Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
26 juillet 2014 6 26 /07 /juillet /2014 08:54

0 souffledmourfix

 

Comme vous le savez, les êtres humains que nous sommes sont sujets à des illusions, ce qui nous induit parfois en erreur. D’une manière générale, on peut les classer en trois grandes catégories : les illusions sensorielles, les illusions mentales et les illusions spirituelles. Comme leur nom l’indique, celles de la première catégorie concernent les impressions qui nous proviennent par l’intermédiaire de nos sens, en particulier de la vue. À titre d’exemple, un arbre situé au loin paraît plus petit qu’il ne l’est en réalité ; les rails d’une ligne de chemin de fer semblent se croiser au loin ; le ciel et la terre donnent l’impression de se toucher à l’horizon, etc.

 

 

Les illusions mentales, quant à elles, proviennent d’une altération de nos processus mentaux, laquelle peut être due à un désordre pathologique ou à une prise d’alcool, de drogue, de médicaments, etc. Dans tous les cas, elles se traduisent par des hallucinations, c’est-à-dire par la perception de choses, d’événements, de personnages, d’animaux, etc., qui n’existent pas dans la réalité. En règle générale, elles sont désagréables et angoissantes, voire menaçantes, car elles prennent leur source dans les niveaux inférieurs de notre subconscient, lesquels sont imprégnés de nos peurs, de nos craintes, de nos doutes, etc.

 

 

Enfin, les illusions spirituelles sont “le lot” de ceux et de celles qui mènent une quête religieuse ou spirituelle. En effet, il peut leur arriver de s’illusionner sur la nature réelle de leurs perceptions, de leurs sensations ou de leurs impressions, et leur donner un caractère transcendantal, subliminal, voire mystique, alors que ce n’est pas le cas : être convaincu de voir les fantômes, d’entendre les défunts, de se rappeler ses incarnations passées, de connaître l’avenir, de deviner les pensées d’autrui, d’avoir atteint l’état de sagesse, d’être missionné par Dieu lui-même… Autant de convictions qui peuvent être illusoires.

 

Est-ce à dire que tous les exemples précités correspondent nécessairement à des illusions spirituelles ? Non. Certains font appel à des facultés psychiques avérées ou traduisent effectivement un niveau d’évolution très élevé sur le plan mystique. Ceci étant, il est très important de savoir prendre du recul dans ce domaine et de ne pas se manipuler soi-même, au risque de se laisser entraîner dans ce que les psychologues désignent hélas sous le terme péjoratif de « délire mystique ». Quiconque est en proie à un tel délire est à la limite de la pathologie et d’une déconnexion anormale et non maîtrisée du réel.

 

 

Le meilleur moyen d’éviter les illusions spirituelles consiste à faire sien cet adage : « Avoir la tête dans le ciel et les pieds sur terre. » C’est précisément ce que les Rosicruciens s’efforcent de faire. Certes, ils mènent une quête mystique, au sens noble de ce terme, mais ils restent ancrés au monde matériel. Par ailleurs, ils ne prennent pas “pour argent comptant” les expériences psychiques et spirituelles qu’il leur arrive de vivre ; ils les soumettent toujours à l’examen de la raison et se montrent, non pas méfiants, mais prudents à leur égard. De surcroît, ils n’en parlent pas à qui veut les entendre, mais les gardent pour eux et en font un élément intime de leur vie intérieure.

 

 

Serge Toussaint

Grand Maître de l’Ordre de la Rose-Croix

 

 

http://www.blog-rose-croix.fr/a-propos-des-illusions/

 

 

Partager cet article
Repost0
24 juillet 2014 4 24 /07 /juillet /2014 08:08

À propos de la gentillesse

 

 

 

De mon point de vue, la gentillesse est une qualité, au même titre que l’humilité, la générosité, la tolérance, etc. Malheureusement, la société a tellement perdu ses repères moraux que cette qualité est considérée de nos jours, sinon comme un défaut, du moins comme une faiblesse. C’est ainsi qu’elle est perçue, au mieux comme de la naïveté, au pire comme de la niaiserie. Aux yeux de nombreuses personnes, il est même devenu anormal, pour ne pas dire suspect, d’être gentil. Cela traduit le “durcissement” qui s’est produit dans les rapports humains au cours des dernières décennies.

