Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
9 novembre 2014 7 09 /11 /novembre /2014 09:35

À propos du bonheur

 

 

 

Sauf exception due généralement à des troubles psychologiques ou à des désordres mentaux, tous les êtres humains aspirent au bonheur, et ce, indépendamment de leur race, de leur nationalité, de leur culture, de leur religion s’ils en suivent une, etc. Cette aspiration semble innée en eux et les pousse à vivre et même à survivre, et ce, en dépit des difficultés, des vicissitudes et des épreuves de l’existence. En cela, le bonheur est indissociable de l’espoir, d’où l’adage « l’espoir fait vivre ».

 

 

Quoi qu’il en soit, il n’existe aucune “recette miracle“ pour connaître le bonheur. Cela dit, certains facteurs y contribuent : être en bonne santé, disposer d’un certain confort matériel, avoir suffisamment d’argent, aimer et être aimé, exercer une profession qui plaît, avoir une passion, se sentir utile aux autres, avoir des projets, etc., sont autant de conditions qui contribuent à rendre heureux. Il est à noter que leur ordre de priorité varie d’un individu à l’autre, car chacun diffère de par sa personnalité, son caractère, son tempérament et l’idée qu’il se fait de la vie en général.

 

 

Comme le montre la vie courante, il y a de nombreuses personnes qui ont la chance de réunir la plupart des conditions précitées et qui, pourtant, ne sont pas vraiment heureuses. Or, on constate qu’elles sont généralement athées, ce qui est naturellement leur droit, et qu’elles cherchent le bonheur dans les plaisirs purement matériels. De mon point de vue, elles ne le trouveront jamais, car l’être humain ne se limite pas à un corps physique doté d’une conscience cérébrale. Il possède également une âme qui aspire à des joies plus subtiles, de nature spirituelle.

 


À l’inverse, une personne qui se consacre uniquement à la spiritualité, au point de rejeter les plaisirs terrestres et de vivre en marge de la société, ne peut pas non plus être vraiment heureuse. Qu’elle en ait conscience ou non, il manque une dimension à sa vie, de sorte qu’une partie d’elle-même est insatisfaite. Vu sous cet angle, le bonheur réside dans un équilibre aussi parfait que possible entre ce qui contribue au bien-être du corps et ce qui contribue au bien-être de l’âme. Tel est d’ailleurs le fondement de la philosophie rosicrucienne, telle que les membres de l’A.M.O.R.C. s’efforcent de la vivre au quotidien.

 

 

Est-ce à dire qu’un bon équilibre entre le matériel et le spirituel est un gage de bonheur permanent ? Malheureusement, non. En effet, aucun être humain n’est à l’abri des difficultés et des épreuves inhérentes au monde terrestre. Aussi favorables que puissent être nos conditions de vie, il est donc impossible d’être heureux en permanence. En fait, nous ne pouvons que connaître des moments de bonheur, dont il faut profiter pleinement et qui sont autant de plaisirs et de joies qui nous font aimer la vie.

 

 

 

Serge Toussaint

Grand Maître de l’Ordre de la Rose-Croix

 

 

http://www.blog-rose-croix.fr/a-propos-du-bonheur/

 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
7 novembre 2014 5 07 /11 /novembre /2014 08:57

 

En fait cet autre fait partie de toi, tu es Un. Apprendre à aimer cette part de soi, celui qui se laisse influencer, se laisse déranger, se laisse émouvoir, se laisse prendre au jeu.

 

Car avant tout ceci est un jeu, afin de bien comprendre l'autre soi, celui qui ne juge pas, qui ne condamne pas, qui élève, qui guérit, qui unifie, qui transcende TOUT au nom de l'Amour. Il est important d'aimer cette personnalité, cet Ego, car en sa présence, cela te permet de faire émerger la plus grande manifestation et concrétisation de la lumière, l'Amour véritable, l'amour pur, l'amour absolu.

 

Tu te rends compte qu'il est facile de l'aimer car tu sais maintenant que tout était un jeu pour juste faire émerger ta vraie nature divine, l'amour. Juste Être Amour.

 

Parole de Raphaël Juste Être-Amour


http://www.choix-realite.org/7357/apprend-a-aimer-cet-autre-toi

 

             0 NOUVELLE BARRE SEPARATION     

         

Le collier

         

Au fond d’un lac clair comme du cristal se trouvait un collier. Tout le monde pouvait le voir et nombreux étaient ceux qui plongeaient pour essayer de le prendre. Mais jamais personne n’y arrivait. Dès que quelqu’un arrivait au fond, le collier disparaissait. Pourtant, du bord du lac, on voyait très bien le bijou!

 


Un jour comme le maître passait par là, les gens lui demandèrent conseil. Il regarda dans l’eau et dit : « Le collier n’est pas au fond du lac. Ce que vous voyez n’en est que le reflet. » Les gens hochèrent la tête mais n’en étaient pas si sûrs.

Le maître leur montra sur la rive, un arbre dont les branches se penchaient au dessus de l’eau. A l’une des branches brillait un magnifique collier. Un oiseau l’avait trouvé en l’avait ensuite laissé là. Le maître leur dit encore ces mots:

 


« Comme vous ne dirigez pas votre regard vers le haut, vous ne voyez que le reflet de ce qui est au dessus de vous.

