Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
12 mars 2014 3 12 /03 /mars /2014 10:10

00 LOGO PETITE DOUCEUR DU COEUR

Il y a certains jours où il est plus difficile de croire à la joie et au bonheur.


On dirait alors que tous les efforts passés pour réorienter notre vie n’ont servi à rien.


Nous croyons fermement que nous avons tout essayé en vain.

 

Quand nous nous trouvons ainsi aux portes du désespoir, accordons-nous du repos.

Physiquement, si possible.

Sinon, recueillons-nous quelques instants et déposons notre fardeau. Nous ne sommes pas seuls.

Faisons appel à l’invisible.


Guide intérieur, maître de vie, ange gardien, étoile de l’espoir, intelligence et sagesse universelles, voilà autant de noms pour désigner la même présence accueillante et positive dans notre vie.


 

Choisissons l’image qui nous convient le mieux pour rejoindre cette partie de nous qui est intemporelle et qui régit notre vie.

 

 


 

En toute humilité, demandons que nous soient envoyées des réponses ou des personnes qui nous aideront à retrouver la voie.

 Même si c’est difficile, renouvelons notre confiance en la vie. Ensuite, demeurons réceptifs aux réponses.


Peut-être quelqu’un frappera-t-il à notre porte, peut-être le téléphone sonnerat-il, peut-être aurons-nous une intuition que nous suivrons. Gardons vive la flamme de l’espoir.

 

— Recueil de pensées quotidiennes / Magazine 7 jours


| www.lapetitedouceur.org


 

 

Partager cet article

Repost0
10 mars 2014 1 10 /03 /mars /2014 09:12

0 A PROPOS DU DROIT D INGERENCE

 

Régulièrement, l’actualité internationale revient sur le droit d’ingérence, le plus souvent en relation avec une guerre qui oppose un pays agressé à un pays agresseur, une ethnie à une autre, un peuple à une dictature, etc. Face aux massacres, aux tueries et aux tortures, de plus en plus de nations se mobilisent et réagissent, généralement par gouvernements interposés. Il est également de plus en plus fréquent que les populations elles-mêmes manifestent de par le monde pour en appeler à la paix et à la fraternité dans les pays concernés.

 

 

Il n’y a pas si longtemps, on ne faisait pas grand cas des guerres et des dictatures qui sévissaient aux quatre coins de la planète, à moins d’avoir des intérêts économiques ou autres à défendre. La plupart des gens les “regardaient” de loin sans réagir, et les gouvernements évitaient de s’en mêler ouvertement, au motif de l’indépendance et de la souveraineté des pays en souffrance. Certes, ce genre d’attitude est loin d’avoir disparu, mais il faut néanmoins reconnaître que les consciences ont beaucoup évolué et que le sort des peuples opprimés ou en état de guerre ne laisse plus indifférent.

 

 

Comment mettre fin aux massacres causés dans un pays par la guerre ou par l’oppression tyrannique d’un dictateur sur son peuple ? Malheureusement, il n’y a pas de “solution miracle”, d’autant que de tels massacres alimentent la haine, et avec elle le désir de vengeance. En principe, c’est aux belligérants eux-mêmes de trouver un terrain d’entente et de faire cesser les combats, ce qui nécessite un minimum de bonne volonté de part et d’autre. Mais vous savez comme moi qu’elle fait souvent défaut, de sorte qu’une ingérence venue de l’extérieur me semble alors nécessaire pour faire taire les armes et arrêter les tueries, dont on sait qu’elles touchent chaque fois un grand nombre de civils.

 

 

Comme de nombreux Rose-Croix, je suis donc favorable au droit d’ingérence, dès lors que l’on sait pertinemment que la diplomatie ne donnera rien pour mettre fin à une guerre fratricide ou à un génocide, et que le temps ne fera qu’aggraver la situation et multiplier les exactions et les crimes. Naturellement, aucune nation ne doit pouvoir s’arroger d’autorité ce droit et intervenir d’elle-même. Il lui faut pour cela un mandat international. De nos jours, c’est l’O.N.U. qui est censée accorder un tel mandat, mais force est de constater qu’elle est souvent impuissante à le faire en raison de son manque de cohésion et de ses clivages internes. Cette Organisation dite des Nations Unies est encore en proie aux divisions, et ses décisions restent sous l’influence d’intérêts particuliers, corporatifs ou nationaux.

