Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
30 juin 2022 4 30 /06 /juin /2022 08:08

 

 

Comme nombre de vertus, la compassion n’est donc pas un sentiment religieux ; elle s’inscrit dans une démarche philosophique.

Il est évident que si cette vertu était plus répandue parmi les hommes le monde  serait infiniment meilleur, il faudrait pour cela que chacun se sente concerné par le bien-être et le bonheur des autres, sans distinction de race, d’ethnie, de nationalité, de culture ou de tout autre élément distinctif.

Malheureusement, la crise économique et sociale à laquelle nombre de pays sont confrontés  depuis plusieurs années tend à rendre les gens plutôt individualistes, ce qui malheureusement favorise la discrimination et l’exclusion.

 

Peut-être dans un souci d’être ou de paraîtres laïques, certaines personnes préfèrent parler d’empathie plutôt que de compassion, notion à laquelle elles attribuent (à tort), un caractère religieux.

 

Pourquoi pas, puisque le mot « empathie » à pour définition  « faculté de s’identifier à quelqu’un, de ressentir qu’il ressent ».

 

Cela étant, il me semble que le terme « compassion », qui se définit comme le  « sentiment qui porte à plaindre et à partager les maux d’autrui », est à la fois plus précis et plus évocateur.

 

 

Il s’agit en effet de ressentir les difficultés, les peines et les souffrances des autres, et leur venir  en aide si on le peut.

Une remarque pour conclure : il ne faut pas  confondre  COMPASSION et APTIOEMENT.

 

 

En effet s’apitoyer sur le sort  d’autrui traduit souvent une certaine forme de condescendance à son égard, comme si celui-ci était d’une condition inférieure ou dans une position moins élevée sur le plan social, culturel ou autre.

Lorsque l’on compatit sincèrement à la situation d’une autre personne, on se projette en elle d’égale à égal, de cœur à cœur, et même d’âme à âme si l’on est spiritualiste.

 

Il n’y a donc aucun jugement de valeur  en ce qui la concerne, mais simplement le désir réel de partager son affliction, et si possible de l’assister matériellement et spirituellement.

 

Texte de Serge Toussaint

 

 

                     

 

 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
29 juin 2022 3 29 /06 /juin /2022 07:49

 

 

Exceptionnellement, Je vous une première partie de ce magnifique texte avant les vacances, pour que je mette demain matin la fin  le 30 juin.   

 

 

Texte de Serge Toussaint 

 

L’une des plus belles vertus que l’être humain peut exprimer à l’égard de ses semblables est la compassion

Comme vous le savez, cette vertu consiste à compatir aux épreuves  et aux souffrances d’autrui, c’est-à-dire à s’y associer et à les partager, ne serait-ce qu’intérieurement.

Dans la mesure du possible, l’idéal est de manifester cet élan  intérieur  à des actes  d’entraide, de solidarité et de fraternité

A l’opposé de cette vertu, nous trouvons cette faiblesse, pour ne pas dire défaut, qu’est l’indifférence, avec son corollaire ; l’égoïsme.

 

 Trop souvent, on donne à la compassion  une connotation religieuse. S’il en est ainsi, c’est parce qu’elle occupe une place très importante dans la plupart des religions et des textes qui s’y rattachent.

Bouddha et Jésus en particulier en on fait le fondement de leur philosophie. Si je dis « philosophie », c’est parce que cette vertu ne constituait pas pour eux un point de doctrine, mais un idéal de comportement envers ceux qui souffrent ou sont dans le besoin. Vu sous cet angle, il n’est nul besoin d’avoir la foi pour compatir à la souffrance d’autrui et agir pour essayer de la soulager ou de la faire disparaitre.

Il suffit, si l’on peut dire, d’être humaniste.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
25 juin 2022 6 25 /06 /juin /2022 06:42

Bonjour à tous 

Me voilà en bonne santé et j ai la joie de reprendre la recherche du texte que je vous offre sur ce blog .

