Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
8 juillet 2015 3 08 /07 /juillet /2015 07:28
Le mental

 

Le mental est un outil fabuleux pour fonctionner dans le monde, il doit être à notre service et pas nous au sien.

 

Qu'y a t-il entre deux pensées ?

 

Pourquoi nous est-il si difficile d'être ?

 

Le mental crée des pensées sans cesse car il n'aime pas l'inconnu que ce vide silencieux lui laisse entrevoir.

 

C'est le même processus qui se passe lorsque nous sommes avec quelqu'un et que personne ne dit mot.

 

La plupart des gens commencent à ressentir un malaise dans cette non communication et le mental cherche par tous les moyens à fuir cela.

 

Or, si nous nous laissons simplement aller à ressentir ce moment de silence, la communication passe par d'autres circuits.

 

Nous nous sentons juste bien d'être là, en ce moment, sans toujours avoir besoin de mettre des mots qui nous coupent de ce que nous ressentons.

 

Le mental a toujours besoin de combler le silence et entretient sans cesse une activité de fond. Cette activité mentale est fatigante mais nous nous en rendons même pas compte.

 

C'est comme quand nous sommes dans un lieu très bruyant, nous nous habituons au fond sonore mais lorsque le silence se fait, tout d'un coup nous ressentons un calme et un bien être.

 

Le mental cherche toujours à garder le contrôle, car au fond c'est bien lui qui a créé au fil du temps ce que nous "pensons" être, notre ego, le sens du "moi".

 

Toutes nos opinions, nos croyances, nos valeurs, nos jugements, nos peurs, tout cela le mental l'a créé au travers de nos conditionnements sociaux, éducatifs, culturels et religieux.

 

Toutes les expériences vécues, bonnes ou mauvaises ont été analysées, passées au crible, filtrées et classées par le mental. Cela a créé et crée notre identité à laquelle nous nous identifions sans cesse.

 

Se placer en tant qu'observateur de nos pensées, nous fait prendre un peu de recul face aux événements, aux émotions, aux situations de la vie quotidienne.

 

Observez comment le mental réagit face aux différentes situations.

 

Placez-vous en observateur curieux. Remarquez comme le mental est prompt à réagir, juger, étiqueter, analyser, créer des peurs inutiles et résister à ce que la vie vous offre dans l'instant présent.

 

Observez sans entrer dans le jeu du mental, n'analysez pas ce que vous observez, n'essayez pas de chasser vos pensées. C'est un accueil total de ce qui est, c'est un lâcher-prise sur ce qui est présent à l'instant en vous. Prenez conscience de la différence entre l'agitation de la pensée et le calme de la présence.

 

Le mental a une forte tendance à résister à ce qui est, il lui est très difficile de lâcher prise. Prenons un exemple concret :

 

Un individu fait la queue à un guichet et il y a beaucoup de monde. Il s'impatiente, il aimerait que ça aille plus vite. Son mental crée de la résistance face à cette situation. Il aimerait que cela se passe différemment, son mental résiste à ce qui est. Cette résistance crée en lui de la négativité, une sensation de mal être et de stress l'envahit et cela rend la situation bien plus pénible encore.

 

Pourquoi fait-il ça ?

L'individu n'en est même pas conscient. Choisirait-il consciemment de se créer du stress et de la négativité ? Non, c'est le mental inconscient qui crée cette résistance Inconsciemment, le mental croit qu'en résistant de la sorte cela fera changer les choses. Or, nous savons très bien que cela ne change rien de s'énerver. Nous nous faisons du mal à nous-mêmes en refusant d'accepter la réalité.

 

Le facteur temps du mental est une source de souffrance. Nous ramenons le passé dans l'instant présent en repensant et ressassant sans cesse des événements qui ne se sont pas déroulés tels que nous aurions souhaité et nous nous projetons dans le futur en nous demandant comment nous allons faire pour vivre avec ceci ou sans cela.

 

Il existe un sentier silencieux qui se faufile entre deux pensées et qui ouvre sur l'espace infini de la conscience et voilà que notre présence se révèle, elle est comme un océan limpide et clair d'où coule une source inépuisable d'amour.

 

Alors les pensées s'inclinent et s'écartent pour laisser couler la lumière de la conscience dans toutes les parties de notre être, jusque dans les moindres cellules de notre corps.

 

Cet Amour qui coule en nous soigne toutes les blessures et nous libère des chaînes du passé et du futur.

