Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
22 janvier 2016 5 22 /01 /janvier /2016 08:53

 

 

Nouvelles Noces chymiques de Christian Rosenkreutz 1616-2016

 

 

 

Manifesto :

 

 

 

 

En tant qu’auteur de ce Manifeste, et avant que vous en preniez connaissance, je souhaiterais me présenter. Par le passé, j’ai été connu sous le nom de Christian Rosenkreutz, fondateur mythique de l’Ordre de la Rose-Croix, société secrète dont les historiens de l’ésotérisme situent l’origine au début du XVIIe siècle, mais dont la Tradition est beaucoup plus ancienne, puisqu’elle remonte aux Écoles de mystères de l’Égypte antique.

 

Dans la Fama Fraternitatis, publiée en 1614, il est expliqué en détail pourquoi et comment, après avoir parcouru le monde à la recherche des plus grands érudits de l’époque, j’en suis venu à créer l’Ordre de la Rose-Croix. Formé à l’origine de quelques membres versés dans l’hermétisme, l’alchimie et la kabbale, il s’est développé par la suite et a perduré jusqu’à nos jours. Étant son fondateur, j’ai continué à veiller sur sa destinée, tantôt depuis le plan spirituel, tantôt en étant incarné ici-bas.

 

 

Un deuxième Manifeste fut publié l’année suivante, en 1615 : la Confessio Fraternitatis. Sans entrer dans les détails, je dirai qu’elle constitue le prolongement de la Fama et la complète en donnant des précisions sur les règles et le fonctionnement de la Fraternité rosicrucienne, tels que je les avais établis. On y trouve également des révélations sur le Liber Mundi (le Livre du Monde), sur le but véritable de l’alchimie, et sur la Science que les Rose-Croix possèdent pour mener à bien la régénération spirituelle de l’humanité.

 

Un troisième Manifeste, publié en 1616, vint s’ajouter au deux précédents. Dans un style très différent, il relate un rêve que je fis à l’époque où j’ai fondé l’Ordre de la Rose-Croix. Durant ce rêve, je me suis vu mener un périple initiatique de sept jours, à l’issue duquel je fus convié au mariage d’un Roi et d’une Reine, célébré dans un mystérieux château. Ce rêve allégorique, jalonné de références alchimiques, a fait l’objet de nombreuses interprétations, certaines éloquentes et inspirantes, d’autres fantaisistes et même absurdes.

 

 

Dans ma vie présente, je suis né le 13 décembre 1982, à Paris, cette Ville de Lumière où les Rose-Croix se sont fait connaître en 1623 par des affiches placardées ici et là dans les rues. Permettez-moi de vous en rappeler les termes :

 

« Nous, députés du Collège principal de la Rose-Croix, faisons séjour visible et invisible en cette ville par la Grâce du Très-Haut, vers Lequel se tourne le cœur des Justes. Nous montrons et enseignons à parler, sans livres ni marques, toutes sortes de langues des pays où nous voulons être pour tirer les hommes, nos semblables, d’erreur de mort.

S’il prend envie à quelqu’un de nous voir par curiosité seulement, il ne communiquera jamais avec nous, mais si la volonté le porte réellement à s’inscrire sur le registre de notre Confraternité, nous, qui jugeons des pensées, lui ferons voir la vérité de nos pro- messes ; tellement que nous ne mettons point le lieu de notre demeure en cette Cité, puisque les pensées jointes à la volonté réelle du lecteur seront capables de nous faire connaître à lui, et lui à nous. »

 

 

Souhaitant garder l’anonymat, je ne vous dirai ni où je demeure, ni quelles sont mes activités, ni quoi que ce soit qui puisse vous mener jusqu’à moi. Conformément aux règles que mes frères et moi-même nous étions fixées jadis, je me dois de rester « invisible ». Peut-être nous rencontrerons-nous un jour, mais dans ce cas, c’est moi qui viendrai à vous. Sachez néanmoins que mon attachement à la Rose-Croix demeure absolu et qu’elle est et restera ma voie spirituelle, jusqu’à ma réintégration finale et définitive dans l’Âme universelle.

