Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
15 mai 2013 3 15 /05 /mai /2013 20:52

3 GOUTTE DE PLUIE

 

Je souhaite vous parler de la qualité d’amour connue sous le nom de persévérance. Cette qualité est indispensable dans tous les projets ou entreprises pour permettre aux gens d’accomplir avec succès la manifestation de la tâche qu’ils ont programmée ou que d’autres leur ont confiée. Dans toute entreprise, la persévérance est nécessaire pour aller au-delà de l’élan initial de la création. Sans cette qualité rien en ce monde n’aurait été accompli. En l’utilisant au quotidien vous êtes en constant processus de création. Vous êtes Créateur.

 

Dans le cadre familial, la persévérance dans l’entretien des tâches ménagères assure que le foyer fonctionne efficacement et sans heurts. En respectant la discipline de l’exécution de ces tâches avec cette qualité d’amour, il règne toujours un ordre et une harmonie divins dans la maison. Quand rien n’est laissé inachevé un espace est créé, un vide qui peut alors être empli d’activités plus inspirées et créatives. En permettant à cet aspect d’amour de circuler en chacun des membres du foyer souhaitant travailler en coopération, la maintenance de la maison et du jardin laisse à tous un sentiment satisfaisant d’estime de soi, de beauté et de fierté pour leur environnement. La qualité de persévérance est extrêmement utile quand dans la vie on doit assurer le succès de n’importe quelle entreprise et c’est dans le milieu familial que cet aspect d’amour se développe.

 

Dans les relations de couple, cette qualité est requise pour maintenir vivants l’amour et la passion, qu’ils soient partie intégrante de la vie commune. Cela demande de la persévérance pour maintenir en priorité principale la santé et le bien-être des deux partenaires et de la relation. En utilisant cet aspect d’amour chaque jour dans toutes les activités et interactions amoureuses, l’estime de soi et le bien-être de chacun est assuré. Lorsque chacun sait que l’autre intègre cette qualité d’amour pour le soin de leur relation, de leur foyer et dans ses responsabilités, il y a beaucoup de joie, de confiance et de bonheur mutuel et en chaque cœur, et cela rayonne dans le monde environnement.

 

Dans le milieu professionnel cette qualité d’amour peut se traduire par une plus grande production de biens ou de services apportés sur le marché, cela peut entraîner des revenus supplémentaires assurant aux salariés la sécurité de leurs postes dans la durée. Quand chaque salarié de l’entreprise utilise cette qualité de persévérance dans son travail quotidien, on peut compter dessus pour le maintien du flux de production de biens ou de services. Lorsque chaque salarié adhère à l’esprit de coopération et d’harmonie en faisant preuve de cette qualité, l’entreprise devient un environnement heureux pour tous.

 

Dans tout projet créatif cette qualité est essentielle au processus de transposition d’une vision dans la réalité physique. Sans cet aspect d’amour il n’y aurait pas d’innovation, de grandes réalisations artistiques et la vie sur Terre serait ennuyeuse et terne. Grâce à cette qualité exprimée par les individus et les groupes, la vie de toute l’humanité est enrichie. En exprimant cette qualité d’amour, de nombreuses personnes partout dans le monde réussissent très bien et obtiennent la gloire et la reconnaissance de leurs pairs. C’est cette qualité même qui fait avancer l’humanité dans le cycle de la vie.

Je vous laisse méditer ces pensées avec la persévérance de l’intention.

JE SUIS Archange Gabriel

©2013 Marlene Swetlishoff/Tsu-tana (Soo-tam-ah) Gardienne des Symphonies de Grâce.

www.therainbowscribe.com

http://lapressegalactique.net/2013/03/27/la-qualite-damour-appelee-perseverance/

 

Partager cet article
Repost0
14 mai 2013 2 14 /05 /mai /2013 21:04

0 NOUVELLE FLEUR

 

 

Je souhaite parler de la qualité de l’Amour appelée humilité. C’est la plus indispensable à toute âme qui découvre son pouvoir, l’illumination et la compréhension. Avec cette qualité on reste en équilibre, en harmonie et dans le savoir inné que l’on permet à la Présence du Grand JE SUIS de se manifester en soi et à travers soi. En les êtres éveillés réside la connaissance que le Créateur est la source de tout ce qui s’anime en eux, qu’Il est au cœur même de leur être, de tout ce qui se manifeste en eux et par eux, et qu’ils ne sont que les canaux de cette énergie divine.

 

 

 

Dans les relations familiales, la qualité de l’humilité peut contribuer à maintenir la paix dans toutes les interactions. En effet, c’est souvent l’ego humain qui s’élève quand les divergences d’opinion ou d’actions remettent en cause l’autre. Celui-ci doit alors choisir entre réagir à partir de l’ego ou répondre depuis le Soi Supérieur avec compassion et compréhension. Cela se traduit généralement par des blessures morales et de l’entêtement, ce qui conduit en retour à un sentiment de séparation et de solitude. Pour celui qui est en cause, au cœur de cela se trouve la peur de perdre quelque chose d’important et de cher. Le plus souvent ce qui est demandé nécessite un sacrifice, dans le sens où cela représente un renoncement pour la personne ou les personnes remises en cause. Parfois une décision a été prise sans l’intervention de ceux qui doivent l’appliquer ensuite. L’aptitude à maintenir la paix et l’harmonie dans une famille requiert l’humilité de demander à tout moment l’avis de chacun des membres.

