Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
20 février 2014 4 20 /02 /février /2014 08:55

00 QUELLE RELATION AVOIR AVEC LES MORTS

 

Il en est du monde invisible comme du monde visible ; on y trouve des créatures extrêmement évoluées, des entités lumineuses, pures et véridiques et d’autres, au contraire, qui se plaisent à tromper les humains, à se moquer d’eux et à leur faire du mal.

 

 

Alors, soyez prudents, car ce sont souvent ces dernières qui se présentent lors des séances de spiritisme ou de tables tournantes. Vous êtes étonnés ?

 

 

Mais comment pouvez-vous imaginer que les plus hautes entités vont répondre à l’appel du premier venu qui se prétend médium et qu’elles vont se déranger pour satisfaire votre curiosité et vos besoins ?

 

 

La nature des messages reçus et leur véracité dépendent de votre degré d’évolution, ainsi que de celui du médium. Ce sont les humains qui, par la qualité de leur vie intérieure, attirent telle ou telle entité.

 

 

Beaucoup d’entre vous se demandent : « Mais pourquoi le Ciel permet-il aux forces invisibles de tromper les humains ? »

 

 

Oh, vous savez, il permet beaucoup de choses, le Ciel. Tout est permis dans les marécages ou au fond des océans.

 

 

C’est à nous d’être vigilants et de ne pas aller nous aventurer de ce côté-là. Celui qui veut entrer en contact personnellement ou par l’intermédiaire d’un médium avec les esprits du monde invisible doit développer son discernement, afin de connaître la nature des esprits (ou ce que l’on appelle « esprits ») qui se manifestent, et ne pas tout accepter aveuglément.

 

 

Dans les messages de l’au-delà, le vrai et le faux peuvent se mélanger et il faut donc être capable de faire le tri.

 

 

Mais les humains vont s’aventurer dans le monde invisible sans savoir réellement ce qu’il et ni de quelles créatures il est peuplé.

 

 

Ceux qui sont capables de plonger leur regard dans ce monde mystérieux de Iésod sont très peu nombreux ; oui, il y a très peu de véritables clairvoyants, très peu de véritables médiums, et celui qui veut entrer en relation avec les esprits doit connaître les risques qu’il court.

 

 

Il peut recevoir des réponses exactes, mais là encore il arrive que, si ça tombe juste, ce soit seulement l’effet du hasard.

 

 

Il faut donc être très prudent. Moi, je n’ai jamais conseillé de participer à des séances spirites, jamais.

 

Au contraire ; Quand j’étais jeune, j’ai été invité à assister à quelques-unes, mais j’ai très vitre compris que les gens qui sont là pataugent dans les régions inférieures de la conscience.

 

 

Alors, tandis qu’ils croient communiquer avec leurs parents ou leurs amis, ils attirent des créatures de l’astral inférieur dont ils n’arriveront plus à se débarrasser, parce qu’elles essaieront de satisfaire leurs besoins malsains à travers eux. C’est pourquoi beaucoup de spirites ont très mal fini.

 

 

Alors, laissez les morts partir tranquilles là où ils doivent aller.

 

 

Vos parents, vos amis, ne vous accrochez pas à eux, ne les retenez pas par vos chagrins et vos regrets, et ne cherchez surtout pas à les rappeler pour communiquer avec eux ; vous les importunez et vous les empêchez de se libérer ; Priez pour eux, envoyez-leur votre amour, pensez a qu’ils se libèrent et s’élèvent de plus en plus dans la lumière.

 

 

Si vous les aimez vraiment, sachez que vous serez un jour avec eux. C’est la vérité ; Combien de fois je vous l’ai dit : là où est votre amour, c’est là que vous serez aussi un jour.

 

 

En attendant, il existe des méthodes plus sûres et moins dangereuses pour retrouver un être que vous aimez. Si cet être possédait de grandes qualités spirituelles, il est maintenant dans un lieu de paix, de lumière, de beauté et, pour le rencontrer, voici le seul moyen infaillible : faites l’effort de cultiver les mêmes qualités que vous sentiez en lui de son vivant.

 

 

Evidemment, c’est plus difficile que de demander à un médium d’évoquer son esprit ou d’aller au cimetière et de regarder une photo en nourrissant dans votre tête toutes sortes de fantasmagories.

 

 

Mais si vous voulez vraiment retrouver cet être, vous n’avez pas d’autre solution, cette rencontre ne peut se faire que par la loi de l’affinité. En développant les mêmes qualités que lui, vous retrouverez son esprit.

