Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
21 février 2015 6 21 /02 /février /2015 08:57

 

 

 

 

Je ne sais pas si vous avez déjà vu les choses ainsi, mais chaque fois que l’on cultive du stress, c’est comme si on affirmait : «le résultat que je souhaite obtenir est plus important que ma paix d’esprit». Oui, pendant cette seconde où l’on accepte d’être tendu – cette seconde, qui est en fait notre vie, je nous le rappelle –, on établit que l’on est moins important que l’objet de notre anxiété, que notre bien-être a moins de valeur que ce dernier. Oh, on se raconte parfois toutes sortes d’histoires, ou on tente de se convaincre que notre état est justifié, mais ça revient toujours essentiellement à cela, en réalité.

 

 


N’est-ce pas bouleversant, quand on prend le temps d’y penser?

 


 

C’est une perspective à laquelle je me ramène souvent, personnellement, quand je commence à me contracter. Car je ne sais pas si c’est également votre expérience, mais on dirait qu’il suffit parfois de prendre conscience du mal qu’on se fait pour arrêter. Oui, plus on voit le vrai visage de notre stress, moins on est prêt à l’accepter. Plus on voit la raideur sous-jacente à nos choix d’actions ou de pensées, plus on réveille la partie de nous qui refuse d’être écrasée.

 

 

Votre mantra du jour (si, bien sûr, vous l’acceptez) : «je suis plus important que le résultat».

 

http://www.matinmagique.com

 

 

 

 

Repost 0
19 février 2015 4 19 /02 /février /2015 09:25
Repost 0
Published by Canion Micheline
commenter cet article
19 février 2015 4 19 /02 /février /2015 09:21

A propos du rire

 

 

 

Des études scientifiques relativement récentes ont montré que le rire produit des effets très positifs sur la santé physique et mentale. Elles ont mis également en évidence que dans les sociétés modernes, les gens rient de moins en moins au quotidien et sont de plus en plus stressés, angoissés et tristes. Pour s’en convaincre, il suffit d’observer leurs visages quand on les croise dans la rue. La plupart sont, au mieux impassibles, au pire empreints de tristesse. C’est là l’un des effets produits par la vie “moderne”, avec son lot de problèmes, de préoccupations et de soucis divers.

 


S’il paraît évident que de nombreuses personnes n’ont pas «le cœur à rire» dans leur vie quotidienne, ils ont pourtant un besoin vital de le faire, d’où le succès des films comiques et des spectacles humoristiques. Mais après avoir plus ou moins ri sur une durée d’une à deux heures, elles retournent chez elles, replongent dans leurs pensées et renouent, sinon avec la tristesse, du moins avec l’absence de joie de vivre. La déficience en rire est telle que des associations se sont créées pour permettre à ceux et celles qui le souhaitent de rire “artificiellement” sous la conduite d’un coach.

 


La question qui se pose est donc de savoir pourquoi tant de personnes sont tristes. La raison la plus évidente qui vient à l’esprit est de dire que c’est parce qu’elles sont de plus en plus préoccupées par la crainte de perdre leur emploi, de voir leurs enfants échouer dans leurs études, de ne plus subvenir aux besoins de leur famille, etc., sans oublier la situation préoccupante du monde, à laquelle toute personne suffisamment intelligente ne peut rester insensible. De toute évidence, l’humanité est plongée dans un climat éprouvant et anxiogène qui affecte même les plus optimistes, d’autant que les médias l’entretiennent en boucle aux quatre coins du monde.

 


Pour redonner le sourire aux gens, il faut donc commencer par changer le climat de morosité qui règne depuis trop longtemps dans la société. Or, les médias, précisément, pourraient y contribuer efficacement s’ils positivaient l’information au lieu de toujours mettre en exergue les mauvaises nouvelles et ce qu’il y a de plus sombre dans la nature humaine. Chaque jour, des hommes et des femmes de toutes conditions accomplissent des choses remarquables, font preuve de qualités exceptionnelles, mettent en œuvre des projets constructifs et portent des espérances nouvelles. Si les journaux, les radios et les télévisions s’en faisaient régulièrement l’écho, sans oublier Internet, l’optimisme et la joie de vivre reviendraient, avec tout ce qui en résulte de positif dans les comportements individuels et collectifs.