 

De mon point de vue, le droit d’ingérence ne doit pas se limiter à intervenir pour mettre fin à des guerres entre pays et à des conflits internes. Lorsqu’il est avéré que des dirigeants ou des gouvernements spolient financièrement leur peuple, au point d’être responsables de son état de misère et de sa précarité, un mandat international devrait permettre d’agir pour y mettre fin et réintroduire dans l’économie du pays l’argent et les biens dont il a été injustement privé. Malheureusement, là encore, des intérêts multiples et variés font que les usurpateurs peuvent encore agir en toute impunité. Cela étant, je pense que les temps ne sont pas si loin où cela ne leur sera plus possible et où l’ingérence, mieux qu’un droit, sera considérée comme un devoir.

 

Serge Toussaint

Grand Maître de l’Ordre de la Rose-Croix

 

http://www.blog-rose-croix.fr/a-propos-du-droit-dingerence/

 

 

Partager cet article

Repost0
8 mars 2014 6 08 /03 /mars /2014 08:50

0 FEMME SUPERBE PAPILLONS

 

Tout être ressent le besoin de bonheur. C’est un appel de notre Âme, un souvenir inconscient de la Vérité de notre Être. Selon la personnalité nous allons rechercher le bonheur en essayant de combler nos manques. Cependant même si nous avons des biens matériels, sans l’amour, nous n’avons pas le bonheur. Même le fait de rechercher le pouvoir ou la gloire, n’est qu’une recherche erronée de l’amour. Nous avons besoin de donner de l’amour et d’en recevoir, à égalité, afin d’être épanoui dans notre vie.

 

Dans cette quête de l’amour, tout au long de notre vie, nous allons vivre bien des péripéties qui ne seront que des exercices de compréhension de qui nous sommes, et, qui est chacun d’entre nous.

 

Tout ce que nous vivons est le reflet de notre état de conscience, des sentiments et pensées qui sont nôtres. Lorsque nous nous incarnons nous avons déjà un long passé derrière nous. Nous descendons dans la matière avec un programme d’études. Ce programme peut être changé à tout instant par notre compréhension des lois qui régissent non seulement notre vie terrestre mais aussi la Vie dans sa globalité.

Prenons un exemple :

 

Une femme ne se sent pas aimée par sa mère. Elle peut toute sa vie, rechercher à recevoir l’amour de cette mère. Elle peut aussi développer une haine, ou une rancœur vis à vis de cette mère. Elle va alors s’autodétruire, par la recherche d’un amour qu’elle ne recevra pas. En fait nous avons les parents qui nous conviennent parfaitement pour ce que nous avons à apprendre. Le comprendre aide à la libération. Cette compréhension, libère et cette libération va permettre de vivre sa vie pleinement. Au cours de nos incarnations, nous prenons des rôles différents, parfois nous sommes le parent, parfois l’enfant, parfois le mari, parfois la maîtresse, etc.

 

Un autre exemple :

Une jeune femme va de déception en déception sentimentale. Elle me raconte toutes ses déconvenues. Cette personne est charmante, intelligente. J’essaie de lui expliquer qu’il faut changer sa façon de penser à elle. Elle ne comprend pas ce que j’essaie de lui expliquer. Elle est persuadée d’être tout à fait positive dans sa pensée puisqu’elle croit, à chaque rencontre, que c’est le grand amour et pourtant l’homme la trompe ou la laisse. Elle me dit qu’adolescente elle n’imaginait pas cela, et qu’elle ne l’a pas attiré par sa pensée. Elle oublie qu’elle est venue pour affronter cette situation bien définie. Le pourquoi de cet exercice appartient à son histoire personnelle. Certains diront qu’il faudrait remonter à ses vies antérieures pour comprendre le pourquoi. Cela est parfois ardu, voir dangereux. C’est le mental qui fait croire que tout doit passer par sa compréhension. Tout est très bien organisé, nous avons en nous-mêmes toutes les possibilités pour résoudre le problème même si nous sommes amnésiques du passé. Il y a, en chacun de nous, une intelligence infiniment grande qui nous guide avec sagesse, si nous acceptons de lui faire confiance.

