Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
2 janvier 2018 2 02 /01 /janvier /2018 17:11

 

 

 

 

 

 

 

Texte de Diane Gagnon –

 

Auteur, Coach, Conférencière

 

 

 

 

 

Parfois nos choix nous entraînent dans des situations inconfortables, voire périlleuses! On dirait que nous avons opté pour une suite de choix tous plus maladroits les uns que les autres et qui nous ont amenés à la situation actuelle, où nous sommes terriblement inconfortables… Comme si le sol se dérobait sous nos pieds, comme si notre équilibre ne tenait plus qu’à un fil.

 

 

 

La plupart du temps, nous réagissons en nous culpabilisant, en nous tapant sur la tête, en nous traitant de tous les noms pour avoir causé cette situation. Comme si le fait de se taper dessus pourrait nous sortir de là! Parfois, nous blâmons les autres de notre fâcheuse position, leur reprochant leur traîtrises, leur manque de compréhension, de soutien. Comme si les autres devaient être là pour nous tout le temps.

Pourtant, tous les problèmes peuvent être résolus.

Surtout que les problèmes, ça n’existe pas! Bien sûr, nous vivons tous des situations vraiment désagréables, pénibles, déchirantes. Mais pourtant, ce ne sont que des expériences de vie sur notre parcours d’apprentissage. Oui c’est difficile à encaisser de se retrouver dans quelque chose d’insupportable, de tellement douloureux qu’on a l’impression que nous n’en sortirons jamais.

 

 

 

Et pourtant, tout ce que nous vivons fait partie du grand plan divin pour nous amener à plus de conscience.

Ce n’est un problème que si notre ego veut le voir comme tel.

 

 

 

Car l’ego raffole des problèmes, de la souffrance, d’être le meilleur ou de vivre le pire, c’est selon, afin d’attirer l’attention. Combien de fois par jour nous plaignons-nous d’un problème? Un petit bobo, une trahison, un collègue, un voisin, un enfant, des tâches, la température, le sport, le ménage, la Vie, la politique…. Combien de fois par jour votre ego vous fait-il râler? Il serait temps de lui accorder des vacances, non?

 

 

 

 

En fait, ce que nous percevons comme des problèmes sont des jalons dans notre évolution. Ce sont des cadeaux de la Vie, des étapes essentielles pour nous, pour nous ouvrir à plus d’amour, de douceur, de justice, d’estime de soi, de compassion, de simplicité. Quand nous comprenons que ce que nous appelions des problèmes sont des marches dans l’escalier de notre évolution, notre ego déteste ça! Bien trop simple pour lui! Il aime les choses compliquées et souffrantes et voilà que nous apprenons à sortir de la souffrance et à accueillir la simplicité de la Vie! Ça lui donne des vacances!

 

 

Il n’y a jamais de situations désespérées : parfois nous devons nous mouiller pour en sortir, mais nous en sortons toujours. Et un peu plus sages, en plus!

 

 

www.dianegagnon.com

 

 

 

 

       

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
29 décembre 2017 5 29 /12 /décembre /2017 12:58

 

Pour ceux et celles qui peuvent le faire je vous souhaite un

 

               

 

 

 

Je vous souhaite de très joyeuses fêtes et que la vie vous soit belle et douce en 2018.

 

Je pense également aux personnes seules, aux sans abris, aux personnes hospitalisées et en maison de retraites. 

 

Merci de faire partie de ma route virtuelle.

 

Votre webmestre, Micheline

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Message de Monsieur Serge Toussaint

 

« Le temps passe, et nous voici à l’aube 2018.

 

 

C’est donc avec sincérité que je vous adresse mes meilleurs vœux, avec l’espoir que cette année nouvelle vous propice sur tous les plans, ainsi qu’à tous ceux qui vous sont chers.

 

 

Que la santé, le bien-être, le succès, la joie et le bonheur soient donc au rendez-vous pour chacun et chacune d’entre vous !