 

 

 

Dans une relation personnelle cette qualité permet qu’un élan d’amour et de confiance imprègne toutes les interactions entre les partenaires. Le bonheur est présent quand il n’y a pas d’ego en jeu. Parfois une personne peut faire des choix qui affectent l’autre, lui causent une grande douleur et créent un sentiment de séparation, d’anxiété, d’exclusion, de dévalorisation par rapport à la place légitime qui lui revient comme partenaire de la relation. Quand cela arrive, la personne ayant causé la blessure doit faire preuve d’humilité en montrant sa volonté de réparer par tous les moyens possibles pour ramener la relation à sa plénitude. Habituellement des excuses sincères et venant du cœur sont une bonne façon de démarrer ce processus, accompagnées d’une explication véritable sur les raisons qui ont conduit à un tel acte.

 

 

 

Dans les affaires ou un environnement professionnel, cette qualité d’humilité crée un sentiment de confiance et de fiabilité parmi les collègues et tous ceux qui sont en relation de travail. Quand tous les salariés accomplissent leur tâche avec cette qualité au premier plan, un sentiment d’ouverture et d’expansion de tous règne dans le groupe et chacun des membres accorde davantage sa confiance. Très souvent l’un des membres de l’équipe tire profit de ceux qui pratiquent la qualité d’humilité afin de se mettre lui-même en haut de l’échelle, pour une promotion et un meilleur salaire. Cela peut créer un grand ressentiment en ceux qui ont pratiqué cette qualité, une rupture se produit dans la confiance et l’estime dont ces personnes bénéficiaient. C’est souvent la raison principale du mécontentement et de la tension dans une organisation ou un environnement professionnel. Dans le cadre du travail il incombe à chaque individu de s’abstenir de se mettre ainsi en avant, au lieu de cela il faut s’appuyer sur ses propres performances dans l’entreprise ou le lieu de travail.

 

 

 

Dans une institution de service telle qu’une Église ou une association, il n’y a vraiment aucun besoin de travailler en compétition avec les autres membres du groupe. Cependant il semble que même ces lieux ne sont pas exempts de la faiblesse de la tentation de se promouvoir. Il y a tant de façons pour l’ego de sévir et de créer la discorde et la disharmonie dans n’importe quel environnement. Il est temps à présent de créer la transformation, de changer la manière dont les affaires ont été traitées sur cette planète depuis des milliers d’années. La qualité d’Amour appelée humilité est ce qu’il faut maintenant manifester en chaque cœur humain, en chaque pensée, mot, acte et action.

 

 

 

Méditez ces paroles alors que vous vous mettez en phase avec la vibration aimante du Créateur de tout ce qui est, Lui qui a toujours voulu que tous les êtres désirent véritablement et sincèrement le plus grand bien de tous et pour tous.

 

 

 

JE SUIS Archange Gabriel

 

 

 

©2013 Marlene Swetlishoff/Tsu-tana (Soo-tam-ah) Gardienne des Symphonies de Grâce.

 

www.therainbowscribe.com

 

 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
13 mai 2013 1 13 /05 /mai /2013 20:53

0 1 nouvelle gouttes

 

Je vais parler de la qualité d’Amour appelée honnêteté. Cette qualité est d’une importance primordiale dans les relations humaines car l’honnêteté en toutes choses maintient le champ énergétique et la conscience clairs et purs. Elle favorise également les autres qualités d’amour entre les personnes comme la confiance, la foi, la vénération et le respect. Quand des personnes s’expriment avec honnêteté, elles savent qu’elles peuvent se faire confiance et que chacun respectera les accords pour que la paix et l’harmonie prédominent. Parfois l’expression de quelqu’un dans sa vérité peut conduire l’autre à réaliser que cette personne est davantage que l’être jusqu’alors connu et considéré, cela peut mener à de multiples réflexions et au développement de la conscience de tous.

 

L’honnêteté est une énergie ressentie par les autres dans leur cœur. S’il y a de la malhonnêteté entre des individus, on le ressent immédiatement et instinctivement dans le cœur. La région du cœur est maintenant le centre le plus important pour toute l’humanité. Alors que l’humanité s’avance davantage dans la réalité de la nouvelle Terre, cette qualité d’honnêteté est absolument indispensable pour que vous puissiez atteindre individuellement un état supérieur d’être. Cela deviendra de plus en plus difficile de perpétuer la malhonnêteté. En toutes circonstances, même ce qu’on appelle les « pieux mensonges » seront examinés par chacun car tout est spontanément et facilement apparent dans les dimensions supérieures, rien ne peut rester caché.