 

Texte de Totem –

 

www.eternelpresent.ch

 

Le mental
Le mental
Partager cet article
Repost0
3 juillet 2015 5 03 /07 /juillet /2015 08:24
A propos de l’optimisme

 

 

En application de leur philosophie, les Rosicruciens s’efforcent de devenir meilleurs dans leur comportement et d’éveiller des qualités telles que l’humilité, l’intégrité, la générosité, la tolérance, etc. En cela, ils sont des adeptes de ce que l’on désigne en mysticisme sous le nom d’«alchimie spirituelle», laquelle, comme son nom l’indique, désigne la contrepartie spirituelle de l’alchimie matérielle que pratiquaient les alchimistes d’antan, et dont le but était de transmuter les métaux vils en or. Rien ne prouve d’ailleurs qu’ils y soient réellement parvenus, tant le processus à suivre était complexe, depuis la première étape (obtention de la Materia Prima), jusqu’à la dernière (réalisation de la Pierre Philosophale).

 

 

 

S’il est à la fois utile et nécessaire d’éveiller les qualités (ou vertus) qui font la dignité de tout être humain, il est très important également de cultiver des attitudes mentales positives. L’une d’elles est l’optimisme qui, par définition, est «la disposition d’esprit qui incline à prendre les choses du bon côté». Tout être humain, en raison de sa nature profonde, de son caractère, de son tempérament et de son vécu est plus ou moins optimiste ou, ce qui revient au même, plus ou moins pessimiste. Cela étant, nous pouvons tous apprendre à faire preuve d’optimisme, non seulement dans le cadre de notre vie personnelle, mais également dans notre vision du monde en général.

 

 

 

Comme chacun sait, de nombreux pays sont confrontés à une crise économique et sociale majeure, ce qui contribue à créer un climat anxiogène et à favoriser le pessimisme. Il est vrai également que les médias ont tendance à mettre en exergue les évènements les plus négatifs de l’actualité. Dans ce contexte, nombre de personnes se sentent angoissées et se maintiennent dans une attitude mentale sclérosante. Or, la pensée est créatrice, en positif comme en négatif. Autrement dit, elle attire vers nous des circonstances, des situations et des événements qui sont en eux-mêmes positifs ou négatifs. C’est pourquoi il est si important de cultiver la “positive attitude”, c’est-à-dire l’optimisme.

 

 

 

Pour des raisons évidentes, il est plutôt facile d’être optimiste lorsque l’on est heureux en famille, que l’on est en bonne santé, que l’on exerce une profession qui nous plaît, que l’on bénéficie de bonnes conditions matérielles… À l’inverse, le manque d’amour et d’affection, la maladie, le chômage, la précarité, voire la pauvreté, incitent au pessimisme. Il faut donc que les personnes qui ont de bonnes raisons d’être heureuses aient pleinement conscience de la chance qu’elles ont, et encouragent celles qui n’ont pas cette chance à faire preuve néanmoins d’optimisme. Mieux encore, l’idéal est de les aider concrètement à surmonter leurs difficultés.

 

 

Comme vous l’aurez compris à travers ces quelques explications, l’optimisme est une attitude mentale positive que l’on doit, non seulement éveiller pour soi-même, mais également mettre au service des autres et de la société en général. Dans cette perspective, être optimiste, notamment pour ceux et celles qui sont comblés par la vie, est à la fois une attitude citoyenne et un devoir civique. Il ne fait pour moi aucun doute que si chacun, à son niveau et comme il le peut, s’évertuait à avoir cette attitude et à s’acquitter de ce devoir, les choses iraient infiniment mieux pour tous…

 

 

Serge Toussaint Grand Maître de l’Ordre de la Rose-Croix

 

http://www.blog-rose-croix.fr/a-propos-de-l-optimisme/

 

 

 

A propos de l’optimisme
A propos de l’optimisme
Partager cet article
Repost0
27 juin 2015 6 27 /06 /juin /2015 08:35
A propos de Dieu

 

 

 

 

 

Qu’on admette ou non l’existence de Dieu, le concept qui Lui est associé est l’un des plus anciens au monde. En fait, il remonte à l’origine de l’humanité et a marqué l’histoire de tous les peuples. De tout temps, certains ont cru en Lui, d’autres non. Des œuvres humanitaires ont été menées en Son nom, mais aussi des guerres. Des édifices de toute beauté ont été créés à Sa gloire, avant d’être détruits parfois par des incroyants ou des croyants d’un autre bord. Nombre de livres dits sacrés, mais aussi de pamphlets, Lui ont été consacrés. La foi en Lui a inspiré une multitude d’œuvres d’art. Et qui ne s’est jamais posé la question de savoir s’Il existe ou non ?

