Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
7 mars 2016 1 07 /03 /mars /2016 23:10

 

 

 

 

Texte de Diane Gagnon –

 

Auteur, Coach, Conférencière

 

 

 

 

 

 

LE DON DE SOI

 

 

 

 

 

L’une des plus belles manières de développer notre estime de soi et de donner aux autres. Quand notre estime de soi est faible, nous cherchons à donner beaucoup, sans limites, presque tout le temps pour avoir enfin un peu de reconnaissance en retour, pour être aimés, pour être appréciés, pour être indispensables. Nous donnons alors par peur de ne pas être aimés, par peur de la solitude, par peur du jugement si nous disons non aux autres.

 

Mais quand on a appris à s’aimer vraiment, nous sommes capables de dire non avec amour, si quelque chose ne nous convient pas. Nous n’avons plus besoin de recevoir de la reconnaissance de la part des autres puisque nous avons appris à nous la donner. Nous sommes capables de mettre nos limites et de ne pas dépasser les nôtres! Nous n’avons plus peur de la solitude ni de ne pas être aimés, puisque nous sommes bien avec nous-mêmes et que nous nous aimons enfin, dans tout ce que nous sommes.

 

Quand nous nous aimons, le don de soi devient notre plus belle preuve d’amour envers les autres.

 

Nous donnons alors sans attente, avec le cœur grand ouvert, sans espérer de reconnaissance ni même de remerciements. Nous donnons dans le seul but de faire plaisir, même de façon anonyme. Nous donnons sans nous épuiser, puisque nous nous ressourçons constamment en nous.

 

Nous donnons pour que l’autre reçoive à son tour tout cet Amour de la Vie si généreuse. Nous donnons pour redonner espoir, pour consoler, réconforter, écouter et tendre la main.

 

Le don de soi est un geste hautement spirituel qui contribue à solidifier notre estime de soi. Nous observons alors que nous donnons dans la joie, sans jamais être déçus puisque nous n’avons plus d’attentes. Nous donnons pour la joie pure de donner.

 

Être là pour les autres, c’est aussi être là pour soi. Quand nous nous aimons, donner aux autres c’est aussi se donner à soi. Car le don de soi rejaillit sur celui qui reçoit, sur celui qui donne et sur tous ceux qui en sont témoins. Alors donnons, sans attente.

 

Donnons le cœur libre!

 

 

https://www.facebook.com/DianeGagnon.Auteur.Coach

 

 

 

 

 

 

LE DON DE SOI
Partager cet article
Repost0
7 mars 2016 1 07 /03 /mars /2016 08:21

 

 

Bonjour à chacun de vous.

 

En attendant le prochain texte mardi, je vous offre une superbe vidéo sur le bassin d'Arcachon là où je réside.

Bon visionnement à vous .

 

Micheline

 

 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
6 mars 2016 7 06 /03 /mars /2016 00:21

Bonne fête à toutes les mamies

 

 

 

 

 

 

 

Ci-dessous le poëme d'un jeune enfant pour sa Grand-Mère.

 

 

 

 

 

 

 

Bonne fête à toutes les mamies
Partager cet article
Repost0
3 mars 2016 4 03 /03 /mars /2016 23:15

 

 

 

Texte de Serge Toussaint

 

Grand Maître de l’Ordre de la Rose-Croix

 

 

 

 

 

 

 

A propos des péchés

 

 

 

Comme vous le savez certainement, la plupart des religions intègrent dans leur enseignement la notion de péché, qu’elles définissent généralement comme un acte contraire à leur credo, et par extension comme opposé à la Volonté divine. En règle générale, on distingue deux sortes de péchés : les péchés véniels, peu graves et aisément pardonnables ; et les péchés mortels, graves au point d’entraîner éventuellement la damnation du pêcheur. Parmi ces derniers, sept sont considérés comme capitaux dans le Christianisme : l’avarice, la colère, l’envie, la gourmandise, la luxure, l’orgueil et la paresse.