 


Indépendamment des remarques précédentes, j’ai le sentiment également que la plupart des adultes ont perdu leur âme d’enfant, au sens “enfantin”, mais également spirituel de l’expression. Beaucoup ne savent plus s’émerveiller des choses les plus simples de la vie. Or, comme l’a dit en son temps Albert Einstein : «Quiconque a perdu le sens de l’émerveillement est comme s’il était mort». Par ailleurs, il faut veiller à ne pas se prendre trop au sérieux et à cultiver l’humour, notamment celui qui consiste à rire de soi-même. Adeptes de la «joie de vivre», c’est ce à quoi s’emploient la plupart des Rose-Croix…

 

Serge Toussaint

Grand Maître de l’Ordre de la Rose-Croix

 

http://www.blog-rose-croix.fr/a-propos-du-rire/

 

 

 

Repost 0
17 février 2015 2 17 /02 /février /2015 09:17
Repost 0
Published by Canion Micheline
commenter cet article
17 février 2015 2 17 /02 /février /2015 09:14

 

La loi de cause et d'effet elle est la base de tout dans l'univers. Tout ce qui y existe est le fruit de nombreuses causes et conditions.

 

 

Votre propre vie, telle qu'elle est aujourd'hui, est le résultat d'un nombre aussi incalculable qu'infini de circonstances, d'évènements, de situations qui se sont même déroulés avant votre naissance.

 

 

Ce que vous êtes aujourd'hui est un aboutissement. Réalisez-vous ce que cela veut dire? Que rien n'est immuable en ce monde. Que votre vie peut évoluer. Que même si vous êtes dans le malheur et la souffrance, vous pouvez le transformer.

 

 

Il vous faut seulement apprendre à être habile dans votre manière d'être.

 

Si vous voulez que cesse la souffrance mais si aussi vous voulez atteindre un objectif, vous devez en annihiler ou en favoriser les causes et conditions.

 

 

Rien de ce qui se produit dans votre vie n'est là par hasard. Non pas qu'une force ou un Dieu l'aurait décidé mais bien parce que ce qui se produit est tout simplement le prolongement de ce qui s'est passé avant.

 

 

Cela veut dire aussi que ce qui arrivera demain dépend de ce qui se passe maintenant. Autrement dit, si vous voulez que votre vie soit meilleure demain, ou si vous voulez réaliser un objectif quelconque, vous devez planter MAINTENANT les graines de ce que vous voulez voir apparaître plus tard.

 

 

Et lorsque je dis maintenant c'est TOUT de suite. C'est maintenant, en effet, que vous devez commencer à penser et agir différemment.

 

 

En fait, votre manière de penser et d'agir doit être simplement en adéquation avec ce que vous voulez voir se produire.

 

 

Méditez bien cela et je vous promets que votre vie changera.

 

 

Bruno Lallement

 

http://www.accomplissement-de-soi.org/

 

http://www.lapetitedouceur.org/pages/Textes_inspirants-656360.html

 

 

 

 

 

 


Repost 0
16 février 2015 1 16 /02 /février /2015 20:18

 

La guérison est difficile si l'être continue à porter les cinq masques des blessures de l'âme, il est confronté à la maladie (mal à dit), trop préoccupé à vivre le rejet, l'abandon, l'humiliation, la trahison et l'injustice. En son âme et conscience, l'être se trouve parasité par les croyances, il porte en lui les blessures de ses parents, de ses ancêtres, de cette humanité, de cet espace-temps.



