Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
19 juin 2012 2 19 /06 /juin /2012 21:34

0 BON ETE

La fête de la musique et ses sons éclectiques

Nous annonce bruyamment Le début du bon temps

 

Elle veut donner l'indice Des fins de sacrifices,

 

L'arrivée des vacances Et des grandes transhumances,

 

 

Celui des belles sandales, Des plongeons et des bals,

 

Des gaies nuits satinées Et des grasses matinées.

 

 

Elle annonce l'interlude De nos tristes habitudes

 

Et des heures sans couleur Bercés par le labeur.

 

 

Notre folle testostérone Elle aussi fanfaronne :

 

 « Enfin l'été revient, Ah que çà fait du bien ! »

 

 

De nombreux collégiens Et quelques lycéens,

 

Sans attendre ce signal, Ont déjà mis les voiles.

 

 

Si le soleil urbain Accepte son turbin,

 

Les rues osent s'égayer De tenues bariolées.

 

 

Gentiment au début Puis parfois plein d'abus,

 

Lâches bermudas bouffants Côtoient robes au vent.

 

Chacun range au vestiaire Ses vieux habits d'hiver

 

Et retrouve, telles qu'hier, Ses chères tenues légères.

 

 

Il est alors urgent, Pour les plus négligents,

 

De vouloir sans retard Perdre un peu de leur lard.

 

 

Si brûle la canicule Où seul l'air chaud circule,

 

Alors même les plus prudes Peu à peu se dénudent.

 

Bientôt le Tour de France Va donner la cadence

 

Des doux mois de plaisirs Dans d'autres airs qu'on respire.

 

 

Sur toutes les autoroutes, On roulera coûte que coûte,

 

Laissant avec dédain Les décors citadins.

 

 

Toutes ces autos fumantes S'arrêteront contentes

 

D'avoir rejoint rivages, Campagnes ou frais alpages.

 

Certains trouveront cool De retrouver la foule

 

Dans des campings bondés Ou des sites dégradés

 

 

Quand d'autres seront enclins A fuir le monde malin

 

En cherchant des lieux calmes Pour recharger leur âme.

 

 

Comme l'été c'est le temps, Des feux de la Saint Jean

 

Jusqu'aux premières vendanges, Des fêtes qui mettent aux anges,

 

 

Chacun voudra y vivre Des veillées qui enivrent

 

Dont seuls les orages noirs Rappelleront l'illusoire.

 

 

Sur les plages des rivières, Des lacs ou bien des mers

 

Fleuriront les maillots Pour flirter avec l'eau.

 

 

Quand les plus courageux S'agiteront furieux,

 

D'autres plus molassons Farnienteront sans façon.

 

A l'ombre de parasols Ou sous des palmes molles

 

S'abriteront les murmures De bonheurs sans brûlure.

 

 

Munis de noires lunettes Et casquette sur la tête,

 

Se tenteront les visites De quelques jolis sites.

 

 

Au terrasses des cafés Se goûteront les bienfaits

 

De glaces ou de boissons Avec ou sans glaçons.

 

 

Et pendant ces beaux jours, Jailliront des amours

 

Dont les promesses ne durent…

Que ce que l'été dure.

 

Ampaza le 15/07/05

 

www.robertcasanova.fr/QUATRESAISONS/cestlete.html

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost0

commentaires

Présentation

  • : cheminphilosophique
  • : Je suis passionnée de philosophie, je partage avec vous ces textes et citations qui font partie de moi.
  • Contact

Bienvenue sur mon blog!

Entrer chez moi, c'est découvrir mes idéaux, mes créations personnelles et d'autres thèmes qui me passionnent.
 

Bonne visite !

 

 

Ce blog a été créé le 22-08-2010 par mon adorable petit-fils Maxime


 

1 NOUVELLE SEPARATION

 

***

hobbies

 

  compteur pour blog