Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
13 février 2017 1 13 /02 /février /2017 22:14

 

 

 

 

 

Le premier soupir de l'amour est le dernier de la sagesse

 

Antoine Bret

 

 

Et de l'amitié!

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Ah l'amour, ce n'est pas seulement des "je t'aime"

 

 

C’est savoir tendre la main quand il le faut

 

savoir écouter l'autre avec son cœur.

 

l'Amour a besoin de tendresse

 

Des gestes du quotidien qui veulent dire les "je t'aime".

 

Qui font grandir l'Amour et devenir plus fort.

 

 

Aimer c'est se respecter, ne pas se juger.

 

Aimer c'est l'Amour avec un grand A.

 

C’est l'Amour d'un parent pour son enfant.

 

L’Amour des enfants pour leurs parents.

 

 

L’Amour fraternel,

 

l'Amour c'est aussi l'Amitié entre amis(es).

 

 

L’Amour réchauffe le cœur et l'âme,

 

gardez le précieusement dans l'écrin de votre cœur.

 

http://chezlouise.fr

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Repost 0
9 février 2017 4 09 /02 /février /2017 22:08

 

 

 

Diane Gagnon –

 

Auteur, Coach, Conférencière

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Qui d’entre nous ne se sent pas parfois coupable de quelque chose ?

 

 

 

Nous avons l’impression d’avoir trop parlé, ou de ne pas avoir dit ce qu’il fallait lorsque le moment était venu. Nous avons l’impression de ne pas en avoir fait assez, ou d’en avoir fait trop. Nous nous sentons coupables de ne pas avoir été à la hauteur, ou au contraire d’avoir éclipsé les autres parce que nous étions à notre meilleur. Nous nous sentons coupables de nous être emportés, ou d’avoir eu des jugements hâtifs envers les autres.

 

 

 

Bref, nous nous sentons coupables du pire et du meilleur, quelle que soit la circonstance, peu importe avec qui.

 

 

 

Cette culpabilité que nous traînons avec nous peu importe où nous allons nous coûte cher! Beaucoup plus que ce que nous croyons!

 

 

Elle nous prive de notre bien-être en ressassant le passé et en nous volant le moment présent. Elle traîne avec nous comme de la gomme à nos souliers. Elle emporte notre joie de vivre et nous prive des moments magiques de la vie. Même quand il nous arrive quelque chose de beau, d’extraordinaire, nous nous sentons parfois coupables de notre bonheur face à ceux qui semblent moins heureux que nous!

 

 

 

La culpabilité est le pire ennemi de notre évolution, de notre paix intérieure, de notre bien-être, de notre estime de soi, de notre bonheur. Elle est une voleuse de l’instant présent. Elle triche sur tous les plans en nous faisant nous sentir mal d’être ce que nous sommes.

 

 

 

La culpabilité est une prison qui nous prive de nos ailes et qui freine tous nos mouvements.

 

 

 

Et si d’aventure ce sont d’autres personnes qui nous font sentir coupables, alors c’est la totale! Nous rampons sous le poids de notre culpabilité comme si nous étions le pire criminel du monde!

 

 

 

Pourtant, nous n’avons pas à nous sentir coupable DE QUOI QUE CE SOIT! Nous avons fait une erreur? Alors demandons pardon et tentons de la réparer. Aucune culpabilité ici, juste le sens des responsabilités d’une personne qui s’assume totalement.

 

 

Tout le reste, toute la culpabilité que nous ressentons ou que l’on essaie de nous faire sentir, c’est de la bouillie pour les chats (et pardon aux chats pour cette expression!)!

 

 

Avons-nous fait de notre mieux? Oui, alors tout est parfait! Non? Alors réparons et tout est parfait! Il n’est pas possible de réparer? Alors demandons pardon et apprenons la leçon. Tout est encore parfait!

 

 

 

Il ne sert à rien de traîner de la culpabilité pour quoi ce soit dans notre vie : c’est l’ego qui aurait voulu être parfait, selon ses propres critères jamais adéquats et qui nous tape sur la tête parce que nous n’avons pas fait comme IL le voulait.

 

 

 

La prochaine fois que nous sous sentirons coupables de quoi que ce soit, ayons le réflexe de nous en débarrasser immédiatement, comme nous retirerions tout de suite le chewing gum collé à notre semelle. Jamais nous ne continuerions à marcher en espérant qu’il s’efface de lui-même : nous nous arrêtons, nous le détachons, et puis nous continuons notre chemin. Faisons de même avec le sentiment de culpabilité : arrêtons-nous, débarrassons-nous-en et continuons notre route dans la paix.

 

Quel beau cadeau à se faire que de se débarrasser du sentiment de culpabilité, beaucoup trop cher pour nos propres moyens!

 

 

https://www.facebook.com

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by Micheline - dans Diane Gagnon
commenter cet article
6 février 2017 1 06 /02 /février /2017 22:24

 

 

 

Texte de Melki Rish

 

 

 

 

 

 

 

De nombreuses personnes vivent sans jamais réfléchir sur la vie elle-même ou sur le sens qu'elle a pour elles. Le but de la vie est simple; c’est de « Vivre ». Vivre est le résultat même de la vie. Vivre c’est grandir, tel un arbre dans la réalisation de soi, c’est la croissance personnelle. Il semble que ce soit le fait de donner un sens à sa vie et d’être obligé de se calquer à un système artificiel créé par l’homme qui pose problème et non la vie elle-même.

