Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
8 septembre 2016 4 08 /09 /septembre /2016 21:34

 

 

Texte de Serge Toussaint

 

Grand Maître de l’Ordre de la Rose-Croix

 

 

 

 

 

 

 

A propos de la méditation

 

La méditation fait naturellement partie des pratiques auxquelles les Rosicruciens s’adonnent depuis toujours. Ils utilisent pour cela une méthode précise que je ne peux révéler dans le cadre de ce blog, car elle s’inscrit dans le cursus initiatique qu’ils suivent au sein de l’A.M.O.R.C.  Je dirai simplement qu’elle est fondée sur l’emploi combiné de la relaxation, de la visualisation et de la contemplation, non sans avoir recours à un type particulier de respirations. Lorsqu’elle est appliquée régulièrement et consciencieusement, elle permet, non seulement de se détendre physiquement et mentalement, mais également et surtout de s’élever spirituellement, ce qui se traduit toujours par un profond sentiment de purification, de régénération et de révélation.

 

 

 

Depuis quelques années, la méditation est devenue une pratique courante en occident, alors qu’elle fut longtemps l’apanage de l’orient. On notera néanmoins que dans les pays occidentaux, elle est utilisée davantage comme un moyen de relaxation que comme une technique spirituelle. C’est ainsi que nombre de personnes disent et pensent méditer, alors qu’elles ne font que se détendre physiquement et mentalement, ce qui certes est utile, mais ne constitue qu’un aspect mineur de cet art mystique. Cela s’explique par le fait que la méditation est utilisée par beaucoup d’individus pour évacuer le stress accumulé au quotidien, et non pour répondre à une aspiration intérieure.

 

D’un point de vue rosicrucien, la méditation ne se limite ni à pratiquer la relaxation, ni à faire le vide dans son mental pour oublier toute préoccupation liée à la vie quotidienne. Une fois encore, ce genre de pratique peut être utile pour se détendre et se rééquilibrer, mais la désigner sous le nom de «méditation» me semble incorrect. En effet, méditer, au sens mystique du terme, c’est communier avec l’Âme universelle, dans le but de recevoir l’influx de la sagesse qui lui est propre. C’est donc une pratique spirituelle qui transcende l’usage qu’en font de nos jours de nombreuses personnes, parmi lesquelles des athées, ce qui est quelque peu contradictoire.

 

La méditation fait naturellement partie des pratiques auxquelles les Rosicruciens s’adonnent depuis toujours. Ils utilisent pour cela une méthode précise que je ne peux révéler dans le cadre de ce blog, car elle s’inscrit dans le cursus initiatique qu’ils suivent au sein de l’A.M.O.R.C. Je dirai simplement qu’elle est fondée sur l’emploi combiné de la relaxation, de la visualisation et de la contemplation, non sans avoir recours à un type particulier de respirations. Lorsqu’elle est appliquée régulièrement et consciencieusement, elle permet, non seulement de se détendre physiquement et mentalement, mais également et surtout de s’élever spirituellement, ce qui se traduit toujours par un profond sentiment de purification, de régénération et de révélation.

 

Cela étant, la méditation n’a pas uniquement pour but de s’élever vers un état spirituel qui permet d’échapper momentanément aux contingences matérielles. On peut l’utiliser également pour obtenir la solution aux problèmes qui se posent à nous dans la vie courante. Si tel est le cas, c’est parce qu’elle donne accès à des niveaux de conscience qui transcendent les limites de nos facultés d’analyse et de raisonnement. En méditant comme il se doit, il est donc possible de recevoir l’inspiration voulue pour résoudre des difficultés de tous ordres. Vue sous cet angle, la méditation a un caractère éminemment pratique et constitue une alliée précieuse pour rendre notre existence aussi conforme que possible à nos espérances.

 

http://www.blog-rose-croix.fr/a-propos-de-la-meditation/

 

 

 

 

 

A propos de la méditation

 

 

Rose-Croix d’aujourd’hui

 

Depuis des siècles, les Rose-Croix cultivent une sagesse universelle dans un idéal humaniste et spiritualiste.

 

Dans son dernier opuscule, Les Rose-Croix aujourd’hui, Serge Toussaint, Grand Maître de l’Ancien et Mystique Ordre de la Rose-Croix, explique que l’humanisme et la spiritualité permettent à chacun d’exprimer la générosité, la bienveillance, la tolérance et toutes les vertus qui ouvrent les portes d’un monde meilleur.

