Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
3 mai 2014 6 03 /05 /mai /2014 09:40

 

 

00 LOGO PETITE DOUCEUR DU COEUR

 

L’attitude est plus importante que les faits, que le passé, l’éducation, l’argent, les circonstances, l’échec ou le succès.


 Plus importante que ce que les autres pensent ou disent ou font. Plus importante que l’apparence, le talent ou l’expérience.

 

Le plus remarquable, c’est que nous avons le choix, tous les jours, de l’attitude que nous prendrons pour la journée.


Nous ne pouvons pas changer notre passé, nous ne pouvons changer ce que les gens vont faire.


Nous ne pouvons changer l’inévitable. Le seul pouvoir que nous avons est de jouer avec notre attitude...

 


« Deux hommes regardent à travers les barreaux de leur prison.

L’un d’eux voit de la boue, l’autre, des étoiles...

 

www.lapetitedouceur.org

Partager cet article
Repost0
1 mai 2014 4 01 /05 /mai /2014 08:21

00 A PROPOS DE LA VIE EN GENERAL

 

 

Quelles que soient nos croyances, une certitude s’impose à nous : nous allons tous mourir un jour et quitter ce monde, et avec lui les êtres qui nous sont chers. Ce que nous ignorons, c’est où, quand et comment cela se produira. Indépendamment de la conception que chacun a de la mort et de l’après-vie, le fait de savoir que notre existence ici-bas aura une fin tout aussi sûrement qu’elle a eu un commencement, devrait nous faire réfléchir sur le sens que nous pouvons ou devons donner à la vie, et sur ce qui en fait à la fois la valeur et l’intérêt.

 

 

Lorsque l’on a conscience, non pas de la futilité de la vie, mais de sa furtivité, on a peine à comprendre que les hommes que nous sommes passent tant de temps à briguer les honneurs, à rechercher le pouvoir, à accumuler les richesses, à monopoliser les ressources naturelles, à critiquer les autres, autant de choses qu’ils font pour se donner de l’importance, de la contenance, de l’opulence… Mais quand vient le moment de quitter ce monde, que reste-t-il de tout cela ? Les cimetières sont remplis de gens qui se croyaient importants, puissants, supérieurs…

 

 

À défaut d’être spiritualiste et de travailler sur soi dans le but de rendre son âme meilleure, toute personne suffisamment intelligente devrait s’employer à faire preuve d’humanisme, c’est-à-dire à faire pour les autres ce qu’elle aimerait qu’ils fassent pour elle, ou, pour reprendre les termes du maître Jésus, à ne pas leur faire ce qu’elle ne voudrait pas qu’ils lui fassent. Vous noterez que ce commandement n’est pas de nature religieuse ou spirituelle en tant que tel, mais qu’il est avant tout humaniste. Autrement dit, il engage chacun à considérer autrui avec respect et bienveillance.

 

 

Comment donner aux hommes le désir d’être humaniste et d’exprimer le meilleur d’eux-mêmes au contact des autres ? Il n’y a pas de réponse unique et absolue à cette question, d’autant qu’elle implique un grand nombre de facteurs. Cela étant, je pense que les médias pourraient jouer un rôle très positif dans ce domaine en mettant chaque jour en exergue ce que telle ou telle personne a fait de bien pour quelqu’un d’autre ou en faveur d’une bonne cause. Ce faisant, on créerait une dynamique bienveillante dans l’esprit des gens et on éveillerait en chacun ce qu’il a effectivement de meilleur en lui.

 

 

Au-delà des apparences, je suis convaincu que la grande majorité des êtres humains aspirent à bien faire et à faire le bien. Il faut donc les encourager dans cette voie et leur montrer concrètement en quoi nous avons tous intérêt à la suivre. C’est ce que fait l’Ordre de la Rose-Croix à travers ses diverses publications et l’enseignement qu’il dispense à ses membres. Plus que jamais, il faudrait que les médias, et d’une manière générale tous ceux qui influent sur l’opinion publique, coopèrent pour instaurer une culture de la bienveillance entre tous les citoyens. Nous en avons les moyens ; ce qui manque encore, c’est la volonté de le faire.

 

Serge Toussaint


Grand Maître de l’Ordre de la Rose-Croix

 

http://www.blog-rose-croix.fr/20120210a-propos-de-la-mort-et-e-la-vie/

 

 

 

Partager cet article
Repost0
13 avril 2014 7 13 /04 /avril /2014 08:26

 


 

logo-2013-2014

 

Elle était belle, la maison d’Edgar, avec ses trois lucarnes, sa porte de chêne, sa galerie blanche qui courait tout autour. Edgar s’aperçut que la galerie était endommagée. Que faire ? La réparer, attendre, la remplacer ? Puis l’eau se mit à entrer par le toit, à s’infiltrer dans les lucarnes. Edgar, toujours, hésitait ; les réparations, ça coûte cher ! Et voilà que même la porte de chêne se défraîchit et se crevassa comme une vieille peau.