 

 

Ces vœux s’étendent naturellement à toute l’humanité, car les humanistes et les spiritualistes que nous sommes ne peuvent que lui souhaiter d’être heureuse et de s’accomplir, ou plutôt de se réaliser ».

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
22 décembre 2017 5 22 /12 /décembre /2017 10:19
Partager cet article
Repost0
21 décembre 2017 4 21 /12 /décembre /2017 17:55

 

 

 

Texte de Philippe Straehl

 

 

 

 

 

 

 

          

Est-ce toi Père Noël ?

Qui poses un chapeau de feu

Sur la tête des chandelles,

Bigoudis de sapins bleus ?

 

 

 

Est-il vrai qu'à  la Noël

Le coq des clochers d'église

Met un jabot de dentelle

Pour te faire une surprise ?

 

 

 

 

 

Dors-tu dans un satellite,

Sur le tablier des dunes ?

Ou vis-tu comme un ermite

Dans le tonneau de la Lune ?

 

 

 

 

Pourquoi quand je t'interroge

Ne me réponds-tu jamais ?

Es-tu pareil à l'horloge

Qui dit coucou puis se tait ?

 

 

 

Tant pis ! Si dès aujourd'hui

Tu ne veux pas te montrer,

Je n'ôterai la suie

Qui bouche la cheminée !

 

 

http://www.frizou.org

 

 

 

 

 

 

               

 

 

         

                                                                                                                                             

 

 

 

 

           

Votre webmestre

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
18 décembre 2017 1 18 /12 /décembre /2017 15:10

 

 

 

 

 Publié par Nicole Charest

 

 

 

 

 

 

La gratitude c’est beaucoup plus que de savoir dire merci ou même de savoir apprécier ce que l’on possède. La gratitude c’est un état d’esprit, c’est un style de vie.

 

 

Avez-vous remarqué comment le mois décembre est un mois différent des autres? Plus on avance dans le mois, plus on sent le changement s’opérer dans le cœur des gens. À Noël, nous devenons soudainement plus tolérants, plus prévenants, plus généreux; même les médias se mettent à faire dans la nouvelle positive!

 

 

Mais qu’est-ce qui provoque ce changement ? L’ambiance ? Les souvenirs ? La tradition ? À Noël, tout est là pour nous mettre de bonne humeur et nous ramener à nos valeurs profondes. Les vitrines qui s’illuminent nous donnent l’impression d’être transportés dans un monde de magie et d’enchantement. Partout on entend parler de partage, d’amour, de retrouvailles et de réjouissances. C’est le moment de l’année où les gens sont le plus ouverts aux autres, aux causes humanitaires et beaucoup se préparent pour des vacances bien méritées.

Bref, Noël est comme un bouillon d’énergie positive.

 

 

Pourtant, à Noël, ce n’est pas la vie qui change. Noël n’efface pas les guerres, les soucis du bureau ou les blessures de l’âme; à Noël ce qui change, c’est notre regard sur la vie.

 

 

Dès aujourd’hui, prenez la décision de vous concentrer sur le beau, le bon et le possible.

 

 

 

Dites « OUI! » à la Vie. Envoyez le signal que vous êtes là et que vous êtes prêt à recevoir. Devenez plus présent, plus réceptif, plus inspiré.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
14 décembre 2017 4 14 /12 /décembre /2017 11:57

Bonjour à chacun de vous Chers (es) visiteurs (es) Je vous souhaite de très belles fêtes de fin d'année . J'ai crée ce diaporama pour vous l'offrir à l’occasion de Noël, j'espère qu'il vous plaira. Merci de faire partie de ma route virtuelle. Votre webmestre, Micheline

 

 

 

Texte de Diane Gagnon –

 

Auteur, Coach, Conférencière

 

 

 

 

 

 

La presque totalité d’entre nous aspirons à être heureux, dans les différentes sphères de notre vie. Il n’y a qu’à voir tout ce que nous faisons, dépensons et achetons en espérant que cela nous procurera au moins une parcelle de bonheur.