 

 

Qu’est-ce que la gentillesse ? D’une manière générale, c’est l’attitude qui consiste à être aimable et sympathique dans ses relations avec autrui, étant entendu que cette amabilité et cette sympathie ne doivent pas être feintes, mais sincères. C’est aussi être serviable et attentionné, c’est-à-dire attentif et non pas indifférent aux autres. En fait, la gentillesse inclut en elle-même de nombreuses qualités qui facilitent la vie en société et la rendent plus agréable. Imaginez ce que serait le monde si les gens étaient gentils les uns envers les autres…

 

 

D’année en année, le sentiment d’insécurité et l’individualisme qui prévalent dans la société ont rendu la gentillesse encore plus suspecte. Alors qu’elle devrait susciter de bons sentiments chez ceux qui en bénéficient, et même une certaine reconnaissance de leur part, elle donne lieu à de la suspicion quand ce n’est pas de l’agressivité. Aux yeux de beaucoup, le fait d’être gentil cache nécessairement quelque chose “de louche”, d’où le sentiment de méfiance à l’égard d’une personne gentille. À défaut de voir en elle quelqu’un de naïf, on la soupçonne d’être hypocrite ou intéressée.

 

 

À propos de naïveté, je n’y vois pas l’expression d’un manque d’intelligence. Bien souvent, les personnes que l’on dit ″naïves″ ont le tort, si j’ose dire, de ne pas voir le mal et de ne pas être suspicieuses à l’égard d’autrui. En règle générale, elles sont confiantes et bienveillantes de nature, ce qui est positif en soi. De ce fait, elles sont enclines à être gentilles, non seulement avec leurs proches, mais également avec les autres en général. Ce sont donc de bons voisins, de bons collègues de travail, de bons amis. C’est précisément ce que les Rosicruciens s’efforcent d’être dans la vie courante.

 

 

Naturellement, être gentil(le) ne veut pas dire tout accepter et tout tolérer, car il y a des comportements inacceptables et intolérables. Tel est notamment le cas de ceux qui portent atteinte à l’intégrité et à la dignité de la personne humaine. De même, cela ne consiste pas à “tendre la joue gauche si on nous frappe sur la joue droite”, mais plutôt à ne pas alimenter les rapports de force et à ne pas répondre à la violence par la violence. Quoi qu’il en soit, il serait bien de réhabiliter la gentillesse et d’en faire le fondement des relations entre citoyens.

 

 

Serge Toussaint

Grand Maître de l’Ordre de la Rose-Croix

 

 

http://www.blog-rose-croix.fr/20120323a-propos-de-la-gentillesse/

 

 

 

Partager cet article
Repost0
22 juillet 2014 2 22 /07 /juillet /2014 08:52

 

 

 

 

Lisez avec votre cœur.

 

 

 

 

 

Soyez doux avec la vie. Quand vous donnez de la douceur, vous êtes comme la fleur qui offre aux arbres et aux hirondelles la délicate senteur de son parfum. L’exhalaison du parfum d’une fleur est le sourire qui se dessine dans chaque pétale, et qui voyage à la manière d’une vapeur lumineuse et légère qui s’élève lentement du sol et qui se démultiplie à travers l’atmosphère… Elle devient transparente, cette délicate exhalaison, et elle dépose son empreinte suave au creux du vent. Quand vous donnez de la douceur, vous êtes encore comme la lune ronde et blonde, dont la lumière rafraîchissante se miroite dans la mer qui chante et qui chuchote, et dans la montagne revêtue à son sommet par une nappe de blancheur et de pureté. La douceur demeure en vous comme l’invisible parfum qui émane de la fleur éternelle de votre cœur, et comme la transparente lumière qui rayonne de la beauté de votre cœur. Quand vous donnez de la douceur, vous donnez cette même impalpable énergie qui émane des étoiles et qui remplit le ciel de beauté et de grâce.