 

 

Finalement, à force d’hésiter, de se demander s’il réparait ou non, s’il y tenait ou non, Edgar finit par n’avoir plus sur les bras qu’un taudis. Au point de départ, ce qui a fait défaut chez Edgar, c’est qu’il n’avait pas pris la décision de garder sa maison et de la sauver, au besoin, par un entretien régulier.

 

 

Les relations humaines, c’est comme la maison d’Edgar... Que ce soit entre conjoints, entre amis, entre compagnons de travail, on s’aperçoit un jour que la relation a été abîmée par tel mot, puis par tel geste, puis encore par tel oubli. Et si on n’y prend garde, on se trouve avec une relation complètement détériorée, brisée, irréparable.

 

 

L’entretien quotidien d’une relation passe nécessairement par le pardon... presque quotidien. Mais à la base du pardon, il y a une décision d’aimer : « J’estime à ce point cette relation que je suis prêt à y mettre le coût, le temps qu’il faut pour bien l’entretenir. »

 

Plus vidéo « lâcher prise à nos pensées négatives »

En régime humain, aimer, c’est nécessairement pardonner. C’est entretenir et réparer les relations qu’on abîme si facilement par des mots, des maladresses, des omissions. Mais n’oublions pas surtout qu’à la base du pardon, il n’y a pas d’abord le respect d’une loi ou un calcul humain, mais un amour de l’autre et un désir intense de garder et d’intensifier notre relation avec cet autre.

 

— Texte de George Madore

 

http://www.lapetitedouceur.org/article-le-pardon-qui-fait-vivre-122824058.html 

 

 

Chers abonnés (ées) chers visiteurs

je vous quitte pour quelques jours car la connexion sera   coupé dans 30 minutes pour cause de déménagement .

C'est avec beaucoup de joie que je vous à très vite !!

 

 

 

 

 

 

 

 


 


Partager cet article
Repost0
10 avril 2014 4 10 /04 /avril /2014 20:44

00 IMAGE MYSTIQUE-copie-1

 

Je commence à me rendre compte que je suis dans un état d’extrême solitude. Que dois-je faire ?

 

 

- Vous voulez savoir pourquoi vous éprouvez un sentiment de solitude. Savons-nous ce que veut dire la solitude et en sommes-nous conscients ? J’en doute fort, car nous sommes plongés dans des activités, dans des livres, dans des fréquentations, dans des idées qui nous empêchent de nous rendre compte de notre solitude. Qu’appelons-nous solitude ? Le sentiment d’être vide, de ne rien posséder, d’être extraordinairement incertain, sans racines nulle part. Ce n’est pas du désespoir, ni une désespérance, mais une vacuité et un sens de frustration. Je suis sûr que nous l’avons tous ressenti, ceux d’entre nous qui sont heureux, comme ceux qui sont malheureux, les très, très actifs comme ceux qui s’adonnent à l’étude. Nous connaissons tous cela. C’est le sens d’une douleur inépuisable, d’une douleur que l’on ne peut pas étouffer, quelque effort que l’on fasse dans ce sens.

 

 

Abordons ce problème en cherchant à voir ce qui se produit réellement, comment nous nous comportons au juste lorsque nous éprouvons ce sentiment de solitude. Nous essayons de le fuir. Vous poursuivez votre lecture interrompue, vous allez consulter un sage, vous allez au cinéma, vous devenez très, très actif socialement, vous allez prier, vous vous mettez à peindre, ou bien à écrire un poème sur la solitude. C’est cela qui se produit en fait. Prenant conscience de votre solitude, de la douleur qu’elle comporte, de la peur insondable qui l’accompagne, vous cherchez une évasion, et c’est cette évasion qui devient importante ; par conséquent vos activités, vos connaissances, vos dieux, vos radios deviennent importants aussi. Lorsque vous accordez de l’importance à des valeurs secondaires, elles mènent au chaos, car les valeurs secondaires sont inévitablement sensorielles. Et la civilisation moderne basée sur elles vous offre les évasions que vous cherchez, par le truchement de votre emploi, de votre famille, de votre nom, de vos études, de vos expressions artistiques, etc. Toute notre culture est basée sur ces évasions. Notre civilisation est fondée dessus, c’est un fait.