 

 

La loi naturelle nous démontre bien que l’on aime engendrer la vie puisque la procréation fusionne de toute part, des végétaux à l’humain. On aime engendrer et créer de la vie, car la vie est action, on aime faire, on aime agir. On aime créer, bouger, manger, boire, jouer, voir, sentir, construire, apprendre, se dépasser, aimer et être aimé.

 

 

Chacun d’entre-nous à des potentiels, des talents, des aptitudes naturelles, des capacités différentes et uniques a contribué à ce monde et à la vie. La vie n’est pas une obligation mais un choix de tous les jours. Le choix de vivre pleinement sa vie ou de la laisser filer devant nos yeux.

 

 

Notre mission sur terre est d’être soi, un être unique et auto réaliser. Notre but est de s’aventurer dans la vie, de créer notre destinée, d’amener notre vie à un niveau d’excellence. De vivre chaque jour que le divin nous amène dans cette pleine conscience de la chance d’être en vie, du bonheur de pouvoir s’animer, de pouvoir apprendre et goûter aux fruits innombrables que la vie nous apporte.

 

 

Notre vie a besoin d’un sens, car c’est cela qui nous motive, qui nous active, qui nous donne cette envie, ce dynamisme à se lever chaque matin pour accomplir notre mission chaque jour. La vie est le produit d’un but, d’un objectif, d’un désir, d’une intention, d’une résolution.

 

 

Notre but est justement d’avoir des objectifs, de planifier notre vie, de savoir ce que l’on veut pour notre cycle de vie. Notre dessein est de grandir spirituellement après la croissance de l’enfance. On veut grandir et touché à l’étoile du succès personnel, on veut se comprendre, s’accomplir, se concevoir, se parfaire.

 

 

 

La vie est action. Le but de la vie est le mouvement constant et infini car sans mouvement la vie s’éteint. Voilà pourquoi beaucoup de gens errent dans la vie sans savoir quoi faire et même qui être, ils ballotent çà et là, comme des chaloupes sur une rivière attachée à un poteau sans jamais prendre la direction de leur vie.

 

 

Votre but est simple, faites ce que vous aimez faire et soyez vous-mêmes. Faire ce que l’on aime est d’utiliser nos talents naturels et de les cultiver avec savoir-faire. C’est ce que la vie exige de nous, d’utiliser nos habiletés pures et de créer le chef-d’œuvre de notre vie.

N’est-ce pas une belle mission de vie cela ?

 

 

La vie veut que l’on prenne soin de nous et des autres, que l’on coopère avec nos semblables, que l’on vit dans la paix et le respect. Que les hommes vivent en harmonie et dans l’équilibre écologique de mère nature, en étant des gardiens et des jardiniers de cette belle planète vivante. N’est-ce pas un but louable et excitant que de travailler tous ensemble à la protection de notre Mère-Terre ?

 

 

 

La vie veut de nous que l’on comprenne le sens profond de notre existence, de notre âme. La vie veut que l’on observe avec minutie la beauté de la nature, la beauté des étoiles, la symétrie de toute chose et la sagesse infinie derrière toute chose.

 

 

Ouvrez les yeux, ouvrez votre cœur, voyez l’exubérance de la vie elle-même et non la superficialité humaine. Sentez la vie couler dans vos veines. Sentez l’esprit s’activer dans votre tête, sentez sa force, sa clarté, son électricité. Respirer à plein poumon, respirez la lumière qui énergisé chacune de vos cellules.

 

 

La vie veut que l’on soit plein de vitalité, que l’on soit plein d’espoir, plein d’idée, mais tout en étant méditatif, recueilli et centré dans notre âme.

 

 

La vie veut que l’on ait de bonnes intentions, des intentions évolutives et expansives. Que l’on s’accroît en savoir et en sagesse. Que l’on soit fort dans notre esprit et dans notre cœur.

 

 

Soyons des visionnaires, imaginons et réalisons notre potentiel humain, notre potentiel intellectuel, spirituel et corporel vers la magnificence de notre être.

 

 

La vie est un but en soi, le but de vivre, de respirer, de se mouver. Il n’en tient qu’à nous de lui donner un objectif, un projet, une mission, un aboutissement et un couronnement de notre être vivant.

 

 

http://messagerspirituel.blogspot.fr/2012/10/le-but-essentiel-de-la-vie.html

 

 

 

 

 

 

"Vivre sans But, c'est naviguer sans boussole".

 

John Ruskin


 

 

 

J'ai entendu pleurer ton cœur, j'ai vu chercher ton âme, je sais à quel point tu as

 

désiré la Vérité.

 

Tu en as crié de douleur et de joie.

 

Sans fin tu M'as imploré: montres-moi, expliques-moi, révèles-moi Qui JE SUIS.