La vérité est toute proche, facile à atteindre. Ne vous laissez pas duper par ses reflets dans la matière qui ne sont qu’une illusion. Ouvrez plutôt les yeux et réveillez-vous. »

 

http://www.parolesdesagesse.fr/histoires-sensees/p002125/contes/le_collier

 

 

 


Partager cet article
Repost0
5 novembre 2014 3 05 /11 /novembre /2014 09:48

 

 

 

 

 

Tout est perfection, c'est juste que nous l'avons oublié. À chacun de nous de se rappeler notre véritable essence divine, là où tout est amour et lumière dans la globalité de notre être. Tout est la création de l'Esprit, tout est perfection, tout est lumière. Ne pas le reconnaître, c'est vivre la dualité avec son propre Esprit.

 

 

 

 

 

Ainsi, l'être, l'âme fait son apprentissage dans le temple de l'Esprit de l'un à percevoir son propre reflet. Seul la sagesse lui permettra de transcender sa propre dualité, en fait il n'y a que l'Unité et l'Amour absolu. Percevoir autre choses, c'est voir la confusion dans l'Esprit, là où l'âme apprend à se libérer des illusions de la dualité, du bien ou du mal pour enfin vivre l'Unité dans l'Amour Absolu.

 

 

 

 

 

N'oublions pas qu'un corps sain dans un Esprit Saint est signe que l'Âme a retrouvé son Unité et que son temple, brille de la présence de l'Esprit de l'Un. Posez-vous cette question : Qu'Est-ce qu'il y a en dedans et en dehors de mon être ? Réponse : juste la lumière de l'Unité et de l'Amour absolu. Tout est lumière et Amour. Ne pas le reconnaître, c'est incarner la matière pour vivre l'apprentissage afin de faire son évolution pour atteindre la compréhension, la connaissance requise pour prendre conscience que tout est Un et lumière, que tout est amour.

 

 

 

 

 

 Ainsi, l'âme dans sa quête, apprend à se découvrir dans la matière, là où tout se vit dans l'ici et maintenant, passé, présent et futur ne sont qu'un moyen pour l'âme d'évoluer, car ainsi tout est orchestré pour vivre le parfait éveil sur sa véritable vérité qui est Lumière et Amour.

 

Par Raphaël Juste Être

 

 

 

 

 

Juste Être Ouvrez votre Cœur et gratitude et merci de votre contribution volontaire, tout Don est apprécié sur justeetre.blogspot.ca, cela fait plaisir de donner comme c'est un plaisir de recevoir. Un geste d'amour c'est se donner de l'amour à soi.

 

 

 

 

 

Juste Être dans la lumière de l'Un, tout et chacun évoluant tous ensemble dans le même vaisseau Père/Mère. Tu peux diffuser et ou partager tous mes textes, sans les couper ni les modifier. Je te demande juste de citer le nom de l'auteur Raphaël Juste Être Votre texte pour le lien ci...https://www.facebook.com/justeetre Prendre note que tous les messages de Raphaël Juste Être sont gratuits, un don de soi, un don du cœur...

 

 

Vivez l'Unité, l'Éveil, découvrir la lumière qui libère de la dualité. Bonjour à tous et à toutes, pour ceux et celles qui ont besoin d'aide, d'être écoutés, accompagnés et soutenus dans leur cheminement personnel et spirituel. justeetre@hotmail.com

 

 

 

Auteur : Raphaël Juste Être/régis Violette

 

 

 

http://www.choix-realite.org/7252/lumiere-et-amour-par-raphael-juste-etre

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
3 novembre 2014 1 03 /11 /novembre /2014 09:14

00 LOGO PETITE DOUCEUR DU COEUR

 

C’est le soir de l’existence. Mais quand on y songe bien, vieillir, c’est aussi beau que naître. C’est même plus riche que naître. Naître, ce n’est qu’une promesse tandis que vieillir, c’est un accomplissement.

 

 

La vieillesse est la saison des récoltes, des moissons dorées et des blés mûrs. Si bien qu’on peut dire sans se tromper que les feux du soleil couchant sont aussi beaux que ceux du soleil levant.

 

 

D’autant plus que ce sont eux qui éclairent nos derniers pas sur la terre. C’est dans leur lueur qu’apparaît notre dernière vérité. Les dernières lumières du soleil couchant sont les premiers rayons de l’éternité. Et quand elles se projettent sur les dernières années de notre vie, alors on devient sage et on cesse d’être acteurs...

 

 

Nous cessons d’être des personnages de la « comédie aux cent actes divers » qu’est la vie, pour redevenir des personnes. Des personnes responsables de la qualité de leur fin de route. Des personnes mises en face de leur devoir terminal. Des personnes dont le dernier défi sur la terre est de transformer leur déclin physique en croissance morale.

 

 

Vieillir, c’est voir le monde par l’autre bout de la vie. Et alors, les perspectives ne sont plus les mêmes. Car à mesure qu’on s’approche de « l’autre monde», on se détache peu à peu des intérêts terrestres pour investir dans les valeurs éternelles. Celles qui, seules, peuvent combler l’immensité de notre espérance.