 

Considérant que les péchés sont une offense à Dieu, qu’ils avilissent l’âme de l’être humain et qu’ils compromettent son accès au paradis après la mort, les religions concernées dissuadent leurs fidèles d’en commettre et, lorsqu’ils le font, les engagent à se confesser auprès d’un membre du clergé. À l’issue de cette confession effectuée sous le sceau du secret, le pécheur est généralement absous, non sans avoir fait acte de contrition à travers quelques prières et s’être engagé à ne plus pécher.

 

Si je respecte ceux et celles qui croient à la notion de péché, je n’y adhère pas, pas plus que la plupart des Rose-Croix. En effet, cette notion est fondée sur l’idée que les religions concernées se font, non seulement de ce qui est bien et mal dans le comportement humain, mais également de ce qui plaît ou déplaît à Dieu à travers ce comportement. Elle est donc subjective et arbitraire. On notera d’ailleurs que ce qui est considéré comme un péché dans tel credo ne l’est pas dans tel autre, ce qui prouve qu’elle ne repose pas sur une ontologie universelle, mais sur une théologie spécifique à chaque religion.

 

Certes, il y a des comportements fondamentalement bons, et d’autres fondamentalement mauvais. Mais peut-on mettre au même niveau le fait d’être gourmand, qui ne nuit en fait qu’à soi-même, et le fait de tuer, qui constitue une atteinte on ne peut plus grave à l’intégrité d’autrui ? Quant aux péchés dits “mortels”, je vois mal comment et pourquoi ils pourraient faire mourir le corps, d’autant plus qu’ils concernent l’âme et que celle-ci est immortelle par nature. Par ailleurs, je pense qu’aucune personne ayant péché, même très gravement, ne peut être damnée, fut-ce temporairement ou éternellement.

 

D’un point de vue rosicrucien, les êtres humains que nous sommes ne commettent pas des péchés, mais des erreurs et des fautes plus ou moins graves. Chacune d’elles met en action la loi karmique et donne lieu à des épreuves plus ou moins difficiles, destinées à nous faire comprendre en quoi elles ont été préjudiciables à nous-mêmes ou à autrui. Je suis convaincu également qu’aucune personne extérieure à nous, fût-elle un membre éminent de tel ou tel clergé, ne peut les effacer et nous absoudre. Un tel pouvoir irait à l’encontre de notre évolution spirituelle, laquelle est fondée sur l’obligation pour chacun d’assumer le karma négatif qu’il se crée lui-même par une mauvaise application de son libre arbitre.

 

http://www.blog-rose-croix.fr/a-propos-des-peches/

 

 

 

 

 

 

A propos des péchés
Partager cet article
Repost0
1 mars 2016 2 01 /03 /mars /2016 09:33

 

 

 

Source : Dre Diane LeBlanc,

 

Tout va mal ? Tant mieux !

 

 

 

 

 

 

Exercice de lâcher-prise+ vidéo

 

 

 

 

 

Voici un petit exercice de lâcher-prise tout simple et très parlant que vous pouvez reprendre à volonté chaque fois qu’une situation problématique se présente dans votre vie.

 

 

Imaginez que vous étendez un bras droit devant vous, le dos de la main fixant le ciel, tandis que vous tenez fermement dans votre paume un diamant précieux. Vous garderez, bien entendu, votre main solidement fermée, vos doigts s’agrippant au joyau pour ne pas le laisser s’échapper.

 

Alors si quelqu’un vous invite à lâcher prise, que ferez-vous ?

 

Ouvrirez-vous la main au risque de laisser tomber le diamant ?

 

Que se passe-t-il dans votre tête si vous vous dites que vous devez laisser aller ce que vous avez de plus cher ? Croyez-vous que lâcher prise veuille dire laisser tomber, renoncer, capituler, jeter l’éponge, perdre la face ou abandonner la partie ? Si c’est le cas, pas étonnant que vous refusiez de vous y soumettre !

 

Or, le vrai lâcher-prise implique plutôt de voir les choses autrement, de vous ouvrir à de nouvelles avenues auxquelles vous n’avez pas encore songé par vous-même.