 

Croyez-le ou non : je n’aurais jamais pris ni le temps ni la peine d’écrire ces quelques pages si je n’avais éprouvé la nécessité impérieuse de le faire, suite à un rêve que j’ai fait dans la nuit du 20 mars 2015, jour du printemps, et dont la nature et le contenu m’incitèrent à en faire le récit. Jugez plutôt : après m’être mis au lit, non sans avoir pris le temps de méditer sur la journée que je venais de passer et qui, me semblait-il, avait été constructive, je m’endormis. Au plus profond de mon sommeil, je me suis vu soudainement dans un œuf en verre d’environ trois mètres de hauteur et de quelques centimètres d’épaisseur. Parfaitement translucide et symétrique, il était d’une grande beauté et d’une parfaite régularité. Je me tenais debout en son centre, comme en lévitation, et me sentais particulièrement bien.

 

 

L’étonnement passé, j’observai l’œuf avec attention. Je vis alors, dans la partie supérieure, gravés dans le verre, à égale distance sur l’ensemble de son pourtour, les symboles du sel, du mercure et du soufre […].

 

 

Voici le lien pour ceux et celles qui voudrait lire ce Manifesto.

 

http://fr.calameo.com/read/0009181462ba3cb6744e4

 

 

 

 

 

 

Manifesto :
Partager cet article
Repost0
19 janvier 2016 2 19 /01 /janvier /2016 09:25

 

Texte de Christine

Le mouvement du silence   suite.

 

 

 

 

 

Plus vous restez silencieux, plus vos ondes sont claires et vos « mouvements » deviennent gracieux. Le Silence habille de Lumière les mouvements de votre Présence. Chaque Présence est Danse, chaque relation est Danse, chaque partage quand il vient du cœur est Danse. Une Danse au sein de l’infini Présence qui s’unit à d’autres Présences rendant Gloire à l’Éternité en chacun. Cette Danse est symphonie vibratoire, véritable extase.

 

 

Votre cœur est en mouvement permanent, en mouvement fluide dans le Silence. Ce mouvement est perceptible comme une onde infinie célébrant la Vie, l’Amour de la Vie dans la Gloire éternelle.

 

 

Ralentissez mes Frères et mes Sœurs jusqu’à percevoir votre propre « onde », votre propre Danse en ce monde et là…écoutez-vous Chanter! Vivez votre Danse et sachez qu’il en a toujours été ainsi et vous deviendrez conscients de vos « moindres faits et gestes » et ils ralentiront épurés de tout ce qui cachait leur « caractères Sacrés ».

 

 

Ils ralentiront car ils deviendront Intenses, si pleins de Vie que leur mouvements ne souffriront plus aucune altération. Vos « mouvements intérieurs » seront perçus et reçus comme un « cadeau » pendant que vos mouvements quotidiens se ralentiront et se sacraliseront, devenant plus simples, plus purs, plus « invisibles ».

 

 

La douceur d’un mouvement mû par l’Amour peut avoir la puissance d’une épée. Cette « onde » émise va littéralement faire exploser les structures résistantes, « faire exploser les barrages » comme l’eau…Elle va s’infiltrer et filtrer toute l’eau en vous, rendant votre Eau Pure et cristalline, vous rendant aux eaux primordiales D’Isis-Marie et à vos origines.

 

Vivez en vous, l’ouverture des « voiles »

 

et accueillez ce qui est ICI.

 

Je suis: ICI

 

 

« Chronique trouvée sur lapressegalactique.org »

 

 

 

 

 

 

 

Texte de Fréderic Lenoir

 

 

Le bonheur

 

 

 

 

 

 

Le mouvement du silence   suite.

 

 

 

Tout le monde recherche le bonheur. Mais qu’est-ce que le bonheur ? Dépend-il de la chance ou du destin, de notre sensibilité, de nos gènes ? Peut-on être heureux sans les autres ?

