Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
4 juin 2012 1 04 /06 /juin /2012 21:39

SUPER FOND DE ROSES

 

On dit souvent que le hasard n’existe pas. Pourtant, nous ne sommes pas responsables de tout ce qui nous arrive. Qu’en pensez-vous ? Effectivement, les mystiques en général ont l’habitude de dire que le hasard n’existe pas. Cela dit, cette expression “traditionnelle” mérite d’être explicitée. En fait, elle ne veut pas dire que l’homme est responsable de tout ce qui lui arrive dans son existence, que ce soit d’ailleurs en positif ou en négatif. Elle signifie plutôt que tout événement a une cause, étant entendu que cette cause n’a pas nécessairement son origine dans le comportement humain. À titre d’exemple, tous les hommes bénéficient des effets positifs que le soleil produit en éclairant et en réchauffant notre planète, mais ni la lumière ni la chaleur qui en émanent ne dépendent d’eux. L’une et l’autre prennent leur source dans le soleil et dans les processus thermonucléaires qui lui sont propres, et ce, indépendamment de notre volonté et de notre comportement.

 

Dans un domaine plus négatif, les tremblements de terre, avec les désastres qu’ils produisent sur tous les plans, ne sont pas non plus provoqués par les hommes. Ils sont dus aux effets parfois destructeurs de l’activité qui a lieu à l’intérieur même du globe terrestre. Nous voyons donc que nous pouvons être confrontés à des événements qui ne résultent pas de nos actes et qui ne sont pas dus pour autant au hasard.

 

Comme le suggèrent les remarques précédentes, rien n’est le fruit du hasard dans l’existence, en ce sens que tout a une cause. D’une manière générale, cette cause peut être humaine, naturelle ou divine. Sur le plan humain, tout individu récolte tôt ou tard ce qu’il a semé, en positif comme en négatif. Que nous en soyons conscients ou non, cette loi karmique, que l’on appelle aussi « loi de cause à effet » ou « loi de compensation », constitue le fondement de notre évolution spirituelle. Par ailleurs, nous vivons en société, de sorte que nous sommes affectés également par le comportement d’autrui, là encore en positif et en négatif. Autrement dit, il nous arrive chaque jour de vivre des situations plaisantes ou déplaisantes au contact des autres, sans pour autant que notre karma personnel ne soit impliqué. C’est ainsi que l’on peut passer un moment agréable en compagnie de gens intéressants en n’ayant rien fait de particulier pour le mériter. Inversement, on peut se faire agresser dans la rue et n’y être strictement pour rien sur le plan karmique. Dans la plupart des cas, ce genre d’épreuve résulte du fait que le monde compte hélas des individus peu évolués qui n’hésitent pas à s’en prendre à d’autres pour des raisons diverses : les frapper, les voler, les effrayer, etc. Ce n’est pas le hasard qui est alors en cause, mais le libre arbitre de ces individus, lesquels ont malgré nous le pouvoir de nous faire subir les effets négatifs de leur mauvais comportement.

 

L’homme fait partie intégrante de la nature. Il est donc soumis aux phénomènes naturels. Comme nous l’avons dit précédemment, certains d’entre eux, en fait la plupart, contribuent à notre bien-être (rayonnement solaire, succession des saisons, alternance des marées, écoulement des fleuves, renouvellement de la végétation, etc.) ; d’autres peuvent le mettre en péril (tremblements de terre, raz-de-marée, éruptions volcaniques, ouragans, etc.). Qu’ils nous soient favorables ou défavorables, ces phénomènes ne doivent rien au hasard. Certes, nombre d’entre eux échappent à notre compréhension et à notre contrôle, ce qui explique pourquoi nous avons parfois l’impression que la nature agit d’une façon aveugle. Cela dit, ils ont tous une cause naturelle et sont régis par des lois que les scientifiques étudient. Quant aux événements qui ont une cause ni humaine ni naturelle, mais divine, il est difficile d’en donner des exemples précis. D’une manière générale, ils entrent dans le cadre de ce qu’on appelle traditionnellement la « Providence divine » et concernent des situations qui sont voulues “divinement”. Tel est le cas, par exemple, de certaines rencontres. À défaut d’un terme mieux approprié, et dans un esprit quelque peu paradoxal, nous pouvons attribuer ces situations au “hasard”, mais au sens qu’Albert Einstein donna à ce terme, à savoir :

« Le chemin que Dieu emprunte lorsqu’Il veut rester anonyme ».

http://www.amorc.fr/dotclear/index.php

 

 

 

 

Partager cet article

Repost0

commentaires

Présentation

  • : cheminphilosophique
  • : Je suis passionnée de philosophie, je partage avec vous ces textes et citations qui font partie de moi.
  • Contact

Bienvenue sur mon blog!

Entrer chez moi, c'est découvrir mes idéaux, mes créations personnelles et d'autres thèmes qui me passionnent.
 

Bonne visite !

 

 

Ce blog a été créé le 22-08-2010 par mon adorable petit-fils Maxime


 

1 NOUVELLE SEPARATION

 

***

hobbies

 

  compteur pour blog