 

Auteur

Omraam Mikhaël Aïvanhov

Source : FBU.org

 

http://www.choix-realite.org/7087/quelles-relations-avoir-avec-les-ames-des-morts

 

 

 

 

Partager cet article

Repost0
18 février 2014 2 18 /02 /février /2014 10:01

00 QUELLE RELATION AVOIR AVEC LES MORTS

 

Ces indésirables ne peuvent évidemment que tromper et égarer ceux qui les interrogent, et non seulement elles les égarent, mais elles les épuisent parce que, pour rester un peu plus longtemps actives, elles absorbent leur vitalité.

 

 

Entrer dans la tête d’un médium et vous parler au nom de qui vous voulez : Moïse, Jésus, Jeanne d’Arc… est à la portée de l’entité la plus inférieure ; cela ne prouve donc rien.

 

 

Et en tout cas, ce n’est pas un ramassis de personnes frivoles, curieuses, sensuelles, comme on en trouve tant dans les réunions spirites, qui vont attirer des esprits évolués. Tout ce qu’elles peuvent attirer, ces personnes, c’est la racaille qui peuple l’astral inférieur, des larves, des ombres…

 

 

Par contre, si des êtres purs, lumineux, désintéressés, se réunissent pour prier et entrer en contact avec le monde divin, des entités vraiment lumineuses peuvent se manifester parmi eux ; Mais leurs manifestations n’ont rien de commun avec celles des entités évoquées dans les séances spirites, elles ne font aucun bruit, elles ne produisent pas d’effets spectaculaires, elles remplissent seulement les âmes de lumière, de paix et d’inspiration.

 

 

Dans le monde psychique existent aussi des êtres créés par l’imagination des humains : certains personnages de la littérature romanesque et théâtrale, ou même des saints dont la vie a été entièrement inventée, ont tellement occupé les pensées et les sentiments des lecteurs et des croyants qu’ils ont fini par avoir une réalité ; non pas une réalité physique évidemment, mais fluidique ; elles existent ; et puisqu’ils existent, ils agissent, ils exercent une influence sur les mentalités.

 

 

Les entités appelées « égrégores » ont la même origine. Un égrégore est une entité collective créée par la pensée de tous les individus appartenant à un groupe, un peuple, une religion… Leurs pensées, leurs désirs qui sont tous orientés dans la même direction forment un égrégore ; une entité imprégnée, nourrie, façonnée par cette collectivité.

 

 

Toutes les Églises, tous les mouvements spiritualistes ont leur égrégore, de même que tous les mouvements politiques, et évidemment dans l’invisible il arrive que ces égrégores s’opposent et se combattent ; chaque égrégore aide la communauté qui l’a créée, car elle est un réservoir de forces formidables. Elle possède une forme symbolique, souvent celle d’un animal : ours, tigre, coq, aigle, colombe etc..

 

 

Les humains feront un grand progrès le jour où ils comprendront comment ils peuvent former une égrégore puissante qui travaillera à aider et éclairer toutes les créatures dans le monde.

 

 

Le plan astral est donc habité par des créatures de toutes sortes dont la plupart des gens n’ont aucune idée. Mais qu’ils les connaissent ou non, ils attirent celles avec lesquelles ils entrent en relation par la loi de l’affinité.

 

 

Voilà comment, dans les séances spirites, les participants attirent des présences de l’océan astral, mais ces présences sont rarement celles des morts qu’ils veulent rencontrer.

 

 

Si vous croyez qu’il suffit qu’un médium demande : «Esprit, es-tu là ? » pour que vous rencontriez réellement celui que vous cherchez.

 

 

Rien n’est moins sûr et les entités qui répondent à vos questions à travers des médiums sont souvent des larves du plan astral qui savent très bien comment tromper les humains. L’être que vous cherchez, Dieu seul sait où il se trouve. […]

 

 

Il est des cas où certains esprits sont forcés de quitter leur région pour répondre à l’appel de magiciens très puissants : ceux-ci les contraignent à descendre en se servant de formules magiques dont ils connaissent le secret.

 

 

Mais ce n’est pas normal, ce n’est pas naturel, c’est à l’homme de s’élever par la pensée pour rencontrer les esprits dans la région où ils se trouvent.

 

 

Les morts, eux, ne doivent pas avoir à redescendre sur la terre.

 

 

Il existe donc deux manières d’entrer en relation avec les morts ; s’élever par la pensée jusqu’aux êtres supérieurs dont on veut obtenir des bénédictions, ce qui s’appelle une invocation ; et tenter de faire revenir les âmes des morts pour qu’ils se manifestent, ce qui s’appelle une évocation.