 

La quête du bonheur peut-elle rendre malheureux ?

 

 

Le bonheur ne dépend pas tant des événements de notre vie que de notre façon de les appréhender. Apprendre à être heureux, c’est apprendre à acquérir une certaine paix intérieure, stable et durable, qui nous fait aimer la vie pleinement, avec ses joies et ses peines. Dès lors, les épreuves que nous pouvons rencontrer n’altèrent en rien le sens que nous donnons à notre vie. Nous pouvons réellement être plus heureux en effectuant un travail sur nous-mêmes.

 

 

Diffusion Rosicrucienne

Partager cet article
Repost0
15 janvier 2016 5 15 /01 /janvier /2016 09:26

 

 

Publié par Yvan

LE MOUVEMENT DU SILENCE

 

 

Nous sommes privilégiés de recevoir un nouveau message Vibralisé par notre Sœur Cosmique Christine. Elle nous offre également une autre œuvre de ses mains dorées qui nous permet d’avoir un regard neuf sur le Silence Intérieur.

 

 

Voyez-vous, le Silence Intérieur représente la Reconnaissance ignée du Feu de l’Amour qui se manifeste en nous. Par ce Silence, il n’y a pas de discordances, de dissonances ou de dualités. Ce Silence est purement axé sur la Voix de l’Esprit qui exprime sa Présence en nous. Il s’agit d’être dans la Danse de ce Silence Intérieur pour le laisser invoquer son Omniprésence.

 

 

Le Silence Intérieur permet d’entendre cette Voix de l’Esprit; mais vous ne pouvez l’entendre si vous êtes dans le vacarme extérieur, dans les bruits incessants des mouvements de la vie quotidienne ou d’être dans une adversité quelconque.

 

Le Silence Intérieur est un Son, une Couleur, une fréquence ainsi qu’une Vibration qui proviennent de votre Infinie Présence en votre Esprit ainsi que de votre Corps d’Êtreté. D’écouter, d’être attentif à tout cela permet de s’Unifier à ce qui vous êtes en tant qu’Être Éternel. C’est, en partie, de cette façon que vous rentrez en votre conscience dans l’Ici et Maintenant qui est Éternel.

 

 

C’est cela, en partie, la Révélation de votre Voix Intérieure qui se manifeste afin de vous préparer à vivre la Libération, l’Unification ainsi que votre Ascension selon votre propre taux vibratoire.

 

 

Que la Lumière Authentique Soit! Yvan

 

 

« Chronique trouvée sur lapressegalactique.org »

LE MOUVEMENT DU SILENCE

 

 

 

 

CITATION

 

Tout comme une mère protègerait son unique enfant au péril de sa propre vie,

 

 

cultive un cœur sans limite envers tous les êtres.

 

Laisse tes pensées d'amour illimité se répandre dans le monde entier.

 

 

Bouddha

Partager cet article
Repost0
12 janvier 2016 2 12 /01 /janvier /2016 09:27

 

 

 

Texte de Serge Toussaint

Grand Maître de l’Ordre de la Rose-Croix

 

 

 

 

 

 

 

A propos du paradis et de l’enfer.

 

 

 

La plupart des religions enseignent que l’âme des défunts se rend au paradis, le plus souvent après un séjour au purgatoire, ou en enfer. La première destination post-mortem est promise aux fidèles qui se sont évertués à faire le bien et à suivre le credo de ladite religion ; la seconde est celle qui attend les impies, les païens, ou ceux qui ont fait trop de mal durant leur existence. Dans le premier cas, l’âme du défunt est censée connaître une après-vie de félicité, en présence de Dieu et des anges. Dans le second, elle est condamnée à souffrir éternellement et à subir toutes sortes de tourments infligés par les démons ou le diable en personne.

 

 

De nos jours encore, des centaines de millions de personnes croient à l’existence du paradis comme de l’enfer, et agissent plus ou moins en conséquence.