 

 

 — Doris Lussier (Petites douceurs pour le cœur, p. 94)

 

 

http://www.lapetitedouceur.org/article-21793516.html

 

 

 

Partager cet article
Repost0
1 novembre 2014 6 01 /11 /novembre /2014 09:04

Appel des Rose-Croix à la non-violence

 

À tous les hommes et toutes les femmes de bonne volonté

 

 

Comme chacun sait, nous vivons dans une société de plus en plus violente, et le nombre d’assassinats, de crimes et d’agressions en tous genres ne cesse d’augmenter, avec son lot de victimes et de familles meurtries. Pris dans la tourmente, les écoles, les collèges, les lycées, les facultés et les universités, qui par nature devraient être des lieux paisibles et sécurisants, sont désormais le théâtre d’une violence quasi quotidienne, qui va du harcèlement au crime, en passant par le racket.

 

 

Malgré l’évidence du constat, certains idéologues continuent à dire que la société actuelle n’est pas plus violente qu’il y a quelques décennies, et que si elle semble l’être, c’est uniquement parce que les médias la mettent en exergue et l’utilisent pour alimenter leurs chroniques, sachant qu’elle est malheureusement un pôle d’intérêt plus ou moins morbide pour de nombreux lecteurs, auditeurs, téléspectateurs et internautes. De mon point de vue, cette vision des choses est erronée et s’apparente au mieux à une forme d’angélisme, au pire à une forme de complaisance irresponsable.

 

 

Face à cette montée généralisée de la violence, beaucoup de personnes s’interrogent sur les causes de cette situation à la fois dramatique et préoccupante. Nombre de raisons consensuelles sont évoquées, tant par les “citoyens de base” que par les “élites” : chômage, misère sociale, sentiment de frustration, impression d’insécurité, échec scolaire, etc. Certes, ce sont là des facteurs générateurs de violence, mais je pense que sa cause majeure réside dans la violence elle-même, telle qu’elle est exaltée à la télévision, au cinéma, sur internet et à travers les jeux vidéo.

 

 

Certains psychologues prétendent que la violence qui s’exprime à travers les films et les jeux vidéo est utile, en ce sens qu’elle permettrait aux personnes qui les regardent ou les utilisent d’exprimer et d’exorciser la violence que tout être humain possède à l’état latent, leur évitant ainsi de passer à l’acte. En ce qui me concerne, il est évident que cette violence virtuelle ne fait qu’entretenir, développer et banaliser celle qui sévit dans la société, à tel point que certains crimes et délits s’inspirent de scènes vues sur le “petit” ou le “grand” écran. Prétendre qu’elle sert d’exutoire est un non-sens absolu.

 

 

Pour éradiquer la violence, il ne suffit pas de lutter contre les inégalités, les discriminations, les frustrations, les échecs, etc. Il faut également faire en sorte qu’elle ne soit plus aussi présente dans les films et autres supports audio et vidéo. Certes, nul n’est obligé de regarder ce genre de films ou de s’adonner à des jeux violents, mais dès lors qu’ils sont proposés au grand public, on doit bien se douter que des milliers, voire des millions de personnes (adultes, adolescents et enfants) le feront, avec tout ce qui en résulte de négatif pour eux-mêmes et la société en général.

 

 

Que faire pour que la violence soit moins présente à la télévision et au cinéma ? L’idéal serait que les programmateurs, les producteurs, les réalisateurs, les acteurs et autres personnes impliquées prennent conscience qu’ils contribuent à l’exalter et à la banaliser, et que chacun d’eux cesse de le faire à son niveau. Hélas, la violence est devenue un produit marketing qui profite financièrement à tous ceux qui la mettent en scène. Pour qu’elle disparaisse des écrans, il faut donc faire en sorte qu’elle soit moins “consommée”, notamment par les jeunes. Cela pose naturellement tout le problème de l’éducation.

 

 

Les choses étant ce qu’elles sont, force est de constater que la violence est devenue une culture qui s’étend désormais à tous les pays et tous les milieux sociaux. Fondée sur la loi du plus fort ou du plus puissant, elle prend des formes diverses et s’attaque aussi bien aux corps qu’aux esprits. Qu’elle soit physique ou psychologique, elle est plus que jamais une atteinte à la dignité et à l’intégrité de la personne humaine. Tel un cancer, elle ronge le corps social et l’affaiblit, non sans provoquer des tensions et des réactions sécuritaires préjudiciables au « Vivre ensemble».

 

 

Pour mettre un terme à cette culture de la violence, il n’y a pas d’autre solution que de promouvoir une culture de la non-violence, ce à quoi les Rose-Croix se sont toujours consacrés depuis leur émergence au XVIIe siècle. Et quoi qu’on en dise, c’est avant tout aux parents de le faire. Certes, les enseignants doivent également se sentir concernés, mais leur rôle premier est d’instruire et non pas d’éduquer. Si l’on se décharge autant sur eux pour assumer l’éducation des enfants et des adolescents, c’est malheureusement parce que nombre de parents ont démissionné dans ce domaine ou n’ont plus les repères voulus.

 

 

Par définition, l’instruction consiste à transmettre des connaissances en vue de contribuer à la culture générale des enfants, puis à préparer les adolescents à entrer dans le monde professionnel. Quant à l’éducation, elle a pour but de leur inculquer des valeurs civiques et éthiques, pour ne pas dire morales, et à travers elles le respect que l’on doit manifester aux autres, que ce soit dans le cadre familial, dans le milieu scolaire, ou dans l’environnement social. Parmi ces valeurs, il y a notamment ces qualités que sont la patience, le courage, la tolérance, l’honnêteté, la générosité, et naturellement la non-violence.