 

(Neale Donald Walsh)

 

Repost 0
2 février 2017 4 02 /02 /février /2017 22:22

 

 

 

 

 

Texte de Serge Toussaint

 

Grand Maître de l’Ordre de la Rose-Croix

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Dans la plupart des livres de référence, la vérité est définie comme «l’expression d’une connaissance conforme à la réalité, aux faits tels qu’ils se sont déroulés».

 

Bien que cette définition constitue une base de réflexion intéressante, elle est subjective, pour ne pas dire évasive.

 

 

 

En effet, de quelle réalité est-il question ?

De celle que nous percevons au moyen de nos sens objectifs, notamment de la vue ?

De celle que nous concevons à travers nos processus mentaux, en particulier le raisonnement ?

De celle que les autres perçoivent ou conçoivent comme telle ?

De celle que les médias nous décrivent chaque jour durant les informations ?

 

 

 

Par ailleurs, que vaut une connaissance fondée sur les «faits tels qu’ils se sont déroulés» ? Comme le prouve l’expérience, il arrive souvent qu’un même événement soit perçu différemment. C’est d’ailleurs ce qui rend très aléatoires les témoignages recueillis en maintes circonstances. On constate alors que ce qui est vrai pour l’un ne l’est pas pour l’autre. Pourtant, les faits sont les mêmes. À titre d’exemple, lorsque plusieurs personnes assistent à une collision entre deux véhicules, la manière dont se produit cette collision est unique en tant que telle, mais la façon dont elle est décrite par les témoins peut varier considérablement. Dans ce cas, chacun a sa propre vérité…

 

 

Étant donné que nos sens objectifs sont sujets à l’illusion et nos processus mentaux à l’erreur, il en résulte que ce que nous considérons comme des vérités, que ce soit à propos des événements de la vie quotidienne ou des idées que nous avons dans divers domaines, n’en sont pas nécessairement. Ce sont plutôt des croyances, des opinions, voire des convictions, qui peuvent elles aussi être illusoires et erronées. C’est pourquoi aucun individu, dans quelque domaine que ce soit, ne devrait prétendre connaître la vérité, et encore moins chercher à l’imposer aux autres.

 

 

Il est intéressant de noter que l’être humain, alors qu’il est sujet à l’illusion et à l’erreur, cherche néanmoins à connaître la vérité chaque fois que les circonstances l’exigent. Il va même jusqu’à enquêter pour cela : enquêtes policières, judiciaires, journalistiques, historiques… De même, nous sommes enclins à désapprouver le mensonge, ce qui ne veut pas dire pour autant que nous ne mentons jamais à titre personnel. Ne pas mentir fait d’ailleurs partie de quasiment tous les commandements religieux. C’est aussi ce que la plupart des parents enseignent à leurs enfants. Mieux encore, ils les incitent à dire la vérité lorsque, pour quelque raison que ce soit, ils les interrogent sur un point litigieux.

 

 

 

Dans son approche la plus élevée, la vérité fait l’objet d’une quête, d’où l’expression «quête de vérité». Contrairement à ce que l’on pourrait penser a priori, cette expression ne veut pas dire que ceux qui sont engagés dans cette quête se donnent pour but de trouver La Vérité. En effet, à moins d’être présomptueux ou de s’illusionner, ils savent que Celle-ci, au sens absolu du terme, pour ne pas dire divin, est inaccessible à l’être humain. En revanche, il est possible, par l’étude et la méditation, de s’éveiller aux «grandes vérités», pour reprendre l’expression de Louis-Claude de Saint-Martin, inspirateur du Martinisme. Celles-ci concernent naturellement les grands mystères de l’existence, ceux-là même auxquels s’intéressent les mystiques, parmi lesquels les Martinistes et les Rose-Croix.

 

 

http://www.blog-rose-croix.fr/a-propos-de-la-verite/

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Repost 0
30 janvier 2017 1 30 /01 /janvier /2017 22:44

 

 

 

Auteur : Monique Mathieu

 

ducielalaterre.org

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

« Nous aimerions, comme cela se fait sur Terre, vous

souhaiter le meilleur, humainement et spirituellement.

 

 

Ce qui a maintenant réellement de l'importance, c'est la compréhension que vous avez de vous-même, de la vie, de ce que nous sommes, de ce que vous devenez et de ce que vous deviendrez.

 

 

Nous savons toutefois qu'il n'est pas facile, pour les êtres dont la conscience est encore voilée, d'avancer sans voir réellement très clair, que ce soit sur leur chemin spirituel ou leur chemin humain.

 

 

 

Avancez sans avoir connaissance de ce qu'il y a au bout du chemin ! Avancez simplement dans la confiance et la foi en vous disant : "mon chemin est juste, mon chemin est vrai, mon chemin me conduira toujours vers la Lumière et l'Amour".

 

 

Si, comme vous le dites sur Terre, vous aviez le problème et la solution, c'est-à-dire si tout vous était donné sans efforts, il n'y aurait pas d'évolution. Bien évidemment, les expériences ne sont pas nécessaires pour évoluer car vous pouvez évoluer d'une autre façon, c'est-à-dire par la compréhension, l'Amour, la conscience et la foi, et également- et surtout - au travers d'une profonde transformation de vous-même grâce à vos comportements, à vos pensées, à vos paroles et à votre façon d'aimer.