 

 

Avez-vous jamais essayé d’être seul ? Essayez, et vous verrez comme c’est extraordinairement difficile et quelle intelligence il faut pour être seul, car notre esprit ne nous permet pas de l’être. Il commence à s’agiter, à s’affairer autour d’évasions possibles. Que sommes-nous donc en train de faire à ce moment-là ? Nous essayons de remplir ce vide extraordinaire avec du connu. Nous apprenons à être actifs et sociables, à étudier, à manipuler la radio. Ainsi nous remplissons cette chose que nous ne connaissons pas — ce vide — avec toutes sortes de connaissances, de contacts ou d’objets. N’est-ce pas ainsi que cela se passe ? C’est cela notre processus ; c’est cela, notre existence. Or, sitôt que vous vous rendez compte de ce que vous faites, pensez-vous encore pouvoir remplir ce vide ? Vous vous y êtes efforcés par tous les moyens. Y êtes-vous parvenus ? Vous êtes allés au cinéma et cela n’a pas réussi, alors vous allez chez votre gourou ou dans une bibliothèque, ou vous devenez très actifs socialement. Etes-vous parvenus à remplir le vide ou l’avez-vous simplement recouvert ? Si vous l’avez simplement recouvert, il est toujours là et surgira de nouveau. Si vous parvenez à une évasion totale, vous vous retrouverez dans un asile d’aliénés ou vous deviendrez complètement stupides. Et c’est exactement ce qui se produit dans le monde.

 

 

Ce vide, cette vacuité peut-elle être remplie ? Si elle ne peut pas l’être, pouvons-nous la fuir, nous en évader ? Si nous avons tenté une évasion et que nous avons vu qu’elle n’a aucune valeur, ne voyez-vous pas que les autres ne valent pas plus ? Il importe peu que vous remplissiez ce vide avec ceci ou cela. Ce que vous appelez méditation est une évasion aussi. Il importe peu que vous modifiiez l’itinéraire de votre fuite.

 

 

Comment découvrirez-vous la façon de traiter cette solitude ? Vous ne la découvrirez que lorsque vous aurez cessé de fuir. Sitôt que l’on est décidé à affronter ce qui « est » — ce qui veut dire que l’on n’ouvre pas la radio, ce qui veut dire que l’on tourne le dos à la civilisation — cette solitude prend fin parce qu’elle est complètement transformée. Ce n’est plus de la solitude. Si l’on comprend ce qui « est », alors ce qui « est » est le réel. Mais parce que l’esprit ne cesse d’éviter de voir, de refuser de voir, de fuir ce qui « est », il crée ses propres obstacles. Et parce que nous avons érigé tant d’obstacles qui nous empêchent de voir, de comprendre ce qui « est », nous nous éloignons de la réalité. Voir ce qui « est » non seulement requiert une grande vivacité et une lucidité dans l’action, mais veut dire aussi tourner le dos à tout ce que nous avons échafaudé, à notre compte en banque, à notre nom, à tout ce que vous appelez civilisation. Lorsque l’on voit ce qui « est » on voit comment la solitude est transformée.

 

 

Extrait du livre « La première et dernière liberté » de Krishnamurti. Traduit de l’anglais par Carlo Suares

 

Auteur : Krishnamurti Jiddu

 

Source : KRISHNAMURTI-FRANCE.org

 

http://www.choix-realite.org/6898/sur-la-solitude

 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
9 avril 2014 3 09 /04 /avril /2014 07:47

00 A PROPOS DE LA SANTE

 

 

 

On entend souvent dire que « la santé est le bien le plus précieux qui soit », ce qui est vrai. Lorsque l’on a le privilège de se sentir bien et de ne souffrir d’aucune maladie ni d’aucun trouble physique ou mental, la vie elle-même semble meilleure, et ce, malgré les vicissitudes qu’elle comporte nécessairement. C’est là une évidence dont beaucoup parmi nous n’ont pas suffisamment conscience, à tel point que c’est souvent après avoir été malade que nous mesurons combien il est appréciable d’être en bonne santé et de ne pas souffrir, ne serait-ce que physiquement.

 

 

Il est vrai que nous ne sommes pas tous égaux en matière de santé, en ce sens que certains héritent à la naissance d’un meilleur patrimoine génétique que d’autres, d’où une vitalité plus grande, un système immunitaire plus actif, une force mentale plus puissante, une aptitude à guérir plus développée, etc. Autant de facteurs qui rendent moins vulnérables aux maladies. Cela étant, on ne peut nier que notre manière de vivre a une grande incidence sur notre santé. En effet, nous savons tous que boire trop d’alcool, fumer, se droguer, mal se nourrir, ne pas faire suffisamment d’exercice, ne pas s’accorder le repos voulu, etc., favorise nombre de maladies, ce qui engage en grande partie notre libre arbitre.

 

 

Un autre facteur trop souvent négligé altère notre santé : les pensées négatives. Par « pensées négatives », il ne faut pas entendre uniquement celles que l’on génère sous l’effet de la jalousie, de l’envie, de la colère, de la rancune ou de la haine. Elles incluent également celles qui sont liées aux peurs, aux craintes et aux angoisses, mais également au pessimisme et au défaitisme. Cela s’explique par le fait que de telles pensées s’apparentent à des ondes elles-mêmes négatives, qui affectent donc négativement nos cellules, nos glandes endocrines, nos organes et nos fonctions vitales. Par ailleurs, elles perturbent l’harmonie générale de notre corps, ce qui nuit à l’ensemble de notre métabolisme.