 

 

Pour inculquer la non-violence à leurs enfants, la première chose à faire pour les parents consiste à leur donner l’exemple d’un comportement non-violent, tant au sein de la cellule familiale qu’à l’égard des personnes qu’ils côtoient ou rencontrent dans leur vie sociale. Cela suppose pour eux de se montrer aussi calmes et paisibles que possible au quotidien, et de s’évertuer à réagir tout aussi calmement et paisiblement en cas de provocation, voire même d’agression. Certes, cela nécessite, sinon une certaine maîtrise de soi, du moins la volonté de se maîtriser lorsque cela est nécessaire. Mais l’enjeu n’en vaut-il pas la peine ?

 

 

Donner l’exemple d’un comportement non-violent ne suffit pas pour éveiller les enfants à la non-violence. Il faut aussi que les parents, et les adultes en général, condamnent la violence sous toutes ses formes, y compris verbale et écrite, comme c’est le cas à travers les “réseaux sociaux”. Il faut également qu’ils ne la cautionnent pas. Compte tenu de ce que j’ai dit précédemment au sujet des films violents, cela implique qu’ils ne laissent pas leurs enfants les regarder, mais qu’eux-mêmes ne les regardent pas. Dans le même ordre d’idée, cela suppose qu’ils ne se livrent pas à des activités violentes, et dissuadent leurs enfants de le faire.

 

 

Puisque la violence est un vecteur de désagrégation sociale, et puisque la non-violence fait partie des vertus que l’éducation devrait inculquer, permettez-moi de rappeler les paroles de Platon, à l’aube du déclin de la civilisation grecque : « Lorsque les pères s’habituent à laisser faire les enfants, lorsque les fils ne tiennent plus compte de leurs paroles, lorsque les maîtres tremblent devant leurs élèves et préfèrent les flatter, lorsque finalement les jeunes méprisent les lois parce qu’ils ne reconnaissent plus au-dessus d’eux l’autorité de rien ni de personne, alors, c’est là en toute beauté et en toute jeunesse le début de la tyrannie. »

 

 

Comme c’était le cas pour les idées exprimées dans l’« Appel à la tolérance » lancé le 1er septembre 2010, toujours en ligne sur ce blog, celles que je viens de partager avec vous doivent sembler évidentes à la plupart d’entre vous. Néanmoins, si vous voulez les soutenir plus ouvertement, je vous propose d’inscrire vos nom et prénom à la suite de cet « Appel à la non-violence », et éventuellement la ville et le pays où vous résidez. Si vous connaissez des personnes susceptibles d’y adhérer, n’hésitez pas à le leur faire connaître. Comme vous l’aurez compris, le but de cet Appel est d’exprimer notre désir de contribuer individuellement et collectivement à l’avènement d’une culture de la non-violence, condition pour que la société s’apaise et se régénère, dans l’intérêt de tous et de chacun.

 

Avec mes meilleures pensées.

 

Fraternellement.

 

Serge Toussaint

Grand Maître de l’Ordre de la Rose-Croix

 

 

 

ENGAGEMENT INDIVIDUEL

 

Conscient de la nécessité d’œuvrer à l’avènement d’une culture de la non-violence, je m’engage, vis-à-vis de moi-même, à faire tout mon possible pour éviter toute violence dans mon comportement et ne pas la cautionner, sous quelque forme que ce soit.

 

 

Demander son inscription sur la Liste :

http://www.blog-rose-croix.fr/20110630appel-a-la-non-violence/

 

 

 

 


Partager cet article
Repost0
30 octobre 2014 4 30 /10 /octobre /2014 09:16

Photo

 

 

 

Le Silence est notre véritable nature. Ce que nous sommes fondamentalement n’est que Silence, libre d’un commencement et d’une fin. Il fut avant le commencement de toute chose. Sans cause, sa grandeur est son existence même. Silence, origine de tout objet, lumière qui donne aux objets aspect et forme.


 Tout mouvement, toute activité est harmonisée par le Silence.


 Silence sans opposition au bruit, au-delà du positif et du négatif.


 Dissolution de toute objet, sans relation avec aucune expression mentale, silence libre à jamais du mental.


 Jamais défini, mais ressenti car plus proche que le plus proche.


 Le Silence est liberté sans restriction ni centre; il est notre totalité, ni à l’intérieur ni à l’extérieur du corps.


 Le Silence est joie, non plaisir; il n’est pas psychologique, senti sans quelqu’un qui sent, sans intermédiaire.


 Sacré, Grâce salutaire, sans peur. Toute autonomie comme l’Amour et la Beauté, intouchable par le temps. Méditation libre de toute intention, libre d’un méditant. Absence de soi, Silence, Absence de l’Absence.


Le son qui vient du Silence est Musique.


 Toute activité est créative lorsqu’elle vient du Silence.


 Il est constamment un nouveau commencement.


 Le Silence précède la parole et la poésie, la musique et tout art.

 Le Silence est l’origine de toute activité créatrice.

 Ce qui crée vraiment dans le monde, c’est la vérité.

 Le Silence est le monde. Le Silence est Vérité.


 Celui qui est établi dans le Silence vit dans une offrande constante, une prière sans demande, remerciement, amour permanent.

 

 Jean Klein

 

http://www.porteurdeflambeau.com/blogue

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
28 octobre 2014 2 28 /10 /octobre /2014 09:15

00 JESUS NOUVEAU

 

Pour les gens de bonne volonté, il y aura un endroit qui n'est pas l'astral supérieur mais qui est très beau.