 

 

L'année 2017 fait partie d'un nouveau cycle. Il y a eu plusieurs cycles plus ou moins longs, plus ou moins importants depuis 2012, cycles non perceptibles par la conscience humaine, sauf pour certains êtres plus réceptifs que d'autres qui ressentent les énergies et les fréquences vibratoires.

 

 

 

Beaucoup d'êtres disent qu'au niveau de la numérologie, vous êtes en année 1. Nous ne parlerons ni de numérologie ni d'astrologie car il faut aller au-delà. Il faut que vous puissiez concevoir que vous avez tout en vous ! Il vous suffit simplement de tourner les pages de votre propre livre ! Tout y est inscrit ! Vous êtes une partie du Divin ; vous faites partie du Divin, vous faites partie de l'Âme-Mère, donc vous avez la Connaissance. Cependant cette Connaissance est pour l'instant voilée parce que vous n'êtes pas encore suffisamment sage pour pouvoir vous la dévoiler à vous-même.

 

 

Cette nouvelle année verra beaucoup d'éveils ! Des personnes qui étaient totalement dans le grand sommeil s'éveilleront en raison de souffrances et de difficultés. Il y a également tous ceux qui cherchent, tous les Travailleurs de Lumière dont vous faites partie, tous ceux qui se sont investis et qui continuent à s'investir parce qu'ils veulent aller toujours plus loin, comprendre, évoluer et aimer encore davantage.

 

 

Vous qui faites partie de cette catégorie recevrez beaucoup d'aide. Cependant cette aide ne vous sera donnée qu'à partir du moment où vous aurez nettoyez votre place ou votre jardin intérieur ; s'il est recouvert d'herbes folles, si votre place est encombrée de tout ce qui n'est pas utile, il n'y aura pas de place pour tout le renouveau, pour tout ce qui vous est envoyé par l'univers, pour tout ce que nous vous offrons et que nous vous envoyons.

 

 

Nous savons cependant que, pour les êtres humains, il n'est pas facile de tirer un trait sur leur passé, qu'ils amènent toujours leur passé dans leur présent, d'une certaine manière pour perturber leur futur !

 

 

Imaginez que votre présent soit une hotte que vous portez sur le dos. Cette immense hotte est pleine de tout ce qui appartient à votre passé, elle est remplie par tous vos problèmes, toutes vos souffrances, vos non-lâchers prise, vos non-pardons et votre culpabilité. Comment voulez-vous qu'il y reste de la place pour tout ce qui vous sera offert ?

 

 

 

Votre hotte est lourde parce que le passé est souvent lourd. Si vous arrivez à vider cette hotte, vous pourrez la remplir de choses légères, parce que tout ce qui correspond à votre évolution, tout ce qui correspond à une vibration beaucoup plus élevée n'a pas de poids, et vous permet même de vous élever beaucoup plus. Si vous remplissez votre hotte de toutes les belles choses que vous espérez, que vous souhaitez, que vous appelez à vous, vous monterez encore beaucoup plus facilement, parce que la vibration de tout ce que vous intégrerez, de tout ce dont vous vous chargerez, vous permettra un éveil beaucoup plus important et une montée vibratoire beaucoup plus importante.

 

 

Cette année, il est demandé aux Travailleurs de Lumière un immense lâcher prise, de ne pas se plaindre en permanence et de positiver tous les actes de leur vie.

 

 

Positivez votre vie, remerciez pour tous les petits moments de bonheur que l'univers vous offre ! Remerciez pour l'Amour qui descend jusqu'à votre cœur et qui vous inonde ! Remerciez pour les Êtres de Lumière qui vous accompagnent ou pour vos guides qui vous évitent de gros problèmes ! Cependant vous n'en avez pas conscience puisqu'ils vous les ont évités !

 

 

Vous êtes accompagnés et aidés, mais notre aide et tout ce que vous recevrez seront d'autant plus efficaces que vous aurez nettoyé la place, que vous aurez enlevé les mauvaises herbes de votre jardin ; à la place ne s'installeront que la beauté, l'harmonie, la joie, l'Amour et la confiance.

 

 

Imaginez que la beauté corresponde à un personnage ; il est sur votre place, il attend. Ensuite, il y aura un personnage qui pourra s'appeler compassion. Après, il y aura un personnage qui pourra s'appeler confiance. Il y aura ensuite des personnages qui pourront se nommer courage, volonté, lâcher prise, pardon, joie, sérénité, Amour, etc. Tous ces personnages auront revêtu des vêtements de Lumière, ils rayonneront leur présence et leur beauté. Pensez à amener tous ces personnages sur votre place ou dans votre jardin, parce que si vous leur donnez une réalité ils seront là pour vous aider et ne vous laisseront pas seul.

 

 

N'oubliez pas qu'une pensée est également un personnage ! Si vous pensez en permanence que vous êtes heureux, vous créez un personnage qui représente le bonheur. Si vous pensez en permanence que vous êtes en parfaite santé, vous créez un personnage qui est en parfaite santé. Tous les personnages que vous aurez créés seront, d'une certaine manière, à votre service, et ils vous aideront en permanence.