 

Dans le cadre familial, l’honnêteté favorise la coopération et la bonne volonté de chacun pour contribuer ensemble au bien commun de tous. Cette qualité primordiale est l’essence de ce qui maintient de bons sentiments au sein de la famille : paix, harmonie, joie, contentement, plénitude et acceptation. Tous les membres d’une telle famille sont conscients de tout ce qui se passe et chacun partage son aptitude spécifique pour ajouter sa propre marque à la circulation de l’énergie d’amour dans tout le foyer. Grâce à l’honnêteté, donner et recevoir composent un flux équilibré et harmonieux dans la dynamique familiale des relations interpersonnelles. C’est ainsi que l’énergie de l’environnement de la maison est maintenue à un niveau supérieur, ce qui nourrit et entretient en retour chacun des membres du foyer.

 

Dans une relation personnelle, cette qualité est capitale pour le succès et la longévité de l’union des cœurs et des âmes. Sans cette qualité d’honnêteté il ne peut pas y avoir de fondation solide sur laquelle la relation peut se développer. Chaque personne doit avoir pour priorité absolue la santé de la relation, l’honnêteté assure à ce partenariat de survivre à tous les défis qui peuvent y surgir ou parvenir du monde extérieur. Quand chacune des personnes sait que l’autre respecte son engagement dans la relation et ses valeurs, qu’elle maintient son intégrité et ne ferait jamais rien pouvant engendrer peur et doute, alors le bonheur prédomine dans le foyer. Par dessus tout, au cœur de chacun réside le désir de donner et recevoir l’amour sans aucune restriction.

 

Dans les entreprises et les affaires, s’engager sur cette qualité apporte une énergie d’une force vibrante et une fiabilité à tous les projets mis en œuvre. Beaucoup peut être accompli lorsque le flux d’énergie entre toutes les parties est dégagé de toute arrière-pensée ou d’intérêt personnel. Alors que nous avançons dans la réalité de la nouvelle Terre, cela va créer de multiples façons intéressantes et innovantes d’assurer que tous les êtres sont servis et égaux dans la Lumière. L’Amour inhérent de cette qualité apportera davantage d’estime à toute personne manifestant l’honnêteté, chacun pourra connaître sa valeur et être apprécié.

 

Méditez ces paroles honnêtement et l’esprit ouvert.

 

JE SUIS Archange Gabriel

 

©2013 Marlene Swetlishoff/Tsu-tana (Soo-tam-ah) Gardienne des Symphonies de Grâce.

 

www.therainbowscribe.com

 

Traduction Bénédicte

http://lapressegalactique.net/2013/03/19/la-qualite-damour-appelee-honnetete/

 

Partager cet article
Repost0
6 mai 2013 1 06 /05 /mai /2013 21:10

L ARBRE DE VIE

 

« Le Graal, une quête intérieure ».

 

Lorsque Perceval dit « Le Gallois », chevalier du roi Arthur, fut mis en présence du Graal, dont la quête avait été initiée par « l’enchanteur » Merlin, il ne posa aucune question.

 

Bien mal lui en prit, car le fabuleux objet et le château dans lequel il se trouvait par « hasard » s’évanouirent soudain, laissant le héros éconduit au milieu de la campagne.

 

Toute la recherche  était à reprendre.

 

Quels sont donc l’origine et le sens de ce mystérieux trésor tant convoité par les chevaliers d’hier et d’aujourd’hui ?

 

Pour le comprendre, la légende affirme qu’il suffit de plonger le regard en son sein.

 

U.R.C.I.

 

 

                                                0 NOUVELLE SEPARATION

 

 

 

 

Enlève ton costume de comédien, enfant de cette terre, tu y verras que la lumière, et tous ont la même lumière. Alors pour retrouver celle-ci soit centré en ton cœur, pour y faire jaillir cette lumière de l'amour absolu. Tout ne fait qu'UN, c'est ainsi que tu comprendras ton essence divine, tout est le fruit de l'amour, ainsi est né la lumière. Raphaël Juste Être

 

 

                                           5 SEPARATION

Partager cet article
Repost0
5 mai 2013 7 05 /05 /mai /2013 21:00

0 A PROPOS DES MIRACLES

 

La notion de miracle existe depuis toujours dans toutes les religions et constitue pour nombre d’entre elles le fondement de leur credo. Dans le Christianisme, le plus grand de tous est la résurrection du Christ, sur laquelle repose la foi chrétienne. On peut également mentionner la conception et la naissance miraculeuses de Bouddha, dont on dit qu’il parla et marcha dès qu’il vint au monde. Rappelons également que Moïse (« sauvé des eaux ») fit s’ouvrir la mer Rouge pour fuir avec son peuple vers Israël, la terre promise. Quant à Mahomet, la tradition islamique rapporte qu’il s’éleva corps et âme, au moment de sa mort, porté par un magnifique cheval blanc.

 

 

Quelle qu’en soit la nature réelle, les miracles associés aux prophètes et aux messies qui ont donné naissance aux grandes religions ont contribué à les diviniser, c’est-à-dire à faire d’eux des êtres exceptionnels, directement missionnés et inspirés par Dieu lui-même. Par extension, cette divinisation a eu pour effet de cultiver la foi et la ferveur des fidèles. De nos jours encore, la plupart d’entre eux croient aux miracles dont fait état la religion qu’ils suivent, et c’est cette croyance qui alimente en grande partie leur adhésion au credo correspondant. Ceci est naturellement respectable, d’autant que la vie et l’œuvre des personnages qui ont marqué l’histoire des religions montrent qu’ils ont été des êtres d’exception. Le seul fait qu’ils aient donné lieu à des cultes suivis par des centaines de millions de personnes est en soi “miraculeux”.

