Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
5 juin 2021 6 05 /06 /juin /2021 08:37

 

 

Diane Gagnon –

 

Auteur, Coach, Conférencière

 

 

Souvent, nous sommes les créateurs de notre propre prison! Nous créons inconsciemment des barreaux invisibles qui nous privent de notre liberté d’être pleinement ce que nous sommes. Nous ne voyons pas que nous nous emmurons nous-même dans un cachot dont on peinera à sortir. Et dans lequel peut-être nous accuserons à tort les autres de nous emprisonner.

Ainsi, nous nourrissons nos peurs en leur accordant notre attention, ignorant que nous les renforçons chaque fois que nous leur cédons notre volonté. Nous construisons ainsi, pierre par pierre, la prison qui nous empêchera de vivre pleinement notre vie.

Nous restons enfermés dans de vieilles blessures que nous refusons de revisiter pour en libérer toute la charge émotionnelle car nous avons peur de faire face à celles-ci. Pourtant, c’est une manière très efficace de se libérer de ce qui ralentit notre évolution.

D’autres barreaux consistent à résister à la réalité et à vouloir que les choses soient différentes. Alors nous dépensons des quantités incroyables d’énergie à tenter de faire bouger les choses et nous rageons quand nous n’atteignons pas notre objectif. Nous sommes prisonniers de cette fausse croyance que les choses devraient toujours être comme nous voulons qu’elles soient. Et nous souffrons du fait même de notre résistance à ce qui est.

Nous demeurons dans notre cachot chaque fois que nous croyons maintenant tout savoir et que nous refusons d’entendre ce que les autres peuvent nous apporter. Certains ont un ego spirituel si grand qu’ils croient qu’ils savent tout et qu’ils n’ont plus rien à apprendre. Pourtant, nous apprendrons jusqu’à notre dernier souffle. Rester fermés à la Vie, aux autres, aux apprentissages, c’est refuser de vivre la Vie dans toute sa splendeur et ne se contenter que d’une toute petite parcelle de sa magnificence.

Parfois, c’est notre maison ou nos biens matériels qui sont des cages dorées : trop grande pour nos moyens et nos besoins, consommation à outrance, trop de possessions matériels pour notre capacité financière, nous sommes alors obligés de travailler toujours plus pour maintenir nos barreaux invisibles, ignorant que nous nous enfonçons ainsi de plus en plus dans ce que nous voulons de moins en moins.

Nous sommes emprisonnés dans nos jugements envers les autres, dans notre peur de l’inconnu, dans notre incapacité à avoir une discussion adulte lorsque nous avons une opinion différente de celle des autres. L’agressivité, la violence, le blâme, le jugement constituent des barreaux invisibles que nous portons avec nous dans nos relations. Ils nous éloignent des autres et de nous-mêmes, et nous privent de ce bonheur que nous cherchons en vain au dehors.

Aussi, il arrive que nous conservions nos barreaux invisibles en maintenant dans notre entourage des relations toxiques qui nous détruisent à petit feu, tout en espérant un jour pouvoir réussir à changer l’autre « pour qu’il comprenne » que la relation pourrait être plus belle s’il le voulait. En refusant de voir la réalité comme elle est, c’est-à-dire que des relations toxiques, ça existe et qu’elles ne doivent pas être tolérées, nous nous emprisonnons nous-mêmes dans une rue sans issue.

La cellule que nous visitons tous les jours mais que nous ne voyons pas toujours est celle de la suractivité, des heures de travail trop longues, des trop nombreuses obligations, activités diverses, distractions vaines et pertes de temps qui nous éloignent de nous-mêmes sans nourrir notre âme. Nous nous enorgueillissons de notre horaire chargé mais c’est notre cœur qui est chargé de trop de choses qui le privent de sa paix intérieure.

Tous ces barreaux invisibles demandent à être démasqués, non pas afin que nous recouvrions notre liberté, mais plutôt afin que nous nous rappelions que nous sommes toujours libres et que nous l’avons toujours été. Tout dépend de ce que nous acceptons de voir … ou pas.

 

www.dianegagnon.net

Souvent, nous sommes les créateurs de notre propre prison! Nous créons inconsciemment des barreaux invisibles qui nous privent de notre liberté d’être pleinement ce que nous sommes. Nous ne voyons pas que nous nous emmurons nous-même dans un cachot dont on peinera à sortir. Et dans lequel peut-être nous accuserons à tort les autres de nous emprisonner.

Ainsi, nous nourrissons nos peurs en leur accordant notre attention, ignorant que nous les renforçons chaque fois que nous leur cédons notre volonté. Nous construisons ainsi, pierre par pierre, la prison qui nous empêchera de vivre pleinement notre vie.

Nous restons enfermés dans de vieilles blessures que nous refusons de revisiter pour en libérer toute la charge émotionnelle car nous avons peur de faire face à celles-ci. Pourtant, c’est une manière très efficace de se libérer de ce qui ralentit notre évolution.

D’autres barreaux consistent à résister à la réalité et à vouloir que les choses soient différentes. Alors nous dépensons des quantités incroyables d’énergie à tenter de faire bouger les choses et nous rageons quand nous n’atteignons pas notre objectif. Nous sommes prisonniers de cette fausse croyance que les choses devraient toujours être comme nous voulons qu’elles soient. Et nous souffrons du fait même de notre résistance à ce qui est.

