Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
20 mars 2018 2 20 /03 /mars /2018 09:51

 

 

 

Texte de Diane Gagnon –

 

Auteur, Coach, Conférencière

 

 

 

 

 

Dans la Vie, certaines questions sont parfois inutiles : pourquoi ça m’arrive à moi? Pourquoi dois-je vivre ça? Pourquoi n’ai-je pas eu une enfance heureuse? Comment ça se fait que tu veux me quitter?

 

 

« Pourquoi moi » ne nous donne JAMAIS de réponse valable et nous maintient dans la souffrance.

 

 

Pourtant les mêmes questions posées au bon moment peuvent faire une différence positive dans notre vie. Et ce, que ce soit en amour, en amitié, en famille ou en affaires.

 

 

Ainsi, si nous nous appliquons à demander « Pourquoi » quand ça va bien, nous saurons ce qu’il faut faire pour que cet état de bien-être puisse nous accompagner plus longtemps. Par exemple : « Pourquoi sommes-nous si bien ensemble? » nous permet de conscientiser et de mettre en mots ce qui fait qu’effectivement nous sommes si bien ensemble : parce que tu m’écoutes; parce que nous avons toujours plein de petites attention l’un pour l’autre; parce que tu me respectes; parce qu’on se laisse libres; parce qu’on partage les mêmes valeurs… Toutes ces réponses nous serviront à nous améliorer, à renforcer les points positifs, surtout dans les moments où ça ira moins bien.

 

 

Dans ces moments où ça ira moins bien, ce sera le temps d’utiliser le « Comment? » Comment pourrions-nous nous y prendre pour traverser cette période plus difficile? Comment pourrais-tu faire pour obtenir de meilleurs résultats? Comment puis-je t’aider à ce moment-ci? Comment aurais-je dû m’y prendre pour ne pas te faire de la peine? Comment puis-je faire pour que tu te sentes davantage respecté?

 

 

Évitons de poser les mauvaises questions aux mauvais moments!

 

 

Utilisons « Pourquoi » quand ça va bien et « Comment » quand ça va moins bien. Une technique simple, sans doute, mais qui permet d’éviter bien des disputes!

 

 

www,dianegagnon.com

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
15 mars 2018 4 15 /03 /mars /2018 16:53

 

 

 

 

de Peter Wohlleben

 

 

 

La forêt est une véritable société où les arbres échangent.

 

 

Un monde fascinant où chênes, bouleaux, pins communiquent grâce à un réseau comparable à Internet, aident leurs enfants à grandir et… tombent même amoureux !

 

 

Les arbres sont donc bien des êtres vivants, ayant des caractéristiques humaines : lanceurs d’alerte en cas d’agression, capables d’appeler des alliés à la rescousse, ils ont de nombreuses ressources leur permettant d’échanger de la nourriture, de communiquer, d’abriter et de nourrir les animaux qui leur offrent leurs services en retour.

 

 

 

 Bref, ils sont capables d’apprendre, de se souvenir, de s’entraider.

 

 

 

Diffusion Rosicrucienne

 

 

www.drc.fr


 

 

 

Doit-on couper notre mental-ego ?

 

 

Auteur

 

Régis Violette

 

 

 

 

Pas nécessairement, il a juste besoin de s'aligner à sa vraie nature divine, c'est ainsi qu'il est dans la lumière de l'amour et non dans l'ombre de celle-ci. Quoi qu'il en soit tout est parfait, avant de comprendre que le mental-ego a besoin d'être dans l'ombre pour comprendre qu'il n'est que l'ombre de sa lumière. Quand celui-ci décide, je dis bien décider d'être dans la lumière, il voit tout dans la perfection et comprend que l'ombre n'est rien d'autre qu'un scénario parfait pour en vivre l'expérience et l'apprentissage. Tout est bien fait, la source une, la source Originelle, Dieu, peu importe le nom qu'on lui donne, elle a tout prévu, afin de nous faire réaliser que nous nous sommes éloignés du chemin de l'unité dans la lumière de l'amour pour y revenir et être à nouveau cet être accompli.