 

 

De ce qui précède, il en résulte que le meilleur moyen de nous maintenir en bonne santé consiste à avoir une bonne hygiène physique (alimentation, exercice,  sommeil, etc.,) mais également mentale. Cela suppose de nous évertuer à entretenir autant que possible de bonnes pensées, de belles émotions et de nobles sentiments. De plus en plus de médecins admettent d’ailleurs ce fait et considèrent qu’« un bon moral » est un facteur important de guérison. J’ajouterai que c’est également et peut-être surtout un élément fondamental dans la prévention des maladies. Or, chacun sait qu’il « vaut mieux prévenir que guérir ».

 

 

Au risque de vous étonner, je pense également que la spiritualité est un facteur essentiel, non seulement pour se maintenir en bonne santé, mais également pour se guérir de nombreuses maladies. Naturellement, cela ne veut pas dire qu’elle se suffit à elle-même, au point de ne pas recourir à la médecine ou à la chirurgie. Ce serait là une attitude irresponsable. Cela étant, admettre l’existence d’énergies spirituelles en nous et dans la nature, et prendre le temps de s’harmoniser régulièrement avec ces énergies, contribuent nécessairement à notre bien-être physique et mental. Ceci est tellement vrai que certains médecins ont intégré l’usage de la prière et de la méditation dans leur protocole.

 

 

Serge Toussaint

Grand Maître de l’Ordre de la Rose-Croix

 

http://www.blog-rose-croix.fr/a-propos-de-la-sante/

 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
7 avril 2014 1 07 /04 /avril /2014 00:59

00 MANIPULATION MENTALE

 

 

 

La manipulation mentale désigne l'ensemble des tentatives obscures ou occultes de fausser ou orienter la perception de la réalité d'un interlocuteur en usant d'un rapport de pouvoir, de séduction, de suggestion, de persuasion, de soumission non volontaire ou consentie. Quand ce pouvoir ne s’exerce pas sur un objet, mais se rapporte au contrôle psychique d’une personne, on parle de manipulation mentale.

 

Cette notion protéiforme est récente dans ses contours, dérivée de la théorie du « lavage de cerveau » encore mal connue. Juridiquement, on lui préfère la notion de sujétion psychologique, le plus souvent dans le cadre d’accusations de dérives sectaires ou d'action d'ingénierie sociale[Lequel ?]. Par extension, les techniques de manipulations de l'opinion publique ou de manipulations de masse sont l'ensemble des moyens d'influence[Lequel ?] exercés sur une population à des fins économiques, militaires ou politiques.

 

Historique

Les théories de lavage de cerveau et de manipulation mentale sont issues des recherches sur les programmes de pays totalitaires afin d’expliquer par quelle propagande et quelles méthodes ils étaient parvenus à, apparemment, endoctriner par exemple des prisonniers6 ,7. Ces théories ont par la suite été étendues à l’étude des conversions religieuses en particulier sous l’impulsion de Margaret Singer dès les années 1960.

 

Techniques notables

Pavlov

Pavlov, en explorant expérimentalement au début du XXe siècle des voies simples de conditionnement[Lequel ?] animal, ouvre des perspectives de compréhension de certains réflexes comportementaux pouvant être déclenchés par des stimuli (il faisait tinter une cloche lorsqu'il présentait à un chien de la nourriture. En répétant l'expérience le tintement de cloche déclenchait la salivation, même sans présentation de nourriture. Ce comportement – qu'il n'avait pas avant – est le résultat de ce conditionnement). Pavlov a démontré qu'on peut utiliser de nombreux stimuli et programmer de nombreuses réactions organiques réflexes. Ici, la répétition du stimulus est un facteur essentiel.

 

Méthode PDH

PDH signifie Douleur-Drogue-Hypnose (en anglais : Pain, Drug and Hypnosis), et évoque une méthode qui aurait été utilisée en Corée du Nord sur les soldats prisonniers de guerre, par des psychiatres et les services secrets.

Projet MKULTRA

Le projet MKULTRA (ou MK-ULTRA) fut le nom de code d'un projet de la CIA des années 1950 à 1970 visant à manipuler mentalement certaines personnes par l'injection de substances psychotropes. Face aux plaintes déposées par de nombreux citoyens américains, qui disaient avoir été victimes de manipulations mentales, la CIA s'est vue obligée par le gouvernement de révéler certaines informations. Cependant, le gouvernement a accordé aux membres de la CIA dirigeant le projet MKULTRA de détruire tout document qui aurait pu nuire à la sécurité nationale. Tous les enregistrements ont donc été détruits en 1973, par ordre du directeur de l'époque de la CIA, Richard Helms.