 

 

Mais, en général, je le répète, on ne réussit pas à obtenir la présence réelle de ces esprits qu’on a voulu évoquer ; ce sont d’autres créatures qui prennent leur forme ou leur voix parce qu’elles ont intérêt à tromper les humains.

 

 

 

Auteur

Omraam Mikhaël Aïvanhov

Source : FBU.org

 

http://www.choix-realite.org/7087/quelles-relations-avoir-avec-les-ames-des-morts


 

 

Partager cet article

Repost0
16 février 2014 7 16 /02 /février /2014 09:35

00 QUELLE RELATION AVOIR AVEC LES MORTS 

 C’est un article assez long, mais à mon humble avis, très instructif…

 Il fait 8 pages donc il sera en 3 fois sur ce blog.

 


Première partie

 

 

 

Quand un homme est mort, il n’est plus dans les lieux qu’il a habités, ni dans les objets qu’il a laissés ; il n’est même pas dans la tombe où l’on a placé son corps. Bien sûr, il est normal de vouloir conserver en souvenir quelques objets qui lui ont appartenu, d’aller se recueillir dans sa demeure ou sur sa tombe au cimetière.

 

                                           

 

 

 

Mais il faut aussi savoir que lui, son esprit, n’est plus là. En voulant qu’il soit là, en s’accrochant à ce qui peut rester de lui, on le retient, on le limite, on le martyrise même.

 

 

 

 

 

Au moment où un homme meurt, les portes de la terre se referment derrière lui, il se trouve pris dans un autre courant et il n’a pas le droit de retourner en arrière ; C’est pourquoi il ne faut pas s’accrocher aux morts en accompagnant leur départ avec des regrets, des pleurs, des lamentations.

 

 

 

 

 

Les regrets et les chagrins des vivants qu’ils ont laissés sur la terre sont un tourment pour les morts, tant qu’ils n’ont pas franchi les régions des plans astral et mental.

 

 

 

 

 

Ce n’est qu’au moment où il s entrent dans le plan causal que plus rien ne peut les troubler ; ils sont comme au centre d’un cercle magique de lumière et aucun appel des vivants, aucune sollicitation ne peut franchir ce cercle s’ils ne le veulent pas.

 

 

 

 

 

Il faut donc prier pour les morts, il faut leur envoyer de la lumière pour qu’ils trouvent la paix, qu’ils se libèrent, mais il ne faut pas s’accrocher à eux ni surtout chercher à les ramener vers la terre. […]

 

 

 

 

 

La plupart des humains qui quittent la terre ne coupent pas immédiatement leurs attaches ; ils restent liés à des parents, des amis (ou des ennemis), des lieux qu’ils ont habités, des possessions, et s’ils n’ont jamais eu dans leur cœur, dans leur âme, le désir de découvrir d’autres réalités, ils tournent interminablement autour de ces êtres, de ces maisons, de ces objets.

 

 

 

 

 

Ce sont des âmes errantes qui souffrent et, bien que des esprits lumineux viennent les aider, elles ne peuvent pas encore se dégager.

 

 

 

 

 

Tandis que ceux qui ont nourri pendant leur vie un grand idéal spirituel quittent très rapidement leur corps et s’envolent vers les régions sublimes où ils nagent dans la lumière et dans la joie.

 

 

 

 

 

De là, ils peuvent envoyer des bénédictions à tous ceux qu’ils ont laissés en bas, pour les aider, les protéger. Mais ils ne reviennent jamais les visiter comme beaucoup se l’imaginent ; du moment qu’ils sont morts, ils sont très loin de la terre et ils ne redescendent pas.

 

 

 

 

 

Vous direz : « Mais alors, comment se fait-il que les spirites croient entrer en communication avec certains personnages illustres du passé ? »

 

 

 

 

 

Non, en réalité, ce n’est pas avec eux qu’ils communiquent, mais voici ce qui se passe. Quand l’être humain se dégage pour partir dans l’autre monde, il laisse certains de ses vêtements.

 

 

 

 

 

Bien sûr, je ne parle pas de vêtements physiques, mais d’enveloppes éthériques, astrales, mentales, qui flottent dans l’atmosphère et qui sont imprégnées de tout ce que cet être a vécu, senti, pensé.

 

 

 

 

 

Ce sont comme des coquilles vides abandonnées par leurs occupants et elles peuvent être animées, vivifiées par les fluides des personnes réunies dans les séances spirites pour évoquer les morts.