 

 

 

C'est pour cela qu'il faudrait que, pendant cette nouvelle année, vous preniez conscience de vos capacités immenses, vous preniez conscience que votre chemin est un magnifique chemin et que, même s'il demeure encore quelques petites épines, quelques rochers par-ci par-là, avec l'aide de tous les personnages que vous avez créés pour vous aider, ces rochers et ces épines ne compteront pas, vous les survolerez ; ils n'existeront même plus parce qu'ils ne seront plus nécessaires pour vous faire évoluer.

 

 

Individuellement, cette année pourra apporter beaucoup de joies. Cependant, nous répétons encore une fois que si votre grande hotte est pleine, vous ne recevrez rien. Ayez cela à la conscience ! Pour remplir un récipient, il faut qu'il soit vide ! Un récipient qui est plein ne peut pas être rempli d'autres choses. Alors, faites le travail de vous délester et de comprendre l'inutilité de ce qui peut vous freiner !"

 

 

http://www.choix-realite.org/8802/lannee-2017

 

 

 

 

 

 

 

Tu dois devenir l'homme que tu es.

Fais ce que toi seul peux faire.

Deviens sans cesse celui que tu es,

sois le maître et le sculpteur de toi-même

 

- Nietzsche

 

 

 

Repost 0
Published by Micheline - dans CHOIX- REALITE
commenter cet article
26 janvier 2017 4 26 /01 /janvier /2017 22:09

 

 

 

TEXTE D Eckhart Tolle

 

Source: www.eckharttolle.com

 

Extrait du livre "Nouvelle Terre"

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La conscience éveillée prend le dessus sur l'ego et se met à régir votre vie. Vous découvrirez peut-être qu'une activité à laquelle vous vous adonniez depuis longtemps commence naturellement à devenir quelque chose de beaucoup plus grand quand elle est infusée de conscience.

 

 

Certaines des personnes dans les gestes créatifs enrichissent la ville bien d'autres personnes ont simplement ce qu'elles prennent plaisir à faire sans vouloir devenir spéciales. Il s'agira peut-être de musiciens, d'artistes, d'écrivains, de scientifiques, d'enseignants de bâtisseurs ou de gens qui créent de nouvelles structures sociales ou commerciales (entreprises éclairées). Parfois, il se peut que leur domaine d'influence reste restreint. Puis soudainement ou graduellement une vague de force créatrice passe dans ce qu'ils font et leurs activités prennent une expansion allant bien au-delà de ce qu'ils auraient pu imaginer. Cette expansion vient toucher d'innombrables personnes. Viennent s'ajouter au plaisir une intensité et une créativité qui dépassent tout ce qu'un humain ordinaire peut accomplir.

 

 

Mais ne laissez pas tout cela vous monter à la tête car il se peut qu'un reste d'ego s'y cache. Vous n'êtes toujours et encore qu'un être humain ordinaire mais ce qui est extraordinaire c'est ce qui arrive en ce monde par vous, cette essence qui est commune à tous les êtres. Le poète perse et maitre soufi du 14° siècle, Hafiz, exprime parfaitement cette vérité dans cette phrase: "Je suis un trou dans une flûte par lequel passe le souffle du Christ. Ecoutez cette musique".

 

 

Voici un petit exercice spirituel qui apportera de l'expansion créative et de la puissance dans votre vie. Dressez la liste des activités quotidiennes que vous entreprenez fréquemment y compris celles qui peut vous paraître sans intérêt, ennuyeuses, pénibles, irritantes ou stressantes. Par contre ne mettez pas dans votre liste des activités que vous détestez. Si vous détestez faire quelque chose, soit vous devez l'accepter, soit vous devez cesser. Vous pouvez inscrire sur votre liste vous déplacements en voiture pour aller au travail et en revenir, les courses, la lessive ou tout autre chose que vous estimez pénibles ou stressant dans votre travail. Ensuite, Quand vous entreprenez ces activités, laissez-les être le véhicule de votre vigilance. Soyez totalement présent à ce que vous faites et sentez la quiétude vigilante et vivante en vous, à l'arrière plan de votre activité. Vous découvrirez rapidement ce que vous entreprenez dans un grand état de conscience de liens de liens en fait appréciable. Ce n'est plus récent, pénible ou irritant. Pour être plus précis, ce à quoi vous prenez plaisir n'est pas vraiment l'action comme telle, mais la dimension intérieure de conscience qui passe dans l'action. Si vous sentez que votre vie est trop stressant ou pénible, c'est parce que vous n'avez pas encore fait entrer cette dimension dans votre vie.

 

 

Être conscient dans tout ce que vous faites n'est pas encore devenu votre objectif principal.