L'être cherche à l'extérieur à se guérir de ses blessures et souffrances, peu importe le moyen pour obtenir cette guérison, cela ne fait qu'apporter un soulagement temporaire, une guérison de surface sans pour autant enlever l'origine de ce mal-être. Il y a qu'un chemin pour obtenir la guérison totale. L'être qui est confronté à ses propres blessures, doit faire une prise de conscience, comprendre ceci : en cherchant à l'extérieur la guérison, il ne pourra pas obtenir la totalité de la guérison, rédemption de ses blessures. Le seul moyen est de changer sa perception et son regard envers ce monde, cet univers et espace-temps. Alors l'être est laissé à lui-même à faire cette démarche à vivre cette guérison complète afin d'être dans un bien-être continuel.



Comment parvenir à cette complète guérison ? Comprendre qu'il est le seul responsable de sa réalité, de ce qu'il est en train de vivre. Comprendre que tout est son reflet, que tout provient dans sa façon d'interpréter ce monde, cette humanité, cet espace-temps dans lequel se retrouve son âme et conscience. Il prend conscience de son potentiel divin, en changeant sa perception de voir sa réalité. Il commence à changer son regard, il change sa façon de voir, il comprend que la guérison est possible s'il effectue ce changement de conscience, au lieu de chercher la solution à l'extérieur, il trouve les réponses en son propre coeur. Il convient que toutes ses blessures proviennent de son interprétation à voir ce monde, cet univers dans cet espace-temps.



Il ne donne plus aucune importance aux croyances, peu importe la provenance, il a compris que pour être sur le chemin de guérison, il ne doit plus adhérer à ces dites croyances, qu'il a juste besoin de retrouver la paix dans tout son être pour ainsi faciliter cette complète guérison. Ne plus jouer à la victime, lâcher-prise de tout sur ce qui pourrait le rendre victime. Il comprend que la maladie est simplement une absence de lucidité, de lumière, de compréhension. En changeant sa perception et en envoyant un tout autre message à ce monde, à l'univers dans cet espace-temps, il est en mesure de faire ce changement de conscience qui le libèrera des croyances, des souffrances et des blessures. Il ne porte plus aucun de ces cinq masques, ne sent plus le rejet, l'abandon, l'humiliation, la trahison et l'injustice, en gros il ne reflète plus ces illusions, il envoie un message de paix et d'amour à tout ce qui est.



Il ne porte plus en lui les blessures, mais juste la paix et l'amour dans son âme et conscience, sentant et ressentant dans son esprit cette sainte paix. C'est ainsi qu'en envoyant un message clair à tout ce qui est, qu'il parviendra à cette complète guérison car il n'alimentera plus ce monde, cet univers de ses blessures, exprimant juste sa gratitude, son unité et son amour absolu à la vie, à l'univers, à tout ce qui est dans cet espace-temps. Faisant la paix avec le passé, présent et futur. Voilà comment parvenir à la pleine guérison pour vivre dans un état de bien-être continuel, tout en partageant cet amour absolu, reflétant du même coup cette paix intérieure et extérieure. Libre de toute souffrance, exprimant sa joie de vivre.

 



Texte de Raphaël Juste Être-Amour/Régis Violette

 

 

 

Voir justeetre.blogspot.fr Consultation et coaching.



Tu peux diffuser et ou partager tous mes textes, sans les couper ni les modifier. Je te demande juste de citer le nom de l'auteur Raphaël Juste Être-Amour https:

Auteur : Raphaël Juste Être/régis Violette

 


http://www.choix-realite.org/7516/la-guerison-du-corps-de-lame-de-la-conscience-et-de-lesprit

Repost 0
Published by Micheline - dans TEXTES PHILOSOPHIQUES
commenter cet article
15 février 2015 7 15 /02 /février /2015 10:09
Repost 0
Published by Canion Micheline
commenter cet article
15 février 2015 7 15 /02 /février /2015 10:07

 

 

 

 

La guérison est difficile si l'être continue à porter les cinq masques des blessures de l'âme, il est confronté à la maladie (mal à dit), trop préoccupé à vivre le rejet, l'abandon, l'humiliation, la trahison et l'injustice. En son âme et conscience, l'être se trouve parasité par les croyances, il porte en lui les blessures de ses parents, de ses ancêtres, de cette humanité, de cet espace-temps.