 

Certes, cette croyance n’est pas négative en elle-même, mais elle repose sur une vision très manichéenne de la destinée humaine et ne correspond pas à la réalité. Cela supposerait en effet qu’il y ait quelque part dans le ciel un lieu fermé ou vivraient ensemble les âmes des défunts les plus méritants. À l’inverse, il y aurait dans les profondeurs de la Terre un endroit où seraient prisonnières toutes celles, infiniment plus nombreuses, qui auraient démérité au regard des religions concernées, et ce dans le but de les punir éternellement pour leur imperfection et leur impiété. Cela n’est-il pas en totale contradiction avec le Dieu d’Amour et de Miséricorde auquel se réfèrent les Livres dits sacrés ?

 

 

Si chacun est libre d’admettre l’existence du paradis et de l’enfer, et s’il est vrai que cela n’a pas de conséquences graves pour le commun des croyants, il faut néanmoins mentionner le dévoiement que des fanatiques religieux font de ces deux concepts. Vous savez comme moi que certains d’entre eux se portent volontaires pour mourir en martyrs afin, croient-ils ou feignent-ils de croire, d’éviter l’enfer en toute certitude, d’être admis directement au paradis, et de vivre dans la félicité aux côtés de Dieu Lui-même. Le drame, c’est qu’ils vont jusqu’à assassiner des “infidèles” ou se faire exploser au milieu d’innocents, soi-disant en Son nom.

 

 

D’un point de vue rosicrucien, l’âme des défunts ne se rend ni au paradis, ni en enfer. Lorsque survient la mort, elle quitte graduellement le corps physique qui fut le sien et retrouve l’état d’énergie-conscience qu’elle avait avant de s’incarner. Puis elle se fond progressivement dans l’Âme universelle, laquelle intègre les âmes de tous les défunts, parmi lesquelles celles des êtres chers qui l’avaient précédée dans l’“au-delà“. À un moment donné, elle en émane à nouveau pour se réincarner et commence ainsi une nouvelle vie terrestre, jusqu’au jour où, à l’issue de son évolution spirituelle, elle atteindra l’état de Sagesse. Dès lors, elle ne sera plus dans l’obligation de se réincarner et vivra définitivement et en pleine conscience dans l’Immensité divine.

 

 

En réalité, c’est ici-bas que se trouvent le paradis et l’enfer. En effet, quand on a la chance d’être en bonne santé, d’aimer et d’être aimé, de bénéficier d’un certain confort matériel, d’exercer une profession qui nous plaît, d’avoir un idéal, etc., la vie est “paradisiaque”. À l’inverse, quand on souffre, que l’on est seul, que l’on est dans le dénuement, que l’on ne mange pas à sa faim, que l’on n’a pas de logement, etc., la vie est alors “infernale”. Vu sous cet angle, c’est avant tout aux hommes de faire en sorte que la Terre devienne un paradis où il fasse bon vivre pour tous. Cela pose tout le problème du libre arbitre, tant sur le plan individuel que collectif.

 

 

http://www.blog-rose-croix.fr/a-propos-du-paradis-et-de-l-enfer2/

 

 

 

 

 

 

Citation

 

«J'aime la vie.

 

J'ai parfois été éperdument, désespérément, profondément malheureuse, accablée de chagrin, mais malgré tout cela, je demeure convaincue que le seul fait d'être en vie est une chose extraordinaire.»

 

– Agatha Christie

Partager cet article
Repost0
8 janvier 2016 5 08 /01 /janvier /2016 05:20

 

 

 

Texte de Serge Toussaint

 

Grand Maître de l’Ordre de la Rose-Croix

 

 

 

 

 

 

 

 

 

A propos de la liberté d’expression

 

 

Tout d’abord, je tiens à préciser que les propos qui vont suivre expriment mon point de vue personnel et ne représentent pas la position officielle de l’A.M.O.R.C. En effet, celui-ci cultive depuis toujours la pluralité d’opinions et de croyances, de sorte qu’il n’y a ni uniformité ni unanimité de pensée parmi ses membres et ses dirigeants. Rappelons en effet qu’il compte parmi eux des Chrétiens, des Juifs, des Musulmans, etc., ainsi que des hommes et des femmes qui ne suivent aucune religion. De même, il regroupe des personnes ayant des sensibilités politiques différentes, voire opposées.