 

 

 

 

 

Mais comme en général ces personnes ne sont pas tellement évoluées, les fluides qui émanent d’elles sont imprégnés de passions, de sensualité, de convoitises, et ils attirent de l’invisible toutes sortes d’existences flottantes qui n’ont pas encore été absorbées par le centre de la terre.

 

 

 

 

 

L’espace psychique qui entoure la terre est naturellement débarrassé des entités inférieures qui l’encombrent ; au fur et à mesure elles sont refoulées et absorbées dans les profondeurs souterraines.

 

 

 

 

 

Cependant, il en reste toujours quelques-unes, et ce sont ces créatures, qu’on appelle des larves, des élémentaux, qui apparaissent souvent dans les séances spirituelles.

 

 

 

 

Auteur

Omraam Mikhaël Aïvanhov

Source : FBU.org

 


http://www.choix-realite.org/7087/quelles-relations-avoir-avec-les-ames-des-morts


 

 

 

Partager cet article

Repost0
13 février 2014 4 13 /02 /février /2014 21:13

 


 

00 L ORIGINE DE LA ST VALENTIN

 

 

L'origine de la saint Valentin fête de l`amour

 

La Saint-Valentin est la fête de l’amitié, de l’amour romantique et du mariage.

 


 Elle trouve ses origines dans la fin d’un saint chrétien et un festival de la Rome antique. L’exploration des diverses significations de cette journée nous ouvre un paysage composé de multiples images et un monde de ravissement face à l’amour et à l’affection que les êtres humains éprouvent les uns envers les autres.

 


http://www.frizou.org/valentin/

 

 

 

 


 

 

Vidéo de Nicole Charest

 

 

 


 

 

 


Partager cet article

Repost0
12 février 2014 3 12 /02 /février /2014 09:00

image001

 

Il était une fois un modeste paysan de la vieille Russie. Il était veuf et n’avait qu’un fils. Un jour, son cheval

disparut. Tous ses voisins le plaignirent, en disant qu’une bien triste chose était arrivée. « Peut-être que

oui, peut-être que non », répondit-il.

Trois jours plus tard, son cheval revint accompagné de trois chevaux sauvages. Les voisins l’envièrent et lui

affirmèrent : « Quelle chance tu as ! » Ce à quoi il répondit : « Peut-être que oui, peut-être que non ».

Un jour, son fils tenta de monter l’un des chevaux sauvages, tomba et se fractura une jambe. Les voisins

dirent alors : « Quelle malchance ! » – « Peut-être que oui, peut-être que non », répondit une nouvelle

fois le paysan.

Trois jours plus tard, les huissiers du tsar vinrent chercher tous les jeunes hommes valides pour les enrôler

dans l’armée, et le fils du paysan ne fut pas enrôlé. « Quelle chance tu as ! », déclarèrent les voisins au

vieux paysan…

— Nicole Charest, Petites douceurs pour le cœur, tome 1, p. 78

« Nous ne voyons qu’un tout petit bout de notre réalité.

Qui sait à quoi peuvent être utiles les expériences que nous vivons…. »

 

  www.lapetitedouceur.org

 

 

 


 

 

« Ne vous laissez pas persuader que vos maladies sont chroniques, que vos ennuis ne cesseront jamais :

Rien n’est éternel en ce monde visible, mais tout est renaissance. Vous pouvez, à la seconde même, par

le seul pouvoir de votre pensée créatrice, renaître à une existence nouvelle. »

 

Marcelle Auclair

 

                                                       00 LOGO PETITE DOUCEUR DU COEUR

 

            

Partager cet article

Repost0
10 février 2014 1 10 /02 /février /2014 09:19

 

 

00 SOURCE DVINE DE L ETRE

 

Tout est la lumière de l'Un sans exception. Nous avons cette chance unique de pouvoir choisir dans quelle vibration, nous voulons être. Tout est une question de fréquence. L'amour est l'élément clé pour l'augmentation de la vibration, il est la colle qui unifie tout en Un.

 

 

Plus vous aimez la Vie, sa concrétisation et sa manifestation comme votre propre vie, le tout dans l'amour inconditionnel et absolu. Plus vous êtes en mesure d'être dans une fréquence vibratoire beaucoup plus haute. Vous permettant de vous libérer de la souffrance et de la dualité. N'oublions pas que tout est lumière et que tout est amour. Il n'en tient qu'à chacun de choisir sa fréquence vibratoire selon ce qu'il pense et croit être. C'est la justice divine, car l'être ne fait que nourrir et alimenter ses propres croyances, en compagnie de ceux et celles qui ont choisi librement cette même fréquence.