 

 

 

http://www.humanitysteam.fr/Eckhart-Tolle-La-joie-d-etre-conscient_a741.html

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by Micheline - dans TEXTE d ECKHART TOLLE
commenter cet article
23 janvier 2017 1 23 /01 /janvier /2017 22:39

 

 

 

 

 

Texte de Serge Toussaint

 

Grand Maître de l’Ordre de la Rose-Croix

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La lumière, en tant que phénomène “matériel”, fait partie intégrante de notre vie quotidienne. Lorsque sa source naturelle, en l’occurrence le soleil, disparait à l’horizon et cesse de rayonner vers nous, nous faisons appel à des éclairages artificiels et pouvons poursuivre nos activités alors qu’il fait nuit. Si l’homme a besoin de respirer, de se nourrir et de boire, être éclairé est une nécessité pour mener à bien ses activités et jouir pleinement de l’existence. Pour s’en convaincre, il suffit de songer à toutes les personnes atteintes de cécité et aux grandes difficultés qu’elles rencontrent pour vivre au quotidien. La lumière est pour elles une totale abstraction, exceptée pour celles qui l’ont connue avant de devenir aveugles.

 

 

 

Depuis toujours, la lumière est perçue par l’homme comme une condition positive, et l’obscurité comme une condition négative. Aux temps préhistoriques, les primitifs craignaient la nuit, car elle les rendait vulnérables aux prédateurs. Elle était également pour eux une source d’angoisse et d’inquiétude, car ils n’avaient pas la certitude absolue qu’elle prendrait fin. Chaque lever du jour était accueilli avec joie et soulagement. En cela, l’aptitude à faire du feu et à l’entretenir fut probablement la découverte la plus révolutionnaire qui soit, car elle permit à l’homme, certes de se réchauffer et de s’éclairer, mais également de se protéger. Grâce à elle, il put également prolonger ses heures de veille et commencer, sans le savoir vraiment, à fouler le sentier du « connais-toi toi-même ».

 

 

 

Avec l’émergence des religions, d’abord polythéistes puis monothéistes, la lumière en est venue, sous des noms divers, à être associée à Dieu, alors perçu comme un Être à caractère anthropomorphique : Alors dans le Judaïsme, Lux dans le Christianisme, En-Nour dans l’Islam, Maha-Boddi dans le Bouddhisme, etc. Quel que soit le mot employé, il exprime, non seulement l’idée d’Omniprésence, d’Omnipotence et d’Omniscience, mais également de Bien absolu. Ce symbolisme est toujours très présent dans les religions, ce qui explique l’usage de cierges et autres bougies dans tous les lieux de culte. Les Rosicruciens en utilisent également lors des cérémonies qu’ils tiennent en Loge, mais dans un esprit mystique et non pas religieux.

 

 

 

Plus que tout autre phénomène, la lumière se situe entre le monde physique et le monde métaphysique, entre le monde matériel et le monde spirituel. C’est pourquoi elle est aussi nécessaire à notre âme qu’à notre corps physique. Ainsi, tout comme nous avons besoin d’elle pour mener à bien notre vie “extérieure”, elle répond à une exigence de notre être intérieur. En effet, celui-ci a également besoin d’être éclairé dans ses réflexions et dans ses choix, afin qu’ils soient aussi constructifs que possible, tant pour lui-même que pour autrui. Cela pose tout le problème de ce que l’on appelle la « voix de notre conscience », cette source de lumière en nous.

 

 

 

Le lien existant entre la lumière et la dimension intérieure de notre être prend tout son sens à travers la notion d’Illumination. D’un point de vue mystique, le but ultime de notre évolution spirituelle est en effet d’atteindre l’état de Sagesse, appelé « état d’Illuminatus » dans certains textes rosicruciens. Cet état, qui ne peut être atteint qu’à l’issue de nombreuses vies successives, correspond en fait à une fusion entre la conscience de l’individu concerné et la Conscience cosmique. Quiconque réalise une telle fusion, ne serait-ce que temporairement, a le sentiment d’être éclairé par la Lumière divine et d’avoir une vision claire et limpide des choses. Dans la littérature ésotérique, on dit de lui qu’il est « Réalisé ».

 

 

http://www.blog-rose-croix.fr/a-propos-de-la-lumiere/

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Repost 0
19 janvier 2017 4 19 /01 /janvier /2017 22:18

 

 

 

Auteure : Diane Gagnon

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Tant qu’on refuse de pardonner, on maintient volontairement un lien très fort avec la personne qui, selon nous, nous a fait du mal.

 

Tant que nous ne pardonnons pas, nous rétrécissons notre capacité à aimer véritablement. Nous asséchons notre cœur en gardant rancune.

 

Tant que nous en voulons à l’autre, c’est à nous que nous faisons du mal. Pas à l’autre.

 

 

Pardonner ne signifie pas cautionner le geste que l’autre a commis ; cela ne veut pas dire que nous oublions ce qui a été fait ; cela ne signifie pas que ce n’était pas grave ce qui s’est passé.

 

 

Non. Pardonner, cela signifie que je m’aime assez pour me libérer des liens qui m’unissent à l’autre par mon manque de pardon. Cela signifie que je choisis de ME libérer de ce qui entrave mon bonheur. Cela signifie que dorénavant, ce qui s’est passé ne conditionnera plus mon présent pour m’empêcher d’être heureux, d’être bien.