Pour les gens qui ont beaucoup à nettoyer au niveau émotionnel, on peut envisager le plan du purgatoire dans le sens disons de moments difficiles à vivre à cause de l'état émotionnel négatif mais non pas à cause d'une punition quelconque. Mais pour ces gens là, il y a une aide dans le plan astral ; ils ne sont pas tout seul. En général, ils se sentent tous seuls parce qu'ils se mettent eux même tous seuls. Ils se coupent de tout amour, de toute ouverture, de toute sensibilité alors ils souffrent de leur propres émotions mais il y a toujours des êtres de lumière dans l'astral, que ce soit le bas astral ou le haut astral pour aider les décédés. Mais si celui-ci ne veut rien savoir, il va rester dans ses souffrances. Mais s'il est ouvert et qu'il regarde un peu vers le haut, il va voir des êtres de lumière qui vont l'accompagner pour se guérir, se dégager, travailler intérieurement et affiner ses émotions. Tous les gens que l'on a aimés et qui sont encore dans le plan astral viennent nous accueillir. Donc, quand on quitte notre corps physique, (ils le savent en haut), on naît dans le plan astral qui est le plan des désirs donc on va être en mesure de réaliser tous nos désirs. Ils doivent être satisfaits jusqu'à épuisement de ceux-ci toujours dans le plan astral, c'est comme une réplique du plan physique reconstruit par la pensée mais beaucoup plus lumineux, et il y a différents stades et il y a l'astral très très supérieur où des êtres résident là et qui permettent aux gens qui sont dans l'astral de s'instruire. Alors, quand on est dans l'astral, on peut comme dans le plan physique continuer à s'instruire et a faire des choses intéressantes ou bien ne rien faire du tout et satisfaire ses désirs en créant par la pensée, cela dépend de notre état de conscience.

 

 

Alors, y a t-il une forme physique dans le plan astral?

Effectivement, quand on quitte notre corps physique éthérique, notre corps astral qui lorsque nous étions incarnés n'était qu'une ovale, hé bien par nos formes pensées, le corps astral prend la forme de notre corps physique. On peut même se rajeunir, on peut créer par la pensée, on est encore dans le monde de l'illusion. Dans le plan astral, il va y avoir toutes sortes de gens avec toutes sortes de niveaux de conscience comme dans le monde physique .Lorsque l'âme en a assez du plan astral, elle va mourir dans le plan astral pour renaître dans le plan mental. L'astral va faire la même chose que notre plan physique, retourner à l'astral universel. (Émotions,....)

 

 

CORPS MENTAL :

Il nous reste juste le système de pensées, on n'a plus d'émotions. Dans le plan astral, on fait une rétrospective aussi, toutes les émotions positives, tout le bien que l'on a fait autour de nous.

Cela nous rend la vie bien agréable dans ce plan et inversement. On emporte tout notre émotionnel dans le plan astral et à un moment donné on quitte ça et on arrive dans le monde de la pensée. Il y a une analyse de l'ensemble de ce que la personnalité a pu apprendre jusqu'à présent et ce qu'elle n'a pas encore assimilé. Une fois le bilan fait, elle décide de renvoyer de la lumière dans le plan physique pour reconstruire une autre personnalité. Ce n'est pas notre âme, c'est l'âme. Elle se construit différentes personnalités à travers le plan physique pour évoluer elle même mais nos corps du moment ne sont qu'une personnalité que l'âme veut affiner malgré que nous existons bien réellement.

 

 

L'âme a décidé de faire l'union entre l'esprit et la matière pour faire la conscience. Donc l'âme va faire le bilan de ce qu'elle a comme atomes permanents et elle regarde le temps approprié pour descendre un véhicule qui va posséder toute l'information des atomes permanents qu'elle a et créer une nouvelle personnalité. Notre ego disparaît et meurt à jamais, ce qui veut dire que si l'on s'identifie à une conscience plus grande, on est immortel.

 


L'incarnation suivante n'a presque rien à voir avec nous, elle a un peu à voir dans le sens que nos atomes permanents vont jouer dans le choix des matériaux pour construire la nouvelle personnalité.

 

 

Cela se passe comment?

L'âme envoie son énergie dans le monde mental et là elle va attirer à elle l'ensemble des matériaux mentaux qui correspondent au mental que va avoir la nouvelle personnalité. Tout va être réuni pour former le nouvel intellect à partir de tout ce qu'on expérimenté les autres personnalités de l'âme, les choses incomplètes, les connaissances, les erreurs mentales,... Puis dans le corps astral même chose et même chose dans le corps physique et ensuite c'est la naissance dans le corps physique. C'est la descente que fait l'âme dans la matière. Elle ne le fait pas comme çà sans réfléchir, les matériaux des différents plans vont être choisi en fonction des expériences passées que notre soi a recueillies avec les atomes permanents. On recrée une nouvelle personnalité avec un potentiel physique, émotionnel, mental en fonction des différentes expériences vécues dans les vies passées, même avant la conception. L'âme est autour des parents, elle sait que quelque chose va se construire, elle entre et elle sort, elle entre et elle sort jusqu'à s'ancrer définitivement dans la personnalité. Donc 9 mois pour construire un corps physique puis une fois sorti du ventre maternel, construction du corps éthérique. Car en intra utérin, notre corps n'est pas encore individualisé, cela prend 9 mois. Le corps éthérique n'est pas individualisé avant l'age de 7 ans. Pendant 7 ans, on baigne dans l'éthérique de notre mère et l'éthérique universel. Leur corps émotionnel se construit de 7 à 14 ans, avant çà, il n'est pas défini mais il existe, on sait que l'enfant à ce stade là est très sensible. Ensuite de 14 à 21 ans définition du corps mental. Ces chiffres, à l'heure actuelle sont approximatifs car l'évolution s'accélère (attention, on ramasse aussi toutes les mémoires des parents pour les travailler).