 

 

Souvent, nous attendons après le bonheur. Nous serons heureux « quand nous aurons rencontré l’homme ou la femme idéale, quand nos problèmes seront réglés, quand nos enfants se comporteront mieux, quand nous obtiendrons enfin l’emploi idéal ou ce diplôme qui nous permettra d’y accéder, quand nous aurons plus d’argent et moins de soucis… »

 

 

Et puis on jour, nous réalisons que finalement, nous ne sommes pas encore heureux, même si nous avons eu tout ce que nous désirons. C’est que le bonheur ne s’achète pas et ne dépend pas des autres.

 

 

Il ne dépend que de NOUS.

 

 

Ce n’est donc pas l’environnement qui détermine notre niveau de bonheur. À preuve, ces enfants qui n’ont rien dans certains pays mais qui semblent si heureux et qui sourient toujours, alors que des gens qui semblent tout avoir, vivent dans de grosses maisons, ont l’emploi rêvé mais semblent si malheureux.

 

 

Le bonheur n’est pas une destination, c’est une disposition d’esprit.

 

 

Voici, à mon avis, 10 critères de base essentiels pour vivre heureux.

 

 

 

1. LE VOULOIR!

 Étonnement, bien que nous disions presque tous souhaiter être heureux, certains font rarement des gestes concrets pour l’être. Nous reconnaissons-nous le droit au bonheur? Croyons-nous le mériter? Voulons-nous vraiment être heureux, car cela changera notre vie à jamais?

 

 

 

2. S’éloigner du négatif et s’entourer de positif

 Tant que nous conservons dans notre environnement immédiat des personnes négatives ou toxiques, que nous écoutons les drames à la télé, il nous sera difficile d’être heureux. Le négatif attire le négatif alors que le positif attire le positif. Choisissons donc avec soin ceux qui nous entourent et ce que nous laissons entrer dans nos pensées.

 

 

 

3. S’aimer

 Il n’existe pas de gens heureux qui ne s’aiment pas, qui n’ont pas une certaine estime de soi. C’est en apprenant à nous aimer que nous nous accordons le droit d’être heureux.

 

 

 

4. Pardonner

 On ne peut pas cultiver du négatif d’une main, en gardant rancune envers quelqu’un, et récolter du positif dans l’autre main. Pardonner aux autres, se pardonner à soi font partie des bases d’une vie heureuse.

 

 

 

5. Avoir de la gratitude

 Savoir reconnaître, apprécier et remercier pour tout ce que nous vivons, ce que nous avons, nous remplit de gratitude. La gratitude attire l’abondance, que nous y croyons ou pas. Plus nous voyons le beau et le bon dans nos vies, plus il y en aura.

 

 

 

6. Vivre dans le moment présent

 Le bonheur ne se conjugue jamais au passé, ni au futur. Notre seule opportunité de bonheur est ici maintenant, dans le moment présent. En vivant consciemment chacun de nos moments présents, nous apprécions davantage les petites joies que la Vie met sur notre chemin.

 

 

 

7. Sortir de notre zone de confort

 Oser essayer de nouvelles choses, rompre avec une routine limitative, donner de l’expansion à nos pensées et à nos limites agrandit considérablement notre zone de bonheur. En surmontant nos peurs pour sortir de notre confort, nous apprenons à nous connaître davantage et à vivre plus intensément.

 

 

 

8. Écouter sa petite voix intérieure

 Elle nous parle toujours cette petite voix. C’est quand nous ne l’écoutons pas que nous nous éloignons le plus de ce que nous sommes vraiment. En l’écoutant, nous nous rapprochons de notre enfant intérieur, de l’appel de notre âme à révéler notre vraie nature, pour être plus pleinement nous-mêmes.

