Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
23 octobre 2017 1 23 /10 /octobre /2017 16:58

 

 

 

 

Texte de Diane Gagnon –

 

Auteur, Coach, Conférencière

 

 

 

 

Quand notre corps ne suit plus, c’est qu’il est temps de l’écouter!

 

 

 

Si nous étions sages, nous serions constamment à l’écoute des signaux de notre corps : il nous dit clairement ce dont il a besoin chaque jour : plus de repos, une meilleure alimentation, moins de choses dommageables pour lui, un meilleur environnement, des relations plus harmonieuses, des aliments sains et simples, plus de mouvements, d’exercices, moins de stress et de tensions, plus de plaisir et plus d’amour!

 

 

Notre corps, c’est notre meilleur ami, notre meilleur allié. Comment se fait-il que nous ne l’écoutions pas plus souvent? Pourquoi ne sommes-nous pas à son service plutôt que d’exiger qu’il soit à notre service?

 

 

Nous n’avons qu’un seul corps et que cela nous plaise ou non, nous devons en prendre soin comme la prunelle de nos yeux!

 

 

Car si le corps ne suit pus, comment réaliser notre mission sur terre?

 

 

Trop souvent, nous étirons l’élastique et nous dépassons nos limites physiques et mentales. Nous voulons prouver à tout un chacun que nous sommes tellement productifs, performants, fiables, responsables. Nous nous demandons beaucoup plus que ce que les autres exigent de nous! Et nous finissons tôt ou tard par excéder les limites physiques de notre corps.

 

 

À partir de là, nous avons beau continuer de nous en demander autant, le corps ne suit plus.

 

 

 

L’estime de soi, c’est aussi apprendre à respecter, honorer même ce corps qui habite notre âme, celui qui nous sert pour toute cette vie, le seul que nous aurons. Si nous n’en prenons pas soin, nous en paierons chèrement le prix. Le repos est aussi important que l’exercice!

 

 

Tout s’imprègne dans notre corps : nos émotions refoulées, nos colères ravalées, nos peines secrètes, nos blessures enfouies… Nous lui en demandons tellement et pourtant, que lui offrons-nous en retour? De la malbouffe, un manque de sommeil, un environnement hostile, des exigences toujours plus élevées, un manque d’exercices…

 

 

Notre santé, notre corps est ce que nous avons de plus précieux. Dommage qu’il nous faille parfois attendre de perdre la santé pour enfin l’apprécier!

 

 

Prenons donc soin de notre corps chaque jour, ce véhicule divin qui nous permet de nous réaliser et d’aimer. Ne le méprisons pas, ne le négligeons pas, ne l’oublions pas. Car notre corps lui, ne nous oubliera pas!

 

 

www.dianegagnon.com

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
19 octobre 2017 4 19 /10 /octobre /2017 17:37
Partager cet article
Repost0
19 octobre 2017 4 19 /10 /octobre /2017 17:24

 

 

 

 

 

 

Texte de Serge Toussaint

 

Grand Maître de l’Ordre de la Rose-Croix

 

 

 

 

 

 

À moins de mourir prématurément suite à une maladie, un accident ou une catastrophe écologique, industrielle ou autre, nous sommes tous destinés à vieillir. C’est là une loi naturelle à laquelle aucun être humain ne peut se soustraire, et ce, depuis toujours. Ce qui a changé avec le temps, c’est la durée (l’espérance) de vie et les conditions dans lesquelles elle se déroule. Dans les pays développés, elle est passée en un siècle de 50 à 80 ans en moyenne. Parallèlement, beaucoup de personnes âgées ont évolué vers un mieux-être et ont vu leur confort matériel progresser au cours de leur existence.

 

 

La situation n’est pas idyllique pour autant. De nombreuses personnes âgées vivent dans des conditions précaires, y compris dans les pays développés. Dans les pays pauvres ou en voie de développement, la grande majorité d’entre elles survivent plus qu’elles ne vivent. Par ailleurs, nombre de spécialistes s’accordent à dire que dans les pays développés, l’espérance de vie est en voie de se réduire (la courbe commence déjà à s’inverser). En cause : le stress au quotidien, la mauvaise alimentation, la consommation excessive d’alcool et de tabac, les pollutions diverses, l’omniprésence des ondes électromagnétiques, etc. Ceci est d’autant plus regrettable que cette réduction marque une régression due au comportement irresponsable des êtres humains.