 

 

 

 

 

Soyez doux avec vos frères et vos sœurs en humanité. La douceur en vous, c’est votre cœur vivant qui se souvient que la présence des autres est ce qui embellit le monde et ce qui fait circuler à travers la planète, un courant de douce chaleur et de douce mélodie… C’est un ronronnement qui chante dans votre cœur, quand votre cœur se laisse remplir par le sourire et la tendresse, par l’affection et le bonheur… C’est comme de toutes petites et de toutes délicates impulsions de courant de vie qui pulsent au-dedans de votre cœur, au même rythme où poussent les fleurs des champs et où tombent les flocons de neige… Quand vous touchez les autres avec douceur, par la douceur dans votre regard et par la douceur dans vos mots, par la douceur dans votre voix et par la douceur dans vos gestes… de fines et silencieuses impulsions de lumière émanent alors de votre cœur et se communiquent aux autres, elles entrent par la porte de leur cœur, quand leur cœur se tient les bras ouverts pour recevoir un don d’amitié, pour accueillir un don de fraternité… pour étreindre un don d’amour.

 

 

 

 

 

Soyez doux avec vous-même. Quelque chose dans votre cœur a la fragilité d’un papillon en train de sortir de son cocon… Pour que s’épanouisse la beauté de votre cœur, c’est la douce énergie de la tendresse qui doit entourer le silence de votre cœur… Les étoiles brillent sans troubler la sérénité de l’espace et sans réveiller les oiseaux blottis entre deux branches et qui rêvent d’un autre ciel et d’un autre jour… C’est la douceur qui appose une délicate et indéfinissable pression sur les parois couleur sable du cocon, et qui crée un passage pour ce qui doit prendre son envol et sa liberté… il ne faut pour cela aucune force et aucune fougue, mais seulement les délicates nervures des ailes toutes neuves du papillon qui se réjouit déjà de découvrir ce que veut dire danser autour d’un rayon de soleil… Les étoiles… si puissantes et si ardentes en leur sein… n’illuminent pas le ciel d’un éblouissement insoutenable… mais plutôt que de déchaîner une lumière éclatante dans le ciel, elles répandent seulement de la douceur et de la tendresse… Que votre cœur vibre avec douceur, comme rayonnent les étoiles silencieuses et sereines dans l’espace.

 

 

 

 

 

Maître Kessani (maître de pratique solaire).

 

 

 

 

 

http://www.choix-realite.org/7283/ressourcement-spirituel-la-douceur


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
20 juillet 2014 7 20 /07 /juillet /2014 08:41

A propos de l’âme

 

 

 

Dès lors que l’on est spiritualiste, on admet l’existence de l’âme. Tel est le cas de tous ceux qui suivent une religion ou mènent une quête spirituelle. Il en est de même des Rosicruciens, qui pensent également que tout être humain en possède une et ne se limite pas à un corps physique et aux processus mentaux qui lui permettent, entre autres, de penser. À ce propos, rappelons que la Rose-Croix, en tant que symbole traditionnel, n’a aucune connotation religieuse. Elle représente le fait que tout individu est corps (la croix) et âme (la rose). Autrement dit, elle symbolise la dualité de l’être humain.

 

 

Admettre l’existence de l’âme est une chose ; savoir ce qu’elle est en est une autre. Au regard de l’ontologie rosicrucienne, elle s’apparente à une énergie spirituelle. En tant que telle, elle imprègne toutes les cellules de notre corps physique, à la manière dont l’air remplit toutes les pièces d’une maison. En fait, c’est elle qui nous anime, au sens de nous donner vie. Certes, nous avons le sentiment que notre organisme vit sous l’effet de nos fonctions dites vitales et de ce qui les maintient en activité : l’air que nous respirons, la nourriture que nous absorbons, l’eau que nous buvons, etc. Mais sans l’influx spirituel généré par notre âme elle-même, il nous manquerait une part essentielle de notre vitalité.

 

 

Mais l’âme ne se limite pas à animer notre corps ; c’est elle aussi qui fait de chacun de nous un être, non seulement vivant, mais également conscient. En effet, la conscience est un attribut de l’âme et non un produit exclusif du cerveau. Il ne s’agit pas de minimiser l’importance de cet organe, car il joue un rôle fondamental dans la perception du monde extérieur, le contrôle des fonctions volontaires, et l’ensemble des processus mentaux. Mais il existe en nous des facultés subliminales qui transcendent notre activité purement cérébrale. C’est ce qui explique pourquoi des personnes plongées dans le coma ou en état de vie végétative continuent, non seulement à entendre et même parfois à voir, mais également à penser.