 

 

L'Être ne fait qu'exprimer le contenant de son esprit qui se manifeste dans ce monde dans lequel il incarne une forme, un corps pour ainsi explorer à sa guise cette réalité. Ainsi, il apprend et évolue de cette expérience unique, le temps n'a pas d'importance, avant même, il sait déjà quand il sortira lui-même de cette matrice.

 

 

La dualité n'est rien d'autre qu'une fréquence, car celui qui augmente sa fréquence vibratoire par l'application de l'amour en tout ce qui est, vit cette Unité, tout en acceptant et accueillant les autres fréquences dans l'amour absolu. Ainsi, il y a Libération, détachement de cette basse fréquence.

 

 

L'être humain doit comprendre qu'il n'est pas juste ce corps, cette personnalité, la personne qu'il croit être. Il est bien plus que cela, il est le créateur, le concepteur, il est l'artisan. Il est l'esprit qui projette son contenu dans cet espace-temps, et cet esprit vient de la source divine de l'être, là où tout est Un, là où est le souffle créateur, ce feu divin. On l'appelle Dieu Père/Mère, ou le PÈRE, car tout est son Œuvre. Ne pensez pas que vous en êtes exempt, car votre esprit est le sien comme il est ce que vous êtes en cet instant.

 

 

Comprenez-vous que son royaume est infini, et qu'il y a un nombre incommensurable d'endroits, de mondes, de réalités, de dimensions, d'univers que l'esprit peut ainsi explorer à sa guise, selon ce qu'il veut expérimenter et explorer. Vous vous dites qu'en cet instant, que vous n'avez marre de vivre dans cette basse fréquence. Mais la question est celle-ci. Que faites-vous pour y en sortir ? Est-ce que vous continuez à alimenter et nourrir cette basse fréquence par le fruit de vos actions ? Où bien, vous décidez de vous prendre en main et de tout élever par l'amour inconditionnel et absolu, par votre propre pouvoir de création, par vos pensées, par vos actions, faits et gestes. Mais, pour cela, il ne faut plus être dans l'identification à la personne que vous croyez être, à cette personnalité. Le responsable n'est que vous-même, on parle souvent de l'Ego. Que veut vraiment dire ce mot Ego, juste un mot pour désigner l'ensemble des croyances. C'est pour cela que l'on vous dit que vous n'êtes pas votre Ego, mais bien le créateur de ce que vous croyez et pensez être.

 

 

Car la réalité est toute autre, tout devient transparent et fluide quand on saisit la portée de notre je suis. On pourrait dire que l'Ego est comme un enfant qui explore une réalité et qu'il découvre au fur à mesure cet environnement. Ainsi, l'enfant vit dans l'instant présent l’interaction qu'il entretient avec cette nouvelle réalité. Lorsque l'être endosse sa lumière commune, qu'il sait que tout est la manifestation de l'esprit, il est en mesure de comprendre dans quelle réalité, il se trouve pour faire les changements nécessaires pour se libérer des emprises de son Ego, de ce qu'il pensait ou croyait être. Il sait maintenant que tout ce qui est manifesté fait partie de lui, le contenu de son esprit. Qu'il en est ainsi pour tous et toutes qui vivent sous l'emprise de leur Ego.

 

 

Alors que reste-t-il à faire, juste ceci, changer sa perception pour avoir un tout nouveau regard sur ce monde, sur cette réalité présente. Qui y a-t-il de plus beau que de renaître à sa véritable nature divine et d'endosser la lumière de l'Un ? Sortir de cette basse fréquence, juste en élevant sa propre vibration afin que tous et toutes soient élevés dans cet amour inconditionnel et absolu. L'être qui prend conscience que tout est lui, que tout est lié à l'esprit, à la lumière de l'Un, à l’œuvre du Père. Il lui suffisait de retrouver ce regard, pas à travers l'Ego, mais bien à travers le PÈRE, là où tout est lumière et amour.

 

 

Le Christ lumière est notre reconnaissance dans l'oeuvre du Père, reconnaître en tout sa lumière et son amour, tout est Un. Une seule chose à faire endossons notre Christ lumière pour vivre dans cette conscience Christique pour ne faire qu'Un et tout élever, tout transcender, tout unifier par le pouvoir de l'Amour. Le retour à la source divine de l'Être, de tout être, de toute vie, de tout ce qui est. Tout est lumière et tout est amour, nous sommes des êtres de lumières parcourant le royaume des cieux pour y découvrir l'oeuvre du Père. Lumière dans la lumière éternelle, notre je suis.