 

 

La liberté d’expression est un bien précieux que chacun devrait approuver et apprécier. Son obtention s’est faite dans la plupart des pays au prix du sang et des larmes, et là où elle n’existe pas, les citoyens en souffrent sur tous les plans. Dans les démocraties, elle est fondée essentiellement sur l’article 19 de la Déclaration universelle des droits de l’homme :

 

«Tout individu a la liberté d’opinion et d’expression, ce qui implique le droit de ne pas être inquiété pour ses opinions et celui de chercher, de recevoir et de répandre, sans considérations de frontières, les informations et les idées par quelque moyen d’expression que ce soit».

 

C’est d’ailleurs sur cet article que reposent en grande partie les critères retenus par le droit et la justice pour statuer sur les litiges mettant en cause la liberté d’expression.

 

Si j’adhère à l’approche constitutionnelle et juridique de la liberté d’expression, je pense néanmoins qu’une telle approche ne suffit pas pour en justifier l’usage systématique. Il me semble en effet qu’il faut lui adjoindre une dimension éthique fondée sur la notion de respect et de tolérance. Dire ou écrire tout ce que l’on pense au nom de cette liberté crée nécessairement des polémiques, des clivages, des oppositions, des divisions et autres rapports de force qui dressent les individus, les communautés, les religions, les partis politiques… les uns contre les autres. Or, plus que jamais, il faut œuvrer au rapprochement et à l’union, ce qui n’est possible qu’en favorisant le dialogue, l’échange et la recherche du consensus.

 

Les premiers à revendiquer la liberté d’expression sont les journalistes. Cela se comprend d’autant mieux que leur profession, voire leur vocation, est fondée sur l’usage de cette liberté. Mais sans vouloir polémiquer, il n’est pas rare que des propos publiés dans la presse ou dans des livres, tenus à la radio ou à la télévision, soient erronés, mensongers, diffamants, et même diffamatoires. On nous dira qu’il est alors possible d’obtenir un droit de réponse. Certes, mais c’est une entreprise beaucoup plus difficile qu’on ne le pense et qui ne répare jamais pleinement le préjudice subi. On nous dira également que l’on peut saisir la justice. C’est vrai, mais là aussi, il est très difficile de faire reconnaître la diffamation, car il faut prouver qu’il y avait intention de nuire plus que d’informer…

 

Mais c’est sur internet que la liberté d’expression atteint son paroxysme dans la nuisance. Non seulement chacun peut dire et écrire ce qu’il veut à propos de tout et de tous, mais il a la possibilité de le faire d’une manière anonyme, ce qui est à la fois immoral et antidémocratique. Comme chacun sait, nombre d’internautes se cachent et s’abritent derrière cet anonymat pour répandre des rumeurs, des mensonges et des calomnies, “régler des comptes”, inciter à la haine… Saisir la justice et obtenir gain de cause est très difficile, car le cadre juridique est quasiment inopérant. Par ailleurs, les hébergeurs ne sont pas soumis aux mêmes lois d’un pays à l’autre, de sorte qu’il est toujours possible d’en trouver un pour s’exprimer sans risque.

 

Avant de faire usage de la liberté d’expression, que ce soit de vive voix, à travers les médias, par le biais d’internet ou autre, chacun devrait se demander si ce qu’il va dire ou écrire est fondé, utile et objectif. Si tel n’est pas le cas, l’idéal, me semble-t-il, est d’avoir la sagesse de s’auto-censurer, ce que nombre de personnes refusent de faire, soit disant au nom de la liberté d’expression. Ne s’agit-il pas plutôt d’un manque d’éthique et de sagesse ? Quoi qu’il en soit, ne confondons pas «liberté» et «libertarisme».