 

Pour cette jeune femme, ses échecs sentimentaux se continueront jusqu’à ce qu’elle change ses sentiments et réactions. Il lui est nécessaire de se faire une nouvelle programmation afin qu’elle n’espère plus, mais soit sûre et certaine, qu’un compagnon qui lui correspond tout à fait, lui est destiné et qu’ils vont vivre un amour partagé dans le respect mutuel. Il va lui falloir se libérer des souffrances des blessures affectives qui appartiennent au passé en pratiquant le pardon. Nous attirons ce qui nous correspond. Lorsque nous avons un manque, une souffrance, nous attirons à nous les événements et conditions qui leurs correspondent. Donc changer complètement son état d’être est nécessaire à cette jeune femme.

 

Les exemples pourraient se multiplier. Ce qui est sûr, pour moi, c’est que rien n’arrive au hasard. Tout correspond à nous-mêmes. Pour changer l’extérieur, il nous faut changer à l’intérieur, car l’extérieur est le reflet de l’intérieur. Dans cela il n’est pas question de bien ou de mal, de bon ou de méchant, c’est simplement une loi universelle. Vibratoirement les êtres, les choses, les circonstances ne peuvent être ensemble, que s’ils sont en harmonie vibratoire.


Extrait du livre "L'Alchimie du bonheur - Et si les Licornes existaient"


Auteur :    Mili

Source : MESSAGESRECUS.com

 

http://www.choix-realite.org/6781/lamour-et-le-bonheur

 

 

 

Partager cet article

Repost0
6 mars 2014 4 06 /03 /mars /2014 09:10

00 LOGO PETITE DOUCEUR DU COEUR

 

L’inquiétude est quelque chose que nous connaissons tous et qui apporte un sentiment bien pesant,

voire extrêmement oppressant. Mais à quoi sert-elle cette inquiétude ? À RIEN !

 

 

Non seulement l’inquiétude ne nous protégera pas d’éventuelles difficultés (il arrivera de toute façon ce qui doit arriver,

 et ce n’est pas le fait d’être inquiet ou pas qui changera quoi que ce soit) mais en plus,quand nous sommes dans l’inquiétude,

 nous sommes tellement absorbés par elle que nous ne pouvons

être disponibles à l’instant présent, ce qui nous empêche de profiter des bonnes choses (petites ou grandes) qui surviennent entretemps sur notre route.

 

L’inquiétude arrive lorsque nos pensées nous emmènent vers des projections négatives sur l’avenir.

 

 

On craint de voir arriver un événement fâcheux ou douloureux, mais concrètement, il ne s’agit que d’une illusion, d’une possibilité oui,

 mais absolument pas d’une certitude sur l’avenir.

Ce n’est qu’un scénario possible parmi tellement d’autres envisageables et plus positifs.

 

 

 

Si quelque chose de négatif devait arriver, il sera toujours temps de s’en préoccuper. Il ne sert donc à rien de se tracasser pour quelque chose qui n’existe pas ici et maintenant et qui n’existera sans doute jamais.

 

L’inquiétude n’est pas une fatalité ; c’est à chacun d’agir pour recadrer ses pensées sur ce qui existe vraiment et dire « stop »

lorsque son esprit s’apprête à l’emmener vers un futur imaginaire fort sombre.

Tout est question de discipline intérieure.

 

 Plus on s’entraîne à barrer la route à ces pensées d’inquiétude qui ne font que nous pourrir la vie ; plus vite, on y parvient.

 

 

 Cependant, rien ne se fera contre notre volonté...

Chacun demeure libre de choisir sa route : soit de rester dans l’inquiétude ou de tenter une autre approche pour en sortir.

 

 

  • Laure Zanella / Blog Lavieetc.