 

 

Sans vouloir porter atteinte aux religions, et comme c’est le cas de la plupart des Rose-Croix, je pense néanmoins que la plupart des miracles auxquels elles se réfèrent correspondent à des faits symboliques ou allégoriques. À titre d’exemple, je ne crois pas que Mahomet, pas plus que Jésus, soit monté corps et âme au ciel à quelque moment de leur vie. Il faut voir dans ce miracle la volonté de symboliser l’élévation spirituelle qu’ils avaient atteinte au cours de leur ministère. Dans le même ordre d’idée, la rencontre physique entre Moïse et Dieu sur le mont Sinaï est selon moi une allégorie qui traduit l’illumination que le premier reçut du Second. Et s’il est dit que Bouddha a salué les quatre points cardinaux juste après sa naissance, c’est pour donner à sa mission un caractère universel.

 

 

Qu’en est-il des miracles qui correspondent à des faits qui se sont vraiment déroulés ? De mon point de vue, nous les considérons comme tels parce que nous sommes incapables de comprendre ce qui les a rendus possibles. Cela ne veut pas dire pour autant qu’ils ont une origine surnaturelle. C’est ainsi que des pratiques ou des phénomènes qui nous semblent naturels de nos jours auraient paru miraculeux dans les siècles passés : produire de la lumière, voler dans un avion, se déplacer dans une automobile, écouter la radio, utiliser Internet, faire une radiographie, transplanter un organe, etc. De même, nous savons désormais que le déplacement du soleil dans le ciel, l’alternance des marées, la succession des saisons, les éclipses, la rotation des planètes, etc., ne tiennent pas du miracle.

 

 

 D’une manière générale, les miracles correspondent à des lois divines, au sens de lois naturelles, universelles et spirituelles, que les hommes ne comprennent pas au moment où elles se manifestent à travers un événement ou un phénomène dit “miraculeux”. Grâce au travail des scientifiques et des mystiques, ces lois livrent de plus en plus leurs secrets, de sorte que de nombreux miracles “se démiraculisent“ au fil du temps. Cela dit, nous ne serons jamais en mesure de comprendre tous les mystères auxquels nous sommes confrontés, de sorte qu’il existera toujours des miracles dans l’esprit des gens. En cela, les plus universels et les plus insaisissables pour nous restent la Création elle-même et l’apparition de l’homme sur Terre.

 

 Serge Toussaint

Grand Maître de l’Ordre de la Rose-Croix

 

http://www.blog-rose-croix.fr

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
4 mai 2013 6 04 /05 /mai /2013 20:49

0 EDITH PIAF

 

 

Comme vous le savez certainement, Édith Piaf faisait tout avec passion. Lorsqu’elle devint Rosicrucienne, son enthousiasme fut tel qu’elle en fit part à la plupart de ses proches, dont certains la suivirent dans cette voie. En revanche, elle ne fit jamais état de son appartenance à l’A.M.O.R.C. aux journalistes ni au public. Tout au plus, elle portait parfois une petite rose-croix autour du cou. Peut-être craignait-elle d’être incomprise ou mal jugée ? On peut le comprendre, car les préjugés ont toujours été nombreux à l’encontre des mouvements dits « ésotériques », d’autant qu’ils sont souvent assimilés à tort à des sociétés secrètes. Cela étant, rappelons que depuis son apparition au XVIIe siècle, la Fraternité rosicrucienne a compté des personnalités aussi remarquables que Paracelse, Francis Bacon, Baruch Spinoza, Isaac Newton, Benjamin Franklin, mais également des artistes comme Claude Debussy, Éric Satie, Yves Klein et bien d’autres. Quant à Gilbert Bécaud, n’a-t-il pas chanté « L’important, c’est la rose, crois-moi ? » À ce propos, permettez-moi de préciser que la croix symbolise le corps de l’être humain, et la rose son âme en voie d’évolution.

 

 

De nos jours encore, l’Ordre de la Rose-Croix compte parmi ses membres des scientifiques, des penseurs et des artistes de renom, mais leur affiliation étant confidentielle, il leur appartient d’en faire état ou non. Cela étant, la majorité des Rosicruciens sont des personnes plus “ordinaires”, à défaut d’un meilleur qualificatif. D’une manière générale, l’A.M.O.R.C. est ouvert depuis toujours aux hommes et aux femmes, sans distinction de race, de nationalité, de religion, d’opinions politiques, de rang social ou de tout autre élément apparemment distinctif. En cela, il constitue une Fraternité internationale et cosmopolite. Cet aspect fut pour beaucoup dans le choix d’Édith à devenir Rosicrucienne, car si elle était profondément spiritualiste, elle était aussi très humaniste. Pour elle, et à juste titre, l’humanité ne formait qu’une seule et même famille d’âmes. Avant l’heure, elle était une citoyenne du monde.