 

 

Mais revenons-en à la vieillesse, en tant que période de la vie. Lorsqu’on a la chance de bénéficier de conditions matérielles convenables et d’avoir une bonne santé relative, cette période, outre les activités diverses qui la jalonnent au quotidien, est propice à la réflexion ″apaisée″ et ″apaisante″. Libérée des passions qui font la fougue et parfois les excès de la jeunesse, la vieillesse permet en effet de temporiser et de prendre du recul par rapport aux événements, qu’ils concernent la famille ou la société en général. Autrement dit, elle confère en principe une certaine sagesse, d’où l’adage «si jeunesse savait ; si vieillesse pouvait».

 

 

De toute évidence, la vieillesse est la période de la vie qui mène aux portails de la mort. Dès lors que l’on est spiritualiste et que l’on est convaincu d’être une âme incarnée, on ne peut pas ne pas s’interroger sur ce qui nous attend au-delà de ce portail, dans ce que l’on appelle communément «l’au-delà». Cette interrogation est nécessairement positive, car elle conduit chacun à s’intérioriser et à faire le point sur ses croyances religieuses ou philosophiques. Par là-même, elle constitue une forme de préparation intérieure à l’après-vie, avec tout ce que cela comporte de mystères et d’espérance.

 

 

Pour ceux qui adhèrent à la réincarnation, comme c’est le cas de la plupart des Rose-Croix, la vieillesse est une période privilégiée pour faire le bilan de la vie en cours, en tirer les leçons essentielles et préparer la prochaine incarnation, tout du moins dans ses grandes lignes. C’est ainsi que l’on peut réfléchir au pays dans lequel on aimerait vivre, aux personnes avec lesquelles on souhaiterait rester en contact, au métier que l’on voudrait exercer, aux aspects de notre personnalité que l’on aimerait améliorer, etc., étant entendu que «l’homme propose ; Dieu dispose». Assurément, la vieillesse est une invitation à s’ouvrir au monde spirituel…

 

 

 

http://www.blog-rose-croix.fr/a-propos-de-la-vieillesse/

 

 

 

 

 

N’offrir aucune résistance à la vie, c’est être dans  un état de grâce, de facilité et de légèreté.

 

Cet état ne dépend plus du fait que les choses soient comme ci ou comme ça, bonnes ou mauvaises.

 

 

Eckhart Tolle  

 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
16 octobre 2017 1 16 /10 /octobre /2017 17:18
Partager cet article
Repost0
16 octobre 2017 1 16 /10 /octobre /2017 17:10

 

 

 

 

Diane Gagnon - Auteur,

 

 Coach, Conférencière

 

 

 

 

L’un des plus grands obstacles à notre bonheur est sans contredit notre propre résistance. Nous résistons à ce qui arrive, aux commentaires et suggestions des autres, nous résistons à changer, à évoluer, à prendre des décisions, nous résistons à voir la réalité en face, à aller voir en nous ce qui s’y passe, à écouter notre petite voix…

 

 

Le psychanalyste Guy Corneau disait que nous dépensons au moins 95% de notre énergie à résister, à faire ce qui nous rend malheureux plutôt que l’inverse.

 

 

Dans le coaching, il arrive fréquemment qu’un client vienne avec la ferme intention de changer mais refuse d’apporter des changements à sa vie. Nous résistons TOUS, bien que nous croyions que nous sommes ouverts, prêts à changer, disposés à faire ce qu’il faut pour que notre vie s’améliore.

 

 

Mais dans les méandres de notre esprit, tant que la force de résistance qui nous habite à notre insu est encore plus grande que la souffrance ou l’inconfort que nous ressentons, il nous est difficile de changer quoi que ce soit.

 

 

Vous pensez que vous êtes ouverts et prêts à changer? Prêtez attention à votre réaction la prochaine fois que quelqu’un vous prodiguera un conseil! Voyez si votre réponse commence par un « oui mais ». Il se peut aussi que vous disiez « comme tu as raison! », suivi d’un « sauf que… » ou « mais tu sais, c’est pas facile ». C’est ça, la résistance.