Nous demeurons dans notre cachot chaque fois que nous croyons maintenant tout savoir et que nous refusons d’entendre ce que les autres peuvent nous apporter. Certains ont un ego spirituel si grand qu’ils croient qu’ils savent tout et qu’ils n’ont plus rien à apprendre. Pourtant, nous apprendrons jusqu’à notre dernier souffle. Rester fermés à la Vie, aux autres, aux apprentissages, c’est refuser de vivre la Vie dans toute sa splendeur et ne se contenter que d’une toute petite parcelle de sa magnificence.

Parfois, c’est notre maison ou nos biens matériels qui sont des cages dorées : trop grande pour nos moyens et nos besoins, consommation à outrance, trop de possessions matériels pour notre capacité financière, nous sommes alors obligés de travailler toujours plus pour maintenir nos barreaux invisibles, ignorant que nous nous enfonçons ainsi de plus en plus dans ce que nous voulons de moins en moins.

Nous sommes emprisonnés dans nos jugements envers les autres, dans notre peur de l’inconnu, dans notre incapacité à avoir une discussion adulte lorsque nous avons une opinion différente de celle des autres. L’agressivité, la violence, le blâme, le jugement constituent des barreaux invisibles que nous portons avec nous dans nos relations. Ils nous éloignent des autres et de nous-mêmes, et nous privent de ce bonheur que nous cherchons en vain au dehors.

Aussi, il arrive que nous conservions nos barreaux invisibles en maintenant dans notre entourage des relations toxiques qui nous détruisent à petit feu, tout en espérant un jour pouvoir réussir à changer l’autre « pour qu’il comprenne » que la relation pourrait être plus belle s’il le voulait. En refusant de voir la réalité comme elle est, c’est-à-dire que des relations toxiques, ça existe et qu’elles ne doivent pas être tolérées, nous nous emprisonnons nous-mêmes dans une rue sans issue.

La cellule que nous visitons tous les jours mais que nous ne voyons pas toujours est celle de la suractivité, des heures de travail trop longues, des trop nombreuses obligations, activités diverses, distractions vaines et pertes de temps qui nous éloignent de nous-mêmes sans nourrir notre âme. Nous nous enorgueillissons de notre horaire chargé mais c’est notre cœur qui est chargé de trop de choses qui le privent de sa paix intérieure.

Tous ces barreaux invisibles demandent à être démasqués, non pas afin que nous recouvrions notre liberté, mais plutôt afin que nous nous rappelions que nous sommes toujours libres et que nous l’avons toujours été. Tout dépend de ce que nous acceptons de voir … ou pas.

 

www.dianegagnon.net

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0

commentaires

Monique 05/06/2021 18:01

Coucou, un beau texte qu il faut mettre en application. Oui on s emprisonne tout seul dans les activités, mais je vais lâcher prise difficile pour moi car qu en je suis libre je me cherche encore autre chose.
Bonne soirée a toi et à demain pour notre dimanche. Super.....gros gros bisous

Micheline 06/06/2021 10:05

coucou ma belle
Je comprend ce que tu veux dire et je sais que ça n'est pas facile pour toi, c'est un gros travail que tu as à faire .
A tout à l'heure ma grande .
gros bisous .

Agatina 05/06/2021 13:31

Coucou ma Micheline,
J'espère que vous allez le mieux possible avec Obiwann !!! Super texte !!! Ouiiiiiii,nous sommes des "champions" (LOL) pour nous "emprisonner" tout seul.....!!! Il suffit tout simplement de faire "régner" notre 'mental' et là,nous ne sommes plus 'maître' de la situation.....hélas...!!!! Alors,bien sûr,ça demande un "travail" de LACHER PRISE ,de S'ECOUTER ,de se CONNAITRE mieux.. etc etc.....pour ARRIVER à comprendre que NOUS créons ce que nous VIVONS...!!! ..Alors en ACCEPTANT que nous ne pouvons pas CHANGER certaines choses,certaines situations...et encore moins les 'personnes'....et d'être RECONNAISSANT pour ce que l'on POSSEDE même si c'est peu....en comprenant que c'est déjà une grande "richesse",la vie devient alors plus "simple",plus "belle"....et on comprend que c'est ça la LIBERTE....et plus JAMAIS on ne se créera de PRISON...Soyons toujours "maître' de nos pensées....ça joue un grand "rôle" je pense,dans notre 'fonctionnement' de vie.....
Gros bisous ma Micheline et bon week-end ainsi qu'à nos amies abonnées...

claudine ledru 05/06/2021 10:14

bonjour ma Mimi.
Ce texte est édifiant, oui nous nous mettons la pression, heureusement qu'avec l'âge nous enlevons des barreaux à notre prison. Je commence à lâcher prise et à m'écouter plus.
il y a encore du boulot mais je vais y arriver. Oui, nous apprenons jusqu'à notre dernier souffle et c'est bien.
bonne journée et bonne promenade ave obiwann

Micheline 05/06/2021 10:31

Bonjour ma Claudine
je suis comme toi, en prenant de l'âge , la sagesse s'installe en nous .
J'espère que tout le monde va bien chez toi .
Ici tout va bien, le chien est tout mignon , il aura 3 ans fin décembre.
Bon week-end à vous , gros bisous

Présentation

  • : cheminphilosophique
  • : Je suis passionnée de philosophie, je partage avec vous ces textes et citations qui font partie de moi.
  • Contact

Bienvenue sur mon blog!

Entrer chez moi, c'est découvrir mes idéaux, mes créations personnelles et d'autres thèmes qui me passionnent.
 

Bonne visite !

 

 

Ce blog a été créé le 22-08-2010 par mon adorable petit-fils Maxime


 

1 NOUVELLE SEPARATION

 

***

hobbies

 

  compteur pour blog