 

 

Il m’est arrivé à plusieurs reprises de voir Édith Piaf en rêve, et chaque fois elle était rayonnante et heureuse. Je suis convaincu que le fait d’avoir été Rosicrucienne a été déterminant pour elle et l’a beaucoup aidée dans les moments difficiles. Elle s’éteignit le 10 octobre 1963, dans les bras de Danièle Bonnel et en priant le Dieu de son cœur, comme on le dit chez les Rosicruciens. Elle n’avait que 47 ans. Venant d’apprendre sa mort, son ami Jean Cocteau, avec lequel elle entretenait une correspondance régulière, confia à ses proches : « C’est ma dernière journée sur cette Terre. Je n’ai jamais connu d’être moins économe de son âme. Elle ne la dépensait pas, elle en jetait l’or par les fenêtres. » Ayant dit ces paroles, il s’éteignit à son tour, peut-être pour accompagner Édith sur le chemin qui mène à l’au-delà. Jugeant sa vie trop tumultueuse, l’Église catholique refusa qu’elle bénéficie d’une cérémonie religieuse. Mais ses frères et sœurs de la Rose-Croix étaient là, et lui apportèrent tout leur soutien fraternel et spirituel…

 

D’après la Tradition rosicrucienne, il s’écoule environ 144 ans entre deux vies successives. Cela suppose qu’Édith se trouve encore dans ce que l’on appelle communément «l’au-delà». En termes rosicruciens, nous dirons qu’elle vit en tant qu’âme dans le cosmique, au diapason du plan de conscience qu’elle a atteint à l’issue de son incarnation. Elle n’est pas seule sur ce plan ; d’autres âmes, parmi lesquelles celles d’êtres chers qu’elle a aimés et qui l’ont aimée ici-bas, y résident également et partagent sa présence. Lorsque le moment sera venu, elle se réincarnera et commencera une nouvelle vie, faite d’autres rencontres, d’autres expériences, d’autres réalisations, d’autres prises de conscience, toutes contribuant à parfaire son évolution spirituelle. Peut-être se destinera-t-elle encore à une carrière d’artiste, bénéficiant en cela de tout ce qu’elle aura déjà acquis dans ce domaine ?

 

 

 

Le Grand Maître invite alors l’assistance à vivre une expérience mystique en relation avec Édith Piaf

 

 

Mesdames et Messieurs, ainsi s’achève l’hommage que l’Ancien et Mystique Ordre de la Rose-Croix souhaitait rendre à Édith Piaf. Comme je l’ai déjà dit, elle ne fut pas parfaite et ne fera jamais partie des personnalités connues pour avoir marqué l’histoire par leur sagesse. Cela étant, elle reste l’une des chanteuses les plus connues dans le monde. Et plutôt que de la juger à travers ses défauts et ses faiblesses, comme on a malheureusement tendance à le faire, chacun devrait s’arrêter sur les qualités qu’elle a manifestées et les efforts qu’elle a déployés pour se parfaire, fidèle en cela à l’idéal Rose-Croix. Entre autres, elle a été courageuse, consciencieuse, généreuse, compatissante, sans oublier le perfectionnisme  et l’inspiration dont elle fit preuve en tant qu’artiste. Il est possible sinon probable qu’elle retrouve le sentier rosicrucien dans sa prochaine vie et poursuive ainsi le cheminement mystique qu’elle avait commencé. Si tel est son souhait, il ne fait pour moi aucun doute que les portails de l’Ordre lui seront à nouveau ouverts. Et qui sait, peut-être ferons-nous partie de ceux et de celles qui la côtoieront, sans même savoir qui elle fut ?

 

 

 

Pour clore, permettez-moi de vous adresser mes pensées les plus fraternelles et, comme on le dit entre Rosicruciens, mes meilleurs vœux de Paix Profonde.

 

 

Pour lire l’article complet avec photos, allez sur le site ci-dessous.

 

 

http://www.blog-rose-croix.fr/hommage-a-edith-piaf-la-rosicrucienne/

Partager cet article
Repost0
3 mai 2013 5 03 /05 /mai /2013 20:56

0 EDITH PIAF

 

 

C’est en 1955 qu’Édith Piaf s’est affiliée à l’Ordre de la Rose-Croix, qu’elle connut par le biais de Danielle Bonel, sa fidèle secrétaire, et de Marc son mari, musicien d’Édith. Tous deux en faisaient déjà partie et pensèrent que le moment était venu de lui en parler. Elle en demeura membre jusqu’à sa mort, en 1963. Durant ces huit années, elle étudia consciencieusement l’enseignement rosicrucien, qui à l’époque comme maintenant se présentait sous forme de fascicules que l’on reçoit chez soi au rythme de quatre par mois. Sur les douze degrés que compte cet enseignement, elle eut le temps d’en étudier sept, ce qui fut plus que suffisant pour l’ouvrir à une autre approche de l’existence. D’une manière subtile, elle passa progressivement de la religiosité à la spiritualité, c’est-à-dire de la croyance à la connaissance. Très sincèrement, et malgré sa déchéance physique due à une vie éprouvante et excessive dans certains aspects, je pense que les personnes qui l’ont côtoyée durant ces années ont pu percevoir cette transformation intérieure.