 

http://www.blog-rose-croix.fr/a-propos-de-la-liberte-d-expression/

 

 

 

 

 

A propos de la liberté d’expression
Partager cet article
Repost0
5 janvier 2016 2 05 /01 /janvier /2016 09:46

 

 

Auteure : Diane LeBlanc

 

Prit sur le blog de Nicole Charest

Choisir de donner l'exemple

 

 

Sachant qu’il n’est pas approprié de prendre la souffrance d’autrui sur nos épaules puisque, ce faisant, non seulement nous ne lui enlèverons pas le mal qu’il porte, mais même, nous pourrions le détourner de ses propres ressources intérieures, comment devons-nous réagir face à une ou des personnes qui souffrent ?

 

 

La meilleure attitude à adopter est simplement de demeurer centrés. Si donner notre pouvoir à l’autre n’est d’aucune utilité, alors donnons-lui l’exemple. En demeurant nous-mêmes en équilibre, en ne tombant pas dans les mécanismes de domination ou encore dans nos propres émotions, nous offrons un point d’ancrage à la personne qui souffre. Simplement en nous regardant, elle perçoit que les choses pourraient être autrement.

 

En nous impliquant émotionnellement avec l’autre, nous risquons de l’amener à ressasser ses pensées et sa douleur, tandis qu’en demeurant détachés, nous l’invitons à « décrocher » elle aussi. En demeurant disponible, mais la tête froide, nous aidons grandement nos proches à se sortir de leurs malaises.

 

 

Dans tous les cas, il s’agit d’imposer une distance émotionnelle, pas complète, mais du moins raisonnable. Ce n’est pas facile. En tant que mère, je peux vous le dire ! Cependant, j’ai fini par réaliser que souffrir avec mes enfants ne donnait rien de plus que de me vider de mon énergie, moi aussi.

 

Il y a une différence entre l’empathie et la sympathie. Vous pouvez compatir à la situation que vit un proche, mais lorsque vous en venez à partager ses émotions, vous ne lui êtes plus d’aucune aide.

 

 

 

 

 

 

 

Je l’ai appris à mes dépens, tant comme thérapeute que comme mère. Afin de vous aider à prendre du recul face à la souffrance de gens qui vous entourent, vous pouvez lire (et relire) le petit « mémo » qui suit. Il vous rappellera le potentiel de ceux que vous aimez, tout comme le vôtre dans les moments difficiles…

 

 

« J’ai foi en toi ! Peu importe les problèmes que tu traverses actuellement, tu sais que ce n’est qu’une étape de plus dans ton long cheminement de vie. Jusqu’à maintenant, tu as toujours réussi à relever avec brio tous les défis qui se sont présentés. La preuve : tu es encore debout sur tes pieds ! Tu as toujours su trouver les bonnes solutions, la bonne façon de t’en sortir et de remporter la victoire ! Je suis convaincu que, cette fois-ci encore, tu sauras puiser en toi les ressources qui te permettront de retrouver la sérénité et la paix du cœur.

 

 

Tu as tant à offrir ! Choisis de dévoiler au monde cette belle lumière qui t’habite : tes talents cachés, cette force inépuisable qui te caractérise, cette manière différente de voir les choses… pour enfin te révéler dans toute ta splendeur ! Tu es un être magnifique, majestueux et exceptionnel ! Aie foi en toi-même, tout comme moi je crois en ton potentiel. Mon amour et mes bénédictions t’accompagnent, peu importe le choix que tu feras… car je sais que tout est parfait ici et maintenant ! »

 

http://www.lapetitedouceur.org

 

 

 

 

 

Choisir de donner l'exemple
Partager cet article
Repost0
30 décembre 2015 3 30 /12 /décembre /2015 17:49

 

 

" Une année nouvelle, c'est un grand livre qui s'ouvre devant soi.