Peut- être pas longtemps , car les vacances approchent , et j'espère pour vous mes chers  abonnés  partent .

A samedi prochain avec toute la joie de vous retrouver. 

 

 

Diane Gagnon - Auteur,

 

 

 Coach, Conférencière

 

 

 

 

Choisir la Joie, en tout temps, c’est aussi choisir d’incarner pleinement ce que nous sommes vraiment. C’est suivre l’élan de notre cœur qui ne se trompe jamais.

Devant des choix qui semblent difficiles, nous devrions toujours opter pour l’option qui nous met le plus en Joie. Que ce soit pour le travail, les activités, les études, le lieu de résidence, le choix de vacances, de voyage, chaque fois que nous choisissons la Joie, nous pouvons être assurés que nous sommes sur la bonne voie car c’est l’âme qui parle.

Et même au fil de la journée, à chaque instant, faire le choix de la Joie nous indique clairement ce qui a besoin de se vivre en ce moment. Évidemment, c’est difficile pour le mental de justifier le choix de la Joie : « Oui mais, il y a ceci à faire, et puis cela… oui mais, ça ne peut pas toujours être dans la Joie… Oui mais parfois certains choix sont difficiles et la Joie n’est pas apparente… ».  Et pourtant, même un choix difficile qui est guidé par la Joie nous mène directement à cet état absolu de Joie.

En fait, la Joie est notre meilleur guide pour prendre toutes nos décisions. Et même si sur le coup, certaines décisions semblent difficiles à prendre, au-delà du passage à l’acte, la Joie resplendissante nous attend.

Malheureusement, on ne nous a pas enseigné à faire nos choix en fonction de la Joie vécue : on nous a appris à être responsables, à « bien planifier », à assumer nos obligations sociales, familiales, professionnelles, financières, etc. Et il n’y a jamais eu autant d’antidépresseurs prescrits dans toute l’histoire. Si on nous avait enseigné à toujours suivre le chemin de la Joie, certes nos vies auraient été fort différentes, plus légères, plus douces, plus simples et le monde lui-même serait déjà plus lumineux.

Mais il n’est jamais trop tard pour commencer. Dès maintenant, si nous pouvons renoncer à exercer la domination de notre mental sur tous nos choix et plutôt laisser cette Joie Pure que nous sommes nous guider dans toutes nos décisions, que de problèmes nous éviterons! Que de légèreté nous amènerons dans notre vie! Que de Joie nous apporterons au monde!

Choisir la Joie est toujours le bon chemin… quoique le mental en pense!

 

www.dianegagnon.net

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
5 juin 2022 7 05 /06 /juin /2022 09:00

 

 

Bonjour à vous tous .

 

 Je suis dans l'impossibilité de mettre un texte pour cause  d'une intervention d'une endoscopie , j'ai beaucoup de chose à faire avant , et je n'ai pas le courage de chercher un texte .

Je reprendrai après l'intervention vers le 18 juin si cela est possible , sinon ce sera le 25 juin .

Toute mon amitié à vous tous

Et à très bientôt , gros bisous .  

Partager cet article
Repost0
28 mai 2022 6 28 /05 /mai /2022 08:52

 

 

Diane Gagnon - Auteur,

 

 

 Coach, Conférencière

 

 

 

 

Choisir la Joie, en tout temps, c’est aussi choisir d’incarner pleinement ce que nous sommes vraiment. C’est suivre l’élan de notre cœur qui ne se trompe jamais.

Devant des choix qui semblent difficiles, nous devrions toujours opter pour l’option qui nous met le plus en Joie. Que ce soit pour le travail, les activités, les études, le lieu de résidence, le choix de vacances, de voyage, chaque fois que nous choisissons la Joie, nous pouvons être assurés que nous sommes sur la bonne voie car c’est l’âme qui parle.