 

 

La question qui se pose à propos de l’âme est également de savoir d’où elle provient, quelle en est la source. D’un point de vue rosicrucien, elle est une émanation de l’Âme universelle, laquelle est parfaite en essence. Comme son nom l’indique, cette Âme imprègne tout l’univers et anime tous les êtres qui le peuplent. Sur Terre, elle s’exprime à travers la nature et toutes les formes de vie qui en font partie. Plus la créature concernée est évoluée, plus l’Âme universelle manifeste à travers elle de fonctions, de facultés et d’attributs, ce qui explique, par exemple, pourquoi un chimpanzé est infiniment plus intelligent et sensible qu’un ver de terre, lequel est lui-même plus avancé qu’un arbre dans la chaîne de l’évolution.

 

 

Étant donné que l’Âme universelle est parfaite en essence et que l’âme de tout être humain émane d’elle, on peut se demander pourquoi celui-ci est aussi imparfait dans son comportement. C’est parce qu’il n’a pas conscience de sa perfection latente et qu’il possède le libre arbitre, de sorte qu’il peut s’opposer à sa nature profonde et faire le mal. Si nous vivons sur Terre, c’est précisément pour conscientiser ce qu’il y a de meilleur en nous et le manifester à travers nos pensées, nos paroles et nos actions. Autrement dit, c’est pour évoluer spirituellement, jusqu’à ce que notre âme personnelle, sous l’impulsion de l’Âme universelle, atteigne l’état de Sagesse, appelé « état de Rose-Croix » dans la Tradition rosicrucienne. Quiconque atteint cet état dans l’une de ses vies successives n’est plus dans l’obligation de se réincarner.

 

Serge Toussaint

Grand Maître de l’Ordre de la Rose-Croix

 

 

 http://www.blog-rose-croix.fr/a-propos-de-lame/

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
18 juillet 2014 5 18 /07 /juillet /2014 08:20


 

 

Si c’était horrible, ce serait facile de dire non, de monter la barre, de déclarer que l’on mérite mieux et que l’on n’accepte plus de se sacrifier. Oui, s’il n’y avait que des aspects négatifs, on n’hésiterait pas à faire ce qu’il faut pour se libérer.

 

 

C’est quand c’est tolérable que c’est plus difficile… Quand notre cœur nous demande un peu plus, ou un peu mieux, mais que l’on est tout de même relativement bien. Quand on n’est pas tout à fait dans notre élément, pas tout à fait comblé, mais que l’on retire tout de même un peu de positif de la situation que l’on aimerait changer.

 

 

C’est étrange à dire, mais il est souvent plus facile de s’élever au-dessus d’une douleur terrible qu’au-dessus de la médiocrité. Se libérer de la souffrance est un mouvement de survie. À peu près tout le monde a un instinct de survie. Mais renoncer à ce qui nous convient un peu, mais pas tout à fait – déclarer que l’on est digne d’être choyé, non pas seulement contenté – requiert beaucoup, beaucoup de force. Et d'amour, certainement.

 

 

Évidemment, si on a tendance à ne jamais être satisfait, notre sentiment d’insatisfaction nous suivra où que l’on soit. La clé première restera toujours d’apprendre à cultiver la paix et la gratitude exactement où l'on est maintenant. Cela dit, si l’on se sent profondément inspiré à avoir plus, sur quelque plan que ce soit, on peut tenir pour acquis qu'il y a une bonne raison. Ce n'est pas le caprice de l'enfant gâté, mais l'appel du héros qui reconnaît en lui le germe des plus belles possibilités, et qui sait qu’il ne tient qu’à lui de les concrétiser.

 

http://www.matinmagique.com

 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
16 juillet 2014 3 16 /07 /juillet /2014 08:25

 

 

 

À l’étude apparait une différence importante entre ce que l’on appelle en spiritualité l’égo, et la personnalité.

 

 

 

 

 

Car si l’égo et la personnalité n’étaient qu’une seule et même chose, un maître qui aurait repoussé son égo n’aurait plus de personnalité : il serait comme transparent, sans volonté propre ni particularités, et prenant celles des autres pour la sienne.