 

 

 

9. Être ouvert à la Vie

 Les épreuves, les problèmes, les trahisons, les chagrins et les deuils font tous partie de la Vie. Lorsque nous y résistons, nous alimentons notre souffrance. En les accueillant pour ce qu’ils sont, des étapes de Vie essentielles à notre évolution, nous pouvons mieux faire face à la réalité et trouver plus de sérénité malgré les difficultés. Accepter que tout est parfait est peut-être difficile, mais c’est un pas de géant vers la paix intérieure.

 

 

 

10. Aimer, aider, faire le bien

 Aimer et aider son prochain, faire le bien constitue un des éléments qui procure des moments de bonheur qui durent le plus longtemps! C’est en donnant, en aimant, en prenant soin des autres que nous nourrissons nos aptitudes au bonheur. En prime, nous contribuons au bien-être de l’autre!

 

 

www.dianegagnon.com

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
11 décembre 2017 1 11 /12 /décembre /2017 18:29

 

 

Texte de Diane Gagnon –

 

Auteur, Coach, Conférencière

 

 

 

 

 

Certaines étapes charnières de notre vie nous font remettre beaucoup de choses en question : la carrière, le couple, notre mission, nos choix de vie. Ces étapes de croissance, bien que souvent pénibles à vivre, sont essentielles pour que nous puissions continuer à progresser, à mieux aimer, à nous développer plus pleinement.

 

 

Ainsi, nous cherchons ce que nous devons faire, quel est le prochain pas à franchir, vers où allons-nous, vers où DEVONS-nous aller.

 

 

Alors nous réfléchissons longuement, nous écrivons les plus et les contre de nos choix possibles, nous demandons conseils à droite et à gauche, nous consultons, nous suivons des formations. Et plus nous nous questionnons, on dirait que moins nous avons de réponses !

 

 

Nous nous sentons de plus en plus confus et peut-être aussi stressés. Car dans ce monde de performance, ne pas pouvoir décider clairement, ne pas passer à l’action, ne pas trouver LA solution rapidement et efficacement est presque considéré comme un constant d’échec ou d’incompétence. Et alors nous nous en voulons de ne pas trouver plus rapidement nos réponses.

 

 

Devant ce sentiment d’urgence que NOUS nous créons de toute pièce – car en fait, qu’est-ce qui presse tant ? – nous prenons dans un état de panique une décision, n’importe laquelle ou celle qui nous semble la moins pire, pourvu que nous en prenions une !

 

 

Puis nous constatons quelque temps plus tard, que notre malaise est toujours là, que ce n’est pas ce que nous voulions faire, que ce n’est pas mieux que ce que nous avons quitté, qu’il semble que nous n’ayons pas encore trouvé NOTRE place. Et nous nous blâmons, inutilement.

 

 

Alors nous pensons peut-être de demander à l’univers de nous aider à trouver notre voie, de nous fournir les réponses dont nous avons besoin pour continuer d’avancer et nous réaliser enfin.

 

 

Mais encore là, nous trouvons que les réponses ne viennent pas assez vite, nous ne voyons pas toujours clair et nous désespérons de finir par savoir ce que nous avons à faire.

 

 

Bien sûr, bien des spécialistes nous diront de passer à l’action, de faire les premiers pas, quel qu’il soit, de foncer même si nous ne savons pas où nous allons.

 

 

Pourtant, il existe une autre option, plus douce, plus calme, plus serein et tellement moins stressante que les précédentes.

 

 

 

Oui demandons à la Vie de nous indiquer clairement ce qu’elle attend de nous. Mais en attendant, continuons de faire du mieux possible, avec le plus d’amour possible ce que nous faisons que nous voulions tant changer. Mettons-y plus de présence, d’attention, d’amour, comme si nous étions là pour y rester tout en sachant au fond de nous que lorsque NOUS serons prêts, la Vie viendra nous faire signe pour passer à autre chose.

 

 

 

En agissant ainsi, nous redevenons présents à nous. Au lieu de pester contre ce que nous voulons changer, nous lui redonnons plutôt l’amour et l’attention qu’il mérite, faisant ce que nous savons faire de mieux dans cette situation, sans constamment nous rappeler que nous avons hâte de passer à autre chose. Continuons en mettant plus d’Amour et laissons la Vie venir à nous.