 

La philosophie rosicrucienne, parce qu’elle repose sur ces deux notions essentielles, humanisme et spiritualité, contribue au perfectionnement individuel de l’être humain et par voie de conséquence à l’élévation de la conscience collective de l’humanité.

 

Serge Toussaint

 

 

Partager cet article

Repost0
5 septembre 2016 1 05 /09 /septembre /2016 22:18

 

 

 

Texte  d'Olympia Alberti

 

 

 

Sainte Mère Teresa + la vie de mère Teresa en vidéo

 

 

 

Dans un monde violent, en proie à ses propres démons, il est des êtres dont le destin vient illuminer l’humanité. Mère Teresa est l’un de ces êtres : elle a voué sa vie aux plus pauvres, aux plus démunis dont nul ne parle.

 

Et son amour fut tellement immense qu’elle est devenue un symbole sur toute notre planète de ce que l’homme peut être, quand il offre, sans rien attendre en retour, le meilleur de lui-même, par compassion pour les autres.

 

Quelle que soit notre religion, et même si nous sommes non croyants, une telle force d’âme soulève l’admiration unanime.

 

Et ce d'autant plus que derrière ce visage lumineux, où rayonnait un amour inconditionnel, se livrait un combat spirituel.

 

Comme elle en a elle-même témoigné, Mère Teresa était aussi habitée par le doute.

 

Son œuvre n’en est que plus magnifique, parce qu’elle garde une dimension humaine.

 

 

Résumé de la diffusion rosicrucienne

 

ww.drc.fr

 

 

 

Vidéo; https://www.youtube.com/watch?v=G6MvNl6IBfw

 

 

Partager cet article

Repost0
1 septembre 2016 4 01 /09 /septembre /2016 21:49

 

 

 

 

 

Texte de Marie

 

 

 

 

 

 

 

  un très chaleureux bonjour à vous + TEXTE                                La magie d'avoir tort

 

 

En règle générale, on aime bien se remémorer ses bons coups, les moments où l’on a été puissamment guidé ou inspiré. Pour ma part, j’adore revisiter les fois où j’ai eu tort. Comme les nombreuses occasions où je me suis attendue à une déception, pour finalement me retrouver avec une agréable surprise. Ou les différents moments où j’étais sûre d’être abandonnée, pour finalement constater que je n’étais pas près de l’être. Ou les centaines de fois où la personne avec qui j’avais rendez-vous s’est bel et bien présentée. (Quand c’est une personne que je vois peu souvent, je m’attends toujours à ce qu’elle oublie. Pour quelques centaines de dollars de thérapie, je découvrirais sûrement pourquoi…)

 

Il y a une partie de moi – une partie de chacun de nous – qui est certaine de pouvoir prédire l’avenir, et qui est audacieusement sûre d’elle. Elle prend le pire de notre passé, puis elle le projette devant pour nous éviter de mauvaises surprises. Si on la croit, il y a plein d’élans qu’on étouffera et de belles possibilités toutes fraîches dont on se privera. Et sans le réaliser, on bloquera beaucoup de petits et grands miracles, avec nos bras fermés.

 

Ainsi, quand je stresse, ou quand je doute, je me remémore tous ces moments où ma tête m’a mal guidée, où mon «intuition» n’était pas une intuition, mais une peur déguisée, où j’ai anticipé le pire et où absolument rien ne s’est passé. Ça déjoue le mental en douceur, et la petite ouverture qui se crée ainsi peut faire toute la différence. Je connais peu de chemins aussi simples et directs vers la sérénité.

 

Avoir raison est très bien. Mais avoir tort est tellement, tellement mieux.

 

matinmagique.com

 

 

 

 

 

  un très chaleureux bonjour à vous + TEXTE                                La magie d'avoir tort

 

 

La liberté commence quand vous prenez conscience que

 

vous n’êtes pas l’esclave de votre mental.

 

Eckhart Tolle

 

 

Partager cet article

Repost0
1 août 2016 1 01 /08 /août /2016 22:50

Partager cet article

Repost0
1 août 2016 1 01 /08 /août /2016 22:29
Colombe de la Paix et blog en pause vacances

 

 

 

 

 

 

Si j’étais la colombe, je porterai la paix…

 

Mais comment éviter la balle meurtrière ?

 

Le bruit sourd du canon pourra-t-il s’arrêter

Lorsque je volerai par delà les frontières ?

 

La paix une utopie ? Ou bien n’est ce qu’un rêve ?

 

Les peuples ennemis pourront-ils donc un jour

 

Arrêter les conflits, faire un pacte d’amour.

 

Permettre à leurs soldats de faire enfin la trêve ?