 

 

 

 

 

Cela n’est pas le cas.

 

 

 

 

 

Il apparait donc que même lorsque l’égo disparait, il reste une personnalité pleine et entière.

 

 

 

 

 

Mais alors quelle est la nuance entre égo et personnalité ?

 

 

 

 

 

L’égo est la part sombre de la personnalité. Et si celui-ci disparait, repoussé par la lumière, la paix et la joie ; la personnalité n’en restera pas moins réelle, stabilisée, et soutenue et au service du Moi supérieur pour le plus grand plaisir de l’âme incarnée.

 

 

 

 

 

L'expression de l’égo est donc modifiable et modulable. C'est-à-dire que nos parts sombres peuvent être travaillées en cette incarnation vers le bien. Et cela change le caractère.

 

 

 

 

 

Ce dernier est synonyme de personnalité : l'on peut très bien avoir un bon caractère ou un mauvais ; et bien sûr un mélange des deux tendances qui donnent une telle variété aux âmes de ce monde.

 

 

 

 

 

Une fois la partie démon (l’égo) maîtrisée ; elle permet de jouer le jeu de l’univers avec son étoile-Âme-essence pour le plus grand bonheur de Soi-même, et de tous.

 

 

 

 

 

Beaucoup de paix et d’amour pour nous tous.

 

 

 

 

 

 

 

http://www.choix-realite.org/7273/nuance-entre-ego-et-personnalite-ou-caractere

 

 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
14 juillet 2014 1 14 /07 /juillet /2014 07:10

À propos de la régénération de l’humanité

 

 

Comme chacun sait, le monde est confronté à une crise économique et sociale très grave, qui se traduit notamment par un taux de chômage très important, et par un niveau de vie de plus en plus précaire pour un nombre croissant d’individus, y compris parmi ceux qui ont un emploi. La situation est telle que la pauvreté s’étend non seulement dans les pays pauvres, mais également dans les pays riches. En ce début de XXIe siècle, de plus en plus de personnes survivent plus qu’elles ne vivent.

 

 

Beaucoup pensent que cette crise économique et sociale est la conséquence de la crise financière survenue en 2008. Il est évident que ce “crash“ financier n’a fait qu’aggraver la situation et mis en évidence les pratiques malhonnêtes, immorales et indécentes de la haute finance, dont la cupidité semble sans limite. Malheureusement, ceux qui la contrôlent et l’entretiennent donnent l’impression de ne vouloir changer, ni d’état d’esprit ni de méthode. À croire qu’ils vivent dans un autre monde et qu’ils sont insensibles à la détresse humaine.

 

 

Cela étant, la crise économique et sociale qui sévit depuis plusieurs années, et la crise financière qui est apparue plus récemment, ne sont-elles pas les signes d’une crise de civilisation ? Et n’avons-nous pas, chacun à notre niveau, une part de responsabilité ? Dans les pays industrialisés, «le chacun pour soi» est devenu une culture, et «l’avoir» un idéal, pour ne pas dire une religion. Dans toutes les classes de la société, la morale la plus élémentaire est sacrifiée sur l’autel de l’argent, et le culte des apparences a atteint son paroxysme.

 

Si l’humanité veut sortir définitivement de la crise qui sévit actuellement, et comme cela était déjà expliqué dans la «Positio Fraternitatis», Manifeste que l’Ordre de la Rose-Croix a publié en 2001, elle n’a pas d’autre solution que de se régénérer à travers des valeurs à la fois humanistes et spiritualistes. Pour cela, il faut absolument que la grande majorité des êtres humains prennent conscience que le bonheur qu’ils recherchent à titre individuel n’est possible qu’en incluant celui des autres. Parallèlement, ils doivent plus que jamais s’interroger sur le sens profond de l’existence, c’est-à-dire sur le but même de la vie. Malheureusement, trop peu de responsables politiques et autres tiennent ce discours.

 

 

Certes, il est impossible de vivre heureux sans un minimum d’argent et de confort matériel. Mais faire de leur acquisition un but en soi nous éloigne des valeurs auxquelles notre âme aspire, ce qui explique pourquoi l’individualisme et le matérialisme ne peuvent rendre quiconque heureux à long terme. La crise à laquelle le monde est confronté ne doit donc pas nous faire réfléchir uniquement sur le “modèle” économique, social et financier qu’il faudrait mettre en place pour en sortir. Comme je l’ai dit précédemment, elle est aussi et surtout une opportunité de se questionner sur le sens profond de la vie et d’agir en conséquence.