     

     

    « Lorsque vous imaginez des scénarios négatifs,

    faites aussi l’effort d’imaginer les autres possibilités,

    incluant les scénarios positifs. »

  •  

     

     www.lapetitedouceur.org 

Partager cet article

Repost0
4 mars 2014 2 04 /03 /mars /2014 08:38

00 A PROPOS DE L ECHEC SCOLAIRE

 

Comme chacun sait, de plus en plus d’enfants sont dits « en échec scolaire ». Est-ce à dire que les élèves d’aujourd’hui sont moins intelligents que ceux d’hier ? Certainement pas. D’une manière générale, ils sont même plus éveillés que ne l’étaient ceux des générations précédentes. Alors, faut-il en déduire que les enseignants actuels sont moins compétents que ne l’étaient leurs aînés ? Non plus, même si nombre d’entre eux considèrent avoir été mal ou insuffisamment formés.

 

 

À quoi donc est dû l’échec scolaire ? Certains évoquent le manque de moyens à l’école ou au collège ; d’autres la maîtrise insuffisante de la langue française chez les enfants concernés ; d’autres encore la précarité socio-familiale… Une autre raison, et non des moindres, est liée au comportement des enfants. Étant de moins en moins bien éduqués par leurs parents, ils manquent de respect, d’obéissance, d’attention, de concentration, de courage, de persévérance, etc. Ceci a deux effets majeurs : 1) les élèves intègrent de plus en plus difficilement ce qui leur est enseigné. 2) les enseignants ont de plus en plus de difficulté à transmettre le savoir. Si on ajoute à cela que les programmes, tout du moins en primaire, ont été à maintes reprises déstructurés dans le contenu et la méthode, on ne peut être surpris que le nombre d’enfants en difficulté soit croissant.

 

 

Aussi contradictoire que cela paraisse, la solution à l’échec scolaire se situe en grande partie dans l’éducation que les parents doivent donner à leurs enfants. S’ils étaient élevés dans le respect des valeurs morales (ou éthiques) les plus élémentaires, ils seraient nécessairement plus réceptifs aux savoirs et aux savoir-faire qui leur sont transmis à l’école. Par ailleurs, les enseignants ne perdraient pas autant de temps et d’énergie à maintenir la discipline, de sorte qu’ils pourraient exprimer pleinement leurs compétences et mieux prendre en compte les élèves en difficulté.

 

 

De nos jours, nombre de parents n’ont plus le sens de l’éducation et se déchargent sur les enseignants pour palier leur carence dans ce domaine. Or, le rôle de ces derniers est avant tout d’instruire, c’est-à-dire de transmettre des connaissances. En France, l’appellation « Éducation Nationale » me semble d’ailleurs inappropriée pour traduire le rôle de l’enseignement. Il serait plus judicieux de parler d’« Instruction Nationale » ou d’« Instruction Scolaire ». Quoi qu’il en soit, la confusion est telle que nombre de parents, non seulement n’assument pas correctement l’éducation de leurs enfants, mais rendent les enseignants responsables des échecs qu’ils rencontrent dans leur scolarité.

 

 

Indépendamment du contenu des programmes et des méthodes employées, qui nécessitent certainement des améliorations et des adaptations, il faudrait introduire des cours d’éthique dans l’instruction scolaire, au même titre qu’il existe des cours d’orthographe, d’arithmétique, d’histoire, etc. Ces cours, officiels, structurés et présentés à tous les élèves comme une matière à part entière, contribueraient à faire que les enfants d’aujourd’hui deviennent plus tard des parents capables d’éduquer correctement leurs enfants, lesquels auraient alors de meilleures chances d’être de bons élèves. Quel paradoxe !

 

 

Serge Toussaint

Grand Maître de l’Ordre de la Rose-Croix

 

 

http://www.blog-rose-croix.fr/a-propos-de-lechec-scolaire/

 

 

Partager cet article

Repost0
1 mars 2014 6 01 /03 /mars /2014 23:00

 

 

0 AMOUR UNIVERSEL

 

Une grand-mère

 

 

Une grand-mère est une femme qui n'a pas d'enfant à elle.


 

C'est pour ça qu'elle aime les enfants des autres.


 

Les grands-mères n'ont rien à faire, elles n'ont qu'à être là.


 

Quand elles nous amènent en promenade, elles marchent lentement

et elles ne disent jamais : "Avance plus vite, dépêche-toi !"


 

En général, elles sont grosses, mais pas trop pour pouvoir attacher nos souliers.