 

 

On naît dans le corps physique jusqu'à une maîtrise des 3 corps physique, astral, mental soit acquise et à ce moment là, on ne sera plus lié au cycle des incarnations seulement si on le souhaite pour aider ou partir dans d'autres systèmes pour explorer.

 

 

VIA : oasis2002.pagesperso-orange.fr

 

Auteur Paprika

 

Source : ATOUT-COEUR.forumactif.org

 

 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
26 octobre 2014 7 26 /10 /octobre /2014 09:59

00 JESUS NOUVEAU

 

 

Dans les années à venir, on va apprendre à mourir consciemment. Mais pour cela, il suffit d'apprendre à s'endormir consciemment. Tous les soirs, il faut prendre conscience de la manière dont on quitte son corps physique, et à ce moment là quand on va mourir, on se dit : "je connais cela ". Les rêves vont changer aussi de cette manière.

 

LA MORT, CETTE GRANDE AVENTURE

4 règles simples :

1- apprendre à se focaliser dans sa tête par la visualisation et la méditation et par la pratique régulière de la concentration pour développer le 6ème chakra même dans les activités de la vie quotidienne.

2- apprendre à servir par le cœur, ne pas se mêler émotionnellement des affaires d'autrui. Autrement dit en élevant nos vibrations, en travaillant à être plus vrai, plus authentique, on aura plus de chance de sortir par les centres supérieurs que par le diaphragme (sortie automatique).

3- apprendre à s'endormir en retirant la conscience dans la tête chaque soir. Il ne faut pas se laisser plonger dans le sommeil mais laisser la conscience intacte jusqu'à ce que le passage se fasse consciemment sur le plan astral.

4- noter et surveiller tous les phénomènes liés au processus de retrait que vous l'appliquiez au cours de la méditation ou en vous endormant. Quand on médite, on monte dans les plans supérieurs, mais il faut observer ce qui se passe lorsque l'on médite, cela demande beaucoup d'attention.

 

 

Ces 4 règles faciliteront la technique de la mort. Il est important que le silence règne dans la pièce surtout si l'on accompagne un mourant.

 

 

Les connaissances vont ressurgir au fur et à mesure que la conscience humaine sera prête à la recevoir. Ces connaissances, on les avait depuis plus de 20 000 à 30 000 ans et elles ont été retirées momentanément. Une autre chose aussi, quitter le corps physique n'est pas douloureux du tout. Avoir peur de la mort, c'est avoir peur de l'inconnu, avoir peur de se retrouver seul, ce qui est faux.

 

On passe la peur de la mort par la connaissance

 

Les tibétains disent : " il n'y a pas de mort, il n'y a qu'un passage à une vie plus pleine grâce à la libération des entraves du véhicule physique ".

 

 

CORPS ASTRAL :

 

Quand la corde d'argent est rompue, que l'âme commence à ramener ses véhicules, on se retrouve dans le plan astral et là il y a différents endroits vibratoires, pas physiques. On ne peut pas parler autrement en termes de temps et d'espace car on est dans notre conscience physique. On passe dans l'astral et la religion nous dit que l'on risque d'aller en enfer ou au purgatoire. Que d'histoires!!! En fait, dépendant de l'état de notre corps astral dans notre vie physique, dépendant de la qualité émotionnelle que l'on a véhiculé, on va se rendre dans des endroits du plan astral qui résonnent avec notre qualité vibratoire émotionnelle. Si on a été un bandit de grand chemin, que l'on a tué, que l'on a été cruel, on ne va pas monter dans l'astral supérieur, on va rester dans un plan à l'image de nos vibrations, enfer, purgatoire, etc... C'est un plan qui porte la réflexion de ce que l'on a en soi. Il n'y a pas d'enfer éternel mais il se peut que l'on passe dans le bas astral un certain temps, ceci est dû à nos vibrations, nos résonances naturelles. Il y a aussi, s'il y a des attachements particuliers à la Terre, cela dépend aussi du type d'attachement (argent,...). Il souffre l'enfer qu'il se crée lui même. Il se peut également que nous restions un certain temps proches de l'univers physique, non pas dû aux émotions négatives mais à cause de certains aspects astraux qui ne sont pas résolus. (exemple : le film GHOST ou l'être reste proche du monde physique pour terminer sa tache.)

 

Partager cet article
Repost0
24 octobre 2014 5 24 /10 /octobre /2014 05:51

00 JESUS NOUVEAUA l'occasion de la Toussaint qui arrive , voici un texte en plusieurs fois , "sur la mort, cette grande aventure" 

 

 

Définition des tibétains :

 


 

L'âme fait retentir une parole de retrait :

C'est important car l'âme décide de notre propre mort. Il y a une vibration qui descend jusque dans la personnalité ce qui évoque un processus intérieur et immédiatement une réaction dans le corps physique. Certains évènements physiologiques prennent place.