Juste Être dans la lumière de l'Un, tout et chacun évoluant tous ensemble dans le même vaisseau Père/Mère.

 

 

 

Prendre note que tous les messages de Raphaël Juste Être sont gratuits, un don de soi, un don du cœur...

 

 

Vivez l'Unité, l'Éveil, découvrir la lumière qui libère de la dualité. Bonjour à tous et à toutes, pour ceux et celles qui ont besoin d'aide, d'être écoutés, accompagnés et soutenus dans leur cheminement personnel et spirituel.

 

 

Auteur :Raphaël Juste être

 

 

 

 

 

http://www.choix-realite.org/7079/la-source-divine-de-letre-tout-est-lumiere-sans-exception

 

 

Partager cet article

Repost0
8 février 2014 6 08 /02 /février /2014 10:40

00 A PROPOS DES MANTRAS

 

Les mantras, tels qu’ils sont employés dans les traditions orientales, notamment dans le Bouddhisme et l’Hindouisme, sont des mots, des expressions ou des phrases auxquels on attribue un pouvoir particulier, étant entendu qu’il faut les dire ou les psalmodier à voix haute et de façon répétitive. C’est ainsi qu’il y a des mantras de protection (contre l’adversité, les maladies, les ennemis, etc.), d’acquisition (pour la connaissance, la richesse, la santé, etc.), de dévotion (dans le culte de Ganesh, de Kalî, de Hanuman, etc.) et de réalisation spirituelle, pour ne citer que les quatre catégories majeures.

 

 

Sans doute connaissez-vous le mantra Om Mani Padme Hùm, utilisé couramment dans le Bouddhisme. Appelé plus communément le « Mani », ce mantra peut être traduit par « Le joyau dans le lotus », le joyau symbolisant Brahman (la Divinité des divinités, la Vacuité absolue), et le lotus représentant la conscience humaine en voie d’épanouissement. Les Bouddhistes l’emploient régulièrement pour accéder à un état spirituel transcendantal, voire pour obtenir l’Illumination, Etat ultime que partagent les Bodhisattva, ces Réalisés qui se sont affranchis du cycle des réincarnations successives.

 

 

En tant que mouvement traditionnel et initiatique, l’A.M.O.R.C. perpétue l’usage des mantras, ou plus exactement l’emploi de sons auxquels les Rose-Croix attribuent des effets mystiques particuliers. Je ne peux, dans le cadre de ce blog, entrer dans des explications détaillées et approfondies, car elles sont réservées aux membres de l’Ordre. Je dirai simplement que ces sons, lorsqu’ils sont correctement entonnés, produisent des effets physiques, psychiques et spirituels précis. Par ailleurs, ils ont des vertus thérapeutiques non négligeables. Cela ne veut naturellement pas dire qu’ils constituent en eux-mêmes un substitut à la médecine. L’expérience prouve plutôt qu’ils permettent d’intensifier et d’accélérer les processus de guérison.

 

 

Chacun sait que la musique produit des effets sur les êtres humains, et même sur les animaux et les plantes. Plus elle est mélodieuse et harmonieuse, plus ces effets sont positifs. Ceci est tellement vrai qu’elle a donné lieu à une pratique de plus en plus répandue, y compris dans le milieu médical : la musicothérapie. De même, la voix humaine, bien utilisée, peut servir de support à ce qui est connu sous le nom de « vocothérapie ». Tel est notamment le cas des sons vocaux employés par les Rosicruciens, étant entendu, je le répète, qu’ils ne les utilisent pas à la place des traitements qu’un médecin pourrait leur prescrire en cas de maladie.

 

 

Le propre des Rosicruciens étant de mener une quête de Sagesse, ils utilisent également certains sons vocaux pour méditer et s’harmoniser avec le monde spirituel. Parmi eux, nous retrouvons naturellement le son Om, dont l’intonation stimule la conscience de l’âme et la met en résonance avec les plans supérieurs de la Création. A l’occasion, et même si vous n’accordez qu’un intérêt relatif à la spiritualité, voire aucun, prenez le temps de l’entonner quelques minutes, de préférence dans la position assise, sur le ton qui vous semble le plus naturel, et en ayant à l’esprit qu’il est de nature apaisante et régénératrice. Si vous le faites sans préjugé, nul doute que vous en ressentirez les effets positifs.