 

 

 

Car en étant présents à soi et à la Vie, nous mûrissons pour la prochaine étape. Rien n’est perdu !

 

 

 

Quand les réponses ne viennent pas, ce n’est pas la Vie qui nous bloque, c’est nous qui ne sommes pas encore prêts. La Vie nous répond toujours… quand NOUS sommes prêts !

 

 

 

Pour cela, il nous faut cesser de vouloir tout contrôler, développer notre patience et surtout faire confiance à la Vie. Nous sommes tous ici pour nous réaliser, alors ne bloquons pas notre évolution en devenant exaspérés ! Continuons ou redécouvrons comment nous réaliser dans ce que nous faisons si les bonnes réponses ne viennent pas tout de suite.

 

 

Et si nous avons le bonheur que les réponses surgissent clairement, que ce soit rapidement ou après une certaine période de temps, alors suivons notre intuition et faisons confiance car tout est en place pour notre évolution.

 

 

De toute façon, nous ne pouvons pas manquer le bateau, puisque nous en sommes le capitaine !

 

 

www.dianegagnon.com

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
7 décembre 2017 4 07 /12 /décembre /2017 17:06

 

 

 

 

Publié le 15 novembre 2017 par LilaLuz

 

 

 

 

 

La plupart d’entre ceux qui se sont engagés sur une voie d’éveil sont confrontés au leitmotiv  de la petite voix intérieure qui ne cesse de répéter : « pardonne ! »

 

 

Pour l’avoir entendu pendant toute ma vie, malgré tous mes efforts conscients ; prières, lâchers prises, renoncements, sacrifices intérieurs, humiliations, changements d’habitude, de fréquentations, l’isolement, la compagnie, les lieux saints, l’alimentation ou le jeun … sans que la petite voix ne change son disque rayé, je me suis vraiment demandé si cette histoire de pardon n’était pas comme la carotte de l’âme que l’on veut faire avancer sur un chemin tortueux et que l’on essaye d’amadouer avec la possibilité d’une récompense :  Pardonner c'est retrouver la véritable liberté et le sentiment de légitimité divine qui s’y associe.

 

 

Alors on commence par ressasser pour voir ce que l’on aurait oublié de libérer. Quelle histoire ! Puis on envoie de l’énergie de compréhension, de gratitude, de « remise à zéro », à toutes les causes et à toutes les conséquences. Ensuite on sort de ses ressources humaines, on pense « mystique » et on prie. Peut-être que ce divin pardon n’est pas celui que l’on donne mais celui qu’il nous faut recevoir ? Avec humilité, calme et détachement. Rien n’y fait ! La voix continue à chaque occasion : « pardonne ! » Il m’est arrivé de croire qu’il s’agissait d’une sorte de torture mentale, ou qu’une personne s’était attachée à moi après sa mort…Alors rituel, qu’avais-je à perdre ? Mais quoique mes efforts fussent sincères et bien intentionnés  « pardonne ! » est revenu ! La nuit, le jour, en faisant du sport ou en mangeant… «Pardonnes!» est encore là.

 

 

J’en suis arrivée au fatalisme, je me suis résignée à n'être pas pardonnée...peut-être resterais-je une impardonnable forte tête, puisque ni les symboles, ni les rêves, ni les asanas ou les massages, ni les régimes, ni les prières, pas même les rencontres spirituelles ne changeaient cette voix et son discours bloqué? Quoi faire ?

 

 

 

La réponse m’est venue sous 2 formes.

La première partie de la réponse est une perle de sagesse qui m’a été attribuée alors qu’elle m’était promise si je remplissais les conditions pour la recevoir. Ce cadeau représente l’accès à un autre degré de détachement et d’accomplissement. C’est donc que toutes les procédures acceptées avaient eût leur utilité ! 