 

 

 

http://www.choix-realite.org/8193/doit-on-couper-avec-notre-mental-ego

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
7 mars 2018 3 07 /03 /mars /2018 08:45

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Texte de Serge Toussaint

 

 

Grand Maître de l’Ordre de la Rose-Croix

 

 

 

 

 

Depuis toujours, le secret, dans quelque domaine que ce soit, suscite la méfiance et la suspicion, car on pense a priori qu’il sert à dissimuler ou à cacher des choses mauvaises, négatives ou dangereuses. De nombreuses personnes l’associent à la «théorie du complot» et sont convaincues qu’il existe des organisations secrètes qui s’emploient à influer sur l’orientation du monde dans des domaines aussi variés que la politique, l’économie, la science, l’art, etc. Cette idée est d’autant plus répandue qu’elle est entretenue sur les réseaux sociaux et par certains médias, sans parler des films et des livres qui exploitent régulièrement ce thème.

 

 

Comme vous le savez, nous vivons une époque qui incite à tout dire, tout montrer, tout dévoiler, et ce, au nom du droit à l’information et de la «transparence». Faut-il s’en réjouir ? Je ne le pense pas, car cette tendance extrême en est venue à porter atteinte à la liberté individuelle et à la vie privée. Certes, il est nécessaire d’informer et de clarifier certains faits d’actualité, mais à condition qu’il y ait un intérêt réel à le faire, et non pas dans le but d’alimenter le voyeurisme, qui correspond selon moi à l’exact opposé du secret. L’idéal en la matière est donc de trouver un juste milieu.

 

 

 

Tout être humain a des secrets qu’il garde et souhaite garder au plus profond de lui, d’où la notion de « jardin secret ». Certains concernent des événements liés à sa vie privée ou à celle de ses proches ; d’autres se rapportent à des confidences qu’on lui a faites un jour ; d’autres encore sont liés à des situations dont il a été le témoin et dont il ne souhaite pas parler. Il en est également qui correspondent tout simplement à ses réflexions les plus intimes. En fait, il existe autant de secrets que de choses qu’il nous semble nécessaire de ne pas rendre publiques, ce qui ne veut pas dire pour autant qu’elles sont inavouables. Les garder secrètes est-il un crime ?

 

 

 

Au risque de vous étonner, voire de vous choquer, je pense que nombre de secrets ont leur utilité, notamment ceux qui concernent des faits ou des événements qui, s’ils étaient révélés, causeraient inutilement du tort, de la peine ou d’autres préjudices aux personnes qui en prendraient connaissance. Quoi qu’on en dise, toute vérité n’est pas bonne à savoir. À titre d’exemple, un secret de famille peut préserver sa cohésion et éviter de la voir se disloquer. Dans un tout autre ordre d’idée, un secret d’État permet parfois de protéger la population contre un danger, d’éviter une guerre civile, etc. Quant aux journalistes, si prompts à dévoiler les secrets des autres, ils considèrent comme une nécessité absolue de garder leurs “sources” secrètes.

 

 

De mon point de vue, ce n’est pas le secret en tant que tel qui pose vraiment  problème, mais la raison pour laquelle il est tenu. Dès lors que ce n’est pas dans le but délibéré de nuire à autrui ou d’occulter des comportements qui portent gravement atteinte à autrui ou à la société, en quoi est-ce condamnable ou blâmable ? Je pense qu’il existe de beaux secrets, des secrets utiles, des secrets nécessaires, des secrets du cœur, des secrets de l’âme… Vous-même en avez certainement ! Et cela ne fait pas de vous une personne indigne pour autant, ce qui fit dire à Jean-François Deniau : «Le plus terrible secret de ce monde serait qu’il n’y ait aucun secret».

 

 

 

https://www.blog-rose-croix.fr/a-propos-secret/

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
3 mars 2018 6 03 /03 /mars /2018 10:00

 

 

 

 

 

          

 

 

Vieillir en beauté, c'est vieillir avec son cœur;
Sans remord, sans regret, sans regarder l'heure;
Aller de l'avant, arrêter d'avoir peur;
Car, à chaque âge, se rattache un bonheur.

