envie de relations d’amour  et c’est en ayant un corps qu’elle en a la possibilité de manière sensuelle et sexuée mais le cocktail qui définit le genre est variable.

 

Les classiques :

 

-un corps d’homme avec une âme virile, volontaire, active, à tendance protectrice/ une âme féminine dans un corps féminin.

 

Les Variantes : 

 

- L’âme peut se scinder en plusieurs genres : 1/3 masculin, pour exprimer l’action, 1/3 féminin pour être capable d’utiliser l’intelligence (réseau  d’énergie qui relie les êtres les uns avec les autres) 1/3 d’androgynie (énergie de conscience asexuée) pour tempérer les tendances aux excès et assurer des comportements plus détachés des apparences et des besoins physiques.

 

Partager cet article
Repost0
14 février 2013 4 14 /02 /février /2013 22:19

0 a propos du vegetarisme

 

 

Assez régulièrement, il m’est demandé, en conférence ou par courrier, si le végétarisme est souhaitable lorsque l’on mène une quête spirituelle. Très sincèrement, je ne pense pas que le fait de ne jamais manger de viande soit un atout dans ce domaine. Je connais des végétariens athées et matérialistes, et des non végétariens croyants et spiritualistes. Ce qui importe alors, c’est l’intérêt que l’on accorde à la spiritualité et le comportement qui en résulte, ce qui fit dire au Maître Jésus : « L’important, ce n’est pas ce qui entre dans la bouche de l’homme, mais ce qui en sort. »

 

 

 

De mon point de vue, ce n’est pas vraiment la question spirituelle qui devrait amener quelqu’un qui le souhaite à opter pour le végétarisme. La plupart des végétariens que je connais le sont d’ailleurs pour deux autres raisons majeures : 1) pour montrer qu’ils désapprouvent le traitement infligé aux animaux dont on consomme la chair, et qu’ils s’opposent au fait d’en tuer pour se nourrir. 2) parce qu’ils ont constaté que la non consommation de viande fait qu’ils sont en meilleure santé. Parmi les végétariens, il y en a effectivement quelques-uns qui pensent avoir ainsi une conduite plus spirituelle.

 

 

 Je comprends tout à fait le premier argument, car j’aime beaucoup les animaux et je suis indigné et même horrifié par la manière dont nombre d’entre eux sont élevés et abattus avant que leur chair ne soit vendue. Les souffrances qui leur sont infligées sont une honte pour l’humanité et montrent à quel point elle est encore barbare à leur égard. Tous, à leur niveau, sont des êtres conscients et sensibles. Ne pas les respecter, ne pas leur être reconnaissants pour tout ce qu’ils nous apportent, est une insulte à la vie. Par ailleurs, je suis convaincu que les hommes souffriront aussi longtemps qu’ils feront souffrir les animaux, car il existe depuis toujours une relation karmique entre eux et nous. À son époque, Pythagore lui-même déclara : « tant que les hommes continueront à détruire sans pitié les êtres vivants des règnes inférieurs, ils ne connaîtront ni la santé ni la paix. Tant qu’ils massacreront les animaux, ils s’entretueront. En effet, qui sème le meurtre et la douleur ne peut récolter la joie et l’amour. »

 

 

Quant à ceux qui sont végétariens pour des raisons de santé, ils ont naturellement raison de l’être si cela leur convient mieux. L’expérience prouve que certaines personnes supportent mal la nourriture carnée et se sentent très bien en mangeant plutôt des végétaux, auxquels ils ajoutent du lait, des œufs et autres aliments de provenance animale, ainsi que du poisson de temps à autre. On peut donc être en bonne santé sans absorber de viande, à condition de veiller à n’avoir aucune carence en protéines, vitamines, oligo-éléments, etc., ce qui suppose d’avoir certaines connaissances de base en nutrition.

 

 

Peut-on envisager que tous les êtres humains soient un jour végétariens ? Si oui, pour quelles raisons ? Par respect pour les animaux ? Pour des raisons de santé ? Par nécessité économique ou écologique ? Beaucoup de personnes trouveraient ridicule de se poser une telle question, tellement elles sont convaincues que la grande majorité des êtres humains consommeront toujours de la viande. Pourtant, selon certains scientifiques, l’évolution physiologique de l’être humain pourrait être telle qu’il n’ait plus besoin de protéines animales d’ici… plusieurs millénaires. Quoi qu’il en soit, une chose est certaine : aussi longtemps que les hommes mangeront de la viande, ils devraient prendre soin des animaux qu’ils tuent pour se nourrir, ce qui suppose de les élever dans de bonnes conditions et de les tuer en les faisant souffrir le moins possible, non sans les remercier pour le don qu’ils font de leur vie.