 

Seulement… pour la paix il faudrait tous s’y mettre.

 

Il faudrait que je m’aime, que j’aime mon prochain,

 

Que je fasse un effort sans attendre à demain

 

Que je mette mon cœur et mes fleurs aux fenêtres.

 

C’est l’œuvre de chacun, car chacun est colombe

 

Nous avons en nos cœurs le rameau d’olivier :

 

Il faut faire la paix entre les voisins brouillés

 

Avant que de pleurer un jour près d’une tombe.

 

http://www.jackydubearn.fr/crbst_20.html

 

 

 

 

 

Colombe de la Paix et blog en pause vacances

 

 

 

Bonnes vacances à chacun de vous chers abonnés (es)

 

et chers lecteurs de passage.

 

Je vous retrouverai avec un très grand plaisir

 

le vendredi 2 septembre.

 

Micheline

Partager cet article

Repost0
25 juillet 2016 1 25 /07 /juillet /2016 22:36

Partager cet article

Repost0
25 juillet 2016 1 25 /07 /juillet /2016 22:19

 

 

 

Texte de Serge Toussaint

 

Grand Maître de l’Ordre de la Rose-Croix

 

 

 

 

 

 

A propos de la compassion + Vidéo

 

 

 

 

 

L’une des plus belles vertus que l’être humain peut exprimer à l’égard de ses semblables est la compassion. Comme vous le savez, cette vertu consiste à compatir aux épreuves et aux souffrances d’autrui, c’est-à-dire à s’y associer et à les partager, ne serait-ce qu’intérieurement. Dans la mesure du possible, l’idéal est de manifester cet élan intérieur à travers des actes d’entraide, de solidarité et de fraternité, ce que les Rosicruciens s’efforcent de faire en application de leur philosophie. À l’opposé de cette vertu, nous trouvons cette faiblesse, pour ne pas dire ce défaut, qu’est l’indifférence, avec son corollaire : l’égoïsme.

 

Trop souvent, on donne à la compassion une connotation religieuse. S’il en est ainsi, c’est parce qu’elle occupe une place très importante dans la plupart des religions et des textes qui s’y rattachent. Bouddha et Jésus, en particulier, en ont fait le fondement de leur philosophie. Si je dis «philosophie», c’est parce que cette vertu ne constituait pas pour eux un point de doctrine, mais un idéal de comportement envers ceux qui souffrent ou sont dans le besoin. Vu sous cet angle, il n’est nul besoin d’avoir la foi pour compatir à la souffrance d’autrui et agir pour essayer de la soulager ou de la faire disparaître. Il suffit, si l’on peut dire, d’être humaniste.

 

Comme nombre de vertus, la compassion n’est donc pas un sentiment religieux ; elle s’inscrit dans une démarche philosophique et humaniste. Il est évident que si cette vertu était plus répandue parmi les hommes, le monde serait infiniment meilleur. Il faudrait pour cela que chacun se sente concerné par le bien-être et le bonheur des autres, sans distinction de race, d’ethnie, de nationalité, de culture, ou autre élément apparemment distinctif. Malheureusement, la crise économique et sociale à laquelle nombre de pays sont confrontés depuis plusieurs années tend à rendre les gens encore plus individualistes et nationalistes, deux comportements qui sont facteurs de discrimination et d’exclusion.

 

Peut-être dans un souci d’être ou de paraître laïques, certaines personnes préfèrent parler d’empathie plutôt que de compassion, terme auquel elles attribuent (à tort) un caractère religieux. Pourquoi pas, puisque le mot «empathie» a pour définition «faculté de s’identifier à quelqu’un, de ressentir ce qu’il ressent». Cela étant, il me semble que le mot «compassion», qui se définit comme le «sentiment qui porte à plaindre et à partager les maux d’autrui», est à la fois plus précis et plus évocateur. Il s’agit en effet de ressentir les difficultés, les peines et les souffrances des autres, et d’agir en conséquence si on le peut pour leur venir en aide.

 

Une remarque pour conclure : il ne faut pas confondre «compassion» et «apitoiement». En effet, s’apitoyer sur le sort d’autrui traduit souvent une certaine forme de condescendance à son égard, comme si celui-ci était d’une condition inférieure ou dans une position moins élevée. Lorsque l’on compatit sincèrement à la situation d’une autre personne, on se projette en elle, d’égal à égal. Il n’y a donc aucun jugement de valeur en ce qui la concerne, mais simplement le désir réel de partager son affliction et de lui venir en aide.