 

 

 

L'être cherche à l'extérieur à se guérir de ses blessures et souffrances, peu importe le moyen pour obtenir cette guérison, cela ne fait qu'apporter un soulagement temporaire, une guérison de surface sans pour autant enlever l'origine de ce mal-être. Il y a qu'un chemin pour obtenir la guérison totale. L'être qui est confronté à ses propres blessures, doit faire une prise de conscience, comprendre ceci : en cherchant à l'extérieur la guérison, il ne pourra pas obtenir la totalité de la guérison, rédemption de ses blessures. Le seul moyen est de changer sa perception et son regard envers ce monde, cet univers et espace-temps. Alors l'être est laissé à lui-même à faire cette démarche à vivre cette guérison complète afin d'être dans un bien-être continuel.

 

 

 

Comment parvenir à cette complète guérison ? Comprendre qu'il est le seul responsable de sa réalité, de ce qu'il est en train de vivre. Comprendre que tout est son reflet, que tout provient dans sa façon d'interpréter ce monde, cette humanité, cet espace-temps dans lequel se retrouve son âme et conscience. Il prend conscience de son potentiel divin, en changeant sa perception de voir sa réalité. Il commence à changer son regard, il change sa façon de voir, il comprend que la guérison est possible s'il effectue ce changement de conscience, au lieu de chercher la solution à l'extérieur, il trouve les réponses en son propre coeur. Il convient que toutes ses blessures proviennent de son interprétation à voir ce monde, cet univers dans cet espace-temps.

 

 

 

Il ne donne plus aucune importance aux croyances, peu importe la provenance, il a compris que pour être sur le chemin de guérison, il ne doit plus adhérer à ces dites croyances, qu'il a juste besoin de retrouver la paix dans tout son être pour ainsi faciliter cette complète guérison. Ne plus jouer à la victime, lâcher-prise de tout sur ce qui pourrait le rendre victime. Il comprend que la maladie est simplement une absence de lucidité, de lumière, de compréhension. En changeant sa perception et en envoyant un tout autre message à ce monde, à l'univers dans cet espace-temps, il est en mesure de faire ce changement de conscience qui le libèrera des croyances, des souffrances et des blessures. Il ne porte plus aucun de ces cinq masques, ne sent plus le rejet, l'abandon, l'humiliation, la trahison et l'injustice, en gros il ne reflète plus ces illusions, il envoie un message de paix et d'amour à tout ce qui est.

 

 

 

Il ne porte plus en lui les blessures, mais juste la paix et l'amour dans son âme et conscience, sentant et ressentant dans son esprit cette sainte paix. C'est ainsi qu'en envoyant un message clair à tout ce qui est, qu'il parviendra à cette complète guérison car il n'alimentera plus ce monde, cet univers de ses blessures, exprimant juste sa gratitude, son unité et son amour absolu à la vie, à l'univers, à tout ce qui est dans cet espace-temps. Faisant la paix avec le passé, présent et futur. Voilà comment parvenir à la pleine guérison pour vivre dans un état de bien-être continuel, tout en partageant cet amour absolu, reflétant du même coup cette paix intérieure et extérieure. Libre de toute souffrance, exprimant sa joie de vivre.

 

 

 

Texte de Raphaël Juste Être-Amour/Régis Violette

 

 

 

Voir justeetre.blogspot.fr Consultation et coaching.