 

Serge Toussaint

Grand Maître de l’Ordre de la Rose-Croix

 

http://www.blog-rose-croix.fr

 

 

Partager cet article
Repost0
13 février 2013 3 13 /02 /février /2013 20:05

                                                     0 TITRE

 

 

                                                                                   0 COEUR QUI BAT

 

- Bonjour Madame (Monsieur),
comment puis-je vous aider?

 

- Je voudrais installer le programme «Amour».
Pourriez-vous m'indiquer la procédure, s'il vous plaît ?

- Bien sûr, prête pour l'installation ?

- Oui, mais je n'y connais pas grand chose en programmation.
Par quoi commence-t-on?

- Ouvrir votre cœur est la première étape pour l'installation.
Avez-vous localisé votre cœur, Madame ?

 

Oui, je l'ai trouvé.
Mais il y a d'autres programmes qui fonctionnent en même temps. Puis-je continuer l'installation tout de même ?

- Voyons voir. Quels autres programmes
fonctionnent présentement dans votre cœur ?

- Et bien, je vois «Blessures-du-passé.Exe»,
«Mauvaise-estime-de-soi.Exe»,
«Rancune.doc" et "Colère.com.».

 

- Pas de problème, Madame.
L'installation de votre programme «Amour»
effacera graduellement les «Blessures du passé»
de votre système.

De plus, durant l'installation, le programme «Amour»
remplacera votre «Mauvaise estime de soi»
par son propre programme intégré,
«Meilleure estime de soi».

Par contre, vous devez absolument fermer vos fichiers
«Rancune» et «Colère», car ceux-ci pourraient empêcher votre programme «Amour» de fonctionner correctement.

- D'accord, mais pourriez-vous m'indiquer
comment les fermer correctement ?

- Allez dans votre menu principal et trouvez le programme
«Pardonner». Démarrez-le et faites-lui faire le ménage
de votre système au complet.

 

Vérifiez qu’il enlève complètement
la «Rancune» et la «Colère».
Cela est très important.

 

 

- D'accord, c'est fait.

 

 

Hey ! L'installation du programme
«Amour» a démarré !

 

 

 

- Oui, il est programmé pour s'installer
aussitôt que la «Rancune» et la «Colère»
ont été supprimées de votre système.
Vous devriez recevoir un message
vous demandant si vous voulez installer...
«Amour pour la vie» dans votre système.
Est-ce que vous l'avez reçu ?

 

- Oui, je l'ai reçu.
Et j'ai répondu oui.
Est-il bien installé, maintenant ?

 

 

 

- Oui, mais souvenez-vous que votre programme
«Amour» est une version partagée.
Vous devriez vous connecter à d'autres cœurs
pour des mises à jour essentielles
à son bon fonctionnement.

 

 

 

 

 

 

- Oups, je viens de recevoir un message d'erreur, déjà !

 

 

 

- Que dit ce message, Madame ?

 

 

 

- Le message dit
"ERROR 142
- PROGRAM NOT
RUNNING
ON INTERNAL COMPONENTS".
Qu'est-ce que ça veut dire ?

 

- C'est un problème commun qu'on voit souvent
lors de la première installation.

 

 

- D'accord. Que dois-je faire, alors ?

 

 

- Regardez dans votre menu principal.
Vous devriez voir les cases
«S'accepter soi-même».
Je vous conseille, si cela n'est pas déjà fait,
de cocher aussi les cases
«Se pardonner soi-même»,
«S'auto-féliciter»
et
«Connaître ses propres limites».
D'ailleurs, vous devriez supprimer
les options «S'autocritiquer»
et
«Se renfermer sur soi-même».

 

 

 

 

- C'est fait !
Tiens, il y a de nouveaux fichiers
qui viennent d'apparaître dans mon cœur...

 

Il y a le fichier
«Sourire.JPG»
qui vient de s'ouvrir, puis le fichier
«Bonheur.mpg»
qui se met à jouer et le programme
«Paix-intérieure.exe»
qui vient de démarrer.
Ho là là, est-ce normal ces nouvelles
couleurs et ces nouveaux sons ?

 

- Oui, Madame, tout à fait normal,
Et il y en a beaucoup plus.
Vous les découvrirez tout au long
de vos futures mises à jour.

- Une dernière chose avant de terminer...

- Oui?

- N'oubliez pas que ce programme est gratuit.
Et en tant que logiciel partagé,
il vous serait profitable de le partager
avec les autres qui pourraient en avoir de besoin.
N'oubliez pas que, plus vous partagerez
avec d'autres cœurs,
plus votre programme se développera.