 

Dans le cas présent, il n’est pas nécessaire de garder la main tournée vers le sol pour l’entrouvrir : vous pouvez la retourner vers le haut, paume vers le ciel, et dénouer vos doigts afin de faire de la place aux nouvelles possibilités qui se présentent à vous.

 

Lâcher prise, c’est tout simplement lâcher le contrôle, faire confiance à la Vie et vous ouvrir pour recevoir les innombrables bienfaits qui pleuvent sur votre tête.

 

La prochaine fois que vous sentirez qu’il vous faut lâcher prise, refaites ce petit geste significatif : libérez-vous de votre souci en le remettant entre les mains de votre âme, de Dieu ou de toute autre personnes « là-haut » en qui vous avez confiance… Puis, tendez les mains droit devant vous, ouvertes et prêtes à accueillir de merveilleux joyaux sous forme de bénédictions providentielles ou de solutions parfaites !

 

http://www.lapetitedouceur.org/article-exercice-de-lacher-prise-123468178.html

 

 

 

 

 

 

 

 

Voici le lien de la vidéo ci- dessous.

https://www.youtube.com/watch?v=EN-MB2JblHM

 

 

 

Partager cet article
Repost0
26 février 2016 5 26 /02 /février /2016 01:19

 

 

 

 

Auteur Karen

 

Source EPANEWS.fr

 

 

 

 

 

 

Le Pouvoir de l’Intention +vidéo

 

 

 

 

 

 

Ce n'est pas vraiment une nouveauté,

 

mais l'intérêt de cette vidéo c'est que la physique quantique démontre le pouvoir de la Conscience,

 

mais aussi celui du moment présent, du lâcher-prise et donc de la force que nous avons ensemble pour aider l'humanité.

 

C'est une nouvelle réalité.

 

http://www.choix-realite.org/8071/le-pouvoir-de-lintention

 

 

 

La vidéo ci-dessous  si vous ne pouvez la voir sur le blog, voici le lien.

 

https://www.youtube.com/watch?v=kr7ye-afuMM

 

 

 

 

 

Le Pouvoir de l’Intention +vidéo

 

 

 

 

                   Pensée de Shakespeare

 

« L'amour ne regarde pas avec les yeux, mais avec l'âme »

 

 

Partager cet article
Repost0
23 février 2016 2 23 /02 /février /2016 05:56

 

 

Texte de Diane Gagnon -

 

Auteur, Coach, Conférencière

 

LE JUGEMENT

 

 

 

Tant de gens se jugent les uns les autres.

 

On envie la réussite de l’un et tout de suite

 

on le soupçonne de ne pas être compétent.

 

On juge la personnalité de l’une que l’on trouve trop voyante, celle d’un autre qu’on trouve trop fade, celle d’une autre qui a un caractère épouvantable….Ce que nous jugeons chez l’autre, bien souvent nous le portons en nous mais nous ne voulons pas le voir. Quand nous sommes dans le jugement, nous ne pouvons pas être dans l’amour.

 

Nous ne laissons pas de place à l’épanouissement d’une belle relation, nous activons des pensées négatives qui en attireront d’autres, notre niveau d’énergie baisse, notre humeur change. Quand nous sommes en train de juger, nous ne voyons pas ce qu’il y a de bon dans cette situation, chez cette personne, dans cet événement.

 

Nous fermons toutes les portes du cœur pour porter un jugement qui manque de jugement!

 

Et qui manque surtout d’amour.

 

Il y a du bon en toute personne, trouvons-le! Nous sommes bien plus heureux quand nous cherchons le bon chez les autres quand lorsque nous passons notre temps à les critiquer.

 

Avoir du jugement, ce n’est pas juger les autres pour ce qu’ils sont ou ce qu’ils font. Avoir du jugement, c’est prendre les bonnes décisions pour soi dans les meilleures conditions possibles. Juger l’autre, c’est le contraire de l’amour.

 

Ayons du jugement mais ne jugeons-pas!

 

Car il est impossible d’aimer quand on juge.