 

 

Voyons brièvement quelques notions rosicruciennes auxquelles elle adhéra et qui changèrent sa manière de voir les choses. Avant son affiliation à l’A.M.O.R.C., et en raison de sa formation catholique, elle avait tendance à considérer Dieu comme un Être anthropomorphique qui décide du destin des hommes, y compris de leurs épreuves et du moment de leur mort. C’est ce qui explique pourquoi elle disait L’aimer autant que Le craindre. Par ailleurs, elle croyait au paradis et à l’enfer, et se souciait de savoir, non seulement ce qu’il adviendrait de son âme après la mort, mais également si elle reverrait les êtres chers qu’elle avait aimés. Ses études rosicruciennes lui apprirent trois principes fondamentaux : 1) Dieu s’apparente à une Conscience-Énergie qui s’exprime dans l’univers, dans la nature et dans l’homme lui-même au moyen de lois impersonnelles. 2) Le destin de tout être humain est conditionné par la manière dont il applique son libre arbitre et par le karma qui en résulte. 3) Chacun de nous vit sur terre pour évoluer vers l’état de Sagesse, l’état de Rose-Croix, ce qui implique de se réincarner autant de fois que nécessaire.

 

 

On rapporte qu’Édith Piaf confessa à Ginou Richer, l’une de ses amies : « Dans une autre vie, j’ai dû faire beaucoup de choses bien pour que Dieu m’ait envoyée avec cette voix ». En d’autres termes, elle attribuait cette voix extraordinaire à son bon karma. Des esprits chagrins pourraient ajouter : « Mais qu’a-t-elle fait aussi pour avoir une vie aussi éprouvée et éprouvante ? ». À cela, je répondrai que l’on n’a pas nécessairement les épreuves que l’on mérite, mais celles que l’on est capable de surmonter et de transformer en expériences utiles à notre évolution spirituelle. Édith le savait et fit le choix de mener une vie, certes difficile, mais combien riche et intense sur le plan mystique. Ceci est tellement vrai qu’elle le clama haut et fort dans une chanson testamentaire qui en dit long sur sa force intérieure et son sens des responsabilités : « Non, rien de rien ; non je ne regrette rien ». Elle savait également que le hasard n’existe pas. Pour reprendre la définition donnée par Albert Einstein, « il est le sentier que Dieu emprunte lorsqu’Il veut rester anonyme ».

 

 

Parallèlement à ce qu’elle apprit dans l’A.M.O.R.C., et comme le précise Frédéric Brun dans le texte qu’il lui a consacré, Édith Piaf avait à cœur de parfaire sa culture en général et d’étendre ses connaissances en philosophie. Parlant d’elle, le compositeur Philippe Gérard déclara un jour : « Nous avions de longues conversations très sérieuses. Elle me parlait de ses lectures. Ce qui m’a étonné, c’est qu’elle lisait Platon. Elle s’intéressait beaucoup à la philosophie et à certaines théories mystiques. On discutait de sujets comme l’immortalité de l’âme. » Quant à Hugues Vassal, il nous confie dans son dernier livre : « Alors que j’étais entré dans le cercle de ses intimes, elle se “toqua” de théologie et de philosophie, nous faisant partager un enthousiasme aussi surprenant qu’impromptu pour Teilhard de Chardin. » Assurément, et non sans un brin d’humour, je dirai que la Môme Piaf n’avait pas une cervelle d’oiseau… Outre l’intelligence du cœur que tous ceux qui l’ont connue lui reconnaissaient, elle était beaucoup plus cultivée qu’on ne le pense. Mais sur ce point, elle faisait preuve d’une réelle modestie.

 

À propos d’intelligence du cœur, vous savez que l’amour était au cœur de la vie d’Édith Piaf et qu’il fut le thème central de la plupart de ses chansons, parmi lesquelles son célèbre « Hymne à l’amour », l’une des rares chansons qu’elle composa elle-même. Mais ce serait une erreur de penser qu’elle réduisait l’amour à celui que ressentent deux êtres l’un pour l’autre, à l’instar des amours qu’elle vécut avec tant de passion tout au long de sa vie. Elle aimait aimer en général, et c’est cet amour de l’amour qui conditionna toute son existence, que ce soit à l’égard des hommes qui l’ont aimée, de son public qui le lui rendait bien, et de ses frères humains en général. Il faut noter qu’elle attribuait à Dieu Lui-même cette inclination à aimer, ce qui lui fit dire : « Je crois en Dieu et en l’amour, parce que j’aime Dieu et que c’est Dieu qui me permet d’aimer. »

 

Partager cet article
Repost0
2 mai 2013 4 02 /05 /mai /2013 21:17

0 EDITH PIAF

 

Le 20 avril 2013, à Paris, dans les locaux de l’Espace Saint-Martin, l’Ancien et Mystique Ordre de la Rose-Croix a rendu un hommage public à Édith Piaf, qui en fut membre les huit dernières années de sa vie. De nombreuses personnes (membres et non-membres de l’A.M.O.R.C.) y assistèrent, dans une ambiance particulièrement fraternelle et conviviale.