 

 

 

 

- Je vous remercie de tout cœur, Monsieur.

 

 

 

 

 

 

JE RECOMMANDE CE PROGRAMME
AU PLUS GRAND NOMBRE d'amies et amis

 

http://www.chezmaya.com

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
12 février 2013 2 12 /02 /février /2013 21:37

0 NOUV FOND D ECRAN

 

 

Les choix sont des outils de création, ils permettent de créer des expériences et ainsi concevoir un sens, le sens de notre vie.

 

Toutefois, bien souvent cette impression de ne pas avoir de choix, ou de faire des choix par défauts (“il faut bien que mes enfants mangent”) ou regretter un choix (“je n’aurais jamais du faire ça”) ou encore considérer que tout est hasard ou alors prédestiné sont des notions qui sont issus de la souffrance et la confusion intérieure, la perte de son libre arbitre.

 

Ce qui n’est pas tout à fait exact, puisque nous ne perdons jamais notre libre arbitre, par contre nous grandissons dans un monde qui nous le fait oublier par un conditionnement basé sur la peur. La peur crée des fragmentations et des divisions qui empêche de faire des choix autres que basé sur la peur. Et enfant, par besoin d’amour, nous donnons notre accord à ce conditionnement.

 

Il ne s’agit pas de se forcer à avoir des pensées positives, car celles ci ne font que renforcer le conflit intérieur de la négativité que l’on essaye de refouler et donc que l’on renforce et attire d’autant plus dans nos expériences. Il faut plutôt observer en soi nos réactions face à tout ce qui nous arrive, tout ce qui se manifeste à nous et comprendre nos peurs.

 

Tout est leçon pour nous aider à grandir, le “négatif” comme le “positif” sont deux faces d’une même pièce qui tourne en rond depuis des millions d’années. Comprendre que l’un ne va pas sans l’autre, que l’un et l’autre provient de la même source, nous-mêmes, nous permet de sortir de l’inconscience et de l’apparente fatalité d’un monde violent et agressif.

 

En sortant véritablement de l’analyse intellectuelle, de la comparaison, du jugement, de toute formes d’évasions matérielles ou idéologiques permet de comprendre que tout les choix que l’on peut faire ne mènent toujours qu’à un seul endroit : Une illusion globale qui s’entretient elle même.

 

Voir, comprendre instantanément tout les fragments issus de la peur, c’est comprendre leurs illusions, comprendre c’est unifier, le choix redevient créateur d’amour. Et notre vie, nos expériences et notre vision du monde change inconditionnellement, là réside la liberté.

 

http://ascension-spirituelle.fr

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
11 février 2013 1 11 /02 /février /2013 22:09

0 PAPILLION ET GALET

 

 

 

 

On se persuade souvent soi-même que la vie sera meilleure après s'être marié, après avoir eu un enfant et ensuite, après en avoir eu un autre. Plus tard, on se sent frustré, parce que nos enfants ne sont pas encore assez grands et on pense que l'on sera mieux quand ils le seront.

 

 

 

 

 

 

On est alors convaincu que l'on sera plus heureux quand ils auront passé cette étape. On se dit que notre vie sera complète quand les choses iront mieux pour notre conjoint, quand on possédera une plus belle voiture ou une plus grande maison, quand on pourra aller en vacances, quand on sera à la retraite.

 

La vérité est qu'il n'y a pas de meilleur moment pour être heureux, que le moment présent. Si ce n'est pas maintenant, quand serait-ce ?

 

 

 

 

 

 

La vie sera toujours pleine de défis à atteindre et de projets à terminer. Il est préférable de l'admettre et de décider d'être heureux maintenant qu'il est encore temps.

 

 

 

 

 

« Pendant longtemps, j'ai pensé que ma vie allait enfin commencer. La vraie vie ! Mais il y avait toujours un obstacle sur le chemin, un problème qu'il fallait résoudre en premier, un thème non terminé, un temps à passer, une dette à payer, etc. Et alors, là, la vie allait commencer !

 

 

 

 

 

Jusqu'à ce que je me rende compte que ces obstacles étaient justement ma vie »

 

 

 

 

Cette perspective m'a aidé à comprendre qu'il n'y a pas un chemin qui mène au bonheur.

 

 

 

 

 

Le bonheur est le chemin.