Et même au fil de la journée, à chaque instant, faire le choix de la Joie nous indique clairement ce qui a besoin de se vivre en ce moment. Évidemment, c’est difficile pour le mental de justifier le choix de la Joie : « Oui mais, il y a ceci à faire, et puis cela… oui mais, ça ne peut pas toujours être dans la Joie… Oui mais parfois certains choix sont difficiles et la Joie n’est pas apparente… ».  Et pourtant, même un choix difficile qui est guidé par la Joie nous mène directement à cet état absolu de Joie.

En fait, la Joie est notre meilleur guide pour prendre toutes nos décisions. Et même si sur le coup, certaines décisions semblent difficiles à prendre, au-delà du passage à l’acte, la Joie resplendissante nous attend.

Malheureusement, on ne nous a pas enseigné à faire nos choix en fonction de la Joie vécue : on nous a appris à être responsables, à « bien planifier », à assumer nos obligations sociales, familiales, professionnelles, financières, etc. Et il n’y a jamais eu autant d’antidépresseurs prescrits dans toute l’histoire. Si on nous avait enseigné à toujours suivre le chemin de la Joie, certes nos vies auraient été fort différentes, plus légères, plus douces, plus simples et le monde lui-même serait déjà plus lumineux.

Mais il n’est jamais trop tard pour commencer. Dès maintenant, si nous pouvons renoncer à exercer la domination de notre mental sur tous nos choix et plutôt laisser cette Joie Pure que nous sommes nous guider dans toutes nos décisions, que de problèmes nous éviterons! Que de légèreté nous amènerons dans notre vie! Que de Joie nous apporterons au monde!

Choisir la Joie est toujours le bon chemin… quoique le mental en pense!

 

www.dianegagnon.net

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
21 mai 2022 6 21 /05 /mai /2022 09:01

Bonne fête à toutes les mamans du monde

 

 

 

Diane Gagnon - Auteur,

 

 

 Coach, Conférencière

 

 

 

 

Je ne sais pas d’où vient ce besoin compulsif qu’a le mental de vouloir tout étiqueter, tout caser, mais toujours est-il que la majorité d’entre nous le faisons à longueur de journée.

C’est bien, c’est mal, elle est trop ceci, il n’est pas assez cela, c’est un héros, c’est un psychopathe, c’est un bon patron, c’est un manipulateur, c’est agréable, c’est désagréable, j’aime ça, je n’aime pas ceci… tout ça ne sont que quelques exemples d’étiquetage que nous attribuons souvent spontanément aux choses, aux personnes, aux événements, ou simplement parce qu’on nous dit que c’est ce que nous devrions penser, comme les médias le font constamment.

De plus, nous mettons tout, mais surtout la Vie, dans des petites cases : « c’est ma carrière professionnelle, c’est ma retraite, voici mes activités de loisirs, mes passions, j’attends mes vacances, je travaille pour « gagner ma vie », mes enfants vont au privé, etc. «

Nous trions et casons dans des petites boîtes tout ce que nous faisons, tout ce que nous vivons. Nous jugeons constamment les autres, les événements, les situations, nous-mêmes. Nous rendons ainsi chaque fois plus étroite notre expérience de la Vie.

Si nous pouvions renoncer à étiqueter et caser les choses, les gens et les évènements, nous vivrions dans une plus grande paix intérieure. Comme le dit Pierre Leré Guillement dans son plus récent livre « L’Éveil au cœur de la Présence » : « Si l’on n’est plus pris dans la focalisation, on entre dans la contemplation ». Plutôt que de nous concentrer sur les petites choses, ouvrons nos perspectives pour contempler, admirer et goûter la vastitude infinie de la Vie.

Tout ce que l’on étiquette, tout ce que l’on trie et case dans des petites boîtes réduit notre expérience de ce que la Vie nous offre. Chaque fois que nous permettons à notre mental de poser des jugements, nous nous privons de l’essence même de la Vie.

La Vie n’est pas faite pour être étiquetée ni classée; la Vie est faite pour être vécue intensément et savourée dans la Joie à chaque instant.