 

 

 

Pendant des siècles, pour ne pas dire des millénaires, Dieu a été la “propriété“ presque exclusive des religions, à tel point qu’il était quasiment inconcevable que l’on puisse croire en Lui en dehors d’une religion. Pourtant, comme l’a dit Albert Einstein, « Dieu n’a pas de religion », en ce sens que non seulement Il n’appartient à aucune d’entre elles à l’exclusion des autres, mais également que tout individu peut avoir la foi sans en suivre une. À cela s’ajoute le fait qu’une rivalité s’est créée progressivement entre elles, chacune revendiquant le monopole de la Foi et de la Vérité.

 

 

 

Avec le temps, et sous l’effet des métissages socioculturels et religieux, les religions ont néanmoins appris à mieux se connaître et à se respecter davantage, de sorte qu’une certaine tolérance s’est créée entre elles. Malheureusement, et comme chacun sait, elles ne sont pas exemptes d’intégristes et de fanatiques qui, bien que minoritaires, entretiennent le doute, la confusion, la peur et la haine. Je pense d’ailleurs que les plus hauts dignitaires des religions concernées devraient condamner avec beaucoup plus de fermeté les attentats et autres crimes commis par ces intégristes et ces fanatiques.

 

 

 

La grande majorité de ceux qui suivent une religion y ont été amenés par leurs parents alors qu’ils n’étaient encore que des enfants. Si cela est respectable en soi, cela veut dire néanmoins que la plupart d’entre eux n’ont pas vraiment choisi d’être croyants ni de suivre tel ou tel credo. Or, dans un domaine aussi important, l’idéal est de faire soi-même ce choix, ce qui suppose d’avoir atteint un certain âge et une certaine maturité. Ce faisant, on sait en son âme et conscience pourquoi on suit telle religion plutôt que telle autre (ou pourquoi on n’en suit pas). On peut même choisir de vivre sa foi en dehors de toute religion, en toute indépendance ou en rejoignant un mouvement philosophique comme l’A.M.O.R.C., qui compte parmi ses membres des Juifs, des Chrétiens, des Musulmans, des Bouddhistes, etc., mais également des personnes qui ne suivent aucun credo religieux.

 

 

 

La question qui se pose est naturellement de savoir s’il faut croire ou non en Dieu. De toute évidence, il appartient à chacun de se positionner dans ce domaine, d’autant que tout dépend de ce que l’on entend par Dieu. Personnellement, cela fait bien longtemps que je ne crois plus à Celui des religions, à savoir un Surhomme qui, depuis les cieux, gouvernerait la nature et les hommes, décidant de leur destin, y compris du moment de leur mort. D’un point de vue rosicrucien, et comme j’ai déjà eu l’occasion de l’écrire, Dieu est l’Intelligence, la Conscience, l’Énergie, la Force -peu importe le terme- qui est à l’origine de toute la Création. En tant que telle, Il se manifeste à travers elle au moyen de lois naturelles, universelles et spirituelles impersonnelles. J’ajouterai que c’est dans le respect de ces lois que se trouvent le bien-être et le bonheur auxquels nous aspirons.

 

 

 

Naturellement, chacun est entièrement libre de ne pas croire en Dieu, y compris au sens rosicrucien de ce terme. Cela dit, je pense qu’Il ne peut pas ne pas exister. En effet, la Terre sur laquelle nous vivons fait partie de l’univers. Or, celui-ci a nécessairement été créé par “quelque chose“, car tout ce qui existe a une origine, une cause, un créateur. Et puisque le cosmos est régi par des lois qui font l’admiration des scientifiques comme des mystiques, il en résulte qu’il est l’œuvre d’une Intelligence extraordinaire, ce qui nous ramène à la conception rosicrucienne de Dieu. En fait, il me semble que la vraie question qui se pose n’est pas de savoir s’Il existe ou non, mais de savoir dans quelle mesure Il intervient dans la vie des êtres humains. Je pense qu’Il le fait dans la mesure du respect que nous accordons à Ses lois, ce qui suppose de les étudier, ce à quoi les Rose-Croix se consacrent.