 

 

En électricité, on définit la résistance comme la propriété de ralentir le passage du courant; en mécanique, on dit de la résistance qu’elle est une force qui s’oppose au mouvement. La résistance est synonyme d’opposition! Les Bouddhistes affirment que notre souffrance vient de notre résistance, résistance à accueillir ce qui est, à accepter que tout passe.

 

 

 

Chaque fois que nous résistons à ce qui est, nous opposons notre volonté à celle de la Vie. Nous sommes dans un état de refus, de fermeture, de déni.

 

 

La résistance nous éloigne du bonheur!

 

 

Un des premiers pas que nous puissions faire pour être plus heureux est d’observer quand nous résistons, et de lâcher prise chaque fois que nous le pouvons.

 

 

Et si nous augmentions consciemment le pourcentage de notre énergie que nous consacrons à faire ce qu’il faut pour être heureux, plutôt que de résister à ce qui nous est offert? Nous n’avons rien à perdre et tout à gagner en ne résistant plus!

 

 

www.dianegagnon.com

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
12 octobre 2017 4 12 /10 /octobre /2017 17:32
Partager cet article
Repost0
12 octobre 2017 4 12 /10 /octobre /2017 17:23

 

 

 

 

 

 

 

Texte de Serge Toussaint

 

Grand Maître de l’Ordre de la Rose-Croix

 

 

 

 

 

 

Le monde actuel est tellement anxiogène que nombre de personnes semblent avoir perdu la joie de vivre. Il est vrai que lorsque l’on est confronté à des difficultés matérielles de tous ordres, que l’on n’a pas de travail, que l’on manque de moyens financiers, etc., il est difficile, sinon impossible, de se sentir heureux et serein. Prétendre le contraire ne serait pas objectif et traduirait même un manque de compassion envers les personnes concernées. Comment ne pas être affecté également par les actes terroristes commis par les islamistes aux quatre coins du monde ?

 

 

 

Si l’on peut comprendre que nombre de personnes soient inquiètes et même tristes dans le contexte actuel, il faut reconnaître que les médias n’arrangent rien, en ce sens que la plupart mettent systématiquement en exergue les aspects négatifs de la vie sociale, économique, politique, etc. Ce faisant, ils alimentent la morosité ambiante et entretiennent la méfiance, la suspicion, le pessimisme, le défaitisme, etc. Certes, il leur appartient de nous informer de ce qui pose problème dans le comportement humain, mais ils devaient au moins équilibrer avec des informations positives, réconfortantes, inspirantes… De toute évidence, cela contribuerait à rendre les gens plus optimistes, plus sereins et probablement plus joyeux.

 

 

Naturellement, il ne s’agit pas de rendre les médias responsables de la tristesse ambiante, ne serait-ce que parce que nous ne sommes pas obligés de lire, d’écouter ou de regarder ce qui nous affecte et nous rend tristes. Par ailleurs, beaucoup de personnes le sont alors qu’elles n’ont aucun problème matériel, professionnel, familial ou autre. S’il en est ainsi, c’est parce que la joie est avant tout un état d’esprit, ou plus exactement un état d’âme. C’est précisément ce qui explique pourquoi certains indigents et certains malades manifestent néanmoins une grande joie de vivre.

 

 

Précédemment, j’ai précisé que «la joie est avant tout un état d’esprit, ou plus exactement un état d’âme». Pourquoi ? Parce qu’elle prend sa source, non pas dans notre cerveau (auquel cas elle serait une faculté intellectuelle), mais dans ce qu’il y a de plus spirituel en nous. Elle fait donc partie des émotions les plus nobles que nous puissions ressentir, exprimer et même communiquer. À titre de comparaison, le plaisir résulte d’une satisfaction plutôt physique ou mentale. De ce fait, il peut être généré par des occupations ou des activités qui manquent singulièrement d’élévation et de noblesse. C’est ainsi que certaines personnes prennent du plaisir à tuer leur semblable ou à leur faire du tort…

 

 

Si vous admettez que la joie prend sa source dans l’âme elle-même, vous comprendrez que c’est essentiellement dans la spiritualité que l’on peut et que l’on doit la rechercher. C’est ce que font les mystiques en général et les Rose-Croix en particulier, ce qui ne veut pas dire pour autant qu’ils se privent des plaisirs légitimes de l’existence. Sachant que nous sommes sur Terre pour nous parfaire au moyen des expériences de la vie, ils puisent dans ces expériences, y compris dans les plus pénibles et les plus éprouvantes, une opportunité d’évoluer spirituellement tout en étant heureux au contact des autres.