 

HOMMAGE À ÉDITH PIAF, LA ROSICRUCIENNE :

 

Puisque je me suis référé à Jean Dréjac, père de Frédéric Brun, je voudrais partager avec vous un souvenir particulier. Sachant qu’il était membre de l’A.M.O.R.C. depuis de nombreuses années, je songeais depuis longtemps à le contacter, afin d’en savoir davantage sur sa rencontre avec Édith Piaf. Mais je n’osais pas l’importuner. Finalement, je me suis décidé à lui téléphoner et ce fut pour moi, et je crois pour lui aussi, un échange particulièrement émouvant. Il m’expliqua notamment comment, par amitié pour elle, il s’affilia sans grande conviction à l’Ordre de la Rose-Croix, avant de découvrir combien cette voie mystique répondait à sa quête intérieure. Finalement, il en resta membre jusqu’à sa mort.

 

Au cours de notre conversation téléphonique, Jean Dréjac m’expliqua également que très peu de temps après s’être affiliée à l’Ordre de la Rose-Croix, Édith Piaf lui demanda d’écrire une chanson qui, d’une manière symbolique, exprimerait le bonheur qu’elle avait d’être devenue Rosicrucienne. Comme support, elle voulut utiliser une musique qu’elle avait entendue lors de la tournée qu’elle effectua en 1956 aux États-Unis, tournée durant laquelle elle visita le siège de la juridiction américaine de l’A.M.O.R.C. Ainsi naquit la chanson « Soudain une vallée », dans laquelle elle se réfère notamment à la Paix Profonde si chère aux Rose-Croix. Voici les paroles de cette chanson :

 

«Vous avez parcouru le monde.

Vous croyiez n’avoir rien trouvé

Et soudain, une vallée

S’offre à vous pour la paix profonde.

 

 

Vous avez dépensé vos rêves

Au hasard des bonheurs volés

Et soudain, une vallée

Où la voix d’un ami s’élève.

 

Marchant sous un nuage,

Perdus dans votre nuit

Tout seuls au cœur de l’orage,

Balayés par la pluie.

 

Vous traîniez des regrets immenses,

Des envies, des remords voilés

Et soudain, une vallée

Vous apprend que la vie commence.

 

 

Le ciel tout grand s’éclaire

D’amour et de bonté,

Soleil pour la vie entière

Et pour l’éternité.

 

 Vous rêviez d’un bonheur immense

Sans espoir de jamais trouver

Et soudain, une vallée

Où l’espoir et l’amour commencent.

 

Et soudain une vallée

Où l’espoir et l’amour sont nés… »

 

Précisément, quel fut le cheminement spirituel d’Édith Piaf ? Comme vous le savez certainement, elle avait été baptisée dans la religion catholique. Très  fervente  dans  sa foi, elle s’en remettait souvent à Jésus, à Marie et à Sainte Thérèse de Lisieux, parfois d’une manière quelque peu excessive. Comme beaucoup d’artistes, elle était également très superstitieuse. Mais derrière cette piété religieuse se cachait un désir intense de mieux comprendre le sens profond de la vie. Pour paraphraser le titre d’une magnifique chanson de Charles Dumont, qui fut également très proche d’Édith, elle « cherchait l’or du temps ». Sur sa demande d’affiliation à l’A.M.O.R.C., à la question « Pourquoi souhaitez-vous devenir membre ? », elle répondit d’ailleurs : « Parce que la recherche de la vérité me passionne et que je me sentirai plus près de Dieu en essayant d’approfondir et de comprendre ses merveilleux mystères ».

 

Certains auteurs, dont Hugues Vassal, ont dit d’Édith Piaf qu’elle était mystique. C’est tout à fait exact, mais au sens étymologique du terme. En effet, on donne souvent à ce mot un sens péjoratif, de sorte que de nombreuses personnes pensent à tort qu’un mystique est un individu éthéré sinon farfelu, inadapté à la vie et totalement dépourvu du sens pratique. En réalité, le mot «mysticisme» provient du grec «musticos», qui veut dire «étude des mystères». Ainsi donc, un mystique est un homme ou une femme qui s’intéresse aux mystères de l’existence et qui cherche, non seulement à mieux se connaître lui-même, mais également à comprendre le sens profond de l’existence. Tel était le cas d’Édith Piaf, ce qui explique pourquoi elle devint Rosicrucienne.

 

Partager cet article
Repost0
1 mai 2013 3 01 /05 /mai /2013 21:08

Les dimensions de la conscience...

 

Section « psychologie de l’université Rose-Croix internationale »

 

« Karma » est un terme que nous entendons de plus en plus fréquemment dans le langage courant et qui suscite beaucoup d’incompréhension.

 

Nous introduirons ensuite le rêve comme outil d’évolution en lien avec cette réalité karmique.

 

Le karma a fait l’objet de nombreuses définitions selon les différentes écoles de pensées ou philosophiques provenant de l’Orient comme de l’occident.

 

Plusieurs synonymes réfèrent également à la loi du karma, par exemple, le loi de causalité, de compensation, de rétribution, le loi de cause à effet.

 

Dans la conscience populaire, cette loi du karma est bien souvent perçue comme étant essentiellement punitive. Or, que en soit conscient ou non, nos pensées, paroles, actions dépendent de la compréhension que nous avons de ce concept.