 

 

Serge Toussaint Grand Maître de l’Ordre de la Rose-Croix

 

http://www.blog-rose-croix.fr/a-propos-de-dieu/

 

A propos de Dieu

 

 

 

CITATION EN IMAGES

A propos de Dieu
Partager cet article
Repost0
22 juin 2015 1 22 /06 /juin /2015 07:50
Soyons conscient de la lumière que nous partageons.

 

 

SOYONS CONSCIENT DE LA LUMIÈRE QUE NOUS PARTAGEONS. NOUS SOMMES LA LUMIÈRE DU CHANGEMENT, LA LUMIÈRE DE L'AMOUR.

 

Être Éveillé c'est ÊTRE CONSCIENT de sa LUMIÈRE.

 

Nous sommes la lumière que nous reflétons.

 

Prendre conscience de ce que nous publions sur notre page. Cela ne fait que refléter votre lumière, votre personnalité, vos croyances, vos blessures, vos souffrances et vos peurs. Toutes les informations que vous partagez que ce soit sur votre page, groupe, site, blog, ne font que refléter votre propre lumière.

 

 

Prenez conscience de ce que vous partagez en tant que lumière, nous sommes tous des êtres de lumière. Votre partage de lumière définit votre réalité, votre vibration, votre dimension, votre fréquence, votre création consciente, la manifestation de votre verbe.

 

 

Nous sommes le changement, je ne suis pas là pour vous juger, juste pour vous faire prendre connaissance de ce que vous reflétez par votre lumière. Vous croyez peut-être que vous n'êtes pas responsable, que vous êtes victime de toutes ces souffrances, de toutes ces blessures, que ce monde vous reflète. Elles sont le résultat de vos croyances, de votre personnalité car vous avez oublié que cette réalité est votre création.

 

 

Mes paroles peuvent être dure à entendre, posez-vous cette question : En mon âme et conscience, est-ce que je transmets la lumière de l'amour ou mes croyances, mes propres blessures, mes propres souffrances et peurs ?

 

 

Ce que je partage comme l'expression de ma propre lumière apporte-elle la libération des croyances, des blessures, des souffrances ou des peurs ? Que nos partages soient le reflet de notre lumière de l'amour, qu'elle apporte la libération à ceux et celles qui sont dans leur personnalité, dans leurs croyances, dans leurs blessures, souffrances et peurs à retrouver la lumière de l'amour en tout leur être. Soyons des phares de lumière, des soleils. Tout en étant le changement, nous apportons le changement tant attendu, la lumière de l'amour, là où tout est Un et Amour.

 

 

Si vous êtes blessé par le contenu de ce message, ce n'est que votre personnalité, vos croyances qui en sont touchées, en ce qui concerne votre véritable nature divine, elle sait que l'unique vérité passe par la libération des croyances, en transcendant la personnalité afin qu'elle redevienne semblable à un enfant qui s'émerveille dans la lumière de l'amour.

 

Par Régis Raphaël Violette / Raphaël Juste Être Amour Éveilleur de Conscience, Guérisseur de l'âme.

 

http://www.choix-realite.org/7621/soyons-conscient-de-la-lumiere-que-nous-partageons-nous-sommes-la-lumiere-du-changement

 

 

 

 

 

Soyons conscient de la lumière que nous partageons.

CITATION

 

La vie vous donnera toutes les expériences qui seront utiles

 

pour l’évolution de votre conscience.

 

Comment savoir que c’est l’expérience dont vous avez besoin ?

 

Parce que c’est l’expérience que vous rencontrez en ce moment.

 

Eckart Tolle

Partager cet article
Repost0
17 juin 2015 3 17 /06 /juin /2015 08:32
L’instant présent

 

 

Que c'est beau et doux, juste là, maintenant, cet instant présent. D'instant en instant, le présent se manifeste et je m'émerveille de ressentir cela, de ressentir la vie qui m'anime et m'autorise à participer à la belle aventure faisant partie de la création tout entière, de l'univers et des étoiles.

 

 

Le passé s'efface, à chaque instant il se dissout, laissant sa marque dans nos différents corps sous forme de souvenirs, d'émotions et d'expériences vécues. Le futur n'existe que sous la forme d'une projection de notre pensée présente. Tout ce que vous faites, vous le faites dans le présent.