 

Elles savent toujours qu'on a besoin d'un deuxième morceau de gâteau, ou d'un plus gros.


 

Les grands-mères portent des lunettes, et parfois elles peuvent même enlever leurs dents.


 

Elles savent être sourdes quand il le faut, pour ne pas nous gêner

quand nous sommes maladroits et une vraie grand-mère se met en colère en riant.


 

Quand elles nous lisent des histoires, elles ne sautent jamais de bout,

et elles n'ont rien contre si on réclame la même histoire plusieurs fois.


 

Les grands-mères sont les seuls adultes qui ont du temps.

Elles savent faire le geste qui fait du bien quand on a mal.


 

Les grands-mères ne sont pas aussi fragiles qu'elles le disent, même si

elles meurent plus souvent que nous.


 

Tout le monde devrait essayer d'avoir une grand-mère, surtout ceux

qui n'ont pas de PlayStation !


 

 

 

1 POUR TEXTE AMITIE 

 

 

 

Bonne fête,  grand maman !

 

http://www.chezmaya.com/08/gr-mere.htm


 

Partager cet article

Repost0
28 février 2014 5 28 /02 /février /2014 08:22

 

 

00 LA SIMPLICITE

 

C’est toi qui choisis, toi qui grandis, toi qui deviendras de plus en plus simple, y compris dans les rôles qui te plaisent, dans les positions sociales les plus élevées, les plus élémentaires, dans les rencontres qui te nourriront… Car oui, la Simplicité est une nourriture de ton esprit !… Qu’elle te comble et te permettre d’ouvrir toutes les portes !…

 

 

La Lumière t’aime infiniment, Je te le dis tout simplement, comme si de rien n’était… Je suis ton «  JE SUIS » essentiel, et mon amour pour toi te rendra de plus en plus simple, c’est promis… car Oui, Je l’ai promis à ton Être, à ton Centre, au Point Zéro de l’Unique qui t’habite ; sache que Je tiens toutes mes promesses !…

 

 

Voyons maintenant de quelle Simplicité il s’agit d’instaurer en toi… :  Médite un instant sur le sens de la Simplicité, ce qu’elle évoque pour toi, trouve ta justesse de vue, le bon sens et le discernement, vois s’il y a une rectification à apporter, remercie-toi d’être là, rends grâce d’être sur la Terre en tant qu’élève et maître, pour l’instruction que tu en reçois ; dis Oui à tout ce qui vibre en toi et autour de toi, pour laisser le destin de chacun s’accomplir, pour que le tien se libère des tensions et des stress, des colères, injonctions et difficultés, pour que ton instant présent se respecte en tous domaines, que les mentalisations s’émoussent et laissent la place, beaucoup plus de place, à ton Cœur, à l’Amour Universel, à l’Inconditionnel…

 

 

Cet exercice de centrage et de concentration sur le sens de la Simplicité et ce que tu peux mettre en place ou utiliser pour être plus juste avec toi-même, mieux aligné/e aux Lois de l’Univers, te rappelle que tu peux Exister et non Paraître, Exister et non Survivre, Exister et non Exiger, Exister en restant accessible à toutes et tous… C’est là que Je t’attends, Moi ta Lumière, Moi l’Amour… C’est là que tu te ressourceras, au cœur de ton Cœur, au cœur de la Vie… en toute générosité, en toute liberté, en toute simplicité, sans compliquer ton quotidien, pour attirer de belles expériences…

 

 

Souviens-toi que la Simplicité est le reflet de Qui tu es réellement au fond de toi, de Comment tu le manifestes chaque jour… Si tu ressens que tout est compliqué, que des barrières sont devant toi, que des murs s’élèvent, que les autres ne te comprennent pas, peut-être as-tu à devenir plus simple, en tes choix, en tes pensées, en tes perspectives, en ton vocabulaire, en ce que tu véhicules, montres et destines… Peut-être verras-tu les occasions que la Vie ne manquera pas de te présenter ?… Peut-être ressentiras-tu la Simplicité de ton Enfant Intérieur ?… Peut-être comprendras-tu que tout va aller vers le vrai sens de la Fraternité, qui a besoin de relations ouvertes et simples ?… Les relations humaines n’ont de sens que si la Simplicité et l’Authenticité font écho au Cœur qui pense et agit en toute sécurité… Sécurité et Simplicité vont de pair… ; «Sécurité Intérieure », évidemment !…