 

La seconde partie de la réponse m’est venue comme une évidence : le Pardon dépasse les niveaux de la compréhension ou de la gratitude, il doit également se produire une libération au niveau de l’énergie vitale et du corps physique.

 

 

Alors, j’ai cherché ce qui pourrait représenter un « manque de pardon » dans mon corps ; soit un blocage invisible, minuscule, une brisure, un manque de raccord quelque part… là ça ne manque pas ! Ainsi pardonner signifie effacer les traumatismes physiques causées par des personnes ou des situations. Il ne s’agit pas uniquement de dédramatiser sa souffrance, d’oublier les souvenirs douloureux ou de leur retirer leur nature délétère, il ne s'agit pas uniquement de se détacher du poids des injustices -que l'on subit ou que l'on inflige- il faut également réparer physiquement ce qui est possible pour retrouver la vitalité « d’avant » afin de démontrer que le Pardon est effectif.

 

 

Pardonner consiste à se libérer énergétiquement de tout ce qui est le résultat d’une souffrance –nouvelle ou ancienne- cela ne fait aucune différence. Notre énergie est pure seulement lorsque nous pardonnons, c’est-à-dire quand les marques physiques et énergétiques, psychiques et émotionnelles ont disparues et que l'on peut évoquer n'importe quel souvenir sans en ressentir aucune émotion ou réaction intense.  Alors, « Pardonnes ! » peut simplement signifier retrouver la santé initiale. Intégrer ce niveau de pardon entraîne une ascension immédiate.

 

C’était pourtant pas compliqué, faut croire que j’étais bloquée ! Lila

 

 

 

 http://www.lilaluz.net/2017/11/le-sens-veritable-de-par-donner.html

 

 

 

        

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
4 décembre 2017 1 04 /12 /décembre /2017 16:29

 

 

 

Texte de Serge Toussaint

 

Grand Maître de l’Ordre de la Rose-Croix

 

 

 

 

 

 

 

 

Dans certains écrits ésotériques, il est dit que l’évolution de l’humanité s’inscrit dans des cycles successifs appelés « ères ». Cette théorie est fondée sur le fait que la voûte céleste est divisée en douze constellations que le point vernal parcourt en 25920 ans, ce qui fait une durée moyenne de 2160 ans pour chaque ère. Or, chacune des douze ères, pour des raisons à la fois astronomiques, astrologiques et astrosophiques, exercerait une influence particulière sur l’humanité dans son ensemble.

 

 

 

Selon la théorie des ères, la naissance du Christ, assimilée à l’an 0 de notre calendrier actuel, a marqué le début de l’ère des Poissons (il faut noter au passage que le symbole des premiers Chrétiens n’était pas une croix, mais un poisson, appelé « ichtus »en grec). Cette ère fut précédée par l’ère du Bélier (à laquelle on associe traditionnellement le développement des civilisations égyptienne, grecque et romaine), qui fut elle-même précédée par l’ère du Taureau (que la Tradition assimile au rayonnement de la civilisation babylonienne).

 

 

 

Etant donné qu’une ère dure environ 2160 ans, on peut en déduire que l’humanité se situe actuellement entre l’ère des Poissons et l’ère du Verseau. Si l’on en croit les textes ésotériques traitant de ce sujet, l’ère du Verseau marquerait l’avènement de la Connaissance et de la Sagesse sur Terre. Autrement dit, elle correspondrait au cycle durant lequel les hommes, individuellement et collectivement, en viendraient graduellement à exprimer les idéaux les plus nobles. L’humanisme et la spiritualité (et non religiosité) seraient les deux piliers de cette ère.

 

 

 

Mais les mêmes textes indiquent également que l’ère du Verseau sera précédée d’une période au cours de laquelle les hommes seront confrontés à leur ignorance et à leur folie, et qu’avant que ne soit révélé ce qu’il y a de meilleur dans la nature humaine sera révélé aux yeux de tous ce qu’il y a de pire. Dans certains écrits, elle est même appelée « ère de la Transparence », ce qui est très significatif. Que l’on admette ou non cette théorie, il faut bien reconnaître que l’époque actuelle correspond à la description qui en est faite, avec son lot de “révélations“ quotidiennes et ses émissions de radio et de télévision où la bêtise n’a d’égale que la vulgarité, l’impudeur, la superficialité, etc., sur fond de voyeurisme.