 

 

Serge Toussaint

Grand Maître de l’Ordre de la Rose-Croix

 

 

http://www.blog-rose-croix.fr/a-propos-des-mantras/

Partager cet article

Repost0
6 février 2014 4 06 /02 /février /2014 10:00

00 A PROPOS DE LA CONDITION FEMINIME

 

Régulièrement, la question de l’égalité homme-femme revient dans l’actualité, le plus souvent en relation avec le statut social et professionnel. Dans les sociétés modernes, chacun sait que les femmes, pour un emploi équivalent, sont moins bien rémunérées que les hommes. Des professions qu’elles seraient tout-à-fait capables d’exercer leur sont refusées. Il leur est très difficile d’accéder aux plus hautes fonctions dans les domaines politique, économique, etc. Certaines “fraternités” leur sont interdites. De toute évidence, une telle situation est à la fois anormale et injuste.

 

 

Quelle est donc l’origine de ce traitement de “défaveur” ? Je pense qu’il vient en grande partie des textes religieux qui “rapportent” les origines de l’humanité, notamment la Genèse. D’après ce texte biblique, Adam et Ève ont chuté de leur condition paradisiaque à cause d’Ève, qui aurait désobéi à Dieu après s’être laissée influencer par le serpent. Dès lors, les religions ont fait de la femme un être faible et influençable, et l’ont rendue responsable de la condition humaine, avec son lot d’épreuves et de souffrances. Certaines d’entre elles sont même allées jusqu’à dire qu’elle n’avait pas d’âme et qu’elle était un agent du Diable.

 

Chacun sait l’influence que les religions ont exercée sur les mœurs et les mentalités au cours des siècles passés. Fondées sur un patriarcat exclusif et sectaire, elles ont fait de la femme un être inférieur à l’homme et l’ont confinée à un rôle de mère et de femme soumise à son mari. De nos jours encore, elles sont séparées des hommes dans certains lieux de culte et ont difficilement sinon pas accès aux fonctions sacerdotales. Si l’on ajoute à cela que l’homme a toujours eu tendance à se croire supérieur sous prétexte qu’il est généralement plus fort sur le plan physique et qu’il est “géniteur”, il est facile de comprendre pourquoi les femmes ont été à ce point infériorisées dans nombre de domaines et le sont toujours.

 

 

Personnellement, j’ai toujours considéré que la femme est l’égale de l’homme en tant qu’être humain, et même qu’elle a des qualités “naturelles” qu’il n’a pas. Je comprends donc et partage le sentiment d’injustice que nombre de femmes peuvent ressentir face à l’inégalitarisme dont elles sont victimes, sans parler des violences verbales et physiques qu’elles subissent régulièrement. Cela étant, je suis convaincu que le temps joue en leur faveur et qu’elles trouveront dans les années à venir leur juste place dans la famille, dans la société et dans le monde. Comme on peut le constater, ce processus a déjà commencé, et chacun devrait s’en réjouir. J’espère simplement qu’elles se montreront magnanimes et que celles qui exerceront des fonctions de pouvoir sauront exprimer le meilleur d’elles-mêmes…

 

 

En relation avec ce sujet de réflexion, il me semble utile de rappeler que l’A.M.O.R.C. a toujours accordé le même statut aux femmes (45 % de ses membres) qu’aux hommes. Nombre d’entre elles occupent d’ailleurs des fonctions diverses dans les Loges et assument la fonction de Délégué régional, et certaines celle de Grand Maître.

 

 

Serge Toussaint

Grand Maître de l’Ordre de la Rose-Croix

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost0
4 février 2014 2 04 /02 /février /2014 10:21

image001

 

 

 

 

Quand les temps sont durs pour vous, que toute chose vous semble contraire, quand le ciel est sombre

et que vous n’y voyez briller aucune lueur, alors c’est justement le moment de montrer de quel métal vous êtes fait.

 


 S’il y a du bon et du solide en vous, l’adversité le fera sortir. C’est ce qu’un homme accomplit malgré les circonstances, plutôt qu’à cause des circonstances, qui donne la mesure de sa valeur.

 

 

Quand, en vous réveillant le matin, vous vous sentez sombre et découragé parce que des choses désagréables vous attendent,

 mettez-vous fermement dans l’esprit que – advienne que pourra – vous ferez de ce jour particulier un des bons jours de votre vie.

 

 

 

Alors, au lieu d’une journée manquée, de

temps perdu et d’occasions gâchées, vous triompherez du mauvais vouloir ambiant, vous accomplirez

infiniment plus, infiniment mieux que si vous aviez donné libre cours à votre tristesse.