 

 

Tout ce que vous pensez, vous le pensez dans le présent. L'instant présent c'est comme de marcher de pierre en pierre pour traverser le grand fleuve de la vie. Il n'y a que la pierre où l'on a posé son pied qui est vraiment réelle et qui nous porte. Celles qui sont derrière nous, sont déjà sous l'eau et celles qui sont devant, n'ont pas encore émergé.

 

 

La vie est magique, le merveilleux c'est de voir cela à chaque instant. Bien souvent on se surprend à s'évader dans le monde de la pensée pour rêver à d'autres cieux, à d'autres mondes ou à un monde meilleur, au passé ou au futur, mais le merveilleux c'est ce qui se déroule à l'instant à l'intérieur de chacun et autour de nous, car c'est en ce moment même que la vie se crée et se déploie en silence.

 

Etre un avec la vie, c'est aller avec elle, être totalement présent avec ce qu'elle nous offre à l'instant. La vie est mouvement, rien n'est statique, tout est en constante évolution et en perpétuel changement, c'est à nous d'aller au rythme de la vie et d'accompagner les changements, sans craintes ni impatience, les changements se feront de toutes façons, c'est inéluctable. Soyons confiants car c'est de cette façon que l'on attire vers soi le meilleur.

 

Soyons doux et bienveillants envers nous-mêmes et envers les autres. Soyons patients.

 

Parfois nous rencontrons des difficultés, la vie devient difficile et nous pouvons nous sentir accablés par des obstacles qui se présentent devant nous. Nous pouvons nous sentir démotivés et ressentir la tristesse faire monter les larmes mais à l'intérieur de chacune de ces larmes réside une perle qui est comme un joyau.

 

Une théorie à été développée par des chercheurs ayant étudié le cerveau, il s'agit de la théorie du regard. Cette théorie met en lumière le fonctionnement du cerveau lorsque nous conduisons une voiture. Nous sommes sur la route et un obstacle se présente devant nous, si nous regardons uniquement l'obstacle alors le cerveau transmet toutes les informations nécessaires à notre corps pour nous conduire tout droit vers l'obstacle.

Par contre si notre regard se porte là où nous souhaitons passer, le cerveau met tout en œuvre afin que nos gestes soient le mieux adaptés pour nous y conduire en évitant l'obstacle. Pouvons-nous adapter cette théorie du regard sur notre vie ?

Pouvons-nous dans ce cas imaginer que ce soit le Grand Cerveau de l'Univers qui mette tout en œuvre afin de guider nos pas vers la vie que nous rêvons ? Chaque être humain possède des trésors en grand nombre qui ne demandent qu'à se révéler, il ne tient qu'à nous de poser notre regard sur ce vers quoi nous souhaitons véritablement aller.

 

La plupart d'entre-nous traversons la vie comme des somnambules, certains réalisent qu'ils sont en train de rêver et d'autres reçoivent un choc et se réveillent.

Parfois nous prenons la voiture et arrivés à destination nous réalisons que nous ne nous sommes pas rendu compte du trajet, nous n'avons pas vu le temps passer et encore moins le paysage. Nous avons voyagé comme des somnambules et il en est de même pour notre vie.

 

A chaque fois que vous remarquez cela, que vous remarquez que vous êtes absent de "l'ici et maintenant", ramenez votre attention sur le présent car c'est dans cet infime segment du temps que vous vivez.

 

Texte de Totem –

www.eternelpresent.ch

L’instant présent
Partager cet article
Repost0
12 juin 2015 5 12 /06 /juin /2015 20:42
Quand ça remue dans l'Aura…

 

 

 

 

Que se passe t-il lorsque le souffle subtil de la Rose+Croix se heurte au libre-arbitre de la volonté de ceux qui ne sont pas encore prêts à adhérer à la démarche d'investigation des Rosicruciens?

 

 

Parfois il n'y a rien de visible...

 

 

Un travail intérieur peut se poursuivre, comme si l'aura recevait une influence détergente qui tôt ou tard faciliterait un éveil mystique ou la prise de ces décisions éclairées qui changent la vie.

 

 

Mais parfois l'ego occupe trop de place...

 

 

Certes, le chercheur qui n'éprouve pas suffisamment l'envie de dissoudre son ego peut adhérer à certains idéaux inspirés du rosicrucianisme.