 

 

 

Serge Toussaint

Grand Maître de l’Ordre de la Rose-Croix

 

 

http://www.blog-rose-croix.fr/20120427a-propos-de-la-regeneration-de-lhumanite/

 

 

Partager cet article
Repost0
12 juillet 2014 6 12 /07 /juillet /2014 08:37

 

2 GOUTTE DE PLUIE

 

 

Nous cherchons du courage dans certaines circonstances que nous vivons.

 

La foi est le courage de savoir faire confiance et d'avoir la patience de surmonter les situations qui nous dérangent.

 

En demandant aux Anges de nous aider et de voir clair en nous,

 

Nous diminuons l'inquiétude que nous cultivons sans nous en rendre compte.

 

Et indirectement nous sentons un soulagement et un apaisement.

 

C'est le souffle de l'ange sui vient nous donner du courage.

 

Haaiah 

 

http://lestextesdeclara.com/menu.htm

Partager cet article
Repost0
10 juillet 2014 4 10 /07 /juillet /2014 09:22

 

 

0 IMAGE PHILOSOPHIQUE

 

 

Ouvre-toi à la création. Tu es fait à l'image de Dieu. Tu as cette capacité de libérer ton esprit et imaginer des choses qui peuvent façonner d'engouement et pourvoir à ton équilibre. Et même dans des moments rudes d'épreuves, ne te laisse point aller à la tristesse et au découragement. Car tu es à même d’imaginer des outils, des chemins et des œuvres positifs, pouvant t'élever toi et tes semblables. Et cet élan ouvre pour toi des portes inimaginables.

 

ARCHANGEGABRIEL.wix.com

Partager cet article
Repost0
8 juillet 2014 2 08 /07 /juillet /2014 08:13

 

 

00 POUR TEXTE ANCIEN nicole charest

 

Ceux que la vie a blessés et blesse à tout instant peuvent se demander :

« Comment puis-je donner pour recevoir? Je n'ai rien. »


Or, nous pouvons donner ce que nous n'avons pas.


Vous êtes malade? Mais qui vous empêche d’envoyer des pensées créatrices de santé à tous ceux à qui vous pensez, à tous ceux que vous rencontrez ? Vous êtes pauvre ? Souhaitez l’abondance à tous les êtres. Vous êtes mal aimé ? Donnez à chacun en particulier et au monde entier de vivantes pensées d’amour. Vous vivez dans un milieu où tout n’est que querelles et mauvaise volonté ? Émettez sans arrêt des ondes de paix, des ondes harmonieuses.

 

 
 

 

Chacune de vos pensées rejoindra le grand patrimoine de vie, de plénitude de tous les biens. Vous mettrez en action des forces vibrantes et pures, d’une efficacité toute-puissante, qui se propageront en ondes, et vous reviendront. Et vous constaterez, un jour, que certains éléments nouveaux se seront insinués dans votre propre existence.


Vous commencerez par vous sentir plus calme, mieux portant, plus joyeux ; vos affaires sembleront plus prospères, jusqu’au moment où les pensées de bonheur que vous aurez émises se réaliseront pour vous par des détours insoupçonnés, dont vous ne pouvez prévoir l’ampleur dans l’état où vous êtes actuellement. C’est la « loi du retour » sous sa forme la plus magnifique.
— Marcelle Auclair (Petites douceurs pour le cœur, p. 35)

 

http://www.lapetitedouceur.org/article-21806807.html

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : cheminphilosophique
  • : Je suis passionnée de philosophie, je partage avec vous ces textes et citations qui font partie de moi.
  • Contact

Bienvenue sur mon blog!

Entrer chez moi, c'est découvrir mes idéaux, mes créations personnelles et d'autres thèmes qui me passionnent.
 

Bonne visite !

 

 

Ce blog a été créé le 22-08-2010 par mon adorable petit-fils Maxime


 

1 NOUVELLE SEPARATION

 

***

hobbies

 

  compteur pour blog