 

« MICE » / « VICE »

« MICE » (acronyme anglais signifiant Money, Ideology, Compromise et Ego ; qu'on peut traduire en français par l'acronyme « VICE » pour Vénal, Idéologie, Compromission, Ego) recense les leviers psychologiques que les services secrets auraient utilisés notamment pendant la Guerre froide pour obtenir des informations ou la collaboration d'un ressortissant ennemi. L'individu alors appelé par le terme neutre « agent », est soumis à l'un des protocoles inspirés d'études et d'expérimentations psychologiques ; le but étant selon son profil d'acheter ses services, de le convaincre à l'aide de ses propres idées, de le contraindre ou intimider avec une de ses faiblesses, ou de le flatter et jouer sur son orgueil.

 

Messages subliminaux

Dès les années 1950, le développement du cinéma et de la télévision aurait été l'occasion de tester une méthode de manipulation mentale fondée sur l'insertion d'une image subliminale, c'est-à-dire si brièvement présente que l'on ne peut la percevoir consciemment. La théorie étant fondée sur le fait que l'inconscient en garderait néanmoins une trace, poussant à agir par la suite d'une manière prédéterminée (comme pour l'achat d'un produit spécifique, par exemple). L'image doit être simple et non équivoque (symbole, couleur, logo). La théorie, établie par James Vicary et Vance Packard, remet en cause la publicité.

 

Au cours de la campagne de l'élection présidentielle française de 1988, une image de François Mitterrand est apparue au cours du générique du journal d'Antenne 2, la seconde chaîne nationale. Le psychologue social Jean-Léon Beauvois, qui parle de « petit scandale », estime que ces « présentations subliminales [étaient] destinées à produire un effet dit de « simple exposition » dans les mois précédents l'élection de 1988 »23.

 

Manipulation par l'angoisse et la violence

Le principe de base – étudié dans les années 1930 – soutient qu'un individu en état de peur manifesterait des réactions de fuite et d'évitement les plus primaires et donc les plus prévisibles. Les fonctions complexes du cerveau, n'offrant pas de solution immédiate, seraient désactivées, rendant l'individu manipulable dans une situation d'extrême angoisse. Le sujet terrorisé – comme l'animal poursuivi par le chasseur – ne pourrait éviter les pièges qu'on lui tend. La terreur[Lequel ?] fut effectivement utilisée depuis l’Antiquité pour assurer le pouvoir des despotes, par la « méthode par l'exemple » appuyée par les dénonciations, interrogatoires, enlèvements, disparitions et exécutions aléatoires, etc. mais l'Histoire montre que la méthode n'a jamais été longtemps efficace, se retournant généralement après quelques années ou décennies contre les manipulateurs.

 

Méthode chimique

L'utilisation à hautes doses d'antidépresseurs et de sédatifs ou de certaines drogues aurait selon certains pour effet de limiter les capacités cognitives et discriminantes du sujet, suffisamment pour le conditionner. Une littérature romanesque ou de science-fiction évoque la possibilité de conditionner l'individu ainsi drogué, sans qu'il garde la trace des informations ou du conditionnement opéré. Divers régimes totalitaires ont néanmoins utilisé des produits chimiques pour mettre leurs victimes en état de peur et de souffrance ou dans le cadre de la torture.

 

Gestion de la perception


La gestion de la perception (perception management) est une technique inventée par le département de la Défense des États-Unis (voir plus haut section « États »).


 

Source : CHOIX-REALITE.org

 

 

http://www.choix-realite.org/7084/manipulation-mentale

 

 

 

Partager cet article
Repost0
5 avril 2014 6 05 /04 /avril /2014 08:54

00 A PROPOS DE LA REINCARNATION

 

Il est avéré que 60 % des croyants vivant en Occident admettent le principe de la réincarnation et que ce nombre est en augmentation lente et régulière depuis une vingtaine d’années. On peut penser que deux causes majeures sont à l’origine de ce phénomène : 1) La religion chrétienne, qui prône la résurrection des corps à l’issue du  « Jugement dernier », est en déclin, notamment au niveau des jeunes générations. 2) Le bouddhisme, qui plaide en faveur de la réincarnation, voire de la métempsychose dans certains courants, est au contraire en expansion dans les pays occidentaux.

