Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
9 avril 2012 1 09 /04 /avril /2012 21:43

1 SUPERBE FOND

 

Nous ne sommes ni petits, ni grands, ni forts, ni faibles. Nous ne sommes pas cette idée ou ce jugement, ni cette colère ou cette peur. Nous sommes par essence des êtres profondément purs et généreux. Au-delà des conditionnements et des croyances, par le don de la vision que nous nous accordons, nous nous voyons tels que nous sommes. Au-delà des formes et des différences, au travers de cette grâce conférée par l’innocence, nous nous reconnaissons. Nous nous reconnaissons en tant que partie d’un tout indissociable qui accueille notre fraternité.

 

C’est un privilège de vivre ici et maintenant, à une époque ou grondent les opposés et son cortège de dualités. C’est un privilège d’avoir revêtu un véhicule de chair pour permettre de faire éclore dans le quotidien nos plus belles fleurs de pensée, réaliser l’enfant divin que nous portons au plus profond de nos mémoires.

Nous avons longtemps crû devoir gagner pour asseoir notre réussite, et finalement nous constatons que nous sommes entrain de tout perdre. Que nous reste-t-il finalement ? Qu’avons-nous gagné en perdant tout ce que nous avions crû désirer, tout ce que nous avions crû aimer ? L’intense désir de s’éveiller ? Arrivera-t-il aujourd’hui ou encore demain ce moment d’éveil ? Naîtra-t-il dans l’instant ou dans un futur proche. Nous n’en savons rien…

En perdant tous nos bagages d’être de raison, nous avons ouvert la porte à Cela qui ne peut être traduit en mot. Et devant nous, se tient quelque chose qui nous tend la main et qui efface tout désir… Dans l’espace du corps se tient maintenant un être qui fait de nous un homme se tenant dans l’éternité tout en gardant un pied dans la temporalité.

Et cet homme là est investit du regard de l’innocence. Et cet homme là est habillé d’un regard qui a gagné en éclat, lavé d’une lumière qui ne trompe pas et qui ne peut plus s’éteindre : en perdant tous ses bagages de croyance, il a retrouvé une innocence, son innocence, qui se rit des croyances.

 

Pérégrins et voyageurs stellaires, d’un même accord, se retrouvent au sein même de l’innocence et de la joie. Longtemps battus par les vents contraires, ils déposent maintenant leurs ailes fatiguées sur une terre devenue sacrée. Et c’est une éclosion d’amour frais et spontané qui monte en eux. D’un amour qui par essence ne peut juger car se tenant dans l’unité des choses de ce monde, et non plus dans la séparation : se tenant par delà les rivages de la dualité…

Et cet homme là est habillé d’une innocence qui ne s’oppose plus à rien, d’une innocence qui compose avec le monde. Car c’est l’essence même de l’innocence d’englober et de couvrir de son manteau d’amour le monde entier des choses, sans les juger, en les acceptant simplement. Et cet homme là entonne joyeusement le rire sacré des enfants stellaires car l’innocence ne peut être ni salie, ni saisie et n’a de cesse de parcourir joyeusement le monde en l’ensemençant d’éclats stellaires.

 

Cette innocence est en chaque homme et ne demande qu’à éclore. A l’instant même de son éclosion la séparation n’existe plus, car de quoi l’innocence pourrait-elle être encore séparée puisque c’est le monde entier des choses qu’elle accueille en son sein ? …

 

Lire la suite : http://www.atlantide-research.com/125-innocence

 

 

 

Partager cet article

Repost0

commentaires

Présentation

  • : cheminphilosophique
  • : Je suis passionnée de philosophie, je partage avec vous ces textes et citations qui font partie de moi.
  • Contact

Bienvenue sur mon blog!

Entrer chez moi, c'est découvrir mes idéaux, mes créations personnelles et d'autres thèmes qui me passionnent.
 

Bonne visite !

 

 

Ce blog a été créé le 22-08-2010 par mon adorable petit-fils Maxime


 

1 NOUVELLE SEPARATION

 

***

hobbies

 

  compteur pour blog