 

 

Pardonner c’est voyager léger. C’est faire preuve de maturité. C’est prendre le dessus sur notre ego qui refuse de pardonner tant que justice n’a pas été rendue, selon lui. Si on écoute notre ego dans ces cas-là, nous signons un passeport pour le malheur pour le reste de notre vie. Car notre ego refuse de pardonner, puisqu’il est toujours dans le jugement.

 

 

 

Peu importe l’ampleur de la faute, peu importe son occurrence, peu importe notre douleur initiale, si nous ne pardonnons pas, nous ne nous libérons pas. Et nous restons coincés au moment où ces événements se sont produits, continuant de nous faire souffrir dans le présent pour ce qui fait déjà partie du passé, mais que nous maintenons actuel en alimentant notre rancune, en revivant inlassablement les mêmes événements, en les racontant, en nous identifiant à eux.

C’est ce que vous avez envie de vivre pour le reste de vos jours ?

 

 

 

Vous aimerez-VOUS assez pour vous libérer de ce qui vous empêche d’être heureux ? Ou laisserez-vous votre rancune détruire le reste de votre vie ?

 

 

 

Évidemment, on ne doit pas rester dans ce qui nous fait souffrir ni tolérer l’intolérable ; nous sommes mieux de nous éloigner de tout ce qui est toxique pour nous ; on est plus sage si on évite les personnes qu’on sait qui pourraient nous blesser à nouveau. On ne retourne pas se jeter dans la gueule du loup !

Et pardonner ne signifie pas renouer avec qui nous a fait mal.

 

 

Quand on pardonne, pour de vrai, avec le cœur, on se libère du poids le plus lourd que nous puissions porter dans notre vie.

 

 

 

Prenez une roche pour chaque personne à qui vous refusez encore de pardonner, pour chaque événement. Traînez ces roches avec vous partout durant au moins 24 heures : quand vous mangez, quand vous dormez, quand vous vous brossez les dents, quand vous allez travailler, quand vous prenez votre bain, quand vous marchez, vous traînez toujours ces roches avec vous. Au bout de la journée, vous serez épuisés de porter votre sac rempli de roches tellement lourdes qu’elles ne vous donnent plus le goût d’avancer.

 

 

Et bien c’est exactement ce qui se produit au niveau spirituel : tout ce que vous refusez de pardonner, ce sont des roches que votre âme traîne continuellement, ce qui lui enlève à elle aussi le goût d’avancer, ce qui la rend lourde et l’épuise. Vous vous surprenez de stagner dans votre vie ? Vous trouvez que certains aspects de votre vie vont mal ? Alors qu’avez-vous à pardonner ? À vous ? Aux autres ?

 

 

Vous seul détenez la clé de votre bonheur : le Pardon.

 

 

 

Vous voulez vivre libres et heureux ?

 

Cela se résume en un seul mot : PARDONNEZ !

 

 

http://www.lapetitedouceur.org/

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 




 

Repost 0
Published by Micheline - dans NICOLE CHAREST
commenter cet article
16 janvier 2017 1 16 /01 /janvier /2017 22:27

 

 

 

Texte de

 

Régis Raphaël Violette

 

justeetre.blogspot.ch

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

L'expérience dans l'incarnation humaine est quelque chose d'extraordinaire, indescriptible, à vivre ce qu'il y a de plus divin, l'amour et en même temps ce qu'il y a de plus douloureux, faire face à la mort. Tout en sachant que l'âme ne meurt pas, que la conscience quitte le corps.

 

 

Tous ces partages, tous ces moments de pur bonheur et ainsi les moments les plus tristes, incarné la forme humaine c'est ce qu'il y a de plus touchants, sentir et ressentir cet amour pour les uns et les autres, passer par toutes les gammes d'émotions, telle une mélodie orchestrée par la lumière divine, permettant à chacune des âmes à jouer et interpréter leurs propres partitions et sortir de la symphonie de la vie, de manière douce ou d'une manière abrupte. Tout est parfait, aimons ce temps qui nous est consacré à interpréter magistralement ce qui nous a été composé dans cette grande mélodie de la vie.

 

 

 

Que ces mots résonnent en vos cœurs pour justement apprécier la vie et toute sa gamme de couleurs. Peu importe le choix de votre âme, votre partition est ce qu'il y a de plus divin, tous les instruments ont leur place, sans quoi il y aurait par toute cette gamme d'émotion, aux couleurs de l'amour, tout en passant par les gammes les plus sombres. Aimer votre vie, tout en sachant que vous collaborez à faire de cette symphonie de la vie, la plus belle des compositions de notre créateur. Quand la dernière note sortira de notre corps terrestre, nous rejoindrons notre corps céleste. N'oublions pas, nous faisons tous partie de la même œuvre divine, l'auteur a précieusement écrit avec tout son amour, la partition de chacune des âmes incarnées ou pas. Quand l'une quitte de ce monde pour retrouver son corps céleste et endosser sa robe blanche, une autre prend la relève, ainsi de suite, car cette œuvre ne connaît ni commencement ni fin.