 

Chaque jour est une page blanche.

 

Une page pour se réinventer.

 

" Votre webmestre, Micheline.

 

 

 

Chers abonnés, bonjour !

 

 

Je vous souhaite une bonne année 2016 ...

 

Quelle soit pleine de joie et de bons moments de

 

partage en famille ou entre amis.

 

Je vous souhaite tout ce qu'il y a de meilleur.

 

 

Chers abonnés, bonjour !

 

 

 

« Aujourd'hui, je veux te dire ».

Chers abonnés, bonjour !

 

 

Il y a des mots si beaux et si doux

 

Qu'on a peur de les utiliser.

 

Pourquoi ne pas se dire entre nous

 

"Je t'aime" sans devoir s'expliquer.

 

On a le droit d'aimer un livre

 

ou encore un plat bien cuisiné.

 

Alors pourquoi devrait-on vivre

 

en maintenant ces mots censurés.

 

Pourtant aimer a un sens large.

 

Dites-moi pourquoi le limiter,

 

Doit-on vraiment mettre une marge

 

quand c'est ce que l'on veut exprimer.

 

 

Mais la société dicte ses lois,

 

elle impose qui on peut aimer,

 

la famille car cela va de soi

 

et bien sûr notre tendre moitié.

 

Dites ces mots à votre conjoint,

 

son regard alors s'emplit de joie.

 

Cette affirmation qui fait grand bien,

 

on doit la semer autour de soi

 

A un ami je dirai "Je t'aime"

 

et je risque d'être mal jugé,

 

mais il me répondra quand même

 

"Je t'aime bien" c'est plus modéré.

 

Le serons-nous un jour enfin prêts

 

à se dire ces mots chargés de sens,

 

de les utiliser sans regrets et d'en apprécier la puissance.

 

Faisons dès aujourd'hui ce grand pas

Car à toi qui lis ce poème, je te dis sans retenue déjà.

 

 

Cher lecteur sache que "Je t'aime"

 

 

http://www.frizou.org/avent/05-17.html

 

 

 

 

Chers abonnés, bonjour !
Chers abonnés, bonjour !
Partager cet article
Repost0
26 décembre 2015 6 26 /12 /décembre /2015 10:07

 

 

 

 

Très beau texte de l'Abbé Pierre :

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

A notre France Une et indivisible

 

 

 

« Je continuerai à croire, même si tout le monde perd espoir.

 

Je continuerai à aimer, même si les autres distillent la haine.

 

Je continuerai à construire, même si les autres détruisent.

 

Je continuerai à parler de paix, même au milieu d’une guerre.

 

Je continuerai à illuminer, même au milieu de l’obscurité.

 

Je continuerai à semer, même si les autres piétinent la récolte.

 

Et je continuerai à crier, même si les autres se taisent.

 

Et je dessinerai des sourires sur des visages en larmes.

 

Et j’apporterai le soulagement, quand on verra la douleur.

 

Et j’offrirai des motifs de joie là où il n’y a que tristesse.

 

J’inviterai à marcher celui qui a décidé de s’arrêter…

 

Et je tendrai les bras à ceux qui se sentent épuisés. »

 

 

 

 

 

 

 

 

A notre France Une et indivisible

 

 

Prière silencieuse

A notre France Une et indivisible

 

 

 

 

 

BONNE FIN DE SEMAINE A CHACUN DE VOUS

 

 

 

 

 

 

A notre France Une et indivisible
Partager cet article
Repost0
22 décembre 2015 2 22 /12 /décembre /2015 09:05
Chers abonnés, bonjour,

 

 

 

Je vous souhaite de passez de Joyeuses fêtes de Noël

et au plaisir de vous retrouver en 2016!

 

 

J’ai une tendre pensée également pour les personnes seules, hospitalisées, sans domicile;

  Je pense spécialement aux victimes du 13 novembre à Paris ainsi qu’à leurs familles.