 

 

Mais il peut être tenté de le faire sans grand discernement en adhérant à tout ce qui lui est présenté sous une étiquette rosicrucienne.

 

 

S'il se soumet sans tout comprendre, il devient alors ce que les rosicruciens d'autrefois nommaient un "mimus", c'est à dire quelqu'un qui a tendance à mimer ce ou celui qu'il considère comme rosicrucien.

 

 

Naturellement les Rosicruciens avancés se gardent bien d'entretenir autour d'eux une cour de "mimus"...

 

 

Tout au contraire, avec bienveillance, ils font en sorte de soulever des cas particuliers obligeant les "mimus" à abandonner leur comportement stéréotypé pour les pousser à exprimer davantage de sincérité dans la recherche d'une écoute de leur Être intérieur.

 

 

Mais parfois l'ego du "mimus" ne supporte pas la remise en question.

 

 

Refusant égotiquement la démarche d'investigation (investigo = non vêtu) et fuyant l'action détergente (détergerer = frotter nettoyer) il devient un "momus"...

 

 

Le "momus" est rebelle.

 

 

Il a une aura bien particulière qui véhicule des charges agressives et, lorsque le vent rosicrucien ne souffle pas d'une manière suffisamment puissante pour évacuer ces charges, celles-ci se trouves activées et le "momus" s'exprime en devenant un adversaire qui critique et rejette tout.

 

Mais chacun possède sa place...

 

Le "momus" qui est sous influence "sethienne" (de Seth, l'adversaire indispensable d'Osiris) contribue involontairement à l'œuvre rosicrucienne...

 

 

Les rosicruciens représentent Seth par le gardien extérieur du Temple, celui qui teste les profanes (de profanum = devant le temple), et maintient les "étrangers" à l'extérieur.

 

 

Les égyptiens nommaient d'ailleurs Seth le Dieu des étrangers...

 

 

 

 

 

http://www.lebistrotdelarosecroix.com/article-rehabilitons-les-insultes-rosicruciennes-du-17eme-siecle-84708092.html

 

 

 

 

 

Quand ça remue dans l'Aura…
Partager cet article
Repost0
7 juin 2015 7 07 /06 /juin /2015 08:48
A propos de l’argent

 

 

Depuis l’époque très lointaine où il troquait un bien contre un autre, une marchandise contre une autre, un service contre un autre, l’homme a inventé une monnaie d’échange que l’on assimile de nos jours encore à l’argent. Comme chacun sait, il se présente dans la plupart des pays du monde sous la forme de billets et de pièces, auxquels on attribue des valeurs qui fluctuent en fonction des circonstances politico-économiques et du “marché”. Cette invention fut une nécessité, car le troc atteignit rapidement ses limites et n’était pas toujours équitable. Très tôt dans l’histoire humaine, il a donc fallu créer un système n’ayant dans l’absolu aucune limite et garantissant en théorie une certaine équité.

 

 

 

Le temps a passé depuis l’invention de l’argent, mais l’homme a rapidement perverti l’usage idéal qu’il aurait dû en faire. Conçu à l’origine pour servir de monnaie d’échange, il s’est transformé en une marchandise que l’on s’est employé à accumuler en tant que telle, de sorte que son acquisition est devenue une fin en soi, au mépris des valeurs éthiques les plus élémentaires. Le «bon serviteur» qu’il aurait dû être s’est bien vite transformé en «mauvais maître», au point de révéler avec de plus en plus d’acuité deux faiblesses majeures de la nature humaine : l’avidité et la cupidité. De nos jours, tout laisse à penser que ces deux faiblesses ont atteint leur paroxysme dans les sociétés modernes.

 

 

 

La question qui se pose est de savoir pourquoi l’homme en général est si avide et si cupide. Cela revient à se demander pourquoi il veut toujours plus d’argent et de biens, au-delà même de ce qui lui est nécessaire pour vivre confortablement sur le plan matériel : la peur de manquer ? le besoin de posséder ? le désir de dominer ? Il est difficile de savoir ce qu’il en est vraiment, mais ce qui est certain, c’est que cette attitude ne le rend généralement pas heureux, ou alors pas longtemps et pas pleinement, d’où l’adage populaire : «L’argent ne fait pas le bonheur». Cela étant, on ne peut nier qu’il y contribue activement, car il est une nécessité pour mener une vie ne serait-ce que “normale”.