 

 

 

Quoi qu'il en soit, nous nous retrouvons tous, à faire un à nouveau, en attendant de jouer une tout autre partition conforme à notre niveau de conscience acquise, on a le choix des instruments, car la forme est toujours adaptée à ce que nous interprétons en tant que partition. Nos chagrins font partie de notre partition comme il en est pour tous les moments de bonheur, tout est vite oublié quand nous savons que nous nous retrouvons tous, dans ce lieu divin, en attendant d'interpréter une autre partition à jouer d'un autre instrument. Appliquons-nous et jouons magistralement notre propre partition, contribuant à cette grande œuvre divine, la symphonie de la vie, tout dans la lumière de l'amour.

 

 

Accueillons toutes les naissances, ces nouvelles partitions de la vie tout en rendant hommage à ceux qui ont terminé leurs partitions, prestations magistrales.

 

 

http://www.choix-realite.org/8787/ajoutons-de-la-couleur-dans-votre-vie

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by Micheline - dans CHOIX- REALITE
commenter cet article
12 janvier 2017 4 12 /01 /janvier /2017 22:36

 

 

 

 

 

Texte de Serge Toussaint

 

 

Grand Maître de l’Ordre de la Rose-Croix

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Comme chacun sait, la vie comporte des vicissitudes et des épreuves. Aucun être humain, quels que soient sa nationalité, son rang social, ses croyances religieuses, ses opinions politiques, n’est épargné. Vous-même, qui lisez ces quelques lignes, en avez certainement connues et en connaissez : problèmes familiaux, professionnels, matériels, de santé… Autant de difficultés et de soucis, voire d’angoisses, qui empêchent d’être sereins et pleinement heureux. Que nous le voulions ou non, la vie n’est pas “un long fleuve tranquille”. Pour nombre d’individus, elle s’apparente souvent à un torrent, avec heureusement des périodes d’accalmies, durant lesquelles les eaux prennent un cours moins agité.

 

 

 

En relation avec une épreuve particulièrement pénible, on entend assez souvent dire : « Mais qu’est-ce que j’ai fait pour mériter cela ? » Cette interrogation exprime le fait que l’on a alors tendance à rechercher la cause de cette épreuve et à faire un lien entre elle et notre comportement. Il est vrai que la plupart de celles que nous rencontrons sont dues à des mauvais choix de notre part. Parfois nous le savons, parfois nous l’ignorons. A titre d’exemple, une personne qui fume trop ne peut s’étonner d’avoir un jour un cancer des poumons. En revanche, une personne atteinte d’une maladie génétique ne se sent pas responsable de cette maladie et peut même éprouver un sentiment d’injustice.

 

 

 

D’un point de vue rosicrucien, toute épreuve qui engage notre responsabilité est dite karmique, en ce sens qu’elle est l’effet d’une cause que nous-mêmes avons générée par une mauvaise application de notre libre arbitre. Quant aux épreuves que nous rencontrons “sans les avoir méritées”, elles résultent, non pas de notre karma, mais du fait qu’il est impossible de vivre sur Terre sans être confronté à des difficultés et des problèmes divers. Par ailleurs, le fait de vivre en société nous confronte aux autres, de sorte qu’il nous arrive de subir les effets de leur mauvais comportement. Même les plus grands sages n’ont pas été épargnés : Jésus a été crucifié, Socrate condamné à boire de la ciguë, Gandhi assassiné, etc.

 

 

 

Comment savoir si une épreuve est karmique ou non ? La première chose à faire consiste à nous analyser, afin de voir s’il y a un lien entre cette épreuve et notre comportement. Si c’est le cas, il faut en changer, de manière à mettre fin à la cause du problème auquel nous sommes confrontés, et par la même à ses conséquences karmiques. Si, après mûre réflexion et même méditation, nous ne parvenons pas à comprendre en quoi nous en sommes à quelque degré que ce soit responsables, il ne faut pas spéculer davantage, d’autant que certaines épreuves peuvent avoir leur origine dans notre vie antérieure et qu’il est alors encore plus difficile de savoir ce qu’il en est.

 

 

Qu’une épreuve soit karmique ou non, le meilleur moyen de la “gérer” consiste à l’affronter, en ayant à l’esprit qu’elle est une opportunité d’exprimer ce qu’il y a de meilleur en nous en termes de courage, de volonté, de persévérance, de confiance, de patience, etc. Mieux encore, nous devons partir du principe qu’elle est un moyen de nous transcender et d’acquérir des leçons utiles à notre évolution spirituelle. En outre, l’école de la vie est ainsi faite que tout individu dispose généralement de la force intérieure voulue pour surmonter les épreuves auxquelles il est confronté à un moment ou à un autre de son existence.

 

 

http://www.blog-rose-croix.fr/a-propos-des-epreuves/

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Repost 0

Présentation

  • : cheminphilosophique
  • cheminphilosophique
  • : Je suis passionnée de philosophie, je partage avec vous ces textes et citations qui font partie de moi.
  • Contact

Bienvenue sur mon blog!

Entrer chez moi, c'est découvrir mes idéaux, mes créations personnelles et d'autres thèmes qui me passionnent.
 

Bonne visite !

 

 

Ce blog a été créé le 22-08-2010 par mon adorable petit-fils Maxime


 

1 NOUVELLE SEPARATION

 

***

hobbies

 

  compteur pour blog