 

Et il est impossible de juger quand on aime!

 

https://www.facebook.com/DianeGagnon.Auteur.Coach

 

 

 

 

LE JUGEMENT
Partager cet article
Repost0
19 février 2016 5 19 /02 /février /2016 02:46

 

 

 

 

Texte de Serge Toussaint

 

Grand Maître de l’Ordre de la Rose-Croix

 

 

 

 

 

 

 

A propos de l’Expérience de Mort Imminente (EMI)

 

 

 

 

 

 

Comme vous le savez certainement, de plus en plus de scientifiques s’intéressent à l’EMI. Si tel est le cas, c’est parce qu’ils ne peuvent plus ignorer les milliers de témoignages recueillis à travers le monde auprès de personnes ayant vécu une telle expérience. Dans tous les cas, la description qui en est faite est quasiment la même : alors qu’elles sont dans un état de « coma dépassé » ou considérées comme « mortes cliniquement » à la suite d’un accident, d’une maladie ou d’une opération chirurgicale, elles ont le sentiment de quitter leur corps physique, d’entendre et de voir ce qui se dit et ce qui se passe dans la pièce où elles se trouvent, et même au-delà de cette pièce. Puis vient le moment où elles se sentent comme attirées vers un monde qui transcende le plan terrestre. C’est alors qu’elles ont l’impression de traverser ce fameux tunnel de lumière, au bout duquel les attendent des êtres chers qu’elles avaient connus ici-bas.

 

S’il est un fait que de plus en plus de scientifiques s’intéressent à l’EMI, la majorité d’entre eux demeurent sceptiques et ne voient dans cette expérience qu’un ensemble d’impressions générées par une zone du cerveau. Autrement dit, il s’agit pour eux d’un phénomène purement physiologique qui ne prouve ni l’existence de l’âme ni celle de l’après vie. Mais alors, on peut se demander pourquoi la nature, qui ne fait rien pour rien et ne cherche pas à nous duper, aurait fait en sorte que l’homme, lorsqu’il est sur le point de mourir, vit un état de conscience qui le conforte dans l’idée que la mort ne marque pas la fin définitive de notre existence. On peut se demander également pourquoi ceux et celles qui ont vécu cet état en reviennent radicalement transformés et, si ce n’était déjà le cas, mènent par la suite une existence empreinte d’humanisme et de spiritualité.

 

Parmi les nombreuses expériences rapportées sur le sujet, il faut revenir sur celles où les personnes concernées ont entendu et vu des choses qui se disaient ou se faisaient dans d’autres pièces ou d’autres lieux que celle ou celui où elles se trouvaient physiquement. De mon point de vue, c’est la preuve que la conscience humaine n’est pas limitée au corps physique, mais peut s’étendre bien au-delà. C’est la preuve également qu’elle n’est pas le produit exclusif du cerveau, puisque dans la plupart des cas répertoriés, il ne fonctionnait plus (électro-encéphalogramme plat). Comment expliquer, par exemple, qu’à l’issue d’une opération chirurgicale très longue et très complexe, nombre de sujets aient pu décrire ensuite les phases de cette opération, les instruments utilisés, la disposition des pièces adjacentes au bloc opératoire, etc. ? Quoi qu’ils en disent, les scientifiques sont incapables d’expliquer une telle perception qui, en tout état de cause, est extra-sensorielle.

 

En ce qui me concerne, il est évident que l’EMI est l’antichambre de ce que l’on appelle improprement «la mort». Pour être plus précis, elle correspond à la première étape d’un processus mystique qui en comporte plusieurs, et que les Rose-Croix désignent sous le nom de «transition». Au cours de cette première étape, l’âme quitte graduellement le corps et perçoit avec acuité tout ce qui se passe autour de lui. Mais au lieu de s’en libérer définitivement et de poursuivre sa transition vers le monde spirituel, elle le réintègre (parfois brutalement) et réactive l’ensemble de ses fonctions vitales, dont l’activité cérébrale. La personne que l’on croyait morte revient alors à la conscience, gardant le souvenir de ce qu’elle a perçu durant cette expérience, au point de pouvoir décrire ce qu’elle a vu et entendu.