 

 

Comme la plupart des Rosicruciens, j’adhère à la réincarnation, laquelle n’est pas un dogme dans l’A.M.O.R.C., chacun étant libre d’y souscrire ou non. À partir du moment où l’on admet que le but de la vie sur terre est d’évoluer spirituellement et d’atteindre l’état de sagesse, il paraît évident qu’un tel but ne peut être atteint en une seule vie. En quelques dizaines d’années, nul ne peut devenir sage, au point de manifester dans son comportement les plus belles vertus que l’on attribue à l’âme humaine, telles que l’humilité, la générosité, la tolérance, la non-violence, l’intégrité, la bienveillance, etc. D’un point de vue aussi bien logique que mystique, il faut plusieurs vies pour y parvenir, d’où la nécessité de se réincarner.

 

 

Dès lors que l’on admet la réincarnation, les notions de paradis, d’enfer et de purgatoire perdent tout fondement. C’est ainsi que l’âme, après la mort, ne se rend pas vers l’une de ces trois « destinations » post mortem, mais demeure en tant qu’entité spirituelle dans le monde invisible, dans le cosmique, en attendant de se réincarner. Là, à la lumière de l’Omniscience divine, elle dresse le bilan karmique de la vie qu’elle vient d’achever ici-bas et se livre à une période de purification. Lorsque le moment est venu pour elle de reprendre le processus de son évolution, elle se réincarne et commence une nouvelle existence, avec tout ce que cela implique en termes d’expériences heureuses et malheureuses.

 

 

Comme je l’ai indiqué plus haut, certains courants bouddhistes, mais surtout hindouistes, admettent la métempsychose, c’est-à-dire la possibilité pour l’âme humaine de se réincarner en animal, voire en végétal, afin d’expier ses fautes et ses erreurs. Bien que chacun soit libre d’adhérer à cette croyance, elle ne me semble pas fondée sur le plan ontologique. Je pense en effet qu’elle est en totale contradiction avec la loi d’évolution et que toute âme humaine ne peut se réincarner que dans le règne humain. En revanche, je suis convaincu que les animaux les plus évolués possèdent une âme individuelle et que celle-ci accède un jour au règne humain. Ne dit-on pas, à propos des chiens par exemple, qu’ « il ne leur manque que la parole » ?

 

 

La question qui se pose est de savoir si on peut se rappeler ses incarnations passées, notamment la précédente. La réponse est « oui », mais c’est difficile, même quand on connaît la méthode à utiliser (les Rosicruciens ont la leur). Par ailleurs, il faut être très prudent dans ce domaine, car il existe malheureusement des « charlatans » qui prétendent être capables de faire régresser quiconque dans ses vies antérieures. Prétendre détenir un tel pouvoir est à la fois mensonger et dangereux pour les personnes qui se prêtent à ce genre de manipulation mentale. En dernière analyse, ce que nous sommes dans cette vie, à travers notre personnalité, notre caractère, nos goûts, nos attirances, nos idéaux, etc., est en grande partie le résultat et le reflet de nos incarnations précédentes.

 

Serge Toussaint


Grand Maître de l’Ordre de la Rose-Croix


 

http://www.blog-rose-croix.fr/20100730a-propos-de-la-

reincarnation/


 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
3 avril 2014 4 03 /04 /avril /2014 08:26

00 LOGO PETITE DOUCEUR DU COEUR

L’inquiétude nous donne l’illusion que nous faisons réellement quelque chose pour régler un problème

ou éviter un tort.

 

 

 

En réalité, tout ce que nous faisons, c’est augmenter au maximum notre niveau d’anxiété et créer un stress négatif en nous-mêmes. C’est comme faire tourner nos roues dans le sable —on dirait qu’il y a beaucoup de mouvement, mais nous n’allons nulle part.

 

 


L’inquiétude est très amusante pour notre ego, mais elle est une absurdité totale pour notre esprit.

 

 


Nos sujets d’inquiétude peuvent varier de l’emploi de notre conjoint à l’économie mondiale.


 

Nous nous en faisons peut-être pour des catastrophes qui ne se sont jamais produites et qui ne se produiront jamais.

 

Nous nous inquiétons peut-être de ce qu’une autre personne devrait ou ne devrait pas penser, ressentir,vouloir, avoir ou faire.

 

 


Lorsque nous nous inquiétons au sujet des problèmes des autres, nous oublions d’avoir confiance qu’euxmêmes et leur Puissance supérieure peuvent s’en occuper.

 


Nous nous détournons de l’espoir et de la foi naturels de notre esprit et plutôt, et plutôt, nous laissons le champ libre à la tentative futile de notre ego pour contrôler des gens et des événements.

 

Nous évitons aussi les pensées constructives au sujet de nousmêmes et de nos propres problèmes.

 



L’inquiétude est véritablement une perte de temps et d’énergie,

mais elle est souvent notre réaction aux problèmes des autres.


Nous imaginons parfois tous les malheurs qui pourraient arriver à nos parents, nos enfants, notre conjoint,nos amis et nos collègues de travail.


Nous avons peut-être l’impression que toute cette inquiétude les

aide de quelque façon ou au moins, leur prouve que nous nous soucions d’eux.