Laissons tomber les étiquettes et les petites cases : la Vie est bien trop vaste pour être réduite à la perception qu’en a le mental.

www.dianegagnon.net

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
14 mai 2022 6 14 /05 /mai /2022 08:35

 

 

Diane Gagnon –

 

Auteur, Coach, Conférencière

 

 

 

 

Nous vivons sans doute en ce moment la plus grande opportunité qui soit pour vivre en paix, être heureux et respirer la joie à chaque instant.

En dépit de tout ce qui se passe depuis plus de deux ans sur notre planète, ou plutôt GRÄCE à tout ce qui s’y passe, nous sommes invités, pour ne pas dire fortement poussés à revenir à Soi, en Soi, pour découvrir l’essence même de ce que nous sommes, puisque nous réalisons bien que tout ce qui se passe à l’extérieur n’est certes pas de nature à nous rendre heureux.

Tous ces défis auxquels nous sommes sans arrêt confrontés, ces peurs que l’on tente de nous inculquer, ces manipulations médiatiques, politiques, ou même scientifiques ne semblent certes pas viser notre plus grand bien. En voulant nous faire vivre dans la peur, tous ces événements extérieurs nous forcent à nous tourner à l’intérieur de nous pour y trouver au pire des réponses, et au mieux la Paix à laquelle nous aspirons tant.

Il n’y a encore jamais eu dans l’histoire de l’humanité autant de moyens déployés pour nous éloigner de ce que nous sommes mais, paradoxalement, c’est exactement ce dont nous avions besoin pour nous intérioriser et redécouvrir ce qui, en nous, ne bouge jamais, n’est jamais affecté par ce qui se passe au-dehors et surtout, surtout, ce qui ne meurt jamais.

Car la plus grande peur de la majorité des humains c’est de mourir. Mais ce retour à l’intérieur de nous nous permet de réaliser que Ce que nous sommes réellement ne meurt jamais; que même si le corps finit sa course, Ce que nous sommes vraiment ne peut jamais mourir. Quand la peur de la mort (qui n’existe pas) disparaît, alors il ne reste plus qu’un intense et furieux goût de vivre pleinement chaque seconde de ce maintenant qui nous est offert.

Que ce soit désormais la peur de la maladie, la peur d’être contrôlé, la peur d’être manipulé, la peur d’être isolé, la peur de mourir, tout cela disparaît une fois que nous  nous rappelons que la Présence que nous sommes ne meurt jamais et que rien ne peut l’affecter.

Évidemment, ce n’est certes pas quelques chose que l’on nous a enseigné à l’école ni que nos parents nous ont inculqué. Mais nous avons tous cette capacité innée à nous rappeler Ce que nous sommes et à partir de cette re-co-naissance, plus rien ne peut nous perturber.

Bien entendu, certains événements peuvent nous toucher temporairement, car avec la reconnaissance de Ce que nous sommes vient plus de compassion, plus d’amour, plus d’ouverture aux autres. Mais même si nous sommes touchés, rien ne vient déranger la mer calme et tranquille que nous sommes.

Ainsi, tous les défis actuels, que ce soit la maladie, la guerre, le redressement de l’axe de la terre, l’inversion des pôles magnétiques, le système solaire jumeau, les bouleversements climatiques, les crises économiques, les pénuries, et autres folies humaines, tous ces défis, plutôt que de nous abattre, contribuent au contraire à notre éveil individuel et collectif. Car dès lors que nous comprenons que tant que nous nous fierons sur l’extérieur, nous resterons en situation de victimes impuissantes, nous ne pouvons que nous retourner vers notre intérieur et y redécouvrir toute la puissance calme qui nous habite et que rien ne peut abimer.

C’est en revenant à Soi que nous avons pleinement accès à la Paix, à la Joie, au Bonheur et à l’Amour que nous avons tant cherché de toutes sortes de manières détournées durant toutes ces années. Cette fin d’époque épique nous offre la plus belle opportunité qui soit pour enfin vivre en Paix, peu importe ce qui se passe à l’extérieur. Cette Vie est extraordinaire, pour peu que nous sachions où porter notre attention.