 

 

Votre webmestre, Micheline.

 

 

 

 

 

Chers abonnés, bonjour,

 

 

Contribution rosicrucienne à la paix

 

 

Chers abonnés, bonjour,

 

 

 

 

Je contribue à la paix lorsque je m’évertue à exprimer le meilleur de moi-même

dans mes relations avec autrui.

 

 

Je contribue à la paix lorsque je mets mon intelligence et mes compétences

au service du Bien.

 

Je contribue à la paix lorsque j’éprouve de la compassion

à l’égard de tous ceux qui souffrent.

 

 

Je contribue à la paix lorsque je considère tous les êtres humains

comme mes frères et sœurs,

quelles que soient leur nationalité, leur culture et leur religion.

 

 

Je contribue à la paix lorsque je me réjouis du bonheur des autres

et prie pour leur bien-être.

 

Je contribue à la paix lorsque j’écoute avec respect et tolérance des opinions

qui diffèrent des miennes ou même qui s’y opposent.

 

 

Je contribue à la paix lorsque j’utilise le dialogue plutôt

que la force pour régler tout conflit.

 

 

Je contribue à la paix lorsque je respecte la nature et

la préserve pour les générations futures.

 

Je contribue à la paix lorsque je ne cherche pas à imposer

aux autres ma conception de Dieu.

 

 

Je contribue à la paix lorsque je fais de la paix le fondement

de mon idéal et de ma philosophie.

 

 

 

Chers abonnés, bonjour,
Partager cet article
Repost0
18 décembre 2015 5 18 /12 /décembre /2015 13:02

 

 

 

Auteur inconnu

 

 

Dialogue entre une Colombe et une mésange

 

 

 

Une mésange s'adresse à une colombe:

Dis-moi, quel est le poids d'un flocon de neige?

 

Et la mésange de répondre:

Ça ne pèse pas, ça pèse moins que rien.

Attends, ma colombe, je vais te raconter une histoire.

 

L'autre jour, j'étais sur la branche d'un sapin quand il a commencé à neiger.

 

Tout doucement.

 

Une petite neige tranquille, pas méchante, sans bruit et sans tempête.

Comme je n'avais rien de mieux à faire, je me suis mise à compter

les flocons qui tombaient sur la branche où je me trouvais.

 

J'en ai compté 751 972.

 

Oui, je commençais à avoir mal aux yeux et

 

ça s'embrouillait un peu dans ma tête,

 

mais je me rappelle bien: 751 972.

 

Oui, c'est ça.

Et quand le 751 973e flocon est tombé sur la branche, même si ça ne pèse pas,

même si c'est rien, moins que rien comme tu le dis, eh !

 

bien, figure-toi que la branche s'est cassée.

 

La colombe se mit à réfléchir.

 

Peut-être ne manque-t-il finalement que le geste d'une personne

pour que le monde bascule,

pour que bien des choses changent et pour que les gens vivent mieux.

 

Et si cette colombe disait vrai?

 

 

 

 

 

Dialogue entre une Colombe et une mésange

 

 

 

PENSEE

 

Tout doucement nous allons vers cette fête

 

Que c’est magnifique…

 

La récompense d’être tous ensemble

 

C’est le plus beau cadeau,

 

Souhaitons nous la joie, le rire, l'envie de chanter !

 

Francine

 

http://mimijade.free.fr/1Francine/Noel/Noel1.htm

 

 

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : cheminphilosophique
  • : Je suis passionnée de philosophie, je partage avec vous ces textes et citations qui font partie de moi.
  • Contact

Bienvenue sur mon blog!

Entrer chez moi, c'est découvrir mes idéaux, mes créations personnelles et d'autres thèmes qui me passionnent.
 

Bonne visite !

 

 

Ce blog a été créé le 22-08-2010 par mon adorable petit-fils Maxime


 

1 NOUVELLE SEPARATION

 

***

hobbies

 

  compteur pour blog