 

Nous croyons sans doute que notre inquiétude est naturelle et indépendante de notre volonté.

 

Nous pouvons apprendre à reconnaître la différence entre la bienveillance et une inquiétude inefficace.


 

 

Nous pouvons renoncer à nos pensées anxieuses sur ce qui pourrait arriver aux personnes qui nous sont chères,et porter toute notre attention sur les véritables choix et les vrais problèmes auxquels nous avons à faire face.

 

 

 

 

 

 

 Nous pouvons renoncer à la peur de notre ego et la remplacer par la foi, l’espoir, l’amour et la confiance en notre esprit.

 

  • Veronica Ray, Choisir d’être heureux, p. 101

     

     

    « La seule façon d’être heureux est de cesser

  • de s’inquiéter de ce qui se situe au-delà de notre bonne volonté. »

  •  

    Épictète

     

  •  

    www.lapetitedouceur.org

     

     

     

Partager cet article
Repost0
1 avril 2014 2 01 /04 /avril /2014 07:36

 

 

00 NOUVEAU MEDITATION

 

 

Comme tout ce qui concerne votre vie terrestre, vous êtes en charge de votre expérience.


 

  Ainsi, vous pouvez indiquer à votre système de guidance comment vous voulez qu’il fonctionne.  Il n’y a pas un système unique.  Vous pouvez écrire une entente qui dit que vous voulez être averti de quelque chose d’une certaine façon.  Par exemple, j’ai demandé d’être avertie à chaque fois que quelque chose est important pour moi en ayant la chair de poule.  Ainsi lorsque j’ai la chair de poule, cela me permet de porter mon attention sur les paroles que quelqu’un prononce dans une conversation ou sur une image que je vois ou un article que je lis, sachant qu’il y a dans cette information un message qui m’est adressé.  Parfois, c’est simplement une confirmation qu’une décision prise est la bonne, parfois c’est une indication claire d’aller de l’avant avec une certaine décision.  C’est pourquoi, lorsque vous indiquez clairement comment vous voulez être informés, votre famille spirituelle fera en sorte que vous receviez l’information nécessaire de la façon dont vous pourrez la comprendre, car chacun d’entre vous a son propre système de décodage et de symboles.

 

 

La clé est d’avoir confiance en vous et en votre connexion avec votre Moi universel et votre famille spirituelle et de n’avoir aucun doute que tout ce dont vous avez besoin pour vous guider sera mis sur votre chemin, lorsque vous le demandez.  Comme vous le savez, il y a d’innombrables êtres invisibles autour de vous en tout temps.  Cependant, rappelez-vous que c’est vous qui avez le contrôle et que vous devez  être clairs dans vos demandes.  Vous devez savoir également que lorsque vous demandez à ressentir la présence de votre famille spirituelle, vous êtes en charge et seuls les membres de votre famille peuvent se présenter à vous.  Vous avez le pouvoir de commander votre espace sacré par votre intention et aucune autre entité qu’un membre de votre famille ne peut s’inviter si c’est ce que vous demandez.

 

 

Pour faire l’expérience de la présence de votre famille spirituelle plus facilement, il est préférable d’augmenter votre taux vibratoire en vous connectant aux fréquences universelles de la Source afin d’être en alignement et dans un état de calme intérieur.  Puis vous demandez à votre famille spirituelle de vous faire sentir sa présence.  Certains verront clairement les images et les formes des membres de leur famille, d’autres pourront entendre certains mots et d’autres pourront simplement ressentir clairement leur présence sous la forme d’un manteau d’amour inconditionnel les enveloppant tendrement d’une façon qu’il n’est pas possible d’interpréter faussement.  Puis avec le temps, vous apprendrez à reconnaître leur présence autour de vous et à être capable de demander leur aide pour les petites comme pour les grandes choses.

 

 

La première fois que j’ai ressenti la présence des membres de ma famille spirituelle, le sentiment d’amour inconditionnel et d’appréciation était tellement immense qu’il était presqu’impossible à soutenir et cela m’a profondément émue et touchée.  Il suffit d’avoir une telle expérience une seule fois pour qu’il soit impossible de l’oublier ou de l’ignorer.  Vous savez alors, hors de tout doute, que votre famille spirituelle est toujours à vos côtés, même si vous n’en ressentez pas toujours la présence de façon consciente.  L’important est de savoir que votre famille est constamment avec vous et autour de vous et vous ne devez pas hésiter pas à demander son aide.

 

 

Voici un exercice guidé vous aidant à augmenter vos vibrations et à faire le calme intérieur.  Servez-vous de cet exercice et lorsque vous êtes bien centrés et calme, demandez à votre famille spirituelle de vous faire sentir sa présence.  Ou encore, vous pouvez demander à recevoir un message, soyez attentifs à ce qui se passe. Voyez-vous quelque chose, avez-vous des sensations inhabituelles?  Plus vous ferez cet exercice avec un pur désir d’entrer en contact avec les membres de votre famille, plus vous serez en mesure d’en ressentir la présence et d’en comprendre les messages.  Amusez-vous à expérimentez!