 

http://www.blog-rose-croix.fr/a-propos-de-la-compassion/

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Voici une vidéo sur Hymne à la fraternité 

 

  texte de Serge Toussaint

 

Grand Maître de l’Ordre de la Rose-Croix

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost0
18 juillet 2016 1 18 /07 /juillet /2016 22:27

Partager cet article

Repost0
18 juillet 2016 1 18 /07 /juillet /2016 22:11

 

 

 

Texte publié

 

par Christine

 

 

 

La Gratitude

 

 

 

Quand la vie nous bouscule, nous avons tendance à rechigner, un peu comme quand nous sommes interpelés alors que nous étions paisiblement en train de rêvasser. Depuis le début de notre voyage, nous avons traversé pas mal de nos paysages intérieurs et nous avons sûrement compris à ce point de notre parcours que si la vie nous bousculait ce n’était pas pour rien. Idem pour celui qui nous tire hors de notre rêverie. Ce n’est d’autant plus “pas pour rien” qu’avec un peu d’attention, nous pouvons facilement prendre conscience d’un phénomène quasi universel: l’être humain se complet dans le confort et a une fâcheuse tendance à s’y enliser.

 

Il est vrai que lorsque nous trouvons une situation confortable même s’il y a plusieurs ombres au tableau, nous aurions tendance à nous dire “après tout ce n’est pas si mal que ça…”

 

Heureusement la vie vient nous bousculer avec ce que nous pourrions appeler “les coups de pied au c.. de l’Univers”. L’Univers agissant alors, un peu comme nos parents quand nous faisions la sourde oreille.

 

Et ces coups de pieds sont là pour nous réveiller.Et ces coups de pieds sont là pour nous réveiller.

 

Bien emmitouflés dans nos croyances, dans nos jeux de rôles, nous pensions avoir pu cacher délicatement sous le tapis ou jeter indélicatement dans un coin de la cave, les petites ombres qui nous dérangeaient, ou qui donnaient au tableau un petit air de guingois. Voilà, la scène est propre en apparence.

 

Mais l’Univers n’est pas dupe car si nous cachons les choses à nos propres yeux et aux yeux des autres, nos vibrations elles, sont inchangées et nous allons malgré tout attirer les situations nécessaires à notre évolution. Elles peuvent apparaître avec douceur une première fois et nous les ignorons, puis, peu à peu, elles vont prendre des allures moins tendres pour en arriver au coup de pied au c.. cité précédemment.

 

C’est alors qu’il nous faut dire merci.

 

Nous nous réveillons.

 

Enlisés dans notre faux confort nous avions cru échapper au travail (un peu de paresse, non?) et nous voilà remis sur pied. Violemment, certes, mais nous l’avons cherché, les annonces précédentes n’ayant pas été prises en compte. Et nous pouvons véritablement remercier ce qui est venu nous réveiller car nos vibrations ont besoin de changer et de s’élever vers notre vrai taux vibratoire celui de notre vrai moi.

 

Avoir cette gratitude-là est tout simplement avoir la gratitude envers la vie, et si nous sommes capables de dire merci à ces moments-là nous pouvons être sûrs que nos remerciements vont déferler à chaque instant de notre vie.

 

Nous ne parlerons même plus d’avoir de la gratitude, nous serons plein de gratitude, riches en gratitude au point que nos merci abreuverons l’Univers et les autres.

 

Il est temps pour chacun de nous de reconnaître à quel point la vie prend soin de nous, à quel point nos parents, même avec leurs difficultés, ont su prendre soin de nous, et à quel point nous pouvons nous aussi prendre soin de nous et des autres.

 

Il est si simple, alors, de dire merci, merci du fond du cœur, pour tout ce que nous recevons à chaque instant, merci.

 

http://du-tout-et-du-rien.blogspot.ca/2011/09/la-gratitude.html

 

 

 

 

 

 

 

La Gratitude

Partager cet article

Repost0
16 juillet 2016 6 16 /07 /juillet /2016 09:37

Partager cet article

Repost0

Présentation

  • : cheminphilosophique
  • : Je suis passionnée de philosophie, je partage avec vous ces textes et citations qui font partie de moi.
  • Contact

Bienvenue sur mon blog!

Entrer chez moi, c'est découvrir mes idéaux, mes créations personnelles et d'autres thèmes qui me passionnent.
 

Bonne visite !

 

 

Ce blog a été créé le 22-08-2010 par mon adorable petit-fils Maxime


 

1 NOUVELLE SEPARATION

 

***

hobbies

 

  compteur pour blog