- Cœur, courant sanguin, système nerveux, système endocrinien et une vibration en particulier court le long des Nâddis, c'est la contre partie éthérique des nerfs. Le message est envoyé dans le corps éthérique à travers les nâddis et un tremblement psychique est établi qui a pour effet de distendre momentanément un peu la connexion entre le corps physique et éthérique. Cela ne se fait pas instantanément mais il y a une première vibration qui commence à dégager le corps éthérique du corps physique, mais il n'est pas encore parti ; il y a une pause .Le corps éthérique s'apprête à sortir du corps physique, pour le moment, il est juste déconnecté. Le corps éthérique est prêt à se dégager puis finalement il se dégage. Cela se fait en 2 temps. Distanciation du corps éthérique et du corps physique et là il peut y avoir apparence de mort clinique mais si la corde d'argent est toujours là, le corps éthérique revient dans le corps physique. Les N.D.E ont lieu dans ce temps de pause.

 

 

 

Il y a déconnexion complète et le corps éthérique sort avec le corps astral et le corps mental :

Ceci dépend du degré d'évolution ; on sort par différents endroits.

- Pour une personne très très peu développée, on sort par l'ouverture du plexus solaire.

- Pour une personne un peu plus évoluée, on sort par le cœur.

- Pour une personne très évoluée qui meurt consciemment, elle va sortir par la tête.

Peu importe l'endroit par lequel cela sort, la corde d'argent est coupée.

 

 

 

Qu'arrive t-il à ce moment là ?

On reste dans notre corps éthérique, astral , mental et causal et effectivement quand on a notre conscience qui reste dans notre corps éthérique, on va être capable de voir notre corps physique parce que l'on est encore dans le plan physique. Souvenez-vous, le corps éthérique fait parti du corps physique. Quand on va quitter notre corps en mourant, on plane au dessus et on le voit encore. Quand on va quitter notre corps physique, on va quand même emporter quelque chose avec nous de ce corps physique, cela s'appelle un atome permanent, c'est une petite unité d'énergie dans laquelle sont inscrites toutes les expériences du corps physique, donc le corps physique se désagrège, il ne reste plus rien sauf cet atome permanent et lorsque l'on est dans les autres corps (éthérique, astral, mental et causal) on n'a plus de corps physique sauf cette unité d'énergie.

 

 

Quand on va quitter notre corps éthérique, la corde d'argent se coupe et on va passer dans le plan astral. On va emmener avec cet atome permanent physique un autre atome permanent éthérique sur lequel sont enregistrées toutes les expériences éthériques de notre vie passée dans ce corps ci.

 

 

Que devient le corps éthérique quand on l'a quitté ?

Le corps physique, on le sait, mais le corps éthérique va faire la même chose sous la forme de fantôme qui ne sont que la coque éthérique des décédés qui existent pendant autant de temps que le corps n'est pas décomposé, c'est pour cela qu'il vaut mieux se faire incinérer car on se dégage instantanément de cette coque éthérique. Toutes les techniques d'embaumement empêchent le corps éthérique de se désintégrer et cette coque éthérique peut-être utilisée par une entité qui n'est pas nécessairement bonne et créer dans le plan éthérique une coque astrale qui peut ne pas être très bénéfique.

 

Suite dimanche

 

 

Partager cet article
Repost0
22 octobre 2014 3 22 /10 /octobre /2014 07:57

oser

 

 

Oser être soi-même, c’est ne pas tomber dans le piège de l’égo qui fait semblant, c’est se dire que tout est UN, que la Vie donne des occasions de grandir…

 

C’est se mettre au diapason de ce que le cœur pense, c’est mener sa vie selon la loi d’équilibre, c’est ne jamais perdre la face, quoi qu’il se passe…

 

Oser être soi-même, c’est aller vers soi, sans fard, sans peur, sans crainte du pire… C’est aussi mener sa vie avec bonté, regarder devant, être présent(e) dans l’instantanéité de sa création, c’est pousser une porte… C’est toujours dire ce que l’on est, ce que l’on pense, ce que l’on souhaite voir devant soi et en soi…

 

Qui peut dire qu’il n’ose être lui-même, simplement parce que la vérité actuelle propagée sur la Terre n’est pas la même que celle qu’il ressent au fond de lui ?… Qui peut oser franchir les portes des tabous, des interdits, des on-dit, des frustrations, osera grandir et gravir les marches de son palais intérieur… Et ce palais n’a pas de prix, il est la médiation, le cœur, la transition, la parole sacrée, la parole divine… Il « mérite » que l’on s’attarde sur lui, qu’on le respecte et lui donne la meilleure part…

 

 

Ainsi, ami(e) bien-aimé(e), ose franchir la ligne qui te mènera directement à la Source de ce que tu es profondément… Ose aller droit devant toi sans te retourner, sans craindre la Vie, elle est ton soutien…

 

Ose t’autoriser à être libre, conscient(e) de tes valeurs, de tes forces intérieures, et dis Oui à ce qui fut, cela te permettra de quitter doucement la peine, le passé, les forces d’involution… C’est en donnant cette qualité de pensée authentique que tu forgeras ta simplicité, que les autres te rendront grâce, qu’il y aura en toi un reflet, le libre arbitre, te donnant la joie du partage et de la transition d’un monde douloureux à un monde facilité…