  • Orison Swett Mardon


 www.lapetitedouceur.org

 

 

 

 

 

 

00 LOGO PETITE DOUCEUR DU COEUR

 

 

Shakespeare a dit un jour :

« Je me sens toujours heureux, vous savez pourquoi ?

 Parce que je n'attends rien de personne...

 Les attentes font toujours mal, la vie est courte... Aimez votre vie, soyez heureux, gardez le sourire et souvenez-vous :

 

Avant de parler, écoutez...

Avant d'écrire, réfléchissez...

Avant de prier, pardonnez...

Avant de blesser, considérez l'autre...

Avant de détester, aimez...

Et avant de mourir, vivez !

 

http://www.lapetitedouceur.org/article-inspirer-la-paix-121947627.html


 

 

 

 

Partager cet article

Repost0
2 février 2014 7 02 /02 /février /2014 09:25

00 A PROPOS DE L EUTHANASIE

 

 

Régulièrement, le sujet de l’euthanasie revient dans l’actualité, généralement après qu’une personne gravement malade ou handicapée ait mis fin à ses jours ou ait demandé explicitement qu’on le fasse pour elle, ou qu’un médecin ait pris l’initiative de mettre un terme à sa vie pour abréger ses souffrances. Se repose alors la question de savoir si l’on peut, si l’on doit, si l’on a le droit de laisser mourir quelqu’un qui le demande pour des raisons compréhensibles, ou de provoquer volontairement sa mort.

 

 

 Nombre de médecins sont contre l’euthanasie, qu’ils assimilent à un assassinat ou à un suicide assisté. Considérant que leur devoir est de préserver la vie en tout être humain, et même de la prolonger, ils s’emploient généralement à reculer autant que possible le moment de la mort. Quant aux souffrances des patients concernés, victimes de maladies ou d’accidents gravissimes, on s’efforce désormais de les soulager (pas encore suffisamment dans certains hôpitaux et certaines cliniques), étant entendu qu’il vient un moment où l’on n’y parvient plus.

 

 


 Les autorités religieuses, de leur côté, sont également opposées à l’euthanasie. Elles considèrent en effet qu’aucun être humain n’a le droit de se donner la mort ou de la donner à autrui, y compris dans un contexte médical. Selon eux, Dieu seul peut décider dans ce domaine. Rappelons qu’il n’y a pas si longtemps, la plupart des religions refusaient que les suicidés bénéficient de funérailles, allant jusqu’à affirmer que leur âme était perdue à jamais. Par ailleurs, nombre d’entre elles prônent encore l’idée que la souffrance est expiatoire et rédemptrice, ce qu’elle n’est pas.

 

 


 En ce qui me concerne, et comme la plupart des Rose-Croix, je suis favorable à l’euthanasie, dès lors qu’il est médicalement avéré que la personne concernée ne pourra jamais guérir ou restera à jamais impotente, qu’elle souffre terriblement malgré les traitements analgésiques ou les soins palliatifs, et qu’elle a fait savoir qu’elle souhaitait mourir ou, ne pouvant le faire, que la famille proche a demandé pour elle que l’on mette fin à ses jours. Naturellement, cela nécessite un protocole juridico-médical très strict.

 

 


 Curieusement, nous vivons dans une société qui ne cesse de prôner des droits en tous domaines : droit au logement, droit à la couverture sociale, droit au travail, droit à la prise en charge médicale, droit aux indemnités de chômage, etc. Aussi contradictoire que cela paraisse, la mort fait partie de la vie. Elle en constitue même l’un des moments les plus importants. Dès lors, pourquoi n’aurions-nous pas le droit de mourir dans la dignité lorsque nous nous savons condamnés, que nos souffrances physiques et mentales sont devenues insupportables, et que nous souhaitons mettre fin en douceur à une vie devenue pour nous inutile ?

 

Serge Toussaint

Grand Maître de l’Ordre de la Rose-Croix

 

http://www.blog-rose-croix.fr/20100322a-propos-de-l-euthanasie/

 

 

 

Partager cet article

Repost0

Présentation

  • : cheminphilosophique
  • : Je suis passionnée de philosophie, je partage avec vous ces textes et citations qui font partie de moi.
  • Contact

Bienvenue sur mon blog!

Entrer chez moi, c'est découvrir mes idéaux, mes créations personnelles et d'autres thèmes qui me passionnent.
 

Bonne visite !

 

 

Ce blog a été créé le 22-08-2010 par mon adorable petit-fils Maxime


 

1 NOUVELLE SEPARATION

 

***

hobbies

 

  compteur pour blog