 

 

Que la Paix s’éveille, se révèle, s’installe de plus en plus souvent en toi, s’adonne à l’expérience de la Simplicité !… Avec Amour… Je veille à cela, Je veillerai à ce que tu deviennes beaucoup plus que tu n’es et crois être actuellement, que tu montres ou démontres, et Je veillerai à te conduire vers l’authentique Simplicité, état de maturité évident et sacré…

 

Paix sur la Terre…. Paix en toutes et tous…

 

 http://lapressegalactique.net/2013/07/10/la-simplicite/

 

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost0
26 février 2014 3 26 /02 /février /2014 08:41

00 LA SIMPLICITE

Ami/e bien-aimé/e, Je viens aujourd’hui évoquer pour toi la Simplicité… Simplicité d’ÊTRE et de FAIRE naturellement, sans te poser mille questions sur ton destin, ton devenir, ta destination ; tes forces vives sont là… La Simplicité t’est demandée en toutes circonstances… Tu t’imposes beaucoup, tu n’éviteras pas les changements ni tes chances de réussir ton chemin, ni même la force de ton esprit… La Simplicité est un état de l’ÊTRE Essentiel, de l’Âme Universelle, elle est un état du Point Zéro de l’Unité, quand tout est apaisé, que le mental s’est tu, quand les interpellations ont cessé leur manège…

 

 

Pour devenir plus simple, il t’est proposé de tout lâcher… Lâcher prise de tes résistances aux changements… Lâcher prise de tes peurs, qui ne te servent pas vraiment, sauf à t’enfermer, te bloquer, te freiner… Lâcher prise de tes manques, qui ne te servent pas non plus, sauf à te montrer qu’il t’est demandé de te ressentir complet ou complète, en accord avec toi-même… Lâcher prise de toutes tes quêtes, de  ces recherches de sens à donner à tes expériences, et qui, parfois, finissent par te submerger…

 

 

Oui, il te faut admettre ton immensité, ton innocence, ton pouvoir d’agir, de choisir, de mener à bien tes œuvres quotidiennes… Oui, il t’est proposé d’admettre ton pouvoir de guérir, de réaliser tes unités, de mettre en place les synergies pensée-parole-acte, puissance-paix-joie, et tant d’autres… Oui, il t’est proposé de comprendre, mais pas de t’imposer des épreuves, pas de quémander les aides célestes ou d’autres personnes, pas de manquer de joie et d’amour… Il t’est seulement proposé de connaître, de co-naître, de reconnaître QUI tu es, en amour, en essentialité d’être, en lumière…

 

 

Il t’est possible de mettre en place de nouveaux éléments, d’attirer de nouvelles circonstances, puisque ta vie est toujours un Mouvement… Tu peux donc admettre ton histoire, pour ce qu’elle est, pas plus, pas moins, ce qui la rendra plus simple et plus soyeuse, plus libre, et dont tu retireras un enseignement servant ton chemin, ton âme, ta voie vers l’unité… N’hésite pas à remercier, pour ce que tu es, pour ce que tu possèdes, pour ce que tu expérimentes… N’hésites pas à rendre grâce pour ce que tu penses valoir, pour ce que tu vois devant toi, pour la beauté de tes sentiments…

 

 

N’hésite pas, non plus, à simplifier ton vocabulaire, pour qu’il soit accessible à tout un chacun, tous ne sont pas des intellectuels formés dans de grandes écoles,  les mots ayant toujours un sens que chacun perçoit selon sa sensibilité et son éducation… Evite, autant que possible, les mots qui donnent à autrui la sensation que tu es intelligent/e ou supérieur/e en connaissances diverses, cela évitera les dévalorisations et les comparaisons… Evite les mots qui semblent pompeux au premier degré des apparences, mais qui  restent creux si l’on gratte un peu les couches de l’égo…

 

 

Ami/e bien-aimé/e, tu as tout le vocabulaire à ta disposition, mais seul, celui du Cœur touchera les cœurs !… Seule, ta Simplicité verra les yeux pétiller de joie de te rencontrer, de te connaître, voire de te reconnaître !…