 

 

D'après les récits liés à l’ère du Verseau, la période chaotique que le monde traverse actuellement ne serait qu’un passage obligé et correspondrait à une remise en cause totale des fausses valeurs que les hommes ont eux-mêmes cultivées au cours des siècles et des décennies passés. À l’issue de cette période devrait émerger une nouvelle humanité, régénérée sur tous les plans, avec tout ce que cela suppose de positif pour elle : la paix, la fraternité, la prospérité matérielle, l’élévation spirituelle, etc. Cela étant dit, il est évident qu’une telle perspective ne dépend pas uniquement de l’influence exercée sur les hommes par l’ère du Verseau. En application de l’adage « Aide-toi et le Ciel t’aidera », il leur appartient en effet d’agir en conséquence.

 

 

http://www.blog-rose-croix.fr/a-propos-de-l-ere-du-verseau/

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
30 novembre 2017 4 30 /11 /novembre /2017 16:51

 

 

 

Texte de Diane Gagnon –

 

Auteur, Coach, Conférencière

 

 

 

 

 

 

Merci de nous apporter le silence dont nous avons besoin pour intégrer les différents apprentissages que la Vie nous demande de faire. Si nous ne t’avions pas comme amie, où trouverions-nous le temps pour comprendre tout ce qui nous arrive?

 

 

Merci de nous permettre de rencontrer enfin cette personne qui nous habite depuis que nous sommes bébés, mais dont nous avons toujours eu peur de faire la connaissance. Bien que nous passions toute notre vie, 24 heures sur 24 avec nous-mêmes, il semble que nous soyons la personne au monde dont nous avons bien souvent le plus peur. Alors quand tu es présente, il ne nous reste plus beaucoup de faux-fuyants pour éviter de nous faire face! Et souvent, tu restes avec nous tant et aussi longtemps que nous n’avons pas apprivoisé et aimé complètement cette étrange personne que nous sommes!

 

 

 

Merci aussi de ta présence lorsque le tumulte extérieur reflète notre tumulte intérieur. En élisant alors domicile chez nous, tu nous permets d’instaurer un peu de paix et d’harmonie dans nos pensées et notre incessante discussion mentale avec notre ego.

 

 

Parfois, tu te fais trop envahissante, t’établissant à demeure chez nous, alors que nous aimerions bien avoir d’autre compagnie que la tienne. Il nous semble alors que tu t’incrustes trop longtemps dans nos vies sans notre invitation. Mais nous comprenons que si tu restes aussi longtemps près de nous, c’est que tu as encore des choses à nous enseigner. C’est souvent en ta compagnie que nous finissons par comprendre que tout part de nous et que nous créons notre environnement, nos rêves comme nos cauchemars.

 

 

Alors, chère Solitude, puisses-tu nous guider de ta présence sur le chemin qui mène au cœur de nous, là où nous puiserons à même la source de notre âme tout l’Amour que nous portons pour ensuite le diffuser dans le monde.

 

 

Merci chère Solitude d’être souvent notre meilleure amie, et pardonne-nous d’avoir cru au début que tu étais notre pire ennemie.

 

 

www.dianegagnon.com

 

 

 

 

                       

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : cheminphilosophique
  • : Je suis passionnée de philosophie, je partage avec vous ces textes et citations qui font partie de moi.
  • Contact

Bienvenue sur mon blog!

Entrer chez moi, c'est découvrir mes idéaux, mes créations personnelles et d'autres thèmes qui me passionnent.
 

Bonne visite !

 

 

Ce blog a été créé le 22-08-2010 par mon adorable petit-fils Maxime


 

1 NOUVELLE SEPARATION

 

***

hobbies

 

  compteur pour blog