 

 

 

Vieillir en beauté, c'est vieillir avec son corps;

Le garder sain en dedans, beau en dehors.

Ne jamais abdiquer devant un effort.

L'âge n'a rien à voir avec la mort.

 

 

 

Vieillir en beauté, c'est donner un coup de pouce
À ceux qui se sentent perdus dans la brousse,
Qui ne croient plus que la vie peut être douce
Et qu'il y a toujours quelqu'un à la rescousse.

 

 

 

Vieillir en beauté, c'est vieillir positivement.
Ne pas pleurer sur ses souvenirs d'antan.
Être fier d'avoir les cheveux blancs, car,

pour être heureux, on a encore le temps. 

 

 

Vieillir en beauté, c'est vieillir avec amour,
Savoir donner sans rien attendre en retour;
Car, où que l'on soit, à l'aube du jour,
Il y a quelqu'un à qui dire bonjour.

 

 

Vieillir en beauté, c'est vieillir avec espoir;
Être content de soi en se couchant le soir.
Et lorsque viendra le point de non-recevoir,
Se dire qu'au fond, ce n'est qu'un au revoir.

 

 

          Auteur inconnu

 

 

 

                



 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
2 mars 2018 5 02 /03 /mars /2018 09:32
Partager cet article
Repost0
25 février 2018 7 25 /02 /février /2018 10:33

 

 

 

 

 

Texte de Diane Gagnon –

 

Auteur, Coach, Conférencière

 

 

                        

 

 

Plusieurs d’entre nous vivons au cours de notre vie des passages difficiles, allant de la remise en question à la dépression, de la perte d’un emploi à la perte d’un être cher.

 

 

Ces moments sont incroyablement souffrants car nous avons l’impression que nous ne surmonterons jamais ce qui « nous arrive », tellement cela nous semble difficile. Nous avons peut-être même tendance à nous laisser aller au désespoir tellement nous nous sentons seuls dans cette situation, tellement ça fait mal!

 

 

 

Et pourtant… Il semble que nous, les humains, ayons besoin de connaître ces moments de désarrois terribles pour enfin demander de l’aide à plus grand que ce nous, pour renoncer finalement à vouloir à tout prix que les choses se passent à notre façon, pour faire preuve de l’humilité et de la vulnérabilité nécessaires qui créent les brèches dans notre carapace, y faisant autant de fissures par lesquelles la Lumière peut enfin entrer.

 

 

Parfois, nous ne sommes prêts à entendre et à comprendre que lors nous avons posé les deux genoux à terre. Complètement.

 

 

 

Le jour où l’on abandonne notre résistance pour demander : « Montre-moi le chemin, dis-moi ce que je dois faire, parce que maintenant, je ne sais plus, je ne vois plus, je n’en peux plus » est le jour où la Vie peut enfin nous ramener à notre essence véritable. Elle nous réaligne alors avec ce que nous sommes au fond de nous mais que nous avons perdu de vue. Elle déploie devant nous sa bonté pour que nous assumions notre mission. Elle peut maintenant prendre soin de nous parce que nous ne lui résistons plus.

 

 

C’est parfois une reconstruction complète qu’elle nous guide à faire, tellement nos fondations étaient endommagées. Mais cette reconstruction, c’est aussi notre nouvelle naissance.

 

 

 

Nous fonctionnons tous sur le même principe que l’Univers : nos phases de contractions (la douleur, la noirceur la souffrance) précèdent toujours nos phases d’expansion : la libération, la Lumière, la guérison.

 

 

Quelle que soit la situation pénible que nous traversons en ce moment, n’oublions jamais que c’est une étape importante dans notre processus de cheminement spirituel et d’évolution personnelle. Aussi douloureuse soit l’étape que nous vivons actuellement, aussi merveilleuse sera la renaissance qui suivra.