 

 

La Simplicité est valable en tous domaines, puisqu’elle vient du cœur qui sait, qui pense juste, qui fait au mieux de ses intimes convictions… La Simplicité te ramènera toujours auprès de ton âme, de tes sentiments, de ta foi en la Vie ; elle te mènera vers autrui, que tu comprendras sans même les mots, que tu recevras en toi comme des frères et sœurs d’âme, comme si de rien n’était…

 

 

Essayons ensemble… Le veux-tu ?… Allons mieux définir en toi ce que la Simplicité est…

 

 

Un état d’être… Un état d’accueil de Qui tu es, de Qui sont les autres… Un état de force stable, de force tranquille… Un état qui permet que l’énergie circule facilement entre toi et les autres, entre toi et l’immensité des possibles…

 

 

Suite et fin vendredi matin.

Partager cet article

Repost0
24 février 2014 1 24 /02 /février /2014 10:06

00 A PROPOS DE L ART

 

 

Régulièrement, des expositions d’art dit « moderne » ou « contemporain » sont présentées aux quatre coins du monde, non sans faire l’objet d’une couverture médiatique généralement valorisante, voire dithyrambique. Certes, il est courant de dire que « tous les goûts sont dans la nature », que « les goûts et les couleurs ne se discutent pas », etc., ce qui laisse supposer que chacun a sa conception et sa perception de l’art, ce qui est vrai dans l’absolu.

 

 

 Au risque de paraître étroit d’esprit, rétrograde et que sais-je encore, je pense néanmoins que l’art est un domaine qui multiplie les impostures : des tâches multicolores projetées sur un mur, un point blanc au milieu d’un fond noir, un enchevêtrement d’objets hétéroclites trouvés pour certains dans des poubelles, une montagne informelle de chiffons, des ballets où les danseurs s’exhibent nus, etc., suscitent l’admiration et sont qualifiés d’œuvres artistiques. Que dire également du prix auquel certaines peintures et sculptures sont vendues et achetées ?

 

 

 Je pense que la fonction première de l’art, quel qu’en soit le support, est d’exprimer la beauté et son corollaire : l’harmonie. Dès lors que l’on doit réfléchir pour comprendre le « message » que l’artiste a voulu transmettre à travers sa peinture, sa sculpture, sa musique, etc., on est davantage dans le domaine de la spéculation intellectuelle que du sentiment artistique. De mon point de vue, l’art ne saurait se réduire à la fantaisie, au culot, et encore moins à la provocation. Or, l’intellectualisme, le snobisme, l’anticonformisme, le mercantilisme, etc., l’ont beaucoup dénaturé, tant dans le fond que dans la forme.

 

 Ces quelques réflexions n’ont pas pour but de critiquer l’art contemporain ou moderne en tant que tendances ou courants artistiques, car ils ont donné lieu à d’authentiques chefs d’œuvres. De son côté, l’art dit « classique » n’est pas non plus exempt d’impostures. Et d’ailleurs, est-il judicieux de parler d’art classique, d’art contemporain, d’art moderne ou autre ? Ne faudrait-il pas parler d’art, tout simplement, et le mettre véritablement au service de la beauté et de l’harmonie, lesquelles sont intemporelles et universelles ?

 

 

 

 Dans la plupart des livres de référence, l’art est défini comme étant « l’expression d’un idéal esthétique et l’ensemble des activités créatrices visant à cette expression ». Or, le mot « esthétique » signifie littéralement « science du beau ». Cela veut dire que l’art, par définition, est l’activité qui consiste à exprimer la beauté à travers différents vecteurs, parmi lesquels la musique, la peinture, la sculpture, la danse, etc. Pour reprendre l’expression de Joséphin Péladan, qui fut l’organisateur des Salons de la Rose-Croix tenus à Paris en 1892, il présuppose le désir d’accomplir un « geste esthétique ». Je pense que nous nous sommes beaucoup éloignés de cet idéal. Mais il n’est pas trop tard pour lui (re)donner tout son sens et toute sa valeur…

 

 