 

 

 

Comme vous le savez, nombre de religions prônent la pauvreté, car elles considèrent que la richesse corrompt l’âme humaine et l’éloigne de Dieu. D’un point de vue rosicrucien, une telle approche de la spiritualité n’est pas fondée. Penser cela reviendrait à dire que le fait d’être pauvre rend plus spirituel, ce qui n’est pas le cas. Certes, c’est avant tout la richesse intérieure qu’il faut rechercher, mais une telle quête peut être menée sans pour autant mépriser l’argent. Ce qui importe dans ce domaine, c’est la manière dont on l’obtient et l’usage que l’on en fait. Quiconque en “gagne” malhonnêtement ou au détriment d’autrui avilit effectivement son âme. Il en est de même de quiconque l’emploie à des fins immorales ou négatives. Mais s’il est obtenu honnêtement et utilisé d’une manière positive, il permet à celui qui en possède d’être heureux et de rendre les autres heureux, ce que Dieu, quelle que soit l’idée que l’on s’en fait, ne peut qu’approuver.

 

 

 

Que faire pour que les hommes soient moins avides et moins cupides ? Je ne vois qu’une solution : leur expliquer dès le plus jeune âge que ce n’est pas dans les possessions matérielles qu’ils trouveront le bonheur, et que devenir riche n’est pas un but en soi. Cela pose tout le problème de l’éducation. Malheureusement, la société actuelle a élevé l’argent au rang de divinité et en a quasiment fait un objet de culte. Dans certains pays, il existe même des écoles où l’on apprend aux enfants à l’aimer au plus haut point et à en faire le compagnon de leur vie. Sans aller jusqu’à cet extrême, on ne peut nier que l’argent occupe une place de plus en plus importante dans les conversations courantes, les débats publics, les jeux télévisés, le sport, etc. En ce qui me concerne, je le regrette profondément.

 

 

Serge Toussaint Grand Maître de l’Ordre de la Rose-Croix

 

http://www.blog-rose-croix.fr/a-propos-de-l-argent/

A propos de l’argent

 

 

CITATIONS

 

«Vous voulez vous sentir libre?

 

Travaillez à ennoblir vos pensées et vos sentiments,

 

car la véritable liberté est la liberté intérieure.

 

Il est évidemment souhaitable d’être libre aussi

 

de ses mouvements sur le plan physique,

 

mais considérez que cette liberté-là est secondaire.

 

La seule liberté à laquelle il vaut la peine d’aspirer est la liberté intérieure.»

 

– Omraam Mikhaël Aïvanhov

Partager cet article
Repost0
3 juin 2015 3 03 /06 /juin /2015 08:38
«Je baignais dans le chagrin…»

 

 

 

 

 

Il y a peu de temps, j’ai vécu une période difficile : ma fille, qui a toujours eu le triste talent de faire souffrir son entourage, m’a fait subir une machination qui m’a bouleversée, lors d’un séjour chez elle. Ce n’était pas la première fois, mais disons que cette fois-ci, elle avait fait fort. J’étais déchirée, écœurée, démunie.

 

 

 

De retour chez moi, j’ai vécu une situation à laquelle je ne m’attendais pas : chaque matin, dès mon réveil, je baignais dans le chagrin. Un chagrin bien installé, comme s’il s’était invité à mon insu. Tout ce qui me rendait heureuse en me levant, tous mes bonheurs quotidiens se sont colorés de tristesse. Même si je ne pleurais pas physiquement, j’avais l’impression de voir le monde à travers des lunettes de larmes. Le chagrin inondait chaque recoin de mon être, chaque petite pièce de ma maison intérieure. Comme une rivière qui sort de son lit.

 

 

 

Ce n’était pas tenable, j’allais m’y noyer. Je me suis demandé : comment cohabiter avec ce chagrin qui s’invite partout, dans chacune de mes actions?

 

 

 

Je me suis mise à penser à mon chagrin comme on penserait à une personne. Il était comme une sorte d’invité. Un invité un peu envahissant, certes, mais un invité quand même, digne de respect. Alors j’ai ressenti de l’amour pour ce chagrin, et j’ai voulu en prendre soin, pour lui et pour moi. Une idée m’est venue : pour que mon «invité» et moi puissions cohabiter en bon «voisinage», il fallait que je lui aménage une pièce dans ma maison intérieure. Une pièce rien qu’à lui, une pièce dans laquelle il se sent bien.