 

http://lapressegalactique.net/2013/05/10/a-la-rencontre-de-votre-famille-spirituelle/

 

 

 

Partager cet article
Repost0
30 mars 2014 7 30 /03 /mars /2014 09:19

00 NOUVEAU MEDITATION

 

Comme nous l’avons vu précédemment, vous êtes formés de deux aspects principaux appelés le moi humain et le Moi universel.  Chacun de ces aspects possède son ADN propre, vous avez donc un ADN humain et un ADN divin ou universel.  Pour vous incarner sur Terre dans un corps physique, vous naissez dans une famille.  Vous avez des parents et possiblement des frères et des sœurs, ainsi qu’une famille plus étendue comprenant les grands-parents et autres ancêtres, les oncles, tantes, cousins et cousines.  Petite ou grande, que vous la connaissiez ou pas, cette famille demeure la vôtre durant toute votre vie terrestre.

 

 

Il en va de même pour votre Moi universel.  Lorsque vous avez été originellement créés, vous avez été créés avec certaines composantes qui définissent votre type d’être : la masse de votre conscience, votre lignée spirituelle ainsi que votre forme.  Chaque type d’être occupe une fonction bien précise dans l’organisation de l’univers et la notion d’hiérarchie n’existe pas; c’est un concept humain de créer des inégalités en croyant que quelque chose ou quelqu’un est plus important qu’un autre.  Par exemple, certains êtres de lumière sont créés avec une conscience universelle et n’ont pas besoin de s’incarner dans un corps physique pour que leur conscience puisse grandir.  D’autres êtres, tels les êtres évolutionnaires que sont les humains, ont été créés selon une formule qui dit qu’ils doivent s’incarner dans un corps physique pour parfaire leur évolution afin de parvenir à élargir leur conscience au niveau universel.  Il y a d’innombrables types d’êtres et chacun joue un rôle essentiel dans la création.

 

 

Tous, sans exception, font partie d’une lignée ou famille spirituelle.  Notre parent spirituel est le Créateur Divin, au centre de notre univers et il nous a créés selon une formule particulière.  En même temps que vous, ont été créés de nombreux autres êtres du même type qui forment alors votre famille spirituelle.  Lorsque vous décidez de vous incarner dans un corps physique, votre famille vous accompagne toujours.  Des membres de votre famille sont présents à différents endroits (planétaire, galactique ou universel) afin de vous guider lors de votre incarnation terrestre.

 

 

Comme vous avez perdu votre connexion avec votre Moi universel, vous avez également perdu le lien avec votre famille spirituelle.  C’est pourquoi vous avez souvent le sentiment d’être seul et isolé cependant ce n’est pas votre nature originelle.  Et ce vague souvenir de qui vous êtes vraiment, de votre essence originelle, qui est en unité avec le Créateur et votre lignée spirituelle, vous fait souffrir du sentiment d’être coupé de quelque chose d’important.  Vous cherchez constamment à recréer ce lien à l’extérieur de vous, dans vos relations humaines.

 

 

Cependant, lorsque vous arrivez à vous relier de nouveau à votre Moi universel, non seulement vous retrouvez votre unité intérieure, mais il devient alors possible de ressentir la présence de votre famille spirituelle autour de vous et de lui laisser la possibilité de vous assister et vous guider dans votre vie terrestre.  Vous pouvez alors consciemment poser des questions et demander de l’aide à votre famille spirituelle dont les membres sont la plupart du temps vos véritables guides spirituels.  Les réponses vous parviendront de diverses manières.  Pour ceux qui sont plus sensitifs, les réponses peuvent parvenir d’une façon directe, en entendant les voix de vos guides ou en voyant des images, des symboles ou par une claire intuition au niveau du cœur, etc.  Pour d’autres, les réponses viennent constamment à travers des synchronicités et des signes, dans les paroles d’une émission entendue à la radio ou dans un livre, par une nouvelle rencontre et ainsi de suite.

 A mardi pour la fin de ce texte inspirant.

 

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : cheminphilosophique
  • : Je suis passionnée de philosophie, je partage avec vous ces textes et citations qui font partie de moi.
  • Contact

Bienvenue sur mon blog!

Entrer chez moi, c'est découvrir mes idéaux, mes créations personnelles et d'autres thèmes qui me passionnent.
 

Bonne visite !

 

 

Ce blog a été créé le 22-08-2010 par mon adorable petit-fils Maxime


 

1 NOUVELLE SEPARATION

 

***

hobbies

 

  compteur pour blog