 Serge Toussaint

Grand Maître de l’Ordre de la Rose-Croix

 

 

http://www.blog-rose-croix.fr/a-propos-de-lart/

 

 

 

Partager cet article

Repost0
22 février 2014 6 22 /02 /février /2014 08:39

 


 

00 LOGO PETITE DOUCEUR DU COEUR

 

Vous arrive-t-il de prier le ciel pour obtenir un miracle, d’implorer Dieu, les anges, l’Univers entier pour faire advenir LA solution parfaite à un problème particulier ? Qu’il s’agisse d’une maladie grave, d’un souci financier, d’un conflit avec une personne chère à vos yeux ou de toute autre difficulté existentielle, le réflexe bien humain n’est-il pas de se tourner vers une force plus grande que la sienne ?

 

 

Vous le savez maintenant, le négatif attire le négatif et le manque attire le manque. Bien souvent, lorsque vous en venez à demander qu’un miracle survienne, c’est parce que vous êtes vous-même désespéré. Vous sentez que vous avez tout essayé et que vous devenez de plus en plus démuni, impuissant, angoissé ou anéanti par la situation « extérieure » qui vous oppresse. Le sentiment de « vide intérieur » que vous ressentez alors finit par vous inciter à demander de l’aide : d’abord autour de vous, si possible, puis auprès d’« instances supérieures »…

 

 

Plus l’urgence est grande, plus le miracle demandé est important… et tarde à venir. Pourquoi ? Parce que toute votre attention est focalisée sur la souffrance ressentie et non sur l’occasion qui vous est offerte de faire émerger votre magie intérieure, de mettre votre âme à contribution et de vous abandonner à la puissance miraculeuse qui VOUS habite. Dans le langage des oiseaux, la magie ne pourrait-elle pas se dire aussi l’âme agit ?

 

 

Et si la solution se trouvait à l’intérieur de vous plutôt qu’à l’extérieur ? Que le vrai miracle ne consistait pas nécessairement à résoudre votre problème « imminent » (des difficultés, vous en affronterez tous les jours !) mais bien à retrouver l’attitude positive qui attirera à vous les meilleures solutions (réponses, ressources, soins, etc.) en tout temps ?

 

 

Laisser la magie s’installer, laisser agir son âme, c’est faire confiance que tout arrive pour le mieux et qu’il ne sert donc à rien de s’inquiéter pour quoi que ce soit dans l’immédiat. De la même façon que lorsque la tempête fait rage sur l’océan, les profondeurs de la mer demeurent imperturbables – les poissons vaquent à leurs occupations comme si de rien n’était – vous avez la possibilité de plonger en vous-même pour retrouver la paix et la sérénité auxquelles vous aspirez : il vous suffit de « lâcher prise ».

 

 

Lâcher prise, c’est prendre le temps de considérer tous les miracles déjà présents dans votre vie, apprécier toutes les personnes merveilleuses qui vous entourent et éprouver de la gratitude pour tous les petits bonheurs qui donnent un sens à votre existence. La joie attire la joie. Plus vous vous appliquez à voir la magie à l’œuvre dans votre quotidien, plus vous attirerez, tel un aimant, des moments magiques : des solutions apparaissent comme par « enchantement », des personnes croisent votre route pour votre plus grand bonheur, des possibilités auxquelles vous n’auriez jamais osé rêver arrivent…

 

 

Source : Dre Diane LeBlanc, Tout va mal ? Tant mieux ! Le Dauphin blanc, 2013, pp 171-174

 

http://www.lapetitedouceur.org/article-miracle-ou-lacher-prise-122328384.html


 

 

 

 

 

 

 

 


 

 

Partager cet article

Repost0

Présentation

  • : cheminphilosophique
  • : Je suis passionnée de philosophie, je partage avec vous ces textes et citations qui font partie de moi.
  • Contact

Bienvenue sur mon blog!

Entrer chez moi, c'est découvrir mes idéaux, mes créations personnelles et d'autres thèmes qui me passionnent.
 

Bonne visite !

 

 

Ce blog a été créé le 22-08-2010 par mon adorable petit-fils Maxime


 

1 NOUVELLE SEPARATION

 

***

hobbies

 

  compteur pour blog