 

 

 

 

Ainsi, passe chaque moment que nous avons et, plus encore, quand on partage ce moment avec quelqu'un de spécial, suffisamment spécial pour partager notre temps, et que l'on se rappelle que le temps n'attend pas. Alors, il faut arrêter d'attendre de terminer ses études, d'augmenter son salaire, de se marier, d'avoir des enfants, que ses enfants partent de la maison ou, simplement, le vendredi soir, le dimanche matin, le printemps, l'été, l'automne ou l'hiver, pour décider qu'il n'y a pas de meilleur moment que maintenant pour être heureux !

 

Les choses ne sont pas toujours…

 

"La Mort est aujourd'hui devant moi, Comme la guérison d'une maladie, comme une promenade après une souffrance.

   

 

 

 

La Mort est aujourd'hui devant moi, comme le parfum de la myrrhe, comme un repos, sous une voile, par un jour de grand vent.

 

 

 

 

 

 

La Mort est aujourd'hui devant moi, comme le parfum des fleurs de lotus, comme une halte aux rives de l'ivresse.

 

 

 

 

 

La Mort est aujourd'hui devant moi,

 

 

 

 

 

 

 

Comme un chemin après la pluie, comme un retour à la maison après une guerre lointaine.

 

 

 

 

La Mort est aujourd'hui devant moi, comme une éclaircie dans un ciel de nuages, comme le désir d'une chose inconnue.

 

 

La Mort est aujourd'hui devant moi, comme l'envie que l'on a de revoir sa maison, après de longues années passées en captivité.

 

 

"Extrait du Dialogue d'un homme fatigué de la vie avec son âme, vers 13000 av J-C.

 

http://terrenouvelle.ca/sageegyptienne.php

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
10 février 2013 7 10 /02 /février /2013 21:53

0 FOND BLOG TEXTE HIVER

 

 

La vieillesse embellit tout. Elle a l'effet du soleil couchant sur les beaux crépuscules La vieillesse, c'est l'hiver, hélas, pour beaucoup de personnes, mais pour les sages et les optimistes c'est le temps heureux et fécond de la moisson.

 

Aussi longtemps que l'on conserve ses facultés d'émerveillement, on retarde d'autant le vieillissement.

 

La vieillesse arrive brusquement, comme la neige.  Un matin, au réveil, on s'aperçoit que tout est blanc.

 

Si quelqu'un affirme qu'il est capable de faire à soixante ans tout ce qu'il faisait à vingt ans, c'est qu'il ne faisait pas grand chose à cet âge-là.

 

 

De l'automne.

 

 

On se débarrasse généralement de ses défauts en vieillissant parce qu'ils ne servent plus à rien.

 

 

Le bon côté des choses, aussi vieux que l'on puisse être, c'est qu'on est toujours plus jeune qu'on ne le sera jamais.

 

Celui qui déclare être trop vieux pour apprendre quelque chose l'a probablement toujours été.

 

 

Textes tirés d’un diaporama.

 

 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
9 février 2013 6 09 /02 /février /2013 21:56

0 FUIRE L OPIGNON

 

 

Nous sommes esclaves de l’opinion du plus grand nombre du "politiquement correcte" toujours triomphant.

 

Or, la foule nous fait mal. L’erreur multipliée n’en devient pas plus vraie.

 

 

 

Nous devons affronter le risque, la chance de la solitude, nous adonner au loisir fécond, aux fréquentations nourricières. Loin de tout prosélytisme, nous devons parler qu’à ceux qui sont prêts à entendre. Sans provocation inutile. "À l’intérieur, dissidence totale,

 

à l’extérieur faisons comme tout le monde !"

 

Édifier une citadelle intérieure

 

En distinguant, ce qui ne dépend pas de nous, de ce qui en dépend, nous apprendrons à moins souffrir des maux inévitables, la maladie, la souffrance, la mort, les coups du sort.

 

 

Nous nous aguerrirons. Notre vertu, notre volonté, notre jugement, notre liberté intérieure demeureront en  notre pouvoir.

 

 

Nous souffrons moins des choses que la représentation que nous en faisons, victimes de nos préjugés. Seule l’adhésion à l’inéluctable nous procurera la véritable tranquillité de l’âme.

 

Sénèque

 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : cheminphilosophique
  • : Je suis passionnée de philosophie, je partage avec vous ces textes et citations qui font partie de moi.
  • Contact

Bienvenue sur mon blog!

Entrer chez moi, c'est découvrir mes idéaux, mes créations personnelles et d'autres thèmes qui me passionnent.
 

Bonne visite !

 

 

Ce blog a été créé le 22-08-2010 par mon adorable petit-fils Maxime


 

1 NOUVELLE SEPARATION

 

***

hobbies

 

  compteur pour blog