 

D’un point de vue rosicrucien, la conscience est un attribut de l’âme et non une fonction exclusive du cerveau. Lorsqu’elle quitte momentanément le corps à l’occasion d’une EMI, elle perçoit les choses indépendamment des facultés cérébraux-sensorielles. Libérée des limites liées au temps, à l’espace et à la matière, elle peut même « voir » et « entendre » ce que notre vue et notre ouïe physiques sont incapables de percevoir. Autrement dit, elle expérimente provisoirement l’état spirituel qui sera le sien au moment de la mort, lorsqu’elle franchira le seuil de l’après-vie.

 

http://www.blog-rose-croix.fr/experience-de-mort-imminente/

 

 

 

 

CI-DESSOUS VIDEO

 

Ou va-t-on aprés la mort?

 

 

 

 

 

 

https://www.youtube.com/watch?v=u4tuObnMdhc

Partager cet article
Repost0
16 février 2016 2 16 /02 /février /2016 09:34

 

 

 

Texte de Serge Toussaint

 

Grand Maître de l’Ordre de la Rose-Croix

A propos de la résilience

 

 

On entend parfois des philosophes, des psychologues et des sociologues parler de résilience à propos de tel individu, de telle communauté, de tel peuple ou de telle nation. Bien que ce terme leur semble familier et revête dans leur esprit un sens précis et évident, il recouvre une notion qui n’est pas si courante et même, probablement, dont beaucoup ignorent la signification. Il me semble donc intéressant de l’expliciter et de voir brièvement ce que l’on peut en dire à la lumière de la philosophie rosicrucienne.

 

Le mot «résilience» revêt des significations différentes, selon le contexte dans lequel il est employé :

 

En écologie : «Capacité d’un écosystème, d’une espèce ou d’un individu à récupérer un fonctionnement ou un développement normal après avoir subi une perturbation».

 

En économie : «Capacité à revenir sur la trajectoire de croissance après avoir encaissé un choc».

 

En psychologie : «Capacité à revenir d’un état de stress post-traumatique», etc.

 

D’où cette définition générale : «capacité d’un corps, d’un organisme, d’une organisation ou d’un système quelconque à retrouver ses propriétés initiales après une altération».

 

En extrapolant quelque peu, on peut dire que la résilience est l’aptitude d’une personne ou d’un groupe de personnes à surmonter une épreuve ou à se ressaisir, et à renouer avec l’harmonie et le bien-être.

 

Appliquée à l’être humain, que ce soit d’ailleurs à titre individuel ou collectif, la résilience est donc une aptitude positive, pour ne pas dire une vertu. En effet, elle fait appel à ce qu’il y a de meilleur dans la nature humaine. Au regard de la philosophie rosicrucienne, elle prend sa source dans ce qu’il y a de plus divin en chacun de nous et fait appel à ce que l’on désigne couramment sous le nom de «force intérieure». Chaque fois que nous sommes éprouvés ou que nous souhaitons nous ressaisir, c’est dans cette force qu’il faut puiser la volonté et le courage d’agir en conséquence.

 

Quand on parle de résilience, il est difficile de faire abstraction du verbe «résilier». En termes de convention, on peut établir un lien entre ces deux mots et dire que la résilience consiste à résilier nos mauvais comportements, c’est-à-dire à y mettre fin, au profit de bons comportements. Vue sous cet angle, elle s’apparente à l’alchimie mentale et spirituelle si chère aux Rose-Croix, laquelle consiste à transmuter nos faiblesses et nos défauts en leurs qualités opposées, afin de devenir meilleur sur le plan humain et, par voie de conséquence, d’améliorer le monde. La résilience implique également l’aptitude à respecter la nature et à vivre en harmonie avec elle.