 

www.dianegagnon.net

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
7 mai 2022 6 07 /05 /mai /2022 08:39

 

 

 

Diane Gagnon - Auteur,

 

 

 Coach, Conférencière

 

 

 

 

 

Peut-être avez-vous constaté à quel point ces derniers mois le temps s’accélère à grande vitesse? Peut-être aussi avez-vous remarqué un changement dans votre niveau d’énergie?

Il se passe tant de choses en ce moment que peu de personnes voient. Tout se bouscule, tout s’accélère, beaucoup de paradigmes, de croyances, de systèmes sont en train d’être anéantis et il est clair que les conditions de vie se modifient rapidement un peu partout.

Si nous avons l’impression de manquer de temps, ne serait-ce pas plutôt parce que nous ne l’utilisons pas toujours à bon escient? Je me souviens il y a plusieurs années avoir conçu un outil pour aider les gestionnaires à mieux gérer leur temps, à être « plus efficaces »! J’ai depuis longtemps abandonné l’idée du faux besoin d’être plus efficace! Mais je crois de plus en plus que si nous manquons de temps, c’est parce que nous ne faisons pas assez de ce que nous aimons, de ce qui nous rend heureux, de ce qui élève notre âme.

Combien de temps consacrez-vous à ne rien faire, dans la paix de l’esprit et du cœur? Combien de temps chaque semaine consacrez-vous à admirer la nature, à chérir vos relations, à exprimer vos talents, vos dons, vos intérêts? Et combien de temps utilisez-vous à regarder la télé, à vous promener sur les réseaux sociaux, à critiquer les autres, à vous juger de ne pas être assez ou de ne pas en faire assez? Nous n’avons pas les moyens de gaspiller notre temps à faire ce qui ne nous élève pas.

De même, si vous avez l’impression de manquer d’énergie, c’est peut-être que vous ne consacrez pas suffisamment de temps à faire des choses qui vous donnent de l’énergie, qui vous rendent heureux. C’est peut-être que vous gardez dans votre vie des relations qui vous tirent par le bas, que vous n’exprimez pas clairement votre Unicité, que vous cachez votre Lumière pour ne pas porter ombrage aux autres. C’est quand la dernière fois où vous avez exercé votre passion? Que vous avez laissé vibrer ce que vous portez d’unique en vous? Que vous avez accueilli ce que la Vie vous présentait plutôt que de juger et de résister?

Nous n’avons plus de temps ni d’énergie à tout classer en termes de Bien et de Mal, en termes d’amis et d’ennemis, en termes de raison ou tort. Tant que nous jugerons notre frère, notre voisin, nos chefs d’état, tant que nous jugerons à partir de la dualité, nous perdrons notre temps et notre énergie et nous empêchons la Paix de s’établir dans ce monde. Chaque fois que nous croyons voir un ennemi extérieur, il n’est que le reflet de notre discours intérieur qui a besoin d’être pacifié, il n’est que le miroir de nos jugements intérieurs et de notre désagréable tendance à tout étiqueter et ranger dans des petites cases.

Pourtant, chaque fois que nous aimons, que nous accueillons ce qui est, que nous renonçons à juger, que nous restons dans la bienveillance et la Paix intérieure, nos réserves d’énergie se multiplient et le temps semble s’écouler en harmonie avec la Vie. La Vie ne peut être triée et classée en termes de « j’aime » ou « je n’aime pas ». La Vie ne peut qu’être totalement accueillie, aimée, chérie et vécue, faisant ainsi la Paix avec tout ce qui est.

 

www.dianegagnon.net

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
30 avril 2022 6 30 /04 /avril /2022 08:58

 

 

Diane Gagnon - Auteur,

 

 

 Coach, Conférencière

 

 

 

 

 

Les Bouddhistes le disent depuis longtemps : c’est l’attachement aux choses et aux personnes et la résistance face à la Vie qui causent la souffrance.