 

 Ainsi cette incompréhension de la loi karmique se traduira bien souvent dans la vie de tous les jours par des actions basées sur la peur d’être réprimandé ou puni, comme un enfant par son parent.

 

Cette compréhension du karma repose sur la morale. Il semble que celle-ci ait été greffée au concept du karma sous l’influence religieuse ou d’autres formes d’autorité désireuses d’influencer collectivement les mentalités.

 

 

Le piège ici, est qu’au lieu de se responsabiliser face à ses actes, l’être humain reporte sa propre responsabilité sur le dos d’une autorité extérieure et c’est le karma qui devient alors le grand responsable de ce qu’il vit, pour le meilleur et pour le pire.

 

« Si je souffre, si j’ai du bonheur, c’est la justice, c’est ce que je mérite : ». NON ! Il n’en est absolument rien ! Réitérons à nouveau que le karma ne punit, ni ne récompense personne. Il est tout simplement la conséquence, l’impact naturel d’interactions des pensées, des paroles et des actions de l’individu. Nous pourrions comparer le karma à une réaction chimique, suite à la combinaison de certains éléments. Dans son essence, il est donc impersonnel et évolutif.

 

Le karma est à la fois collectif et individuel. La loi karmique s’applique uniquement au plan de la matière et non au plan de la Conscience cosmique.

 

Le karma est une  Loi universelle dans son sens le plus pur.

 

 

Ici, le mot « action » doit être compris dans un sens large. Les paroles et les pensées sont aussi des actions à un niveau subtil. Nous sommes donc responsables de nos actions, mais aussi de l’impact de nos paroles et de nos pensées sur nous-mêmes et sur autrui.

 

 

Si les actions que nous posons sont génératrices de karma, comment y échapper ? Les actions génératrices de karma sont celles accomplies dans la dualité, c’est-à-dire dans un schéma d’attraction et de répulsion. Il est possible d’échapper progressivement à l’enchaînement karmique, au plan matériel, en menant de plus en plus des actions qui se situent dans un non-jugement, une vision au-delà de cette dualité bien-mal, la vision unitive de la neutralité de toutes choses.

 

La loi du karma est l’expression dualiste de l’être humain à la recherche de l’homéostasie, l’équilibre de l’énergie naturelle dans la matière. La souffrance, la douleur morale, présente dans nos vies est une indication que nous ne sommes pas en harmonie avec les lois de l’Homme, les lois de la Nature et les lois Divines. Sans connaître toutes ces lois en profondeur, l’écoute de notre cœur, de notre intuition, cette petite voix intérieure, peut nous guider, nous mettre au diapason de ces lois.

 

Mais quand il y a déséquilibre, nos rêves viennent justement à la rescousse pour nous en informer, nous permettant de rétablir l’harmonie, d’effectuer des changements dans notre comportement et notre vision des choses. Nos rêves viennent nous enseigner, nous éduquer. Ils viennent nous informer des résultats de nos actions. En outre, ces scénarios oniriques peuvent nous faire exprimer le sentiment de la réunification, l’Unité.

 

Les rêves sont le reflet de qui nous sommes. Ils sont avant tout l’expression de nos pensées profondes, que nous alimentons le jour. Ces pensées se dévoilent, afin que l’on en prenne conscience et qu’on agisse sur elles pour les changer. De là toute l’importance de travailler avec le rêve. En tant qu’outil de conscience, le rêve est au premier plan. C’est dans la vie diurne que nous allons ensuite intégrer ses enseignements, prendre conscience de nos mécanismes, ceux qui sont à la source de nos schémas de réaction et qui nous enchaînent. En ce sens, le rêve est un instrument permettant de libérer le karma passé et prévenir la formation de karma futur.

 

Notre but d’incarnation est donc de neutraliser, purifier notre karma. Ce long cheminement d’épuration se poursuit à travers des vies successives nous conduisant d’une vision dualiste vers une conscience unitive, non dualiste. Dans une démarche d’évolution spirituelle, nous enlevons progressivement le manteau de l’ignorance pour le remplacer par la connaissance de soi qui s’avère être en fin de parcours la Connaissance du Soi.

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
30 avril 2013 2 30 /04 /avril /2013 21:16

BOUQUET MUGUET

 

 

 

 

 

Dès la Renaissance, le muguet est une fleur porte-bonheur et son utilisation comme symbole du premier mai remonte à deux faits  1)le premier mai 1895, le chansonnier Mayol (auteur du célèbre ''Viens poupoule !'') rencontre son amie Jenny Cook avec du muguet à sa boutonnière 2)dans les années 1900, les couturiers offraient, le premier mai, des brins de muguet aux clientes.

Aujourd'hui nous vous offrons du bonheur

                                  00 JOYEUX 1ER MAI 

 

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : cheminphilosophique
  • : Je suis passionnée de philosophie, je partage avec vous ces textes et citations qui font partie de moi.
  • Contact

Bienvenue sur mon blog!

Entrer chez moi, c'est découvrir mes idéaux, mes créations personnelles et d'autres thèmes qui me passionnent.
 

Bonne visite !

 

 

Ce blog a été créé le 22-08-2010 par mon adorable petit-fils Maxime


 

1 NOUVELLE SEPARATION

 

***

hobbies

 

  compteur pour blog