 

 

Puise à cette Source de l’Inconditionnel, qui te prouvera que tu es toi-même, qu’il y a toujours une chance de regarder mieux ce qui serait plus probant et efficace, qu’il y a devant toi l’Amour, parce qu’il est déjà là, en toi… Oui, c’est bien d’Amour dont il s’agit lorsque Je te propose d’être toi-même, d’oser être toi, d’oser aller au cœur de la Vie… Rien n’est plus beau qu’un moment de grâce, de gratitude, d’empathie, où tu te ressens être toi, être le centre et le pourtour, être la grâce du rayon d’Amour, être la quête et le sens, être les contraires en même temps…Oui, c’est bien d’Amour dont il s’agit quand tu ressens être l’instant présent, juste une grâce au sein de ton expression… Qui tu es prend alors un sens particulier…

 

 

J’ai souvent dit qu’il était bon et sage de rendre grâce, de remercier la Vie de ses dons, des moments inoubliables… Et Je le dirai encore, tu n’es pas en « survie », tu es « en Vie », à l’intérieur même de cette Vie grandissime qui n’a de cesse de te porter, t’apporter le bon et le doux, mais aussi l’enseignement et la rectification de tes croyances… La Vie qui dicte la juste conduite à tenir, le choix juste à faire, la paix à trouver, à l’intérieur de toi…

 

 

Qui fait ce pas si ce n’est toi ?… Toi qui grandis, qui aimes, qui chéris… Toi qui parfois hurles de douleur, qui a faim, qui a soif, qui a peur… Toi qui a besoin d’autrui pour te montrer qui tu es, comment tu fonctionnes, pourquoi tu es là… Toi qui aimes ce qu’il y a de plus beau en tes proches… Toi qui respectes…

Alors, aime et respecte… Sois le lien entre tous… Sois la Vie, le respect, la chance, le point zéro de l’unité… Sois l’axe de la roue, et dis-toi que le pourtour, c’est toi aussi et que c’est de toi dont il s’agit quand tout va mal sur la Terre…

 

Certes non, tout ne va pas mal, mais bon nombre de tes frères et sœurs sont encore sous le joug d’une autorité, d’un autoritarisme, et il est bon que tu le ressentes comme quelque chose qui est en changement… Impulse en toi cette idée de changement pour tous les univers de chacune et de chacun, et tu comprendras mieux Qui tu es au sein de la collectivité humaine…

 

 

Je dis aussi que tu peux parfaire ton unité en ressentant combien il est bon de se tourner vers autrui, vers ceux qui attendent leurs propres chances… Donne un peu de ton temps, de ce que tu es… Ose t’affranchir des quêtes que tu n’as pas encore solutionnées, et dis oui au chemin d’autrui… Il est ton frère, ta sœur, ta famille… Il est ton reflet, cet autrui qui ne te ressemble pas toujours, mais qui porte en lui les mêmes empreintes du passé collectif… Il est ta soie interne, il peut t’apprendre que tout est Un…

 

 

En faisant ce pas vers qui a besoin de ton regard, déjà tu deviens toi, tu deviens ta réalité supérieure, tu deviens la confiance en ton immortalité d’être… Qui pourrait le regretter ?… Ni toi, ni autrui, et encore moins ta famille, tes proches, tes parents, tes enfants, car tous se réjouiront de tes pas, de tes gestes, de ta tendresse…

 

 

Oui, donne de ta tendresse à autrui, il t’en sera reconnaissant… Mais as-tu besoin de cette reconnaissance ?... ou le ferais-tu parce qu’il s’agit de toi, de ton passage sur la Terre, parce que l’Autre est aussi ton devenir et ton destin ?… Oui, donne avec moi, ta Lumière, ton Amour, le meilleur de toi-même, et alors, tu seras toi, tu auras osé…

 

 

Que la grâce d’aimer ce que tu es profondément, dans le grand respect dû à la Vie, ta Vie, te soit révélée par le don du cœur, par le sourire, le partage, la joie d’un instant, prolongé au-delà du temps et de l’espace… Que la grâce du partage associé te soit habitude et sérénité !… Que tout te donne l’occasion d’oser être toi, d’oser te livrer tel(le) que tu es, sans peur, sans masque, sans crainte du rejet !… Cette authenticité reflètera alors ta Valeur….

 

Paix sur ta voie, ton chemin, ton changement !…


Je t’aime infiniment, et te le dis, tout simplement, pour que l’Amour en toi se recharge d’une énergie nouvelle, pour que tu te sentes accompagné(e), et pourquoi pas, accompli(e), dans le silence de ton être, de ton cœur, de ton espace-temps…

 

ERENA

http://lapressegalactique.net/2012/12/23/oser-etre-soi-meme/

 

 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : cheminphilosophique
  • : Je suis passionnée de philosophie, je partage avec vous ces textes et citations qui font partie de moi.
  • Contact

Bienvenue sur mon blog!

Entrer chez moi, c'est découvrir mes idéaux, mes créations personnelles et d'autres thèmes qui me passionnent.
 

Bonne visite !

 

 

Ce blog a été créé le 22-08-2010 par mon adorable petit-fils Maxime


 

1 NOUVELLE SEPARATION

 

***

hobbies

 

  compteur pour blog