 

Tu peux diffuser et ou partager tous mes textes, sans les couper ni les modifier. Je te demande juste de citer le nom de l'auteur Raphaël Juste Être-Amour https:

 

 

 

Auteur : Raphaël Juste Être/régis Violette

 

 

 

 

 

http://www.choix-realite.org/7516/la-guerison-du-corps-de-lame-de-la-conscience-et-de-lesprit

 


Repost 0
Published by Micheline - dans TEXTES PHILOSOPHIQUES
commenter cet article
13 février 2015 5 13 /02 /février /2015 09:40
Repost 0
Published by Canion Micheline
commenter cet article
13 février 2015 5 13 /02 /février /2015 09:38

A propos de l’indignation

 

 

 

Depuis quelque temps, il est courant de s’indigner et de se dire indigné. Il est vrai qu’il y a des situations indignes, au sens qu’elles portent atteinte à la dignité de l’homme, c’est-à-dire au respect qui est dû à tout être humain et tout citoyen : ne pas manger à sa faim, ne pas avoir de logement, ne pas disposer d’un minimum de ressources financières pour vivre correctement, ne pas avoir de travail, ne pas avoir accès aux soins médicaux dont on a besoin, subir la violence d’une minorité, etc., sont autant de faits qui suscitent, à juste titre, l’indignation.

 

 

Si l’indignation fait autant d’adeptes depuis que les média en ont fait un courant de pensée, c’est parce que de plus en plus d’individus se sentent concernés. Dans les sociétés modernes, les citoyens ne comprennent pas qu’il y ait autant de précarité et de pauvreté à une époque où les masses monétaires n’ont jamais été aussi importantes sur un plan international. Par ailleurs, ils n’acceptent pas les disparités quasi indécentes entre les plus démunis et les plus nantis, que ce soit à l’intérieur d’un même pays ou d’un pays à l’autre.

 

 

Si je comprends l’engouement que suscite l’indignation, je m’interroge néanmoins sur sa véritable nature. Est-elle basée sur l’empathie envers les plus démunis et les plus touchés par la crise socio-économique qui sévit dans de nombreux pays, ou est-elle fédérée par le fait que de plus en plus de personnes craignent à titre individuel de connaître la précarité ou la pauvreté ? Dans le premier cas, elle s’apparente à un élan humaniste et traduit un souci de l’autre. Dans le second, elle est, contrairement aux apparences, une réaction individualiste visant à défendre des intérêts personnels.

 

 

Est-il utile de s’indigner collectivement ? De mon point de vue, cela ne peut l’être que s’il y a parallèlement une remise en cause individuelle. Or, l’indignation, même lorsqu’elle est fondée, se limite le plus souvent à dénoncer ce que l’on juge inconvenant ou inacceptable chez les autres, et d’une manière générale dans le fonctionnement de la société. C’est ainsi que la plupart de ceux qui s’indignent ne se remettent pas en cause eux-mêmes, alors qu’ils ont peut-être une part de responsabilité dans la situation qu’ils dénoncent.

 

 

Comme nombre de Rose-Croix, je pense qu’avant de s’indigner à propos de telle ou telle chose concernant les disfonctionnements de la société, les injustices et les inégalités qu’elle génère, la violence qui la gangrène, etc., chacun devrait s’interroger sur sa façon de penser, de parler et d’agir, en un mot sur sa manière de vivre, et se demander s’il n’est pas coresponsable de ce qui l’indigne. Penser que seuls ceux qui nous gouvernent et nous dirigent sont à l’origine de la crise qui ébranle la plupart des pays du monde est une erreur. À des degrés divers, la majorité des individus ont une part de responsabilité directe ou indirecte dans la situation actuelle du monde.

 

Serge Toussaint

Grand Maître de l’Ordre de la Rose-Croix

 

http://www.blog-rose-croix.fr/a-propos-de-lindignation/

 

 

 

 

Repost 0

Présentation

  • : cheminphilosophique
  • cheminphilosophique
  • : Je suis passionnée de philosophie, je partage avec vous ces textes et citations qui font partie de moi.
  • Contact

Bienvenue sur mon blog!

Entrer chez moi, c'est découvrir mes idéaux, mes créations personnelles et d'autres thèmes qui me passionnent.
 

Bonne visite !

 

 

Ce blog a été créé le 22-08-2010 par mon adorable petit-fils Maxime


 

1 NOUVELLE SEPARATION

 

***

hobbies

 

  compteur pour blog