 

 

 

Puis un jour, miraculeusement, on comprend que ne saurions jamais devenus cette personne que nous sommes aujourd’hui si nous n’avions pas connu cette souffrance. Ce jour-là, aussi incroyable que cela puisse paraître, nous sommes reconnaissants à la Vie pour ces souffrances passées et pour la merveilleuse transformation qu’elles ont engendrée. Nous pouvons alors donner un sens à nos souffrances…

 

 

www.dianegagnon.com

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
18 février 2018 7 18 /02 /février /2018 13:03
Partager cet article
Repost0
18 février 2018 7 18 /02 /février /2018 12:52

 

 

 

Texte de Diane Gagnon –

 

Auteur, Coach, Conférencière

 

 

 

Il y a un grand mouvement de fond, particulièrement cette année où nous sentons qu’il nous faille passer de la culture du « je » à celle du « nous ».

 

 

Nous sommes depuis déjà longtemps dans l’individualisme, dans le chacun pour soi, dans cette attitude de je-m’en-foutisme parfois face aux autres. Nous avons vu émerger une grande panoplie de travailleurs autonomes, d’entreprises à propriétaire unique, de choix de vie en solitaire. Les réseaux sociaux qui peuvent nous rapprocher peuvent aussi nous éloigner les uns des autres, privilégiant le contact virtuel au contact réel.

 

 

 

Cette phase d’individuation était sans doute nécessaire à notre évolution mais ne sentez-vous pas vous aussi qu’il est temps d’unir nos forces, de collaborer ensemble, de se rassembler pour travailler ensemble à faire du bien, à améliorer ce monde, à œuvrer ensemble pour le plus grand bien commun?

 

 

 

Sentez-vous ce besoin de retrouver les autres, de créer des projets communs, de réaliser des événements ensemble afin que nous puissions toucher encore plus de gens qui ont le goût de vivre dans la paix, la complicité, la collaboration, l’entraide, le partage, la communauté.

 

 

Tout comme le proverbe qui dit « seul on va plus vite mais ensemble on va plus loin », il est temps de se rassembler pour aller plus loin, pour atteindre justement ce point de bascule si important qui pourra changer la face du monde.

 

 

Il est temps de développer la culture du genou! Celle de passer du je au nous. Lorsque nous nous aimons nous-mêmes, que nous sommes en paix avec nous-mêmes, le mouvement naturel est de tendre vers les autres afin de partager ce sentiment de plénitude qui nous habite pour le faire croître partout dans le monde. On ne s’oublie pas quand on passe du je au nous, au contraire, on se nourrit de nos affinités et de nos différences, sans se sentir menacé par l’autre.

 

 

Le jardinier se met à genoux pour faire les semences de son jardin : passons du je au nous pour semer l’amour dans le monde, ensemble.

 

 

www.dianegagnon.com

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
11 février 2018 7 11 /02 /février /2018 13:15

 

 

Texte envoyé par une amie très proche.

 

 

 

Je me sens toujours heureux, savez-vous pourquoi? Parce que je n'attends rien de personne; attendre fait toujours mal. Les problèmes ne sont pas éternels, ils ont toujours une solution, la seule chose qui n'a pas de remède est la mort. Ne permettez à personne de vous insulter, de vous humilier ou de diminuer votre estime de soi.

 

 

Les cris sont l'instrument des lâches, ceux qui ne pensent pas. Nous rencontrerons toujours des gens qui nous considèrent comme coupables de leurs problèmes, et chacun aura ce qu'il mérite. Nous devons être forts et ressusciter des chutes que la vie nous impose, pour nous rappeler qu'après le sombre tunnel plein de solitude, de très bonnes choses viennent "Il n'y a pas de mal qui ne passe pas au bien".

 

 

C'est pourquoi tu apprécies la vie parce qu'elle est très courte, alors aime-la, sois heureuse et sourie toujours, vis seulement intensément pour toi-même et pour toi-même, souviens-toi: Avant de discuter ...

 

 

Respirez Avant de parler ...

 

Écoutez Avant de critiquer ...

 

Examinez-vous Avant d'écrire ...