 

 

 

http://www.blog-rose-croix.fr/a-propos-de-la-joie/

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
9 octobre 2017 1 09 /10 /octobre /2017 17:06
Partager cet article
Repost0
9 octobre 2017 1 09 /10 /octobre /2017 16:59

 

 

 

Texte de Diane Gagnon –

 

Auteur, Coach, Conférencière

 

 

 

 

 

 

Oui, comment faire pour ne jamais se tromper, pour toujours prononcer les bonnes paroles au bon moment, pour ne jamais blesser personne, pour ne jamais faire d’erreurs, pour être toujours aussi parfaits que nous croyons devoir l’être ?

 

 

Et surtout, comment faire pour vivre avec le reflet de notre imperfection qui nous est sans cesse ramené à la figure, alors qu’on a trop parlé, qu’on s’est trompé, qu’on a blessé ceux qu’on aime, que nous n’avons pas été à la hauteur ?

 

 

Juste écrire ces lignes m’épuise ! Pas vous ?

 

 

Non mais quelle pression nous mettons-nous constamment pour être à la hauteur des idéaux que NOTRE EGO nous a créés ! Et vous remarquerez que l’idéal, la perfection, c’est bien différent d’une personne à l’autre ! Alors comment être parfait aux yeux de tous ? Mais c’est impossible !

 

 

D’où vient cette idée qu’il nous faut être parfait en tout temps et que nous n’avons pas le droit à l’erreur ? Il n’y a qu’un seul être assez maléfique pour nous demander l’impossible : notre ego !

 

 

Car notre âme elle, n’a que faire de nos erreurs et de nos hésitations ! Elle sait que nous sommes parfaits tels que nous sommes, avec ce que nous appelons nos imperfections. Nous sommes en constante évolution. Si nous étions parfaits, nous n’évoluerions plus ! Nous sommes « a work in progress » !

 

 

 

Quel ennui ce serait de côtoyer des gens parfaits qui ne se trompent jamais et qui font toujours tout à la perfection et au bon moment ! Nous serions si petits devant tant de perfection que nous nous écraserions. La Vie a voulu que nous soyons tous égaux, jusque dans nos imperfections. Et c’est cela qui fait notre beauté, notre unicité, notre authenticité. Vouloir être parfaits en tout temps, c’est se cacher derrière un masque pour ne pas montrer la belle personne en évolution que nous sommes.

 

 

 

Ne nous tapons plus sur la tête pour nos erreurs : nous sommes en évolution ! Nous nous construisons chaque jour, un pas à la fois. Nous avançons dans la Vie du mieux que nous le pouvons. Et si d’aventure vous trouvez que cela n’est pas assez, dites à votre ego d’aller se coucher ! C’est lui qui vous rend la vie si difficile en voulant que vous soyez autre chose que ce que vous êtes vraiment : une pure merveille imparfaite !

 

 

Vaut mieux être vrai qu’être parfait !

 

 

 

www.dianegagnon.com

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
5 octobre 2017 4 05 /10 /octobre /2017 17:18
Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : cheminphilosophique
  • : Je suis passionnée de philosophie, je partage avec vous ces textes et citations qui font partie de moi.
  • Contact

Bienvenue sur mon blog!

Entrer chez moi, c'est découvrir mes idéaux, mes créations personnelles et d'autres thèmes qui me passionnent.
 

Bonne visite !

 

 

Ce blog a été créé le 22-08-2010 par mon adorable petit-fils Maxime


 

1 NOUVELLE SEPARATION

 

***

hobbies

 

  compteur pour blog