 

 

 

Cette pièce, je l’ai appelée : «la chapelle à chagrin». Le mot «chapelle» était important; il n’était pas question de reléguer mon chagrin à la cave ni aux oubliettes. Non, il n’était pas question de l’oublier ou de l’enterrer, mais de le visiter, de l’honorer, quand je m’en sentais l’envie et la force. Il lui fallait donc un lieu ravissant, un lieu accueillant où je pouvais venir pleurer en sa compagnie. J’ai imaginé la chapelle petite et ronde, en pierres blanches, avec des hortensias bleus à l’entrée. C’était coquet :-) J’ai dit à mon chagrin : «Bienvenue chez toi!».

 

 

 

J’ai respecté mon engagement. Régulièrement, je suis allée le visiter. Régulièrement, je suis allée lui rendre hommage en «déposant» un hortensia bleu sur l’autel. Régulièrement, je me rendais dans cet endroit intérieur, où j’avais érigé cette chapelle, et je pleurais ce que j’avais besoin de pleurer. Puis, je «refermais la porte» de l’édifice, et je m’en retournais à ma vie.

 

 

 

Au bout de quelques mois, eh bien, il s’est passé quelque chose d’incroyable : j’ai senti le chagrin s’en aller de mon cœur comme une mer qui se retire. Il s'était installé chez lui, dans la chapelle. Les lunettes de larmes sont tombées. Et j’ai pu reprendre ma vie normalement. Vivre à nouveau des matins heureux, remplis de chants d’oiseaux, des matins aux odeurs de café et de pain grillé.

 

 

:-) Depuis, la chapelle est vide. Mais il me plaît de savoir que j’ai en moi un lieu sacré où je peux accueillir les bouleversements de la vie avec toute l’attention qu’ils méritent, tout en me protégeant de leurs éclats.

 

Ludivine, France

 

http://matinmagique.com/miracles.html

 

 

 

 

«Je baignais dans le chagrin…»

 

 

CITATION

 

 

«Parfois, ne pas obtenir ce qu'on désire est

 

un merveilleux coup de chance.» 

 

Dalaï-Lama

 

Partager cet article
Repost0
30 mai 2015 6 30 /05 /mai /2015 08:51
Partager cet article
Repost0
23 mai 2015 6 23 /05 /mai /2015 22:40
Le simple art de bénir+ vidéo  Nicole Charest

 

 

 

C’était en avril 2001. Alors que je me dirigeais vers le comptoir-caisse de la librairie où je fouinais depuis déjà une bonne heure, mon regard fut attiré par le titre d’un livre se trouvant sur un petit présentoir : Le pouvoir de la bénédiction. Je m’empressai de le feuilleter sans toutefois prendre la décision de l’acheter. Après tout, j’en avais déjà 3 en mains. Toutefois, rendue à mon auto, j’entendais toujours cette petite voix dans ma tête qui me disait : « Humm, tu vas le regretter… ».

 

Sachant à quel point cette voix peut devenir harcelante, je m’empressai de retourner à la librairie et achetai ledit livre. Je n’ai jamais regretté une seconde d’avoir obéi à cette voix qui, en fait, n’était rien d’autre que celle de mon intuition profonde.

 

 

Qu’est-ce au juste que cet art de la bénédiction? Outre le fait d'être un outil pratico-pratique qui permet, entre autres, de nous apaiser, de nous libérer, de transcender notre impuissance, de renouer avec notre force intérieure, de dissoudre nos problèmes, de changer le cours des choses; la bénédiction est un mode de vie qui génère en nous une nouvelle façon d'être, de penser et d'agir.

 

 

http://www.lapetitedouceur.org/2016/03/le-simple-art-de-benir-9.html#Nicole2

 

 

 

 

 

 

CITATION

 

«S'il nous est difficile de trouver le bonheur en nous,

 

il est impossible de le trouver ailleurs.»

 

« Agnes Repplier»

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : cheminphilosophique
  • : Je suis passionnée de philosophie, je partage avec vous ces textes et citations qui font partie de moi.
  • Contact

Bienvenue sur mon blog!

Entrer chez moi, c'est découvrir mes idéaux, mes créations personnelles et d'autres thèmes qui me passionnent.
 

Bonne visite !

 

 

Ce blog a été créé le 22-08-2010 par mon adorable petit-fils Maxime


 

1 NOUVELLE SEPARATION

 

***

hobbies

 

  compteur pour blog