 

Chacun peut constater que l’humanité va mal et qu’elle donne le sentiment de courir à sa perte. Le seul moyen de se sauver d’elle-même et de s’ouvrir à un bel avenir consiste à faire acte de résilience, c’est-à-dire à rompre avec les fausses valeurs qui prédominent actuellement. Cela suppose d’adopter des mœurs fondés sur le désir individuel et collectif de manifester ce que les sages du passé ont toujours exalté dans le comportement humain : tolérance, non-violence, humilité, intégrité, bienveillance, générosité, etc. Autrement dit, nous devons plus que jamais faire de l’éthique le fondement de nos choix et de nos agissements.

 

 

http://www.blog-rose-croix.fr/a-propos-de-la-resilience/

 

 

 

 

 

A propos de la résilience
Partager cet article
Repost0
12 février 2016 5 12 /02 /février /2016 06:29

 

 

 

Texte prit sur le site de:

 

Diane Gagnon par Nicole Charest

 

 

 

 

 

 

 

 

Nos résistances

 

 

 

Bien que nous sachions que ce soit utopique, nous souhaitons tous vivre une vie heureuse, sans problèmes et sans souffrances.

 

 

Pourtant, c’est souvent nous-mêmes qui alimentons inconsciemment certaines des souffrances que nous éprouvons. Nous ne le faisons pas intentionnellement, bien sûr, mais nous sommes trop souvent esclaves de nos émotions comme la résistance, la colère, la haine, la rancune, la jalousie, la peur, le jugement, la fermeture, et les autres interprétations erronées que l’on se fait à propos des gens et des événements.

 

En fait, c’est souvent notre résistance à accepter la réalité qui crée notre souffrance. Ainsi, face à cette prémisse, nous avons parfois envie de répondre que notre cas est pire, que ce n’est pas nous qui nous faisons souffrir, que l’enfer c’est les autres, que personne ne nous comprend… On résiste de toutes nos forces à ce qui nous fait mal, à ce qui nous dérange. On juge, on critique, on refuse d’accepter les aléas de la vie s’ils sont contraires à nos attentes. Pourtant, on s’épargnerait bien des souffrances si on acceptait dès maintenant le fait que tout ce qu’on désire n’est pas nécessairement fait pour nous et que tout ce qui nous arrive est précisément ce dont nous avons besoin !

 

Nous croyons faussement qu’une vie heureuse est une vie sans problèmes et sans souffrances.

 

Et pourtant, ceux-ci font partie de la Vie au même titre que la joie et les petits bonheurs : les uns ne vont pas sans les autres. Alors pourquoi résister de toutes nos forces face aux événements qui surviennent? La Vie est une suite de joies et de peines. C’est déprimant? Non, c’est la réalité! Plus tôt dans la vie nous acceptons ce fait, plus tôt nous devenons sereins face aux événements de la Vie.

 

Notre force se développe en faisant face aux événements difficiles, aux résistances, aux déceptions; elle nous indique aussi quel sera notre niveau de bonheur dans la vie.

 

Rien ne dure de manière permanente. Tout passe. Alors, apprécions les joies, apprenons des difficultés. Construisons ainsi notre bonheur. Le Bonheur n’arrive pas un jour soudainement dans notre vie: il se construit chaque instant par nos pensées et nos réactions.

 

Accepter ce qui est, composer avec la réalité, la modifier lorsque c’est possible, changer soi-même pour être plus heureux; c’est ça le secret du bonheur!.

 

 

www.lapetitedouceur.org

 

 

 

 

 

Pensée en images pour fêter l'Amour et l'Amitié sur toute la planète .

 

 

Nos résistances
Nos résistances
Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : cheminphilosophique
  • : Je suis passionnée de philosophie, je partage avec vous ces textes et citations qui font partie de moi.
  • Contact

Bienvenue sur mon blog!

Entrer chez moi, c'est découvrir mes idéaux, mes créations personnelles et d'autres thèmes qui me passionnent.
 

Bonne visite !

 

 

Ce blog a été créé le 22-08-2010 par mon adorable petit-fils Maxime


 

1 NOUVELLE SEPARATION

 

***

hobbies

 

  compteur pour blog