 

Pensez Avant de faire mal ...

 

Regardez Avant d'abandonner ...

 

Essayez Avant de mourir ..... LIVE !!

 

 

La meilleure relation n'est pas celle d'une personne parfaite, mais celle dans laquelle chaque individu apprend à vivre, avec les défauts de l'autre et admirant ses qualités. Qui ne valorise pas ce qu'il a, un jour il se plaindra de l'avoir perdu et celui qui souffrira un jour recevra ce qu'il mérite.

 

 

Si vous voulez être heureux, rendre quelqu'un heureux, si vous voulez recevoir, donnez un peu de vous-même, entourez-vous de bonnes personnes et soyez l'un d'entre eux.

 

 

Rappelez-vous, parfois, quand vous vous y attendez le moins, il y aura ceux qui vous feront vivre de bonnes expériences! Ne gâche jamais ton présent pour un passé sans avenir.

 

 

Une personne forte sait comment garder sa vie en ordre. Même avec des larmes dans les yeux, il s'adapte pour dire avec un sourire, JE SUIS BON.

 

 

Aujourd'hui est la journée mondiale de l'amitié: envoyez ce message aux gens que vous n'oublierez jamais et j'en fais partie!

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
4 février 2018 7 04 /02 /février /2018 12:56

 

 

 

 

Texte de Serge Toussaint

 

 

Grand Maître de l’Ordre de la Rose-Croix

 

 

 

 

« Dieu de tous les hommes, Dieu de toute vie,

 

 

Toutes les religions se réfèrent à Toi, mais Tu n’appartiens à aucune.

 

 

Tous les croyants Te vénèrent, mais aucun ne sait vraiment qui Tu es.

 

 

On s’adresse à Toi sous des noms divers et variés, mais aucun d’eux n’a Ta préférence.

 

 

On dit que Moïse T’a vu, que Jésus T’a parlé et que Mahomet T’a entendu, mais pour le commun des mortels, Tu demeures invisible et silencieux.

 

 

 

Juifs, Chrétiens, Musulmans et Autres se réclament de Toi, mais Tu ne fais aucune distinction entre eux et n’accorde pas Tes faveurs aux uns plutôt qu’aux autres.

 

 

Qui que Tu sois, inspire aux croyants comme aux athées des pensées, des paroles et des actions bienveillantes, afin qu’ils expriment le meilleur d’eux-mêmes.

 

 

Qu’ils s’éveillent à une spiritualité fondée davantage sur la connaissance que sur la croyance, et cultivent entre eux le respect et la tolérance.

 

 

 

Qu’ils fassent de leur vie une quête de sagesse, et de la sagesse le fondement du bonheur auquel ils aspirent.

 

 

 

Qu’ils comprennent que l’humanité est une en essence, qu’ils sont des âmes-sœurs, et qu’ils sont destinés à s’aimer.

 

 

 

Qu’ils fassent en sorte que l’harmonie, la fraternité et la paix règnent entre tous les êtres, tous les peuples et toutes les nations.

 

 

Qu’ils considèrent la nature comme le plus beau des sanctuaires, et les animaux comme leurs frères d’évolution.

 

 

 

Qu’ils voient dans la Terre un chef-d’œuvre de la Création, dans la Création une émanation du Divin, et dans le Divin la source même de leur existence. »

 

https://www.blog-rose-croix.fr

 

 

 

 

 

 

 

Hymne à la fraternité

 

 

Vidéo produite par l'Ancien et Mystique Ordre de la Rose-Croix

 

 

 

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : cheminphilosophique
  • : Je suis passionnée de philosophie, je partage avec vous ces textes et citations qui font partie de moi.
  • Contact

Bienvenue sur mon blog!

Entrer chez moi, c'est découvrir mes idéaux, mes créations personnelles et d'autres thèmes qui me passionnent.
 

Bonne visite !

 

 

Ce blog a été créé le 22-08-2010 par mon adorable petit-fils Maxime


 

1 NOUVELLE SEPARATION

 

***

hobbies

 

  compteur pour blog