Ne pas s’attacher a souvent été perçu comme un manque d’engagement. Pourtant ce n’est pas le cas. Ne pas s’attacher, ça ne veut pas dire ne pas s’engager : cela signifie que nous laissons l’autre personne libre et que nous sommes libres aussi, tout en étant investis dans la relation. Nous faisons confiance en la sagesse innée de l’autre et nous savons qu’avec ou sans cette personne, nous pouvons être heureux.

Ne rien retenir, c’est ne pas s’accrocher aux pensées qui passent, ni aux émotions lorsqu’elles surviennent. Nous les accueillons mais nous les relâchons aussitôt, évitant de ressasser l’évènement qui a causé cette émotion et qui nous fait souffrir ou même qui nous remplit de Joie. Tout mérite d’être vécu dans le moment présent, non pas en douloureux souvenir ni même en douce réminiscence du passé. Ce qui a été vécu est terminé, ne tentons pas de le revivre ni de le ranimer. C’est peine perdue.

Combien de fois maintenons-nous sur le respirateur artificiel, une situation ou une relation dont le cycle est arrivé à sa fin. Nous tentons de retenir ce qui a déjà été mais qui n’est plus, nous causant ainsi bien des souffrances et des pertes d’énergies.

Nous tentons ainsi parfois de retenir une passion pour une personne ou pour une activité qui nous a jadis animés mais qui, si nous sommes honnêtes, ne résonne plus aussi intensément en nous. Nous nous accrochons aux biens et aux choses que nous appelons « nos » biens et « nos » choses alors que tout est temporaire, tout est éphémère. Cette identification aux choses et aux biens rapetisse l’immensité de la Vie que nous sommes pourtant tous invités à goûter pleinement. En refusant de lâcher ce qui est terminé, en résistant à accueillir les fins de cycles, en tentant de retenir ce qui déjà été mais qui n’est plus, nous nous privons de vivre la prochaine étape de notre vie qui nous réserve de nombreux émerveillements, pour peu que nous ayons le cœur ouvert.

Ne rien retenir, ne s’accrocher à rien, ne pas résister à ce qui est, tout ça demeure des gages de paix intérieure et nous simplifie la Vie considérablement. Tout est si simple quand on n’intervient pas dans ce que la Vie nous offre. Nous tentons trop souvent de contrôler les choses de manière à ce qu’elles correspondent à ce que nous voulons mais ce faisant, nous nous privons du plus beau de la Vie car elle nous offre toujours ce qui est le mieux pour nous à chaque instant.

Accueillir, lâcher prise, s’abandonner à la Vie devraient être ce qui nous guide chaque jour. Laissons couler la Vie à travers nous comme une rivière suit son cours : même si nous tentons de l’arrêter ou de la dévier, elle finit toujours par rejoindre le trajet qui la mène à la mer, comme la Vie finit toujours pour nous amener là où nous devons être, qu’on le veuille ou non. C’est quand on ne veut pas que la souffrance s’installe. Mais quand on accepte ce qui est dans le moment présent, la Vie prend une toute autre dimension. Plus que jamais, nous sommes invités à faire confiance à l’immensité de la Vie et à sa Sagesse infinie.

 

www.dianegagnon.net

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
11 avril 2022 1 11 /04 /avril /2022 10:33

 

 

Je vous souhaite de bonnes vacances de Pâques , sous le soleil .

A tout bientôt .

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : cheminphilosophique
  • : Je suis passionnée de philosophie, je partage avec vous ces textes et citations qui font partie de moi.
  • Contact

Bienvenue sur mon blog!

Entrer chez moi, c'est découvrir mes idéaux, mes créations personnelles et d'autres thèmes qui me passionnent.
 

Bonne visite !

 

 

Ce blog a été créé le 22-08-2010 par mon adorable petit-fils Maxime


 

1 NOUVELLE SEPARATION

 

***

hobbies

 

  compteur pour blog